30/01/2013

BONJOUR LES AMIS.TEMPS DE CHIEN..BOURSES CALMES.

L'EURO FORT...

La guerre des changes bat son plein et l'euro est la victime sacrificielle désignée. C'est la seule monnaie que les traders et les investisseurs peuvent acheter sans affronter une banque centrale hostile. Pour la BCE, dans laquelle l'influence de la Bundesbank est forte, une monnaie forte n'est pas un inconvénient mais un atout. Jusqu'à un certain cours.

L'euro continue sa progression et frôle les 1.35.
On connaît la première victime de la guerre des changes. C'est la monnaie européenne. Dans un environnement où tous les pays ou presque ont décidé de relancer leur croissance en faisant du dumping sur leur monnaie, de la Chine aux Etats Unis avec le Japon en tête, l'euro subit une pression haussière. C'est une des seules monnaies que les traders et les investisseurs peuvent acheter sans se trouver confronté à une banque centrale.

La Banque Centrale Européenne n'interviendra pas si l'euro continue à progresser ?
Non. Tout au plus nous aurons quelques déclarations pour tenter de freiner sa hausse mais la BCE n'a pas pour habitude de lutter sur le marché des changes. Rappelons que nous vivons dans une Europe financière de plus en plus allemande, et que la Banque Centrale Allemande, la Bundesbank, a toujours été partisane dans le passé d'un Deutsche Mark fort et donc aujourd'hui d'un euro fort.

Pourquoi défendre un euro fort dont on sait qu'il pénalise les exportations ?
L'obsession de l'Allemagne a toujours été l'inflation. Et une monnaie forte est un rempart contre l'inflation importée. Avec une monnaie forte, on paie évidemment les matières premières moins cher. On n'aura pas de levée de boucliers jusqu'à 1.45 si l'euro devait monter jusque là. Les Européens ne sont pas non plus mécontents de prouver avec une monnaie forte que la crise de l'euro s'est éloignée.

 

picto monsieur cravate

LA HAUSSE TOUJOURS.

Les investisseurs continuent à opérer un virage à 180 degrés. Ils liquident une partie de leurs actifs sans risque, d'où la hausse des taux des emprunts d'états aux Etats Unis, en Allemagne ou en France, et rééquilibrent leurs portefeuilles avec des actions. Les indices boursiers continuent leur progression.

 

 

 

CAP SUR LA CROISSANCE ?
L'Espagne continue à afficher des indicateurs économiques dramatiques. Même le bon élève parmi les redoublants, l'Irlande, a revu à la baisse sa croissance pour 2013 de 1.7% à 1.3%. Des voix s'élèvent donc de partout pour une pause sur l'austérité et des plans de relance. Ce sera un des thèmes forts de 2013.

LES TAUX A 10 ANS
aux Etats Unis ont passé la barre symbolique des 2%. Et les taux Français et allemands continuent à se tendre. On reste globalement à des niveaux historiquement bas. Mais on sent que les investisseurs sont de plus en plus nerveux avec leurs stocks massifs d'emprunts d'états.

LA REFORMETTE DES BANQUES EN FRANCE
C'est aujourd'hui que notre ministre des Finances Moscovici présente son plan sur la séparation des activités bancaires à l'Assemblée. C'est une séparation qui n'en est pas une et un plan qui ne changera rien. De toutes façons les activités de marché de banques françaises sont principalement situées à Londres et plus à Paris.

PAS DE REFORME DES BANQUES EN EUROPE
Ce devait être une révolution. On allait voir ce qu'on allait voir. On allait avoir un Glass Steagall Act à l'Européenne. Finalement l'Europe a découvert qu'une réforme des banques en Europe seulement alors que les Etats Unis et l'Asie ne faisaient rien aurait des conséquences dévastatrices sur la compétitivité des banques européennes. Donc on ne fera rien. Comme d'hab.

PLUS DE PRIMES A LA PERFORMANCE
pour les fonctionnaires. Ce dispositif de l'ère Sarkozy va sauter. Il faut dire que peu de primes ont été versées compte tenu des performances...

L'ARMEE EGYPTIENNE
prête à agir. Elle considère que la situation dans le pays est devenu incontrôlable.

