18/01/2013

et voici MonFinancier...

LA CRISE EUROPÉENNE EST ELLE TERMINÉE?

Non bien sûr. Mais c'est l'impression qu'on a quand on regarde l'euro, les taux italiens, espagnols, irlandais. La quête du rendement aujourd'hui poussent les investisseurs à "découvrir" l'attrait de l'Europe en crise et à parier sur la fin de la crise de la dette. Mario Draghi a donné le signal aux investisseurs depuis quelques mois et l'instinct grégaire a repris le dessus.

CARTON POUR L'ESPAGNE ET L'IRLANDE
L'Espagne a emprunté 4.5 milliards sans difficulté hier et l'Irlande a emprunté 500 millions d'euros au taux le plus bas depuis un an. Quelle crise de la dette Européenne?

 

OPTIMISME SUR LES INDICES BOURSIERS
La hausse continue. Le CAC a atteint son record de hausse depuis 18 mois. Et Wall Street est au plus haut depuis 5 ans. Et ce matin c'est la fête sur les places asiatiques.

 

MASSACRE EN ALGERIE
No comment.

 

APRES LE MALI, AMAZON, APPLE ET FACEBOOK
La France part en guerre. Seule. Comme au Mali. Cette fois elle s'attaque aux leaders internationaux du net qui échappent largement à la fiscalité Française. C'est un bon combat.

 

POUR LES RETRAITES
Il faudra attendre Juillet. Rien avant alors que la situation est dramatique. Hollande annonce une "concertation" en Juillet. C'est vrai qu'entre les vacances de Février, les vacances de Pâques et les ponts de Mai, on n'a pas le temps de régler les problèmes de fond.

 

LE VOLTE FACE DE CAMERON
Son discours sur l'Europe était très attendu . Il a choisi de mettre en garde les Anglais contre la tentation de sortie de l'Union Européenne. Cela ne changera rien au sentiment anti européen Anglais et un référendum est inévitable...

 

LA SUCCESS STORY DU JOUR
Une étude de L'university of Pittsburgh Medical Center a évalué des applications de smartphones destinées à détecter un cancer de la peau. Et certaines se sont révélées efficaces à 98.1%.

 

LA GUERRE DES CHANGES. SUITE
L'Allemagne menace le Japon. Wolfgang Shauble conseille gentiment, pour l'instant, aux Japonais d'arrêter le dumping du yen...

 

UN TEST CE WEEK END
pour Angela Merkel avec les élections en Basse Saxe. A suivre de très près.

 

LE SCOOP DU JOUR
Dans les Echos. Trois entreprises du CAC 40 seraient en train de déplacer une partie de leur état major à Londres. C'est pas grave. Il faut continuer comme ça. On n'a pas besoin d'entrepreneurs, ni de grandes entreprises... On créera des emplois publics de proximité...

 

AIE
Selon la Tribune, la capital investissement est à sec. Les levées sont difficiles et les investissements dans les entreprises ont donc chuté de 4.3 milliards d'euros au premier semestre 2011 à 2.3 milliards d'euros au premier semestre 2012. C'est pas grave, on a l'investissement public...

 

TOUT SE PERD
C'est la une du Financial Times... Les îles Caïman veulent devenir plus transparentes... Planquer son fric devient de plus en plus difficile.

 

L'EUPHORIE SUR LES DETTES EUROPÉENNES

What a difference a few weeks make! En quelques semaines l'ambiance est passée de la panique à l'euphorie. Les taux Espagnols et Italiens par exemple explosaient, aujourd'hui on se rue sur les emprunts d'états de tous les pestiférés d'hier. Un vrai délire qui illustre une fois de plus et l'instinct grégaire des investisseurs et le caractère maniaco dépressif des marchés...

Succès hier des emprunts d'états Espagnol et Irlandais
Ce qui se passe sur les emprunts d'états européens depuis le début de l'année est tout simplement hallucinant. Il y a quelques semaines encore, l'Italie et l'Espagne étaient proches de la cessation de paiements et de la demande d'aide Européenne. Leurs taux à 10 ans flambaient dans la panique au dessus des 6 ou 7%. Maintenant on s'arrache leur dette.
Hier l'Espagne a emprunté 4.5 milliards d'euros sans difficulté et l'Irlande a emprunté 500 millions d'euros au taux le plus bas depuis un an.

Les investisseurs pensent que la crise de la dette Européenne est terminée ?
Pas tout à fait. Ils cherchent désespérément du rendement. Du rendement. Et encore du rendement. Ils sont tous persuadés qu'il y aura un nouveau clash un jour ou l'autre mais ils ne veulent pas être les premiers à sauter du train en marche. Les moutons paniquaient tous ensemble, trop, les moutons aujourd'hui sont euphoriques. Trop.

La Banque Centrale Européenne a quand même changé la donne.
C'est même la raison majeure de cette euphorie. Car pour l'instant les économies de ces pays européens, à part peut être l'Irlande, ne montrent aucun signe d'amélioration et les dettes continuent à s'empiler. Mais l'appât du rendement est plus fort que tout. La fête continue...

 

 

 

 

 

10:16 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.