17/01/2013

bonjour...semble calme.

de DOW JONES...

DJIA             13.511,23 points -0,17% 
Nasdaq            3.117,54 points +0,22% 
S&P 500           1.472,63 points +0,02% 
 
Nikkei 225       10.609,64 points -0,09% 
 
 
Cours de change à 06h50 
Variation par rapport à la clôture à New York 
 
USD/JPY       88,41   +0,03% 
EUR/USD      1,3281   -0,06% 
EUR/JPY      117,40   -0,04% 
 
 
 

 

A SUIVRE EN FRANCE

Les investisseurs suivront jeudi l'émission obligataire de l'Agence France Trésor (AFT). Cette dernière a créé une nouvelle Obligation assimilable du Trésor (OAT) à cinq ans, qu'elle émettra dans le cadre de son adjudication mensuelle d'un montant de 7 milliards à 8 milliards d'euros. L'émission comprendra également des bons du Trésor à taux fixe et intérêts annuels (BTAN) à deux ans et des OAT à quatre ans, ainsi que des OATi à six ans et des OATei à cinq et 14 ans.

Du côté des entreprises, Carrefour, Accor, Rémy Cointreau, Virbac, Bourse Direct, Damartex, Prismaflex et Orapi publieront leur chiffre d'affaires trimestriel.

 

 
 

 

ACTIONS

Les marchés d'actions européens pourraient ouvrir en baisse jeudi, alors que les problèmes de la zone euro et de cohésion au sein de l'Union européenne (UE) reviennent sur le devant de la scène.

IG prévoit que le CAC 40 ouvre en baisse de 8 points, à 3.700 points, tandis que le FTSE 100 reculerait de 19 points, à 6.085 points. Le DAX 30 se replierait de 15 points, à 7.676 points.

Le projet de permettre au Mécanisme européen de stabilité (MES) de recapitaliser directement les banques en difficulté semble désormais remis en cause, alors que des responsables gouvernementaux discutent des moyens de faire entrer en vigueur cette proposition. Cet engagement, pris l'année dernière par les dirigeants de la zone euro, avait été perçu comme l'un des éléments permettant d'apaiser les craintes liées à la crise financière en Europe.

Alors que des discussions se tiennent cette semaine, le directeur général du fonds de secours a indiqué aux représentants des différents ministères des Finances qu'injecter des capitaux dans des banques en difficultés réduirait la capacité de prêt du MES beaucoup plus rapidement que l'octroi de prêts aux Etats - le rôle habituel du fonds, ont indiqué deux responsables de la zone euro.

Par ailleurs, le ministre suédois des Finances, Anders Borg, a indiqué lors d'un entretien accordé à Dow Jones Newswires que la Suède était "inquiète" de la tournure que prenait le débat européen au Royaume-Uni. Le ministre a fait part des craintes de son pays de voir le Premier ministre britannique, David Cameron, céder aux pressions de son propre parti et appeler à un référendum sur l'adhésion du Royaume-Uni à l'Union européenne après les élections de 2015.

David Cameron doit prononcer vendredi un discours sur les relations du Royaume-Uni avec l'Union européenne. Le ministre suédois demande au Premier ministre britannique d'envoyer "un message clair rappelant que le Royaume-Uni tire des bénéfices de sa participation à l'Union européenne". Anders Borg a averti que les eurosceptiques sous-estimaient les dégâts que pourraient provoquer une sortie de l'UE.

Les contrats à terme de Wall Street sont en baisse jeudi. Les valeurs américaines ont clôturé sur une note contrastée mercredi. Le rebond du titre Apple a soutenu le Nasdaq Composite, mais l'indice Dow Jones Industrial Average a perdu du terrain, pour la première fois en six séances, sous l'effet d'un fléchissement de l'action Boeing.

Jeudi, plusieurs résultats d'entreprises retiendront l'attention des investisseurs aux Etats-Unis, dont ceux de Bank of America, Citigroup, American Express et Intel.

Les marchés asiatiques étaient pour la plupart en baisse jeudi. Les investisseurs attendent la publication vendredi des chiffres de la croissance chinoise au quatrième trimestre.
 

 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient entamer la séance en légère hausse jeudi, les investisseurs se concentrant sur les progrès réalisés dans la zone euro. Les adjudications prévues en Espagne et en France seront en ligne de mire.

