10/04/2013

BONJOUR....9H50..MIEUX!!

de MonFinancier..

 

LE NIKKEI FAIT UN CARTON

C'est vrai qu'il venait de très loin. Et qu'il est encore à des années lumière de son record de décembre 1989, au dessus de 39,000. Mais la progression du Nikkei depuis Juin 2012 est spectaculaire. Plus de 50% de hausse. Grâce en partie à une chute vertigineuse du yen et à la volonté commune du gouvernement et de la banque centrale de sortir le pays de la déflation. Banzaï!!!

 

 

 

LE JAPON QUI RIT, LA CHINE QUI PLEURE
Les Chinois se taisent mais ils sont très énervés contre les Japonais et pas seulement pour des querelles d'îles désertes. La baisse du yen plombe la compétitivité chinoise. Et la Chine veut croître de plus de 7.5%. Elle ne va pas tarder à s'exprimer... Et en plus, l'agence Fitch s'est permise de dégrader la dette de la Chine en yuans pour cause d'explosion de crédits bancaires et de manque de transparence. Ouh la la...La vengeance va être terrible...

L'HÔPITAL QUI SE FOUT DE LA CHARITÉ (Voir édito )
Le secrétaire d'état au Trésor Américain fait la tournée des capitales Européennes pour expliquer comment sortir de la crise. A Berlin hier ils étaient morts de rire de voir le pays qui a provoqué la crise et qui ne parvient même pas à se mettre d'accord sur leur budget leur donner une leçon d'économie. Jacob Lew a eu droit à une standing ovation pour son one man show comique.

LA BLAGUE DU JOUR
Najat Vallaud Belkacem: "La gauche n'est pas l'ennemie des entrepreneurs". Et elle n'est pas l'amie des fonctionnaires non plus? Qu'elle est drôle Najat.

L'AUTRE BLAGUE DU JOUR
Benoît Hamon, le ministre de l'économie sociale et solidaire, qui avait disparu des écrans depuis quelques semaines: "L'austérité conduit à une France low cost"... Quelqu'un peut lui donner les chiffres comparatifs du coût du travail en France ?

ALERTE SUR L'AUTOMOBILE EUROPÉENNE
Le fossé entre les constructeurs européens de voitures de luxe et les constructeurs de moyen et bas de gamme se creuse de façon spectaculaire. La patron de Fiat, Sergio Marchionne, a lancé un cri d'alarme. Les constructeurs haut de gamme voient leurs ventes progresser fortement en Chine, au brésil, dans les autres pays émergents et aux États Unis alors que les Fiat, Renault, Peugeot sont coincés dans la spirale européenne.

PETITE ÉCLAIRCIE EN ANGLETERRE
La production industrielle Anglaise était un peu meilleure que prévue. Ce n'est encore qu'une toute petite hirondelle et le printemps anglais est encore loin mais cela a permis à la livre sterling de rebondir un peu.

L'ATTENTE DES RÉSULTATS TRIMESTRIELS
Les indices Américains restent proches de leurs records historiques. Mais ils attendent les publication des résultats trimestriels pour trouver leur nouvelle tendance. Ce qui inquiète un peu les investisseurs c'est que 100 entreprises du S&P 500 ont donné des pré indications de résultats en retrait. C'est plus que d'habitude...

LES INDIENS ET LES SSII
La vague d'achat de sociétés de services informatiques par des groupes indiens est un peu l'arlésienne depuis 10 ans. On en parle beaucoup sans que rien ne se passe. L'acquisition par TCS, du groupe Tata, du Français Alti (126 millions de chiffres d'affaires) marque peut être le début du mouvement. A suivre...

LA TAXE DE 75%
va coûter 45 millions d'euros au PSG. Quelle pression pour le match ce soir...Quant au président d'Orange, Stéphane Richard, il a décidé de réduire son salaire de 1.5 millions à 1 million pour que le groupe n'ait rien à payer. Beau geste.

CONNAISSEZ VOUS LA SLOVÉNIE?
Non. Et pourtant vous devriez. c'est un pays de la zone euro. Qui est au bord de la faillite. Et dont le sauvetage va coûter 8 milliards d'euros à l'Europe. C'est beau la solidarité. Who's next?

A LIRE
l'enquête dans le Parisien. "Quand Cahuzac conseillait les labos
pharmaceutiques". Édifiant.

 

L'HOPITAL QUI SE FOUT DE LA CHARITÉ ?

 

 

C'est bien l'expression consacrée non ? Voir le nouveau secrétaire au Trésor américain donner une leçon d'économie hier à Berlin est assez pittoresque. Et les sourires sur les visages de ses interlocuteurs allemands en disaient long sur leurs pensées. Les allemands ont été peu "réceptifs" aux conseils américains et l'ont envoyé à Paris où il aura surement plus de succès aujourd'hui.

