07/11/2012

MONFINANCIER...

de MONfINACIER

 

PAS DE SURPRISE
Le scénario est exactement celui que les marchés avaient anticipé. Du coup, les indices boursiers et les monnaies n'ont pas réagi du tout à l'annonce des résultats. Un chiffre de ventes d'Iphone ou d'Ipad a plus d'impact sur les marchés que l'élection de la première puissance économique mondiale

 

UN EQUILIBRE ET UN BLOCAGE
Le pouvoir politique va être bloqué pendant 4 ans et les négociations, comme celles du fiscal cliff, vont donner lieu à toutes les manoeuvres les plus politiciennes qu'on peut imaginer. Pour un président qui voulait enlever le pouvoir de Washington pour le donner au peuple, c'est raté.

 

N'EN DEPLAISE
aux Français et surtout aux médias Français qui étaient aveuglément pro Obama et ont passé les dernières semaines à faire passer Romney pour un crétin, le score de Romney est plus qu'honorable et il recueille tout de même la moitié des suffrages exprimés... Yes he can.

 

ON REVIENT EN FRANCE
Même si l'opposition a démoli les annonces du grand mou, de notre gaffeur national, il faut reconnaître que le programme de compétitivité du gouvernement va dans le bon sens même s'il ne sera pas suffisant.

 

UN REGRET CEPENDANT
Le "crédit d'impôt" va être une usine à gaz. J'ai lu tous les articles ou presque sur le sujet et je n'ai toujours rien compris. Mais c'est vrai que je n'ai pas fait l'ENA

 

LA TVA SOCIALE
Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis? Les socialistes la mettent en application alors qu' ils étaient contre

 

6 MILLIARDS D'EUROS
c'est ce que rapportera les hausses de la TVA. Une claque pour la restauration et pour le secteur du batiment qui n'avait pas besoin de cela.

 

LE TRADE DU WALL STREET JOURNAL
Fait rare, le Wall Street Journal conseille en dernière page de vendre la dette Française pour acheter la dette Italienne en estimant que l'écart de taux, 2.7%, n'est pas justifié.

 

DU COUP, NOTRE CONSEIL DU JOUR
c'est de jouer la hausse des taux à long terme Français. Avec un turbo put sur les OAT. Le 6U59Z . Avec une barrière désactivante à 1.80% sur le taux à 10 ans (2.20% actuellement). Nous visons une plus value de 30%.

 

LE CARTON DE BOLLORE
La Bourse continue à miser sur la "main" de Bolloré. Le cours du groupe Bolloré en Bourse a progressé de plus de 10% et de 40% en trois mois. On joue Vivendi bien sûr mais on confie surtout son argent à un industriel qui s'est révélé être un des meilleurs gestionnaires de fonds de la place... Si Carmignac a fait venir les Stones, Bolloré va probablement organiser un concert de Nolwenn Leroy

LA COMEDIE GRECQUE
Ce n'est plus une tragédie, c'est de la commedia dell'arte. Le parlement Grec doit faire semblant d'hésiter à voter cette nuit un nouveau plan d'économies. Il n'a pas le choix. C'est ça ou la faillite. Et ils n'appliqueront pas le plan de toutes façons.

 

ON PREND LE MÊME ET ON RECOMMENCE

Obama a réussi un exploit. C'est le seul leader d'un grand pays industrialisé qui a été réélu malgré la crise. Mais c'est un président sans pouvoir qui reprend le pouvoir. Avec une chambre des représentants à majorité Républicaine, on va entrer dans quatre ans de politique politicienne. Le pouvoir reste à Washington, entre les mains des politiques. Choix étonnant de démocratie.

 

STATU QUO

 

STATU QUO

Pas de réaction ce matin sur les marchés. Quand vers 5h du matin, l'annonce de la victoire d'Obama a été confirmée, les marchés n'ont pas bougé. Un équilibre quasi parfait. Étonnant quand on sait que vient d'être élu le président de la première puissance économique mondiale. Mais le scénario est exactement celui qu'avaient anticipé les marchés...

Etonnante stabilité des marchés à l'annonce de la victoire de Barack Obama
En regardant la variation des cours des indices boursiers sur l'Asie, des contrats à terme sur les bourses Américaines et Européennes, et des devises on aurait du mal à imaginer que le président de la première puissance économique mondiale vient d'être élu. Il faut dire que les résultats correspondent exactement aux anticipations des marchés : une victoire d'un Barack Obama mais pas un raz de marée, une Chambre des Représentants qui reste Républicaine et un Sénat qui devient encore un peu plus démocrate

C'est ce que les marchés attendaient, est ce que c'est ce qu'ils souhaitaient ?
En fait oui. Tout d'abord on a évité le scénario catastrophe : le recomptage. On a également évité le scénario d'un raz de marée démocrate avec le pouvoir dans toutes les chambres. Et on a finalement un président qui n'aura aucune marge de manoeuvre et un Congrès qui aura lui aussi les mains liées par le jeu des équilibres entre les deux partis.

Ce statu quo va quand même poser un problème pour régler les problèmes de fond comme le mur fiscal ou le problème de la dette
Les Américains sont pragmatiques. Les politiciens vont aboyer mais ils finissent toujours par se mettre d'accord. Il n'y aura pas de grand virage aux Etats-Unis, pas de New Deal, pas de révolution sociale ou égalitariste. Non. Les deux partis ont tout intérêt à continuer à gérer l'économie du pays sur la lancée actuelle, sans dogme et avec pragmatisme. Reste à savoir comment réagiront les agences de notation si il n'y a pas un programme courageux de réduction du déficit budgétaire. Le résultat de ce vote des agences de notation, ce sera pour les premiers jours de Janvier...

10:15 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.