31/07/2013

BONJOUR ..10H29 ..INCHANGE.

 

La confiance se replie aux Etats Unis, mais progresse en zone euro : La confiance des consommateurs américains mesurée par le Conference Board a reculé à 80,3 pour le mois de juillet 2013, contre environ 81 de consensus et 82,1 le mois précédent qui marquait son plus haut niveau annuel. Par contre, l'indice mensuel de confiance dans les 17 pays de la zone euro s'est redressé à 92,5 en juillet contre 91,3 en juin, soit son plus haut niveau depuis avril 2012

 

Les prix immobiliers continuent de remonter la pente : L'indice S&P Case-Shiller des prix américains de l'immobilier dans les vingt principales zones métropolitaines a augmenté de 1% en mai 2013, contre +1,3% de consensus et une hausse de +1,7% en avril. En glissement annuel, l'indice a progressé de 12,2%.

 

La Chine tente de rassurer sur la vigueur de sa croissance : Dans un contexte de ralentissement économique, la Chine va continuer dans la seconde moitié de 2013 à bénéficier d'une "croissance économique régulière", malgré des "conditions intérieures et internationales extrêmement compliquées", a affirmé le Bureau politique du Parti communiste chinois.

 

Demain les tarifs d'EDF augmenteront de 5% : Un arrêté publié ce matin au journal officiel confirme la nouvelle grille de tarifs réglementés de l'électricité qui entrera en vigueur à compter du 1er août 2013. Il en résulte une hausse de 5% en moyenne des tarifs "bleus" d'EDF, qui s'applique sur les particuliers et les petits professionnels. L'arrêté confirme également la perspective d'une hausse d'ampleur similaire de l'électricité en 2014.

 

La banque de Chine lève les craintes d'un "cash crunch" : La Banque populaire de Chine (PBOC) a injecté 17 milliards de yuans, soit 2,8 milliards de dollars de liquidités par le biais d'accords de rachats de titres à sept jours. C'est la première fois depuis le mois de février que la PBOC se décide à soulager les marchés avec une telle opération.

 

Obama propose de baisser l'impôt sur les sociétés : Barack Obama a lancé une nouvelle piste de réforme fiscale. Il s'agirait d'abaisser le taux d'impôt sur les sociétés pour le passer de 35% à 28% et jusqu'à 25% pour le secteur manufacturier.

 

Les résultats semestriels d'EADS s'envolent : Le groupe aéronautique a réalisé un chiffre d'affaires de 26,33 milliards d'euros, en croissance de 6% en glissement annuel, pour un EBITDA de 2,23 milliards d'euros, qui s'apprécie de 21%. Et le bénéfice net s'envole de 31% à 759 millions d'euros.

 

Peugeot annonce des pertes moins lourdes que prévu : Peugeot, dont le chiffre d'affaires semestriel a baissé de -3,8% à 27,71 milliards d'euros, a limité sa perte opérationnelle courant à -65 millions d'euros, tandis que sa perte nette atteignait -426 millions d'euros, contre -818 millions d'euros un an avant.

GOLDMAN SACHS.....

 

Le procès de l´ancien courtier de Goldman "Fab le fabuleux" dans sa phase finale

DJ Le procès de l´ancien courtier de Goldman "Fab le fabuleux" dans sa phase finale

 

NEW YORK (NEW YORK) (AFP)--Le procès de Fabrice Tourre, l´ex-courtier de Goldman Sachs surnommé "Fab le fabuleux" et accusé par le gouvernement américain d´avoir trompé des investisseurs, est entré mardi dans sa dernière ligne droite.

Le gendarme boursier (SEC) accuse le Français de 34 ans de "fraude" lors de la commercialisation début 2007 d´un placement complexe, "Abacus", adossé à des emprunts hypothécaires à risque (subprime), quelques mois avant l´éclatement de la crise du marché immobilier.

Une condamnation du Français serait une victoire pour la SEC, très critiquée pour avoir été incapable d´empêcher la crise et pour ses difficultés à faire condamner des responsables.

M. Tourre risque, lui, une amende et la restitution des gains mal acquis, assortis d´une interdiction d´exercer des fonctions liées aux marchés. Si Goldman Sachs paie toujours ses frais d´avocats, il a quitté la banque d´affaires et veut selon ses avocats devenir "enseignant".

"Je pense que nous avons été en mesure de démontrer que Fabrice n´avait rien fait de mal, après trois années d´une presse négative et injuste", a déclaré à l´AFP son avocat Sean Coffey à la sortie du tribunal.

