28/09/2012

bonjour tardif....survol à 15h50 ce vendredi 28 septembre 1er jour RYDER CUP !!

 de MonFinancier...

 

ALORS? ON ACHÈTE OU ON VEND?

Les marchés ont joué à se faire peur pendant quelques jours et hier ils ont rebondi. Mais on sent un manque de direction après l'embellie estivale. Euros et indices boursiers européens ont testé leurs plus bas avant de repartir à la hausse. Nous restons positifs.

L'ESPAGNE COURAGEUSE
C'est un budget courageux que l'Espagne a annoncé hier. Courageux et cohérent. Courageux car on parle de 40 milliards d'euros d'effort. Cohérent car l'effort est principalement concentré sur les baisses de dépenses publiques et pas sur la hausse des impôts.

LA FRANCE: SOLUTION DE FACILITé
Le projet de loi de Finances 2013 sera présenté ce matin. Contrairement à l'Espagne, pas de réduction de dépenses publiques, ou peu, et elles ne seront pas respectées mais un matraquage sur les ménages dits "aisés" et sur les entreprises. C'est facile. Cela touche peu d'électeurs. Et cela entretient le mauvais penchant Français pour un égalitarisme teinté d'envie et de jalousie pour le succès.

LA FRANCE EST TRES ENDETTEE
On parle de la crise Espagnole. Mais l'Espagne aura une dette égale à 80% du PIB à la fin 2012. Pour la France ce sera 91.3% du PIB en 2013!!!! 91.3%!!!! Une des pires performances au monde et on continue à croire qu'on va pouvoir continuer comme cela sans véritable effort de l'état sur les dépenses publiques. Vive le déni...

 

RETROUVEZ NOUS CE SOIR
sur BFM Business pour votre émission patrimoniale hebdomadaire: C'est votre argent. Radio ou télé. 19h et 22h. La seule émission financière détendue et décalée....

 

INTERVENTION IMMINENTE DE LA BANQUE DU JAPON
Le yen continu à s'apprécier et les exportateurs Japonais sont au bord du gouffre, une situation exacerbée par l'arrêt de certaines de leurs usines en Chine. La Banque du Japon va devoir intervenir. Elle va devoir faire comme la Suisse. Imposer un plancher sur le dollar yen. Nous avons déjà conseillé aux abonnés MF Privé un produit pour jouer la baisse du yen . Testez gratuitement notre offre pendant un mois pour découvrir ce produit

LA DEMANDE D'AIDE ESPAGNOLE EST IMMINENTE
Ce n'est plus qu'une question de jours. L'Espagne va demander officiellement l'aide Européenne. Avec le budget qu'elle vient d'annoncer, elle n'aura pas besoin de faire de sacrifices supplémentaires.

LA BLAGUE DU JOUR
Le gouvernement engage un bras de fer avec Arcelor Mittal

L'ALLEMAGNE DONNE (ENCORE) L'EXEMPLE
BMW va embaucher 3000 personnes. En échange de plus de flexibilité sociale. Et les syndicats ont accepté car leur but est que BMW reste un leader mondial pas de couper la tête des dirigeants.

DEVENEZ GERANT DE HEDGE FUND
Selon Forbes, 31 gérants de hedge funds sont dans les 400 américains les plus riches. Soros "pèse" 19 milliards de dollars, Jphn Paulson 11 milliards, la star actuelle Ray Dalio 10 milliards dont 4 gagnés l'an dernier.

MONTI A ENVIE DE RESTER
Mario Monti a déclaré pour la première fois hier qu'il était prêt à rester après les élections d'avril si elles ne dégageaient pas une majorité claire...Ah, le goût du pouvoir...

A CE SOIR 19H et 22H SUR BFM BUSINESS

 

More Sharing Services0

 

 

  • Sauvegarder l'article
  • Envoyer l'article à un ami
  • Imprimer l'article

CAC40 : sous 3400, bilan hebdo à -3,7%, inquiétude sur Espagne

 

(CercleFinance.com) - Wall Street ouvre comme prévu en repli de -0,35 à -0,45%, une consolidation 3 fois moins importante que celle de l'Euro-Stoxx50 (-1,2% et -3,6% en 'hebdo') ou du CAC40.

Cette fin de 3ème trimestre est décidément bien agitée et la volatilité, quasiment absente depuis fin juillet resurgit depuis 48H (avec la chute de -2,8% du marché parisien mercredi).

Le CAC40 a connu un véritable passage à vide entre 14H15 et 15H40, l'indice abandonnant jusqu'à -1,7% (à 3.382 points) avant de se reprendre un peu à 3.395Pts (-1,25%) mais le palier des 3.400 qui correspond au plancher du 5 septembre reste sérieusement menacé.