C'EST REPARTI POUR TAPIE
En une du Parisien. Perquisition hier aux domiciles des juges qui ont pris la décision d'accorder les 403 millions d'euros dans le cadre de la procédure sur le Crédit Lyonnais. Espérons que la malédiction du FMI pour les Français ne va pas toucher Christine Lagarde ministre des Finances lors du recours à l'arbitrage.

INTERDIT DE LICENCIER EN FRANCE
Voilà qui va sûrement encourager les étrangers à investir en France. La cour d'Appel de Paris a suspendu le plan de restructuration de PSA...

LA SUCCESS STORY DU JOUR
Amazon. 10% de hausse hors séance après l'annonce de ses résultats mais surtout de perspectives favorables pour 2013. Amazon est un bulldozer du commerce électronique que rien ne semble arrêter.

LA FETE DU JOUR
Au Japon. Plus de 2% de hausse pour le Nikkei avec un Nikkei qui dépasse les 11,000 points et une euphorie sur les actions japonaises de la part des investisseurs locaux et internationaux. Pour l'instant l'effet Shinzo Abe fonctionne à plein.

LA NOUVELLE DU JOUR
Le Qatar aurait acheté la coupe du monde au Qatar en 2022... Qu'est ce qui est nouveau dans cette nouvelle ?

LA BLAGUE DU JOUR
Le patronat Allemand craint pour sa compétitivité... Il ne veut pas de salaire minimum. Vous ne le saviez pas ? L'Allemagne ne connait pas le SMIC.

MEME LE COURRIER
La crise a provoqué une baisse de 5% du courrier traité par la Poste en 2012 selon les Echos. Les grandes entreprises ont réduit leurs envois.

LE CHIFFRE DU JOUR : 1.3 MILLIARDS
C'est le chiffre d'affaires de Ventes Privées en 2012. Une hausse de 22%. Un chiffre d'affaires triplé en 5 ans. Chapeau l'artiste.

A LIRE
L'article de la philosophe Chantal Delsol dans le Figaro sur l'"autisme des élites". Le populisme n'est pas un gros mot. La pensée unique une dictature.

 

ACTIONS

Les marchés d'actions européens devraient ouvrir en légère hausse mercredi avant la décision de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed).

IG prévoit que le CAC 40 prendra 1 point à l'ouverture, à 3.787 points, tandis que le FTSE 100 s'adjugerait 3 points, à 6.342 points, et que le DAX gagnerait 5 points, à 7.854 points.

Les banques espagnoles vont rembourser 44 milliards d'euros de fonds empruntés il y a un an à la Banque centrale européenne (BCE), rapporte mercredi le journal El Pais sur son site Internet, citant des sources de l'Union européenne (UE) et de la BCE. Ce montant représente environ un tiers du montant total de 137 milliards d'euros que 278 banques européennes reverseront à la banque centrale mercredi.

La taxe sur les transactions financières introduite en France, en Allemagne et dans d'autres Etats membres de l'UE pourrait permettre de lever entre 30 milliards et 35 milliards d'euros, a confirmé mardi un représentant de l'UE. Onze Etats membres, dont la France et l'Allemagne, ont convenu d'appliquer cette taxe sur les obligations, les actions et les dérivés.

Les opérateurs attendent maintenant avec impatience la décision de politique monétaire de la Fed. Avant le communiqué de la banque centrale américaine, les contrats à terme sur les indices d'actions américains affichent une performance contrastée.

Mardi, les valeurs de l'énergie ont permis aux indices d'atteindre des points hauts en cinq ans. Valero Energy a notamment publié des résultats supérieurs aux attentes, tandis que les investisseurs n'ont guère réagi à la faiblesse de la confiance des ménages américain.

L'action Ford Motor a reculé de 4,6%, le constructeur automobile ayant fourni des perspectives défavorables pour ses activités européennes.

Les marchés d'actions asiatiques ont dans l'ensemble progressé mercredi, malgré des résultats d'entreprises contrastés en Corée du Sud et au Japon. A Tokyo, la dépréciation du yen a soutenu l'indice Nikkei, qui a clôturé en hausse de 2,3%, à 11.113,95 points, son plus haut niveau depuis le 27 avril 2010.

