06/03/2013

BONJOUR...LES AMIS.

de MonFinancier...

 

LES RECORDS AMÉRICAINS

C'est fait. Le Dow Jones a effacé hier officiellement les années de crise. Il a affiché un nouveau record. Back to 2007. La crise de 2008 n'a pas eu lieue...Les indicateurs économiques comme l'indice des services hier continuent à pointer vers un rebond des US. L'euphorie américaine a été contagieuse avec le CAC au plus haut depuis un an et demi.

 

LE CHIFFRE DU JOUR: 14253.77
C'est le record absolu en clôture atteint hier soir. Le record d'Octobre 2007, 14146.53, a été dépassé. Et l'argent des particuliers et des investisseurs institutionnels continue à se déverser sur les marchés. Malgré la crise budgétaire. Les investisseurs veulent profiter de la politique accommodante de la FED et des bons indicateurs économiques.

 

MELENCHON A PERDU SON IDOLE
Chavez est mort. No comment. Il paraît que cela ne se fait pas de dire du mal de quelqu'un qui vient de mourir.

 

LA GUERRE CONTRE LA HAUTE FREQUENCE
Le FBI a décidé de faire cause commune avec les autorités de contrôle des marchés US pour s'attaquer au trading à haute fréquence accusé de manipulation des marchés.

 

LA BLAGUE DU JOUR
La bagarre entre Forbes qui a publié le classement des milliardaires et Al Waleed. Al Waleed accuse Forbes d'avoir sous évalué sa fortune de 9,6 milliards de dollars ce qui lui a fait perdre des places. Forbes a répondu qu'Al Waleed avait une tendance naturelle à exagérer et à gonfler la valeur de ses avoirs. Ah, ces milliardaires, ce sont vraiment des grands enfants.

 

LA GRANDE BRETAGNE EST SEULE
Elle n'a pas trouvé un seul allié au sein de l'Union Européenne pour l'aider à combattre le plafond sur les bonus. Elle obtient un sursis de quelques mois mais elle va devoir en tirer les leçons en s'éloignant encore un peu plus.

 

UNE QUATRIEME ANNEE DE RECESSION ?
La zone Euro semble être partie, sauf rebond surprise, pour une quatrième année de croissance négative: l'indicateur des responsables d'achat pour Février était largement plus mauvais que prévu.

 

LONDRES EN FOLIE
C'est la première fois que les prix de l'immobilier à Londres explosent sans être alimentés par les banquiers et traders de la City dont les revenus sont encore en baisse. C'est l'apport massif des pays émergés qui fait bondir les prix et pousse les promoteurs à accélérer leurs programmes de construction, notamment le long de la Tamise.

 

LA SUCCESS STORY DU JOUR
Il y a quelques années cela n'existait pas. Aujourd'hui les applications sur smartphones devraient générer un chiffre d'affaires en hausse de 62% en 2013 pour atteindre 25 milliards de dollars selon Gartner. Génial non ?

 

LE BIDE DE LA MANIF
contre la flexibilité de l'emploi. Il n'y avait personne ou presque. On avait pourtant averti Melenchon et la CGT. Les vacances scolaires c'est sacré.

 

LE TAUX D'EMPLOI DES SENIORS
progresse. Tant dans la tranche des 55-59 ans que dans celle des 60-64 ans. Mais malgré ce bond de 20%, ces taux restent parmi les plus faibles des pays de l'OCDE.

TRES DROLE
La une du Parisien. Les super héros sont parmi nous. De plus en plus de personnes se déguisent en super héros pour jouer les justiciers. Je vous pose la question du jour: quel super héros aimeriez vous être?

 

 

LE CARNAVAL BRÉSILIEN EST TERMINÉ

Au sein du groupe des pays émergés, les disparités sont de plus en plus criantes. Les anciennes stars comme le Brésil ou l'Inde sont en difficulté et affichent des performances boursières médiocres alors que des pays sont devenus les nouvelles coqueluches des investisseurs comme le Mexique, l'Indonésie ou encore les Philippines. Un point sur le Brésil.

