17/09/2013

BONJOUR....

 

ACTIONS

Les places boursières européennes devraient ouvrir en baisse mardi, avant le début de la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) américaine.

IG prévoit que le CAC 40 ouvrira en repli de 7 points, à 4.145 points, tandis que le FTSE 100 perdrait 7 points, à 6.615 points, et que le DAX abandonnerait 10 points, à 8.603 points.

Les investisseurs ne devraient pas s'attendre à ce que le marché poursuive sa progression compte tenu des événements attendus cette semaine, observe Michael Hewson, analyste chez CMC Markets, en référence à la réunion de la Fed, au vote, en Italie, sur une éventuelle expulsion de Silvio Berlusconi du Parlement et des minutes de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque d'Angleterre.

Les contrats à terme sur les indices d'actions américains reculent mardi. L'indice dow Jones a gagné plus de 100 points lundi, soutenu par la décision de Lawrence Summers de se retirer de la course à la présidence de la Fed.

Alors que la Fed se prépare à commencer à réduire ses mesures de soutien à l'économie, le choix d'un successeur à l'actuel président de la banque centrale, Ben Bernanke, est considéré comme particulièrement important pour les marchés.

Après la défection de Lawrence Summers, la vice-présidente de la Réserve fédérale (Fed), Janet Yellen, apparaît désormais comme le choix numéro un du président américain, Barack Obama, pour la présidence de la banque centrale, ont indiqué des personnes proches du dossier.

En juin, lors d'une rencontre à huis clos avec des parlementaires, Barack Obama avait mentionné les noms de trois candidats pour succéder à Ben Bernanke au début 2014: ceux de Janet Yellen, de Lawrence Summers et de l'ancien vice-président de la Fed, Donald Kohn.

Le processus de sélection du futur nominé n'a pas encore débuté, selon un haut responsable de la Maison-Blanche, et aucun nouveau candidat n'est venu s'ajouter à la liste. La seule différence est que Larry Summers n'est plus envisagé pour le poste, selon cette personne.

Les investisseurs attendent maintenant la réunion de politique monétaire de la Fed, qui durera deux jours. La plupart des économistes interrogés par le Wall Street Journal s'attendent à ce que la banque centrale annonce une réduction de son programme de rachat d'obligations, actuellement de 85 milliards de dollars par mois.

Le marché est préparé à une réduction des rachats d'obligations, observe Bill Stone, responsable de la stratégie d'investissement chez PNC Asset Management. La Fed va probablement répondre aux attentes, plutôt que surprendre le marché, ajoute-t-il.

La plupart des marchés asiatiques perdent du terrain mardi avant la réunion de politique monétaire de la Fed, bien que les valeurs japonaises s'inscrivent en hausse, rattrapant la progression de la journée de lundi, fériée dans le pays.

 
 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient ouvrir sur une note contrastée mardi avant le début de la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale et la publication de nouvelles statistiques majeures.

Sur le front macroéconomique, l'indicateur économique avancé ZEW en Allemagne sera très surveillé mardi. Ce rapport devrait indiquer une tendance à l'amélioration progressive, même si les élections à venir outre-Rhin pourraient entraîner une certaine incertitude, selon Jonas Olavi, stratégiste de Nordea. HSBC, de son côté, anticipe une hausse de 0,1% des prix à la consommation en août aux Etats-Unis sur un mois et un indice NAHB du marché du logement qui pourrait être affecté par le recul des ventes de logements neufs en juillet.

Les obligations du Trésor américain s'inscrivent en progression mardi. Lundi, les marchés ont gagné du terrain pour la quatrième séance consécutive, après le retrait de Larry Summers, perçu comme un "faucon" en matière de politique monétaire, de la course à la présidence de la Fed. La hausse a toutefois été limitée par des prises de bénéfices avant la réunion de la banque centrale américaine.

 
 

CHANGES

Le dollar se stabilise mardi matin après avoir cédé du terrain face à la plupart des grandes devises lundi, à la suite du retrait de Lawrence Summers de la course à la présidence de la Réserve fédérale américaine.

Le billet vert a atteint un point bas en neuf mois face à la livre sterling, tout en perdant plus de 1% face au dollar australien. Les devises des marchés émergents, dont le rand sud-africain, le peso mexicain et la lire turque, ont également enregistré de fortes hausses face au dollar.

La plupart des observateurs de marché ont toutefois prévenu que la faiblesse du dollar pourrait ne pas durer. L'attention des investisseurs se porte à présent sur la réunion de politique monétaire de la Fed, à l'issue de laquelle la banque centrale devrait annoncer une réduction de son programme de rachat d'obligations. L'ampleur et la portée de cette réduction, de même que l'évaluation de l'économie par la Fed, sont considérées comme des facteurs clés pour déterminer l'orientation du dollar, observent des investisseurs.

 
 

PETROLE

Les contrats pétroliers se replient mardi matin sur fond d'apaisement de la crise syrienne. "Avec l'avancée, le week-end dernier, des négociations diplomatiques entre les Etats-Unis et la Russie au sujet de la remise de l'arsenal chimique syrien, la probabilité à court terme d'une intervention militaire a encore diminué, mais pas forcément disparu", remarque BNP Paribas.

Les marchés pétroliers suivront de près la réunion de politique monétaire de la Fed, qui commence ce mardi, de même que les chiffres des stocks pétroliers américains publiés ce soir par l'association interprofessionnelle API. Ce rapport devrait faire apparaître une baisse des stocks, ce qui devrait soutenir les cours du brut.

A 05h00, le contrat d'octobre sur le Brent coté à l'ICE de Londres perdait 47 cents, à 109,60 dollars le baril. Vers 07h20, le contrat d'octobre sur le brut léger doux du Nymex cédait 83 cents, à 105,76 dollars le baril.

09:14 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.