Le nouveau secrétaire du Trésor Jack Lew fait une tournée Européenne.
Et il retente ce qu'avait déjà fait son prédécesseur Tim Geithner il y a quelques mois. Expliquer aux Européens que leur modèle de sortie de crise est mauvais et vanter le modèle américain basé sur l'absence totale d'austérité et de rigueur. Il fait le tour des grandes capitales mais c'est surtout aux Allemands qui s'adresse car il sait que ce sont les maîtres du jeu.

Et peu de réaction hier en Allemagne.
On l'a écouté poliment hier à Berlin. Mais sans rien lâcher. Wolfgang Shauble le ministre des finances allemand a même répété, une fois de plus, qu'il n'y avait pas contradiction entre la croissance et la discipline budgétaire et qu'il ne pouvait pas y avoir de croissance pérenne sans fondamentaux économiques solides.

Une critique déguisée vis-à-vis des Etats Unis .
A peine déguisée. Les dirigeants Allemands, et même l'opposition trouvent assez pittoresques que ce soit le pays qui a plongé le monde dans la crise, le pays qui va de blocage en blocage tous les 6 mois sans même parvenir à un accord sur le budget qui viennent donner des leçons d'économie. Certes la croissance américaine atteindra cette année les 3% aux Etats unis mais au prix de déséquilibres financiers que l'Allemagne n'est pas prête à étudier. Les Etats Unis n'ont vraiment pas de donner de leçon à l'Europe mais les Allemands devraient tout de même sortir de leur autisme dogmatique.

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en hausse mercredi, dans le sillage des places asiatiques, poussées par les nouveaux records atteints par le Dow Jones à New York mardi soir et par une statistique favorable du commerce extérieur chinois.

Pékin a fait état d'un déficit commercial de 884 millions de dollars en mars, sous le coup d'une hausse de 14,1% des importations par rapport au même mois de 2012 - un chiffre inattendu qui conforte les espoirs de reprise de la demande intérieure chinoise.

"La hausse des importations est un signe de vigueur de la consommation en Chine, c'est ce que le marché veut voir", note Ioan Smith, chez Knight Capital à Londres.

A New York, le Dow Jones et le S&P-500 ont inscrit de nouveaux plus hauts mardi soir et la Bourse de Tokyo a progressé de 0,73% mercredi, toujours favorisée par la politique monétaire ultra-accommodante de la Banque du Japon.

Après dix minutes d'échanges, le CAC 40 parisien gagne 0,55% à 3.690,91 points et le Dax allemand 0,48% à 7.674,28. La Bourse de Londres et le marché suisse avancent de 0,32% tandis que Madrid surperforme avec un gain de 0,86%.

L'indice paneuropéen FTSE EuroFirst 300 progresse de 0,40% et l'EuroStoxx 50 s'octroie 0,57%.

Le secteur des services aux collectivités tire les indices à la hausse, avec E.ON , RWE et GDF Suez qui gagnent autour de 2% et signent les trois meilleures performances de l'EuroStoxx 50.

Plus forte baisse de l'indice paneuropéen, France Télécom trébuche de 1,2% après des commentaires défavorables de Goldman Sachs, qui a placé l'opérateur télécoms sur sa liste des valeurs à vendre en priorité.

Parmi les valeurs de second rang, EasyJet s'adjuge 5,8% à Londres après un relèvement de la recommandation de Citigroup, passé de neutre à achat sur le titre.

Sur le marché des changes, l'euro s'apprécie de 0,11% à 1,3097 dollar, revenant vers son plus haut depuis le 15 mars de 1,3100 touché la veille en séance.

Le dollar/yen est stable à 99,15 mais reste sous pression après ses plus bas de plusieurs années touchés mardi. La devise japonaise a chuté de 7% depuis les annonces de la BoJ jeudi dernier et bon nombre d'analystes la voient sauter le seuil psychologique des 100 pour un dollar dans les prochains jours.

Les intervenants attendent le compte rendu de la réunion de mars de la Réserve fédérale, publié à 18h00 GMT, à l'affût d'indices sur la politique monétaire américaine.

Sur le marché obligataire, l'offre abondante de papier pousse les futures sur Bunds à la baisse.

Sur le marché pétrolier, le baril de Brent se replie légèrement (-0,12%) en début de séance européenne mais se maintient au-dessus des 106 dollars, soutenu par la statistique chinoise et par la persistance de tensions géostratégiques, notamment autour de la Corée du Nord et de l'Iran.

Véronique Tison pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

 


 

09:53 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.