On attend aujourd'hui la décision sur les taux de la Banque Centrale brésilienne.
Les pays émergents ont émergé. Du coup, ils forment un ensemble de plus en plus disparate avec des situations économiques de plus en plus contrastées. Et contrairement à ce qui ressort des fantasmes des investisseurs internationaux, le Brésil va mal. 0,9% de croissance en 2012 seulement. La banque centrale aurait dû baisser les taux d'intérêt pour relancer l'économie.

Mais le Brésil est coincé avec une inflation élevée...
C'est une stagflation version pays émergés. Croissance faible mais inflation qui en janvier sur une base annuelle est de 6,5% alors que le plafond fixé par la banque centrale est de 4.5%. Dilma Roussef a tenté de relancer la croissance sans succès, avec une baisse des impôts de 23 milliards, une augmentation des dépenses publiques, et des efforts pour faire baisser la monnaie. Sans succès.

Quelles sont les causes principales du ralentissement brésilien ?
La consommation des ménages, principale moteur de la croissance, s'essouffle et la productivité brésilienne est une des plus basses des pays émergés. Le gouvernement espère 3% de croissance en 2013 mais l'enthousiasme des investisseurs a été douché par une des plus mauvaises performances mondiales de la Bourse en 2012 avec une baisse de 8%. Le Brésil se cherche. La Banque centrale ne touchera pas aux taux aujourd'hui selon les experts mais elle pourrait les remonter dès Avril ce qui n'est pas bon pour la croissance. Le carnaval est bel et bien terminé.

DOWJONES

 

Aux Etats-Unis, "une série de statistiques économiques meilleures qu'attendu a éclipsé les inquiétudes concernant les coupes automatiques dans le budget fédéral, connues sous le nom de 'sequester'", relève Ishaq Siddiqi, analyste pour ETX Capital.

Son homologue chez CMC Markets, Michael Hewson, estime qu'en "dépit de la publication de mauvaises statistiques économiques [ces derniers mois], notamment en Europe, les investisseurs continuent d'être rassurés par le fait que la Réserve fédérale semble vouloir maintenir sa politique de relance" de l'activité économique.

"Les marchés atteignent des points hauts et continuent de consolider leurs gains [...], portés par l'idée que quelle que soit l'évolution de la situation macroéconomique, les banques centrales resteront un appui et pourraient injecter davantage de liquidités dans le système en cas de besoin", ajoute Angus Campbell, analyste de Capital Spreads.

Les contrats à terme de Wall Street s'inscrivent en légère hausse mercredi matin. L'indice Dow Jones Industrial Average (DJIA) a atteint mardi un record historique en clôture à la Bourse de New York, ayant effacé tout le recul accusé depuis le début de la dernière crise financière. Le marché a réagi notamment à un indice ISM des services meilleur que prévu. Le DJIA a grimpé de 0,9% à 14.253,77 points, battant son record en clôture de 14.164,53 points, établi en octobre 2007.

Les marchés asiatiques progressent nettement mercredi matin, dans le sillage de Wall Street.

UNE PAGE SE TOURNE....Terrassé par le cancer, Hugo Chavez laisse le Venezuela face à son destin

DJ Terrassé par le cancer, Hugo Chavez laisse le Venezuela face à son destin

 

CARACAS (AFP)--Le président vénézuélien Hugo Chavez est décédé mardi à Caracas à 58 ans des suites d´un cancer diagnostiqué en juin 2011, mettant un point final à 14 années de pouvoir sans partage et laissant le pays aux mains de son vice-président Nicolas Maduro en vue d´élections anticipées prévues d´ici 30 jours.

"Nous avons reçu l´information la plus éprouvante et la plus tragique que nous puissions annoncer à notre peuple. A 16h25 (20h55 GMT) aujourd´hui 5 mars, est mort notre commandant président Hugo Chavez Frias après avoir combattu avec acharnement contre une maladie depuis près de deux ans", a déclaré dans une allocution retransmise par toutes les chaînes de télévision du pays le vice-président et héritier désigné, Nicolas Maduro.

Les autorités ont décrété sept jours de deuil et des funérailles nationales sont prévues vendredi.

