21/03/2013

BONJOUR LES AMIS...

DJIA             14.511,73 points +0,39% 
Nasdaq            3.254,19 points +0,78% 
S&P 500           1.558,71 points +0,67% 
 
Nikkei 225       12.635,69 points +1,34% 
 
Cours de change à 06h50 
Variation par rapport à la clôture à New York 
 
USD/JPY       95,76   -0,26% 
EUR/USD      1,2945   +0,07% 
EUR/JPY      123,96   -0,18% 
 
 
 

 

A SUIVRE EN FRANCE

Les investisseurs attendront, dans la matinée, les indices PMI provisoires pour le mois de mars, puis, à 22h, la note de conjoncture de l'Insee.

Par ailleurs, l'Agence France Trésor procédera à son émission mensuelle de dette de long terme. Elle cherchera à placer entre 7 et 8 milliards d'euros d'obligations assimilables du Trésor (OAT) ainsi que de 1 à 1,5 milliard d'euros d'obligations assimilables du Trésor indexées sur l'inflation en France (OATi) et dans la zone euro (OATei).

Du côté des entreprises, les résultats annuels de Bolloré, Eurotunnel, Havas, Hermès, Paref et Recyclex ainsi que les performances semestrielles de Kindy sont au programme.

 

 
 

 

ACTIONS

Les marchés d'actions européens pourraient ouvrir en baisse jeudi, alors que les investisseurs continuent de surveiller de près la situation de Chypre, même si les annonces de la Réserve fédérale américaine (Fed) et de la Banque centrale européenne (BCE) ont permis d'apaiser quelque peu les inquiétudes.

City Index prévoit que le CAC 40 cédera 13 points à l'ouverture, à 3.816 points, tandis que le FTSE devrait reculer de 1 point, à 6.432 points. De son côté, le DAX 30 baisserait de 7 points, à 7.994 points.

Chypre dispose désormais d'une palette d'options réduite pour préserver son secteur financier surdimensionné de l'effondrement, après que ses bailleurs de fonds internationaux ont rejeté mercredi un plan de secours alternatif proposé par Nicosie. Ses partenaires de la zone euro et le Fonds monétaire international (FMI) ont réaffirmé que le montant du plan d'aide accordé à Chypre ne pourrait excéder 10 milliards d'euros.

Des discussions sont par ailleurs en cours entre Chypre et les autorités russes à propos d'un éventuel prêt de plusieurs milliards d'euros de la part de Moscou, en échange d'un accès privilégié aux gisements de gaz naturel découverts récemment au large des côtes chypriotes.

Parmi les contre-propositions formulées par Chypre figurent la possible mise à contribution de fonds de pension publics et la restructuration des deux plus grandes banques de l'île.

Le patron de la Fed, Ben Bernanke, a estimé mercredi lors d'une conférence de presse que Chypre ne devrait pas représenter un risque majeur pour les Etats-Unis, ajoutant toutefois que la banque centrale surveillait l'évolution de la situation.

A l'issue d'une réunion de deux jours de son comité de politique monétaire, la Fed a annoncé mercredi avoir décidé de continuer à acheter pour près de 85 milliards de dollars d'obligations chaque mois et de maintenir ses taux d'intérêt à un niveau proche de zéro, afin de stimuler l'activité économique aux Etats-Unis.

Les contrats à terme de Wall Street s'inscrivent en légère hausse jeudi. Les valeurs américaines ont clôturé dans le vert mercredi, alors que la décision de la Fed de maintenir son dispositif d'assouplissement a relégué au second plan les problèmes de Chypre et de la zone euro.

Les marchés asiatiques ont pour la plupart gagné du terrain jeudi, la place de Hong Kong s'inscrivant en hausse après des statistiques encourageantes témoignant d'une reprise de l'activité manufacturière chinoise.

 

 
 

 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient démarrer la séance sur une note contrastée, alors que les investisseurs soupèsent les risques de voir la crise chypriote perturber la demande pour les obligations des Etats périphériques de la zone euro.

Pacific Investment Management Co., ou Pimco, le premier fonds obligataire mondial, estime que la situation de Chypre est pour l'instant "maîtrisable" et qu'elle ne devrait pas déboucher sur une "spirale négative" au sein de la zone euro, estime Andrew Balls, responsable du portefeuille obligataire européen de Pimco.

Les prix des emprunts d'Etat américains sont en baisse jeudi. La demande des investisseurs pour les titres du Trésor américain a diminué mercredi, pour la première fois cette semaine, alors que les grandes banques centrales mondiales ont apaisé les craintes provoquées par la situation de Chypre. La Banque centrale européenne (BCE) a notamment indiqué qu'elle fournirait les liquidités nécessaires si la situation de Chypre se détériorait.

 

 
 

 

CHANGES

L'euro s'inscrit en légère hausse jeudi face au dollar, qui s'est replié après la décision de la Réserve fédérale de laisser sa politique monétaire inchangée.

La monnaie unique a rebondi mercredi, après avoir perdu du terrain au cours des deux séances précédentes, pénalisée par la situation de Chypre. Même si le dossier chypriote est loin d'être résolu, les cambistes ont été incités à acheter la devise européenne, qui avait atteint ses plus bas niveaux depuis le mois de novembre.

"Il y a eu ce mouvement de vente [lundi et mardi à la suite de l'annonce du plan d'aide à Chypre], mais le marché a fini par considérer que Chypre était un tout petit pays et que quoi qu'il arrive, les conséquences seront très faibles" sur l'ensemble de la zone euro, indique Greg Anderson, stratégiste devises chez Citigroup à New York.

La livre sterling s'est renforcée mercredi, après l'intervention du chancelier de l'Echiquier au Royaume-Uni, George Osborne. Celui-ci a déclaré que l'objectif d'inflation de la Banque d'Angleterre resterait à 2%, ce qui a apaisé les craintes d'une importante révision du mandat de la banque centrale britannique.

 

 
 

PETROLE

Les contrats à terme sur le pétrole brut se sont redressés pendant la séance en Asie, après la publication d'un indice HSBC signalant un rebond de l'activité manufacturière en Chine.

L'indice HSBC des directeurs d'achat du secteur manufacturier en Chine a augmenté à 51,7 en mars, contre 50,4 en février, selon les résultats préliminaires de l'enquête mensuelle réalisée par la banque britannique.

Société Générale note toutefois que si l'économie américaine se trouve maintenant dans "des conditions favorables à la reprise, ce n'est pas encore le cas de l'Europe, et la récente accélération de la croissance économique de la Chine devrait s'étioler d'ici au milieu de l'année, en raison des mesures du gouvernement chinois pour rééquilibrer l'économie"

A 04h00, le contrat de mai sur le Brent perdait 7 cents à 108,65 dollars le baril, tandis que vers 07h20, le contrat d'avril sur le brut coté au Nymex gagnait 28 cents à 93,24 dollars le baril.

09:12 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.