29/05/2013

bonjour...

de CBC

En direct des Marchés
 
 
 
 
 
Salle des marchés, le

 

 
 
 
 
Madame, Monsieur
,
 
La confiance, le fer de lance d’une reprise, surtout aux États Unis.
L’indice de confiance des
consommateurs aux États Unis a atteint son niveau le plus haut
 
depuis 5 ans
 
(voir graphe). Cette hausse est une excellente nouvelle et un soutien essentiel à la croissance de
l’économie américaine. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule,
l’indice CaseShiller 20 a affiché une hausse de 10.9 % soit sa plus
forte hausse annuelle depuisavril 2006.
Si les bourses se sont réjouies de la publication de ces indices, il est évident par
contre que ces mêmes indicateurs renforcent la perspective de voir la FED abandonner
graduellement son programme d’assouplissement
 
quantitatif. Résultat, le rendement du
treasury 10 ans est passé de 2.06 % à 2.23 %, confirmant ainsi une hausse déjà amorcée la
semaine passée. En moins d’une semaine, ce rendement a en effet progressé de 0.30 % , un
peu comme une tige de cucurbitacée, qui couvre le sol avec des ramifications un peu partout
pour donner en final un beau légume, en l’occurrence ici un rendement qui pourrait revenir vers
 
les 2.75 % dans les prochains mois.
 
Le dollar est sorti renforcé de la publication de ces indices, mais
,
 
peut être et surtout de cette
hausse des taux. Les bourses européennes ont également été soutenues par ces très bons
indices aux États Unis, et une certaine accalmie se fait sentir qui permet à l’euro de se
renforcer par rapport au franc suisse à 1.2565.
Autre signal positif, l’Italie a pu emprunter 2.5
milliards d’euros à deux ans au taux record de 1.11 % contre 1.17 % le mois dernier.
L’Italie n’a jamais emprunté à un taux aussi bas depuis le lancement de l’euro.
 
Par contre, le dollar australien continue
 
de vaciller sur ses bases et la probabilité d’une
nouvelle baisse de taux se renforce encore un peu plus. Selon une note publiée par Pimco, les
investissements dans le secteur des matières premières ont contribué pour 60 % à la
croissance en 2012 et une baisse des taux permettrait alors de soutenir d’autres secteurs. Le
recul de 1.1 % des constructions de nouveaux logements a déçu et confirme le ralentissement
de l’économie. Le dollar australien est passé de 1.3395 à 1.3440 par rapport à l’euro. Autre
baisse de taux, la banque centrale de Hongrie a baissé son taux pour le porter à 4.5 %. Les
perspectives de baisse de taux demeurent d’actualité, même si globalement ces derniers ont
atteint des niveaux historiquement bas, et même dans la zone euro cette persp
ective n’est pascomplètement écartée.
Ainsi, Peter Praet, chief economist de la BCE, a évoqué le fait que
la BCE disposait encore d’une marge de manœuvre suffisante pour réduire ses taux si
nécessaire.
 
 
   
 

 

 

11:13 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.