12/06/2013

bonjour...10h07

DE CBC

En direct des Marchés
 
 
 
 
 
Salle des marchés, le
mercredi
 
12 juin 2013
 
 
 
 
Madame, Monsieur
,
 
 
La décision, hier matin, de la BOJ de ne pas prendre de mesure complémentaire de soutien à
l’économie a plombé les bourses, et provoqué une hausse des rendements obligataires. Une
certaine aversion au risque a donc poussé les investisseurs à prendre leur p
rofit sur les
bourses, à se dégager de positions plus risquées comme les obligations italiennes ou
grecques, et à solder une partie de leur position en matière première. Assez curieusement,
dans ce contexte, le dollar n’a pas profité du mouvement et se traite à 1.33 par rapport à l’euro.
Par contre, la décision de la BOJ, qui injecte quand même 58 milliards d’euros
par mois dans l’économie, a provoqué une hausse du yen et une légère hausse des taux longs. La BOJ estime que la situation économique s’améliore
 
et elle veut se donner du temps pour appréhender au mieux les effets de sa politique.
 
Tous ces mouvements doivent s’analyse à travers le prisme de l’action qu’ont mené les
banques centrales ces dernières années pour juguler la crise, fluidifier les marchés, soutenir
les économies à bout de bras et rassurer les investisseurs.
La fin progressive et programmée des programmes de soutien est donc une perspective qui inquiète et perturbe les marchés, et ils leur faudra du temps pour digérer ce tarissement des
liquidités, même si entre la fin des programmes d’assouplissement et le retrait des
liquidités pas mal de temps va encore s’écouler.
 
L’heure est aussi aux révisions déchirantes pour les prévisions économiques.
La banque centrale de Finlande a revu ses prévisions nettement à la baisse et s’attend maintenant à
une contraction de son PIB pour 2013 de 0.8 %, alors qu’en décembre elle tablait sur une
croissance de 0.4 %.
 
Il faut dire que le premier trimestre a vu l’économie finlandaise reculer de 0.1 %, soit en chiffre
annuel afficher une croissance de 2.1 %. Affectée par un recul sensible de
ses exportations, l’économie finlandaise subit de plein fouet la crise dans la zone euro et pour
2014, la banque centrale a revu drastiquement ses prévisions de croissance à 0.7 % contre 1.4
% précédemment.
 
La livre turque reste sous pression et n’a pas profité de la publication de la hausse de 1.6 % du
PIB au premier trimestre, soit en chiffre annuel une croissance de 3 % contre un chiffre de 2.2
% précédemment. Mais évidemment, ces chiffres sont antérieurs aux événements de la place
Taksimet et rien ne peut assurer la poursuite d’une croissance de cette ampleur. Et pour garder
notre petite référence quotidienne, le dollar australien s’est encore affaibli en cours de journée
en allant toucher le niveau des 1.42 par rapport à l’euro avant de se reprendre un peu.
 
 
 
Ce document est rédigé par le Chief Economist de CBC Banque &
 
Assurance et les opinions émises sont fondées
sur des informations publiques.
 
Il n'a pas pour vocation de se substituer à la stratégie d'investissement décidée par le Comité de Placement de la
banque qui est relayée auprès de la clientèle notamment par l
es Private Bankers, Personal Bankers et Experts en
Placements.
 
 
CBC Banque & Assurance, Grand
-
Place 5, 1000 Bruxelles, Belgique. TVA BE 0403 211 380, RPM Bruxelles, Compte bancaire
728
-
9000620
-
28, FSMA 017588A,
Société du groupe KBC.
 
 
 
   
 
 

10:09 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.