12/10/2012

bonjour et BON WEEK END....

 

DJIA             13.326,39 points -0,14%
Nasdaq            3.049,41 points -0,08%
S&P 500           1.432,84 points +0,02%

Nikkei 225        8.534,72 points -0,14% (à 07h25)

Cours de change à 06h50
Variation par rapport à la clôture à New York

USD/JPY       78,35   -0,03%
EUR/USD      1,2928    0,00%
EUR/JPY      101,28   -0,01% 
 
 

 

A SUIVRE EN FRANCE

A l'agenda macroéconomique figurent la balance des paiements pour le mois d'août et le rapport sur les créations d'entreprises en septembre, tous deux attendus à 8h45.

Par ailleurs, Eurosic dévoilera son chiffre d'affaires du troisième trimestre.

 

 
 

 

ACTIONS

Les marchés d'actions européens pourraient ouvrir en baisse vendredi, alors que Wall Street a terminé sur une note mitigée jeudi soir et que les investisseurs continuent de s'inquiéter de la crise en Europe et du sort de l'Espagne.

Cantor Index prévoit que le CAC 40 ouvrira en baisse de 16 points, à 3.398 points, tandis que le FTSE 100 perdrait 15 points, à 5.814 points. Le DAX 30 est attendu en repli de 18 points à l'ouverture, à 7.264 points.

Les investisseurs nourrissent toujours l'espoir de voir l'Espagne demander officiellement une aide financière, suite à la dégradation de sa note souveraine par l'agence de notation Standard & Poor's. "Ce n'est pas un secret, les marchés veulent que l'Espagne demande une aide et utilise le programme OMT [le nouveau programme d'achat d'obligations souveraines de la Banque centrale européenne]. Par conséquent, nous voyons maintenant sur les marchés que toute mauvaise nouvelle pour l'Espagne est positive pour la zone euro", écrivent les analystes d'Alpari UK.

Selon Victoria Clarke, économiste chez Investec Securities, le gouvernement espagnol cherche à éviter de demander une aide avant les élections en Catalogne le 25 novembre. "Il s'agit d'élections très sensibles, quasiment traitées comme un semi-référendum sur l'indépendance catalane. Cela dit, je ne pense qu'il tiendra aussi longtemps" avant de demander une aide.

Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), souhaite que le Fonds monétaire international (FMI) surveille l'avancée des réformes en Espagne et en Italie, selon le quotidien allemand Die Welt. Dans une interview, il explique qu'en l'absence d'une telle implication, la BCE pourrait s'abstenir de racheter de la dette souveraine. Benoît Coeuré estime que l'intervention du FMI serait celle d'un juge indépendant, non soumis aux pressions des dirigeants politiques européens.

Les discussions entre la Grèce et les inspecteurs de la troïka composée de la Commission européenne, de la BCE et du FMI progressent, selon un haut responsable du ministère grec des Finances, qui indique qu'un accord sur les mesures d'austérité pourrait être conclu avant le Conseil européen prévu la semaine prochaine.

Les contrats à terme de Wall Street sont en hausse vendredi. Jeudi, les actions américaines ont clôturé quasiment inchangées, en raison du repli des grandes valeurs en fin de séance.

"Les bénéfices, les prévisions et les chiffres d'affaires vont être cruciaux", estime Stephen Wood, stratégiste en chef chez Russell Investments. "Les chiffres d'affaires vont être examinés au microscope."

Les premiers résultats trimestriels publiés aux Etats-Unis ont été décevants et ont provoqué le plus fort recul des valeurs industrielles de l'indice Dow Jones depuis des mois. Mercredi, les avertissements sur résultats de plusieurs valeurs phares de l'industrie et du secteur de l'énergie ont pesé sur les échanges.

Les marchés asiatiques évoluent de manière contrastée vendredi avant la publication d'une série d'indicateurs économiques en Chine, tandis que les fortes baisses de Softbank et Fast Retailing ont limité la progression du marché d'actions japonais.

 

 
 

 

OBLIGATIONS

Les investissements dans les valeurs sûres pourraient être limités vendredi et les Bunds et les gilts pourraient ouvrir de manière contrastée sur fond d'influences contradictoires.

La crise de la dette souveraine de la zone euro ne semble pas près d'être résolue à court terme, comme en témoigne le déclassement de deux crans de la note de la dette souveraine de l'Espagne par Standard & Poor's Ratings Services mercredi soir.

Adair Turner, président de l'autorité britannique des services financiers, la Financial Services Authority (FSA), et candidat potentiel à la tête de la Banque d'Angleterre, a déclaré que l'économie britannique était confrontée à "de graves turbulences" liées à la crise de la zone euro.

Les responsables de la FSA et de la Banque d'Angleterre ont répondu à ces problèmes avec une série de mesures non conventionnelles - ils ont notamment fait fonctionner la planche à billets pour acquérir des emprunts d'Etat - en établissant de nouveaux dispositifs de liquidités d'urgence pour les banques commerciales et en assouplissant les règles de capitaux pour les nouveaux prêts afin de maintenir le flux de crédit.

Selon Adair Turner, de telles mesures pourraient être insuffisantes et les autorités devraient envisager de nouvelles mesures novatrices et une intégration renforcée des différents aspects de la politique s'ils veulent redresser l'économie britannique.

Les obligations du Trésor américaines sont orientées à la baisse vendredi après avoir ignoré les faibles résultats d'une émission de titres à 30 ans jeudi et gagné du terrain pour la troisième séance consécutive, signe que les incertitudes au sujet de l'économie mondiale continuent d'attirer les investisseurs vers les actifs sûrs.

 

 
 

 

CHANGES

L'euro est en légère hausse vendredi, après avoir rebondi jeudi, les investisseurs ayant assimilé la nouvelle de la dégradation de la note souveraine espagnole par l'agence de notation Standard and Poor's.

Les investisseurs espèrent que cette dégradation va pousser l'Espagne à demander une aide à l'Union européenne. Cette demande est en effet la condition nécessaire pour que la Banque centrale européenne (BCE) reprenne ses rachats d'obligations souveraines espagnoles, pour un montant potentiellement illimité, afin d'alléger les coûts d'emprunt du pays, qui ont augmenté fortement et à plusieurs reprises cette année.

"Cette mauvaise nouvelle pour l'Espagne est aussi une bonne nouvelle", explique Ken Jakubzak, de KMJ Capital. "Sur le marché des devises, les gens s'attendent à ce que l'Espagne demande une aide plus rapidement" du fait de sa dégradation.

 

 
 

PETROLE

Les contrats à terme sur le pétrole brut poursuivent leur ascension vendredi, les intervenants du marché ignorant les statistiques défavorables parues jeudi sur les stocks pétroliers des Etats-Unis pour se concentrer sur les risques pesant sur l'approvisionnement en pétrole du Moyen-Orient, observe un opérateur à Tokyo.

Selon lui, le Brent devrait se heurter à une résistance à 118 dollars le baril vendredi.

A 05h00, le contrat de novembre sur le Brent coté à l'ICE de Londres gagnait 8 cents, à 115,79 dollars le baril. Vers 07h20, le contrat de novembre sur le brut léger doux du Nymex prenait 19 cents, à 92,26 dollars le baril.

09:13 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.