 

 
 

 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient ouvrir en ordre dispersé ou en légère baisse mercredi. Les investisseurs attendent une amélioration des indices de confiance des ménages et du climat des affaires dans l'Union européenne, tandis que les opérateurs seront attentifs à l'adjudication de 2 milliards d'euros de Bunds à échéance 2044.

Les gilts ont récemment poursuivi leur hausse, ramenant l'écart de taux par rapport aux Bunds sur le segment à dix ans à 39 points de base, soit l'écart le plus faible depuis novembre.

Les emprunts du Trésor américain s'inscrivent en hausse mercredi, après avoir fini en baisse mardi, des pressions vendeuses ayant effacé le rebond qui avait été amorcé. Le Trésor a reçu une demande plus faible que prévu pour une émission de 35 milliards de dollars d'obligations à cinq ans. Une nouvelle adjudication est prévue mercredi, qui portera sur 29 milliards de dollars de titres à sept ans.

L'optimisme concernant la croissance économique mondiale s'est amélioré ces derniers temps, incitant les investisseurs à vendre les valeurs refuges au profit des actions.

 

 
 

 

CHANGES

L'euro, le dollar et la livre sterling s'apprécient face au yen alors que le ministre japonais des Finances, Taro Aso, a déclaré que la vigueur excessive du yen subissait actuellement une phase de correction.

"La réunion de la Banque du Japon est maintenant passée", note Sean Callow, stratégiste devises senior chez Westpac Institutional Bank à Sydney. "La réaction aux commentaires de [Shinzo] Abe ou d'autres responsables politiques semble être moins marquée qu'auparavant", ajoute-t-il.

Le comité de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) doit publier un communiqué ce mercredi, à l'issue de deux jours de réunion. Dans l'ensemble, les analystes s'attendent à ce que la Fed poursuive ses achats d'obligations, d'un montant de 85 milliards de dollars par mois, pour faire baisser les taux d'intérêt à long terme et stimuler l'économie américaine.

"La situation de l'économie n'a pas suffisamment changé pour justifier une modification de la politique de la Fed", observe Charles St-Arnaud, stratégiste devises chez Nomura Securities à New York, selon qui la banque centrale américaine devrait opter pour le statu quo mercredi.

 

 
 

PETROLE

Les contrats à terme sur le pétrole évoluent peu mercredi en Asie, mais le contrat sur le brut coté au Nymex demeure au-delà du seuil de 97 dollars le baril, proche du point haut en 19 semaines atteint mardi à la faveur d'une amélioration des statistiques macroéconomiques.

Le marché attend les données hebdomadaires sur les stocks de brut aux Etats-Unis à 16h30. Les analystes s'attendent à une hausse de 2,7 millions de barils. La Réserve fédérale annoncera par ailleurs sa décision de politique monétaire en fin de journée. Toute nouvelle mesure d'assouplissement quantitatif ou toute allusion à une amélioration de l'économie américaine pourrait soutenir les cours pétroliers.

A 04h00, le contrat sur le Brent cédait 1 cent, à 114,35 dollars le baril. Vers 07h20, le contrat sur le brut coté au Nymex fléchissait de 1 cent, à 97,56 dollars le baril.

BEL 20 * 2578.10 6.12 0.24 %  
AEX * 358.42 0.34 0.09 %  
CAC 40 * 3789.81 3.99 0.11 %  
Euronext 100 * 712.07 0.62 0.09 %  
Next 150 * 1624.71 -3.03 -0.19 %  
DAX 7852.67 4.10 0.05 %  
FTSE MIB 17870.37 -21.54 -0.12 %  
IBEX 35 8672.60 29.60 0.34 %  
SMI 7432.36 -25.67 -0.34 %  
SLI 1130.85 -3.52 -0.31 %  
SPI 6829.76 -18.75 -0.27 %  
FTSE 100 6339.24 0.05 0.00 %  
Dow Jones * 13954.42 72.49 0.52 %  
Nasdaq 100 2743.58 0.00 0.00 %  
Nasdaq 3153.66 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1131.07 4.66 0.41 %  
OMX Helsinki 25 2344.58 11.46 0.49 %  
OMX Stockholm 30 1166.14 4.17 0.36 %  
OMX Copenhagen 20 540.61 1.11 0.21 %  
OBX 430.47 -1.67 -0.39 %  

 

09:59 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.