Réduit au silence pendant une agonie de près de trois mois, Hugo Chavez n´a pu prendre congé de ses compatriotes mais il avait pris le soin de préparer sa succession en chargeant son vice-président d´assurer la transition et de se présenter comme candidat du parti socialiste au pouvoir pour d´éventuelles élections. "Nous allons être les dignes héritiers d´un géant", a assuré un vice-président au bord des larmes.

Le ministre des Affaires étrangères Elias Jaua a confirmé dans la soirée que M. Maduro serait président pendant l´intérim et qu´un scrutin présidentiel serait organisé dans les 30 jours, conformément aux instructions du président. Sur la transition, les interprétations de la Constitution divergent entre le gouvernement et certains opposants qui réclament un intérim du président de l´Assemblée nationale Diosdado Cabello et non du vice-président.

Peu après l´annonce du décès de Hugo Chavez, la capitale a plongé dans un silence pesant. De nombreux commerces et l´ensemble des transports publics ont immédiatement cessé de fonctionner alors que des centaines de partisans du "comandante", visiblement incrédules, sont spontanément sortis dans la rue.

Devant l´hôpital militaire de Caracas où il était soigné, plusieurs centaines de personnes ont improvisé une manifestation, brandissant des portraits du président et chantant des slogans à sa gloire. "Chavez au panthéon!", "Nous sommes tous Chavez!", scandaient certains.

"Il fut un homme qui nous a appris à aimer notre patrie, le commandant part physiquement mais reste dans nos coeurs", a confié à l´AFP Francis Izquierdo, une employée municipale.

La nouvelle de sa mort a été rapidement commentée à l´extérieur du pays. Brasilia a évoqué "la perte d´un ami", le président bolivien Evo Morales s´est dit "anéanti" alors que le président Barack Obama a exprimé son soutien aux Vénézuéliens et espéré des "relations constructives" à l´avenir.

A Cuba, pays sous perfusion des pétro-dollars vénézuéliens, le gouvernement a décrété trois jours de deuil national et rappelé le lien très étroit qui unissait le leader cubain Fidel Castro et son héritier politique, qui a accompagné son mentor "comme un véritable fils" selon La Havane.

Après avoir annoncé le décès du président, M. Maduro a lancé plusieurs appels au calme et annoncé que l´armée et la police avaient été déployées dans le pays "pour accompagner et protéger notre peuple et garantir la paix". Peu après, le ministre de la Défense Diego Molero, accompagné de plusieurs hauts-gradés, a assuré que les forces armées restaient "unies pour respecter et faire respecter la Constitution".

Un haut responsable militaire, le général Wilmer Barrientos, a assuré une heure plus tard que la "pleine normalité" régnait dans le pays aux plus importantes réserves mondiales de brut.

"Si le gouvernement a la capacité d´organiser les élections même avant un mois, il le fera", a estimé l´observateur politique Luis Vicente Leon. "Le plus tôt sera le mieux, ils vont profiter électoralement de l´émotion provoquée par la mort du président", a encore prédit l´analyste.

Pour cette élection anticipée, M. Maduro sera probablement opposé au gouverneur Henrique Capriles, 40 ans, honorablement battu par Hugo Chavez en octobre. Sur son compte Twitter, ce dernier a appelé les Vénézuéliens à "l´unité" et transmis sa "solidarité" à la famille du président.

Depuis la veille, l´incertitude planait sur le sort du président, hospitalisé dans un établissement militaire de la capitale. Il luttait depuis juin 2011 contre un cancer dans la zone pelvienne et son état de santé s´était aggravé ces dernières heures, selon le gouvernement. Après plus de deux mois d´hospitalisation à Cuba, M. Chavez était rentré par surprise à Caracas le 18 février, mais n´avait ni été vu ni entendu depuis cette date.

Le pays vivait depuis au rythme des rumeurs et démentis autour de la santé du président, le gouvernement affirmant qu´il continuait de diriger le pays, l´opposition réclamant des informations claires.