Le bilan de la semaine ressort négatif de -3,7% (le bilan des 4 dernières semaines est désormais légèrement négatif).

Une telle chute surprend beaucoup d'opérateurs... tout comme la forte hausse des indices US la veille, malgré de très mauvais chiffres US.
L'une des explications réside peut être dans la crainte de voir Moody's abaisser à 'spéculative' la note des émissions obligataires espagnoles.

L'Espagne va dévoiler les 'vrais' besoins en capitaux des banques ibériques et les montants qui circulent (60MdsE) sont très inférieurs aux estimations des marchés... et à condition que les prix de l'immobilier ne se contractent pas davantage au cours des 12 à 18 prochains mois.

Les opérateurs n'ont pas réagi à 14H30 lors de la publication des dépenses de consommation des ménages américains: elle ont progressé de +0,5%... à un rythme 5 fois supérieur aux revenus (+0,1% contre +0,2% attendu) selon des statistiques publiées vendredi par le Département du Commerce.

La hausse de +0,4% des dépenses en juillet s'expliquait déjà par l'effort financier engendré par la hausse des carburants, le phénomène s'est confirmé et amplifié au mois d'août et la pression pourrait ne pas retomber avant le mois d'octobre.

Pour illustrer la nervosité des marchés vis-à-vis de l'Espagne, les rendements des taux longs remontent ce vendredi, après s'être détendus la veille sur fond d'annonce d'un nouveau plan d'austérité drastique.
Après une baisse de 12 points de base jeudi, le taux à dix ans se tend de dix pb à 6,04% ce jour.

La monnaie unique européenne poursuit malgré tout le mouvement de reprise entamé hier, face au dollar: +0,20% à 1,2930 dollar.

Les budgets de rigueur présentés par l'Espagne et la France sont jugés rassurants pour la pérennité de la zone euro. Le risque d'exaspération sociale dans les pays du Sud est pour l'instant occulté car les investisseurs attendent maintenant que le gouvernement espagnol formalise officiellement une demande d'aide financière auprès des institutions européennes, un évènement qui pourrait se concrétiser au cours des prochaines semaines.

'Une fois que l'Espagne aura formulé sa demande de soutien à la BCE, les marchés repartiront de l'avant', assure-t-on chez CMC Markets France.

'D'ici la fin de l'année, il n'est pas impossible que le CAC franchisse le seuil des 3.800 points', ajoute le gestionnaire parisien.

Du côté des valeurs, Capgemini signe la plus forte progression du CAC, à la faveur des bons résultats trimestriels dévoilés dans la soirée d'hier par Accenture.

Air France-KLM bondit de 6% à plus de 5,1E grâce à une recommandation favorable d'UBS. A l'inverse, Saint Gobain dévisse de -3,3%, ST-Micro, Sté Générale et AXA perdent -2,2 à -2,3%.

Sanofi lâche plus de 2% bien que Bryan Garnier rehausse sa 'fair value' (valeur intrinsèque) sur Sanofi, passant de 70 à 80 euros, et réaffirme sa recommandation 'achat', dans le sillage d'un relèvement significatif de sa séquence de revenus et de profits opérationnels pour le groupe de santé.
Danone cède 1,8%, victime d'un abaissement de recommandation de Barclays Capital. L'analyste a abaissé sa recommandation sur le titre de 'surpondérer' à 'pondérer en ligne', avec un objectif de cours ramené de 52 à 50 euros, conseillant d'arbitrer en faveur d'Unilever.

Arkema ne lâche que 0,4%, alors que les analystes de HSBC ont dégradé leur conseil sur le titre.

Vivendi (-1,1%) a annoncé vendredi la finalisation de l'acquisition d'EMI Recorded Music par sa filiale Universal Music Group. 'Cette acquisition permet à Vivendi de renforcer sa position dans les contenus de manière significative', explique le groupe de communications et de médias dans un communiqué.



Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs
 

15:55 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/09/2012

solvay

désolé pour la lecture du texte précédent....rien n'y fait..

CAC 40 : bonjour Solvay, au revoir Peugeot

 

(AOF) - Depuis ce matin, le titre du premier constructeur automobile français Peugeot ne fait pas partie du CAC 40, l'indice phare de la Bourse de la Paris. Le groupe industriel a été remplacé par le chimiste belge Solvay. La décision a été annoncée le 7 septembre dernier par le comité scientifique des indices de NYSE Euronext. PSA en pleine restructuration, a vu sa capitalisation boursière fondre de 47% depuis le début de l'année. De son côté, Solvay, qui a racheté en 2011 le français Rhodia, a gagné 48% depuis janvier.

10:26 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

BONJOUR et BONNE SEMAINE...

de MonFinancier...

 

LA JOURNÉE DES ULTIMATUMS...

