20/12/2012

BONJOUR....FORTIS ,SUITE...

DE ING CE MATIN

 

AGEAS: Ex-head legal accuses former CEO and former CEO MB

 

Belgian news paper De Tijd has published today a large article containing quotes from an interview with former head of legal Jeannine Quaetaert related to criminal investigation.

 

Three interesting remarks were made: (1) the (subprime) CDO investments were made purely in pursuit of profit, (2) this decision was driven by pressure by former CEO Jean-Pail Votron to meet growth ambitions of the group (>10% earnings growth), (3) former head of Merchant Bank Filip Dierckx has not informed the Executive Board timely on risks and exposures to the (subprime) CDOs.

 

The article in our view does not contain much news as the earlier published Dutch expert showed a similar picture.. Moreover in this report Quaetaert already mentioned to have put pressure on former CFO Gilbert Mittler over disclosure requirements and reports

 

Litigation risk remains a risk to our investment case. We believe legal proceedings will take many more years given long process of appeals. In our SOTP we continue to reflect litigation risk by deducting €500m.

 

Price: €22.25. Last published: target price: €27.5; recommendation: BUY

Albert Ploegh, Amsterdam +31 20 563 8748

Bernard Arnault belge? C'est mal parti! 

 

Belga  

 

Mis en ligne le 20/12/2012           

L'Office des Etranger, qui doit remettre son avis en premier, a remis un carton rouge il y a trois semaines.

 

L'homme d'affaires français Bernard Arnault ne satisfait pas aux critères requis pour obtenir la nationalité belge, a indiqué l'Office des Etrangers. Le chemin vers la nationalité belge semble très difficile pour l'homme le plus riche d'Europe, souligne jeudi le journal De Morgen. L'Office des Etrangers a envoyé un avis négatif au parlement dans le cadre du dossier de naturalisation du Français Bernard Arnault.

Le patron du groupe LVMH a lancé en juillet dernier une demande de naturalisation auprès du parlement belge. Il tombe dès lors sous le coup de l'ancienne procédure de naturalisation, qui sera totalement revue en janvier prochain.

Afin de rendre leur décision, les parlementaires de la Commission des naturalisations ont besoin de trois avis: celui de l'Office des Etrangers, celui du parquet et celui de la Sûreté de l'Etat. Le parquet et la Sûreté n'ont pas encore communiqué leur position.

L'Office des Etranger, qui doit remettre son avis en premier, a remis un carton rouge il y a trois semaines. Les fonctionnaires du service naturalisation de l'Office des Etrangers ont examiné si Bernard Arnault vivait en Belgique depuis le nombre d'années requises pour demander sa naturalisation. Le candidat à la naturalisation doit en effet prouver qu'il a depuis trois ans au moins sa résidence principale en Belgique, ce qui n'est pas le cas pour M. Arnault.

DE MONFINANCIER

 

LE VERRE À MOITIÉ PLEIN

La trêve des confiseurs arrive à grands pas. La volatilité est au plus bas, alors que le CAC 40 atteint des sommets jusqu'alors inconnus en 2012. Donné pour mort il y encore quelques mois, l'euro flirte avec son zénith du mois d'avril, aux portes des 1,33 usd. Même le spectre du fiscal cliff n'angoisse plus les marchés. A 24h de la fin du monde, il règne comme un parfum de sortie de crise dans les salles de marchés.

 

BAISSE DES TAUX EN EUROPE
Hier, c'était la journée des soldes sur les taux chez nos voisins. En deux jours, la Suède, la Turquie, la Pologne et la Hongrie ont baissé leur taux d'intérêt. Partout la même logique s'impose. Tous ces pays partenaires de la zone euro souffrent d'un ralentissement de leur croissance lié à la crise et à la récession européenne.

 

LA FAILLITE DES RETRAITES, C'EST MAINTENANT
Alors que dans le meilleur des cas, le déficit du système de retraite sera de 22 milliards en 2020, et de 26 milliards en 2030, (et tout cela basé sur des perspectives de croissance irréalistes), le recul de l'âge de la retraite refait surface. Le Conseil d'orientation des retraites planche sur 3 scénarios pour rééquilibrer les comptes, dont un allongement de 9 mois de la vie active.

 

LE PLAFONNEMENT A 75% ANTICONSTITUTIONNEL ?
L'opposition doit saisir demain le conseil constitutionnel que le parlement s'apprête à voter. Ce sont les revenus qui intègrent les plus-values latentes dans le plafond qui sont contestés car ils ouvrent la voie à une imposition de 100% des revenus réellement perçus.

 

FRANCOIS HOLLANDE EN ALGERIE
Accompagnés de Total, Sanofi, Lafarge et de Kad Merad, Francois Hollande et son homologue nous ont offert une belle photo de famille. Pour la postérité.

 

LA FRANCE TOUJOURS MONTRE DU DOIGT
D'après le Herald Tribune, Angela Merkel et son entourage s'inquiètent de plus en plus des problèmes de compétitivité en France et craignent qu'on soit le prochain pays affecté par la crise de la dette. Officiellement, on s'inquiète qu'une attaque de la France toucherait l'Allemagne et toute la zone euro. Officieusement, Merkel et les allemands sont énervés du traitement de faveur dont bénéficie la France qui emprunte toujours à 2 %

 

UNE FRANCE BLING-BLING
Voila un domaine dans lequel la France excelle : la production de Caviar. Avec 19 tonnes de caviar produites chaque année, qui seront vendues entre 1000 et 6000 euros le kilo, l'hexagone peut se targuer d'être le deuxième producteur mondial de caviar de la planète. Cocorico !