Un ralentissement des réformes structurelles dans la zone euro, en raison d'une fausse impression de calme, est le plus grand risque encouru par la zone euro, a indiqué Jörg Asmussen, membre du directoire de la Banque centrale européenne mercredi. "Le principal risque en 2013 est que les réformes ralentissent du fait de l'amélioration du climat de marché et du calme relatif", a-t-il affirmé.

Le Portugal devrait revenir sur les marchés obligataires plus tôt qu'escompté et prévoit de procéder à une adjudication d'emprunts à cinq ans dans les jours qui viennent, après le succès de l'émission réalisée mercredi, rapporte l'édition en ligne du journal Diario Economico jeudi, citant des sources non identifiées.

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé mercredi le versement d'une tranche d'aide de 838,8 millions d'euros au Portugal, louant les avancées impressionnantes du pays pour restructurer son économie, même si des ajustements budgétaires notables sont encore nécessaires.

Le FMI a également donné son accord mercredi, comme prévu, au déblocage d'une tranche d'aide de 3,3 milliards d'euros à la Grèce.

Les obligations du Trésor américain s'inscrivent en progression jeudi. Les prix des emprunts ont peu évolué mercredi après la publication de statistiques économiques globalement conformes aux prévisions aux Etats-Unis.

Les prix à la consommation aux Etats-Unis sont restés stables en décembre, la hausse des prix de l'alimentation et des logements ayant contrebalancé la baisse des prix de l'essence, selon les données publiées mercredi par le département du Travail. Le Livre de Beige de la Réserve fédérale, publié en fin de soirée, a par ailleurs fait état d'une croissance "lente à modérée" dans le pays au mois de décembre.

"La croissance sera positive mais lente", observe Chris Molumphy, chez Franklin Templeton Fixed Income Group. "Nous nous attendons à une hausse des taux des emprunts du Trésor, mais ce processus sera extrêmement progressif."

 

 

CHANGES

L'euro se replie légèrement face au dollar jeudi matin, tandis que le yen gagne du terrain face au dollar et aux autres grandes devises.

Ewald Nowotny, membre du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), a déclaré ne pas s'attendre à une guerre des devises, réfutant l'idée que les banques centrales cherchent à déprécier leurs monnaies et à relancer leurs économies en amélioration la compétitivité-prix de leurs produits à l'export.

Kiran Kowshik, stratégiste chez BNP Paribas, estime que les propos d'Ewald Nowotny, de même que ceux du président de la BCE, Mario Draghi, qui a affirmé que l'euro évoluait au niveau de sa moyenne de long terme, suggéraient que le taux de la monnaie unique n'était pas un sujet d'inquiétude majeur pour la banque centrale.

Après avoir perdu 12% face au dollar depuis début novembre, les investisseurs anticipant de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire au Japon, le yen s'est apprécié mardi lorsque le ministre japonais de l'Economie, Akira Amari, a averti qu'une faiblesse plus prononcée de la devise nippone pourrait renchérir le coût des importations et avoir un impact négatif sur l'économie du pays.

Certains responsables japonais commencent à revenir sur leurs positions au sujet d'une dépréciation du yen, "il pourrait donc être temps de prendre ses bénéfices", analyse Charles St-Arnaud, stratégiste changes chez Nomura à New York.

Le yen ne devrait toutefois pas trop se renforcer dans les toutes prochaines semaines, ajoute Charles St-Arnaud, le nouveau gouvernement ayant promis de sortir l'économie japonaise de la déflation, ce qui passe par des mesures de relance et un dépréciation durable du yen.
 

 

PETROLE

Les contrats à terme sur le pétrole brut étaient en légère baisse jeudi pendant les échanges en Asie, après avoir atteint des points hauts en près de quatre mois mercredi.

L'écart entre les cours du WTI coté au Nymex et du Brent s'est réduit à 15,58 dollars le baril, après l'annonce d'un repli inattendu des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière.

A 4h00, le contrat de mars sur le Brent coté à l'ICE de Londres reculait de 4 cents, à 109,64 dollars le baril. Vers 7h20, le contrat de février sur le brut léger doux du Nymex perdait 39 cents, à 93,85 dollars le baril.

08:56 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.