Vainqueur de toutes les élections auxquelles il était candidat depuis son arrivée au pouvoir en 1999, Hugo Chavez est mort alors qu´il avait été réélu pour un nouveau mandat de six ans, le 7 octobre 2012. Le 10 janvier, il n´avait pas été en mesure de prêter serment et son investiture a été repoussée sine die par le gouvernement, une décision avalisée par le Tribunal suprême de justice (TSJ) mais contestée par l´opposition.

 

(END) Dow Jones Newswires

March 06, 2013 01:09 ET (06:09 GMT)

La Bourse de Paris en hausse dans le sillage de Wall Street:

 

Le palais Brongniart, ancienne Bourse de Paris

La Bourse de Paris s'orientait dans le vert mercredi matin (+0,32%), dopée par le record historique de Wall Street et des franchissements de seuils techniques qui lui permettent de poursuivre sa remontée.

A 09H40 (08H40 GMT), l'indice CAC 40 prenait 13,05 points pour s'inscrire à 3.800,04 points

Mardi la cote parisienne s'est adjugé 2,09% s'inscrivant à son plus haut depuis l'été 2011. "L'indice CAC 40 est en train de franchir un seuil technique de résistance de 3.790 points qui devrait l'emmener aux alentours des 3.840 points", souligne-t-on chez Meeschaert Gestion Privée.

Mais sur le fond, cette remontée est fragile et s'explique avant tout par la confirmation du maintien des politiques monétaires accommodantes des deux côtés de l'Atlantique.

Le courtier IG Market se demande ainsi "si les investisseurs institutionnels ne vont pas commencer à prendre leurs profits".

Le courtier Aurel s'interroge sur cette "euphorie boursière", alors que les incertitudes demeurent sur la situation économique mondiale.

"Le marché ne monte pas sur une révision en forte hausse des bénéfices des sociétés mais sur un recul de la prime de risque sur le marché actions", souligne Christian Parisot chez Aurel.

Cet élément est par nature très volatil et peut basculer dans un sens ou dans l'autre très rapidement.

Sur le front des valeurs, Bourbon se distingue nettement gagnant 9,87% à 22,55 euros. Le marché salue les projets annoncés par le groupe de services pétroliers et maritimes et ses bons résultats 2012.

Bonne performance du secteur automobile avec Peugeot (+2,03% à 5,66 euros), Renault (+1,53% à 50,73 euros), Valeo (+2,30% à 45,16 euros), Plastic Omnium (+1,12% à 33,88 euros), Faurecia (+1,22% à 13,66 euros).

Edenred cède du terrain (-3,13% à 25,96 euros) pénalisé par une baisse de sa recommandation par Nomura et après le retrait de son actionnaire Eurazeo de son capital. Eurazeo, qui a cédé sa participation de 10,2% dans la société française de services prépayés, progresse de 1,06% à 42,40 euros.

Le titre du réassureur Scor est stable (+0,07% à 22,23 euros) après l'annonce d'un bénéfice net en hausse de 26,7% à 418 millions d'euros, conforme aux prévisions.

Des prises de bénéfices pèsent sur Neopost (-2,59% à 47,44 euros) après sa forte hausse de la veille.

Copyright © 2013 AFP

INDICES à 10H25

BEL 20 * 2601.81 11.13 0.43 %  
AEX * 347.79 1.29 0.37 %  
CAC 40 * 3802.01 14.82 0.39 %  
Euronext 100 * 717.15 2.55 0.36 %  
Next 150 * 1613.83 8.34 0.52 %  
DAX 7953.03 82.72 1.05 %  
FTSE MIB 15984.87 10.57 0.07 %  
IBEX 35 8448.70 25.40 0.30 %  
SMI 7740.61 22.15 0.29 %  
SLI 1175.45 4.95 0.42 %  
SPI 7150.50 20.61 0.29 %  
FTSE 100 6449.52 17.57 0.27 %  
Dow Jones * 14253.77 125.95 0.89 %  
Nasdaq 100 2799.25 0.00 0.00 %  
Nasdaq 3224.13 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1198.16 1.64 0.14 %  
OMX Helsinki 25 2386.02 7.20 0.30 %  
OMX Stockholm 30 1219.46 2.05 0.17 %  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10:26 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.