A coup d´extraits de courriels ou de dépositions et de chronologies diverses, les deux parties ont croisé le fer mardi.

Matthew Martens, l´avocat de la SEC, a dépeint M. Tourre comme un courtier expérimenté qui a "choisi" d´induire en erreur un intermédiaire clé, la société financière américaine ACA, sélectionnée pour former un portefeuille d´actifs immobiliers servant de collatéral au produit Abacus.

"C´était une transaction à 1 milliard de dollars pour nourrir l´avidité de Wall Street", a lancé l´avocat aux jurés.

"Conflit d´intérêts"

"Si les produits financiers dont on parle dans ce procès sont complexes, la fraude concernée est très simple", a-t-il assuré.

La SEC a cherché à démontrer qu´un client de Goldman Sachs, le fonds spéculatif Paulson, qui a fait fortune en misant sur l´effondrement du marché des prêts "subprime", avait participé à la sélection des actifs sur lesquels était adossé Abacus, ce qui créait un "conflit d´intérêt" "déterminant" qui n´a "pas été dévoilé" à ACA ou aux acheteurs du produit, à savoir les banques néerlandaise ABN Amro et allemande IKB.

Selon la SEC, M. Tourre a tout fait pour maintenir ACA et sa directrice des investissements Laura Schwartz dans l´idée que M. Paulson pariait à la hausse du marché des subprime, et qu´il investissait dans Abacus dans cette vue.

Pour M. Martens, M. Tourre est coupable de "fraude" et "négligence" face aux investisseurs ayant acheté Abacus, qui ont perdu des centaines de millions de dollars alors que John Paulson engrangeait 1 milliard de dollars de gains et Goldman Sachs 15 millions de dollars de commissions.

M. Martens cite également Mme Schwartz déclarant que si elle avait su que Paulson pariait en fait à la baisse sur les "subprimes" et était fortement impliqué dans la conception d´Abacus, ACA n´aurait pas travaillé sur ce produit.

De son côté, l´avocat de la défense, Sean Coffey, a assuré que ACA et les acheteurs d´Abacus, ABN-Amro et IKB, étaient parfaitement au courant du fait que M. Paulson pariait à la baisse sur le marché des "subprime", comme en témoignaient de très nombreux articles de presse.

"Il est ridicule" de prétendre que ACA ignorait la position de Paulson, a-t-il estimé.

Il a rappelé qu´un témoin de l´accusation, Paolo Pellegrini, l´un des employés du fonds Paulson, avait dit sous serment qu´il avait informé Mme Schwartz que Paulson pariait à la baisse sur les subprimes et donc sur Abacus.

Il a en outre décrit IKB comme un investisseur "super sophistiqué" et "grand consommateur" de dérivés hypothécaires, ayant mené sa propre analyse quantitative d´Abacus.

M. Tourre n´a "jamais trompé les investisseurs", a-t-il martelé.

Pour Sean Coffey, la bonne foi de M. Tourre est prouvée par le fait que Goldman a perdu 90 millions de dollars en achetant de l´Abacus face à Paulson.

"La question est de savoir s´il y avait un plan pour tromper les investisseurs": "parfois, on se fait prendre à sa propre fraude", a rétorqué M. Martens.

 

(END) Dow Jones Newswires

July 31, 2013 00:38 ET (04:38 GMT)

INDICES à 10H33

BEL 20 * 2652.50 16.54 0.63 %  
AEX * 368.84 -0.15 -0.04 %  
CAC 40 * 3989.38 2.77 0.07 %  
Euronext 100 * 750.76 3.71 0.50 %  
Next 150 * 1677.22 -4.46 -0.27 %  
DAX 8270.90 -0.12 0.00 %  
FTSE MIB 16482.83 -60.07 -0.36 %  
IBEX 35 8441.30 -15.20 -0.18 %  
SMI 7806.39 -3.78 -0.05 %  
SLI 1196.49 0.14 0.01 %  
SPI 7379.49 -9.15 -0.12 %  
Dow Jones * 15520.59 -1.38 -0.01 %  
Nasdaq 100 3085.33 0.00 0.00 %  
Nasdaq 3616.47 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1158.21 -1.07 -0.09 %  
OMX Helsinki 25 2332.60 -0.84 -0.04 %  
OMX Stockholm 30 1239.86 3.00 0.24 %  
OMX Copenhagen 20 546.77 -0.39 -0.07 %  

10:33 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.