 

PETIT ARRANGEMENT ENTRE AMIS
Les traders qui ont manipulé les taux interbancaires, le Libor, à partir duquel sont calculés des milliers de produits dérivés vont le payer très cher. UBS vient d'écoper d'une amende de.... 1 milliards d'euros

 

GENERAL MOTORS LE PHENIX
Incroyable General Motors. 3 ans et demi après sa mise sous tutelle du chapitre 11 qui lui a permis d'apurer son endettement et de rincer les petits actionnaires, le constructeur automobile, qui est retourné en bourse en novembre 2010, va aujourd'hui racheter pour 200 millions de ses actions détenues par le Trésor américain. Cela portera à 28,6 milliards de dollars la somme jusqu'ici recouvrée par le Trésor américain, loin des 50 milliards d'aides qu'il avait versées pour sauver General Motors

LA NOUVELLE DAME DE FER
En Corée du Sud, Mademoiselle Park vient de remporter haut la main les élections dans son pays. Fille de l'ancien dictateur Park Chung-hee, elle répond volontiers au surnom de «Dame de fer» et se rêve en hybride coréen de Margaret Thatcher et Angela Merkel.

DE REUTERS

s Bourses européennes ouvrent en repli

LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN REPLI

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en repli jeudi, dans le sillage de Wall Street et de Tokyo, les frictions apparues dans les négociations budgétaires aux Etats-Unis venant servir de prétexte à des prises de bénéfice après la hausse des dernières séances.

À Paris, le CAC 40 cède 11,65 points ou 0,32% à 3.652,94 points après 20 minutes d'échanges. À Francfort, le Dax abandonne 0,33% et, à Londres, le FTSE recule de 0,10%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 régresse de 0,27% et celui plus large FTSEurofirst 300 de 0,19%.

Ericsson a ouvert en forte baisse de 3,6% à Stockholm, puis réduit ses pertes, après l'annonce d'une charge de 923 millions d'euros dans ses comptes du quatrième trimestre pour tenir compte de ST-Ericsson, sa coentreprise avec STMicrolectronics. Dans la foulée, STMicro lâche 2,05%.

Alcatel grimpe en revanche de 2,55%. Selon Les Echos, le gouvernement cherche à monter une opération visant à sécuriser une partie de son activité de câbles sous-marins, jugée stratégique, via un rachat par France Télécom.

PSA Peugeot Citroën s'adjuge 1,66%. Le constructeur français et son partenaire General Motors ont renoncé à l'un de leurs projets communs de voitures, tout en décidant d'élargir leur alliance aux moteurs.

Aux banques, UBS perd 1,58% à 14,96 francs suisses. Après l'amende de 1,5 milliard de dollars suisses reçue mercredi pour manipulation du taux Libor, les autorités de Hong Kong ont à leur tour annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête sur la banque helvétique au sujet d'une possible manipulation du taux interbancaire du territoire, le Hibor.

"On ouvre dans le rouge à cause de l'impasse persistante sur le 'mur budgétaire'", rapporte Joe Neighbour, chez Central Markets à Londres. "Ceux qui ont des bénéfices à prendre le font. Il y a toujours des intervenants prêts à acheter à la baisse mais on peut désormais s'attendre à une stabilité des marchés jusqu'à la fin de l'année".

A Wall Street, le S&P-500 a cédé 0,76% mercredi après un bond de 2,3% en deux séances.

Les négociations budgétaires entre le Congrès et la Maison blanche ont semblé à nouveau bloquées, les républicains ayant confirmé qu'ils soumettraient jeudi leur propre projet aux voix de la Chambre des représentants, où ils sont majoritaires, malgré l'opposition de Barack Obama. Au vu de l'ampleur modérée du repli de Wall Street, personne toutefois ne semble remettre en cause l'hypothèse qu'un accord sera trouvé in extremis.

En l'absence de compromis avant la fin de l'année, ce sont 600 milliards de dollars de hausses d'impôt et de réductions de dépenses publiques qui entreraient automatiquement en vigueur le 1er janvier, au risque de faire rechuter l'économie américaine en récession.

A Tokyo, l'indice Nikkei a fini en baisse de 1,19%, mais en se maintenant au-dessus des 10.000 points, ayant subi des prises de bénéfice après la conclusion sans surprise de la réunion monétaire de la Banque du Japon.

La banque centrale a décidé d'augmenter de 10.000 milliards de yens (90 milliards d'euros) son programme de rachat d'actifs et de prêts pour le porter à 101.000 milliards de yens. Elle a en outre laissé entendre qu'elle procéderait à un réexamen de son objectif d'inflation, actuellement à 1%, lors de sa prochaine réunion en janvier, comme le souhaitent les conservateurs de retour au pouvoir après les élections du 16 décembre.

L'annonce de la BoJ n'a pas empêché le yen de remonter face au dollar, là aussi sous l'effet de prises de bénéfice alors que le billet vert s'est apprécié de quelque 6% face à la devise japonaise en six semaines, atteignant mercredi un pic de 20 mois à 84,62 yens.

Face à l'euro, le dollar s'apprécie en revanche de 0,24%.

Sur le marché obligataire, les nouvelles tensions apparues dans les négociations budgétaires américaines entraînent des prises de bénéfice sur les actifs à risque et un regain d'appétit pour les valeurs refuges, Bunds en tête.

Elles font aussi refluer les cours du pétrole, avec un baril de Brent en repli de 0,42% à 110,36 dollars, dans l'attente des statistiques américaines de l'après-midi et notamment de la dernière estimation du produit intérieur brut du troisième trimestre.

Véronique Tison pour le service français, édité par Catherine Monin

10:58 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.