02/10/2013

BONJOUR PRUDENCE....

de DOWJONES...

 

Les marchés d'actions devraient rester prudents à l'ouverture
 
 
 
 
Eurostoxx 50      2.933,02 points +1,38%
CAC 40            4.196,60 points +1,28%
DAX 30            8.689,14 points +1,10%
FTSE 100          6.460,01 points -0,03%
SMI               8.059,01 points +0,45%
AEX                 377,63 points +0,72%
BEL 20            2.829,38 points +0,97%
IBEX 35           9.341,50 points +1,69%
 
DJIA             15.191,70 points +0,41%
Nasdaq            3.817,98 points +1,23%
S&P 500           1.695,00 points +0,80%
 
Nikkei 225       14.225,54 points -1,79% (à 07h25)
 
Cours de change à 06h50
Variation par rapport à la clôture à New York
 
USD/JPY       97,77   -0,24%
EUR/USD      1,3521   -0,04%
EUR/JPY      132,19   -0,28%
 
 

A SUIVRE EN FRANCE

Aucune publication d'importance ne figure mercredi à l'agenda macroéconomique, ni à celui des entreprises. Paris requerra toutefois l'attention des investisseurs car Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE) tiendra sa réunion de politique monétaire et sa conférence de presse mensuelles dans la capitale française.

 
 

ACTIONS

Les valeurs européennes devraient connaître une ouverture hésitante mercredi, alors que les investisseurs attendent la décision de politique monétaire de la BCE et surveillent la situation en Italie, où un vote de confiance doit se dérouler dans la journée à la Chambre des députés et au Sénat.

D'après IG, le CAC 40 devrait céder 7 points à l'ouverture, à 4.189 points, tandis que le FTSE perdrait 10 points à 6.450 points. Le DAX monterait de son côté de 8 points, à 8.697 points.

Plusieurs parlementaires du PDL, le parti de Silvio Berlusconi, ont fait entendre une voix dissidente mardi, en exprimant leur opposition au projet du Cavaliere de faire tomber le gouvernement de coalition dirigé par Enrico Letta, ce qui renforce les chances de ce dernier de sortir vainqueur du vote de confiance au Parlement.

Le Premier ministre grec, Antonis Samaras, a déclaré mardi que les responsables de la zone euro ne devaient pas tarder à prendre une décision à propos d'un allègement de la dette de la Grèce, prévenant qu'un retard sur cette question pourrait entraîner des troubles politiques dans le pays.

Les contrats à terme de Wall Street s'inscrivent en baisse mercredi. Les marchés d'actions américains ont rebondi mardi, en dépit de la première fermeture des agences fédérales depuis 17 ans, les investisseurs guettant des signes de compromis politique à Washington.

Les investisseurs s'attendaient à une impasse politique aux Etats-Unis, ce qui a permis d'éviter un choc majeur sur les marchés financiers, soulignent des courtiers. Avant mardi, l'indice Dow Jones Industrial Average avait reculé pendant sept séances sur huit, avec en particulier une chute de 129 points lundi.

"Le fait que la date butoir sur le budget fédéral a été manquée pourrait être un bon moyen d'aborder le débat concernant le plafond de la dette", déclare Richard Perry, chef stratégiste à Central Markets à Londres. "Les parlementaires se trouveront, espérons-le, dans une situation tellement embarrassante qu'ils reviendront avec une solution en temps voulu. C'est une question beaucoup plus cruciale en raison du risque de défaut", ajoute Richard Perry.

Les marchés asiatiques ont pour la plupart progressé mercredi, après que Wall Street a gagné du terrain mardi. La Bourse japonaise a été en revanche pénalisée par la vigueur du yen.

 
 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient ouvrir sur une note contrastée mercredi, alors que les marchés attendent la décision de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE). Si aucun changement majeur de politique n'est escompté, les commentaires du président de la BCE, Mario Draghi, au sujet des perspectives économiques de la zone euro seront à surveiller de près.

Les marchés seront particulièrement attentifs aux déclarations de Mario Draghi concernant une éventuelle nouvelle opération de refinancement à long terme, dite LTRO, pour les banques. "On ne s'attend à aucun signal clair au sujet d'une opération LTRO, mais Mario Draghi pourrait maintenir toutes les options ouvertes à ce stade", notent des analystes de Nordea.

Les obligations du Trésor américain évoluent peu mercredi. Le marché a cédé du terrain mardi, alors que les investisseurs espèrent un accord imminent sur un plan de financement qui permette à l'Etat fédéral de reprendre l'ensemble de ses activités et lève les hypothèques sur le prochain débat concernant le relèvement du plafond de la dette. "Pour l'heure, les marchés acceptent avec sérénité un 'shutdown'", observe Sean Simko, gestionnaire de portefeuilles chez SEI Investments. Mais "cela pourrait ne pas durer si une solution n'est pas trouvée dans les jours qui viennent".

 
 

CHANGES

L'euro, la livre sterling et le franc suisse s'inscrivent en léger recul mercredi face au dollar. Le billet vert est tombé mardi jusqu'à son plus faible niveau depuis sept mois par rapport à l'euro et à un point bas depuis janvier face à la livre, avant de se redresser au cours de la séance.

"Le marché a gardé son calme en dépit de l'annonce de la fermeture partielle des services publics fédéraux aux Etats-Unis", indique Kit Juckes, stratégiste à Société Générale.

Le dollar a été pénalisé mardi par l'annonce de bonnes statistiques sur l'activité manufacturière dans la zone euro et au Royaume-Uni. Celles-ci ont montré que ce secteur avait continué de croître en septembre, bien que de façon moins soutenue qu'au cours du mois précédent.

 
 

PETROLE

Les contrats à terme sur le pétrole se replient mercredi matin après la fermeture partielle des administrations fédérales américaines et du fait de facteurs fondamentaux baissiers. La demande aux Etats-Unis pourrait fléchir en raison d'opérations de maintenance dans les raffineries avant la saison hivernale. Le rapport sur les stocks pétroliers du département américain de l'Energie, attendu cet après-midi, devrait, selon les estimations, révéler une hausse des réserves de brut de 2,1 millions de barils pour la semaine close le 27 septembre.

Les chiffres de l'association interprofessionnelle API, publiés mardi soir, ont fait état d'une augmentation des stocks de brut de 4,5 millions de barils la semaine dernière aux Etats-Unis.

A 05h00, le contrat de novembre sur le Brent coté à l'ICE de Londres perdait 36 cents, à 107,58 dollars le baril, tandis que vers 07h20, le contrat de novembre sur le brut léger doux du Nymex cédait 43 cents, à 101,61 dollars le baril.


09:10 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.