20/08/2013

BELLE SEMAINE A TOUS

 

La confiance des consommateurs dévisse brusquement aux Etats-Unis : L'indice mesuré par l'Université du Michigan qui reflète la confiance des consommateurs dégringole à 80 points en août. On est très loin des attentes du consensus qui tablait sur une légère amélioration à 85,5 points, contre un niveau de 85,1 en juillet. Face à la chute de la confiance des consommateurs, la perspective de voir la Fed réduire son programme d'assouplissement quantitatif s'atténue. De quoi déboussoler les marchés.

Les signes de sortie de récession se multiplient pour la zone euro : L'excédent commercial de l'union monétaire a grimpé à 17,3 milliards d'euros en juin, contre un solde positif de 12,8 milliards d'euros l'an dernier à la même époque. Les exportations et les importations de la zone euro ont progressé de respectivement 3% et 2,5% en juin, « ce qui souligne la sortie de récession de l'union monétaire ainsi qu'un timide rebond de la demande des ménages » d'après Eurostat.

L'Europe du Sud tire le marché automobile à la hausse ! : Grâce à la forte demande dans les pays périphériques, le nombre d'immatriculations de voitures neuves a augmenté de 4,9% en Europe. Signe que le marché a peut-être touché le fond et amorce un vrai rebond, les immatriculations ont bondi de 15% en Espagne, de 17% au Portugal et même de 12% en Grèce au mois de juillet. En Irlande, le nombre de véhicules immatriculés a doublé et, en France, les immatriculations ont enregistré une hausse de 1%...la première depuis octobre 2011.

L'inflation de la zone euro reste faible : 1,6% : C'est la progression sur un an des prix à la consommation dans la zone euro. Un chiffre stable par rapport au mois précédent et en ligne avec les attentes. Au cours du seul mois de juillet, les prix à la consommation ont même diminué de 0,5%.

A ne pas manquer cette semaine : Les résultats des sociétés s'éclipseront de la scène financière pour laisser place à la macroéconomie. En Chine d'abord et en Europe ensuite, la publication des indices PMI de l'activité du secteur privé en août constituera l'un des principaux évènements de la semaine. Aux Etats-Unis, le marché suivra avec attention les Minutes de la Fed, le compte rendu du rapport de la réserve Fédérale américaine qui pourrait donner des précisions sur le calendrier de la politique monétaire.

Regain de nervosité sur les taux américains : Face aux inquiétudes liées au futur de la politique monétaire de la fed, les taux longs us sont au plus haut depuis 2 ans. Ils atteignent désormais 2,85%. L'écart entre les taux allemands et américains a doublé depuis début mai.

La Russie se désengage d'EADS : Six ans après avoir acquis 5% du groupe aéronautique européen, Moscou a commencé à se retirer du capital d'EADS, pour des raisons économiques et politiques. L'argent retiré de cette cession ira dans les caisses de Soukoi, le constructeur de l'avion régional SuperJet, qui traverse une passe difficile.


 

L'euro était stable face au dollar lundi, dans un marché peu animé qui attend les décisions de la Réserve fédérale américaine (Fed) sur un possible ralentissement imminent des mesures de soutien à l'économie américaine.

Vers 09H00 GMT (11H00 à Paris), l'euro valait 1,3327 dollar, contre 1,3326 dollar vendredi soir.

La monnaie unique européenne montait face à la devise nippone, à 130,18 yens contre 130,02 yens vendredi soir.

Le dollar montait également face au yen, à 97,67 yens, contre 97,53 yens vendredi.

"C'est un début de semaine calme, avec aucun indicateur majeur attendu (lundi)", indiquaient les analystes de Lloyds.

"Avec un calendrier économique incroyablement léger durant la première partie de la semaine, les marchés devraient être léthargiques jusqu'à la publication des minutes de la dernière réunion de la Fed mercredi", abondait Jonathan Sudaria, chez Capital Spreads.

Les investisseurs chercheront dans ces minutes un indice sur le futur de la politique monétaire ultra-accommodante de la Fed.

"Il semble que les investisseurs se soient décidés sur le fait que la Fed commencera à ralentir ses mesures d'aide le mois prochain et la seule inconnue est de combien sera ce ralentissement", jugeait Michael Hewson, chez CMC Markets.

La Fed, qui injecte 85 milliards de dollars par mois dans le système financier américain via des rachats d'actifs, a indiqué qu'elle pourrait diminuer ses injections dès septembre si l'économie américaine continuait de montrer des signes d'amélioration.

Ces injections ayant pour effet de diluer la valeur du dollar, la perspective de leur diminution a tendance à soutenir la devise américaine.

La semaine dernière, le couple euro-dollar s'était montré très hésitant, oscillant sans cesse au gré des informations sur l'évolution de la conjoncture économique américaine et des spéculations de plus en plus intenses sur l'avenir de la politique ultra-accommodante de la Fed.

La Fed doit se réunir les 17 et 18 septembre et les marchés devraient rester nerveux jusqu'à cette réunion, selon des analystes.

Anticipant une fin progressive des mesures de relance par la Fed, le marché obligataire américain a fait grimper vendredi les rendements des bons du Trésor à 10 ans et 30 ans à des niveaux pas atteints depuis deux ans.

Vers 09H00 GMT, la livre britannique montait face à l'euro, à 85,20 pence pour un euro, ainsi que face au billet vert à 1,5642 dollar pour une livre. La livre a atteint vendredi 1,5657 dollar pour un livre, un niveau inconnu depuis deux mois.

La devise helvétique baissait face à l'euro, à 1,2356 franc suisse pour un euro, comme face au dollar, à 0,9271 franc suisse pour un dollar.

L'or valait 1.373,77 dollars l'once, contre 1.369,25 vendredi soir. Le métal jaune a atteint lundi vers 02H00 GMT un plus haut depuis deux mois, à 1.384,55 dollars l'once.

 

09:34 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.