Le changement de saison? Les journées qui raccourcissent ? Le temps qui se dégrade? Difficile de connaître la cause mais la situation a l'air de se tendre un peu partout, en France, en Europe et dans le monde...Et chacun y va de son ultimatum et de ses menaces pour obtenir ce qu'il veut.

 

L'ULTIMATUM DE L'EUROPE A LA GRECE
La troika a encore piqué sa crise en quittant brusquement Athènes faute d'accord avec le gouvernement pour obtenir la retraite à 67 ans en Grèce...Il va falloir trouver un accord avec la réunion de l'Eurogroupe en Octobre. Les Grecs vont accepter mais ils ne vont rien appliquer. Comme d'habitude.

 

L'ULTIMATUM DES ETATS UNIS A BAE ET EADS
On sait ce qui reste de bloquer le rapprochement BAE EADS, ce sont les Etats Unis. Le Pentagone est un gros client de BAE et n'a pas envie de dépendre d'un groupe dont les actionnaires sont les gouvernements allemands et Français. Et BAE vient d'annoncer que si le Pentagone remet en cause leur relation, ils ne feront pas le deal.

 

L'ULTIMATIUM DU JAPON A LA CHINE
Après une semaine de manifestations anti japonaises, le Japon réagit enfin et met en garde la Chine : soit elle se calme, soit la relation économique entre le Japon et la Chine va souffrir et pour le premier ministre Japonais, la Chine,déjà en fort ralentissement, a plus à perdre que le Japon

 

L'ULTIMATUM DE HOLLANDE AUX VERTS
Il va falloir qu'il s'excite un peu notre président normal et qu'il explique aux Verts qu'on ne peut pas être dans le gouvernement et en même temps voter contre le traité budgétaire européen. Je suis pour que les Verts maintiennent leur positon. Duflot sortirait du gouvernement et on pourrait vite donner un nouveau nom au produit de défiscalisation immobilière. Le Hollande, ou le Ayrault.

 

L' ULTIMATUM DU GOUVERNEMENT AUX RICHES ET AUX ENTREPRISES
Avec le détail vendredi des 20 milliards d'impôts supplémentaires pour le budget 2013. Les Echos détaillent les 20 hausses d'impôts qui visent les "riches" et les entreprises.

 

L'ULTIMATUM DE L'EUROPE A L'ESPAGNE!
Basta!! L'Espagne doit demander officiellement de l'aide cette semaine sinon... ce sera la fessée.

 

ON ATTEND LE DEBAT
La campagne aux Etats Unis est assez ennuyeuse.. Heureusement on va connaître un peu d'excitation avec les débats entre les candidats. Il y en aura trois. Et le premier aura lieu le 3 octobre.

UN GRAND OUF POUR LES EXILES FISCAUX
Deux cantons Suisses ont voté pour le maintien du forfait fiscal qui permet aux exilés fiscaux de payer moins d'impôts. Un forfait qui est calculé en fonction du train de vie et pas des revenus réels. Il va cependant être alourdi avec un seuil minimal d'imposition.

 

 

LE POINT SUR LES MARCHÉS à l'ouverture des Bourses européennes ** :
LE POINT SUR LES MARCHÉS à l'ouverture des Bourses européennes ** :

    PARIS, 24 septembre (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse 
lundi, victimes de prises de bénéfices déclenchées par un regain d'inquiétude concernant la 
croissance mondiale et l'incertitude qui plane autour de la volonté de Madrid de demander une 
aide internationale qui permettrait à la Banque centrale européenne de procéder à des achats 
d'obligations espagnoles. 
    Madrid est soumise à des pressions contradictoires concernant la nécessité pour le pays de 
demander une aide internationale. Contrairement à Paris, Berlin a affirmé ce week-end que 
l'Espagne n'avait pas besoin d'un plan de sauvetage. (voir SYNTHÈSE:  ID:nL5E8KLMOU )     
    À Paris, l'indice CAC 40  .FCHI  recule de 0,57% à 3.510,47 points vers 7h30 GMT. À 
Francfort, le Dax  .GDAXI  recule de 0,18% et à Londres, le FTSE  .FTSE  de 0,19%. L'indice 
paneuropéen Eurostoxx 50  .STOXX50E  cède 0,45%.  
    "(La consolidation) va probablement se prolonger jusqu'à ce qe l'on obtienne de nouvelles 
informations concernant la question espagnole", commente Ishaq Siddiqi, analyste chez ETX 
Capital, qui attend notamment des détails sur les réformes structurelles du pays jeudi.     
    "Le 'rally' (provoqué par la perspective d'injections de liquidités) semble arrivée à sa fin 
et les inquiétudes concernant la croissance mondiale sont de retour. C'est une séance assez 
creuse globalement et il est difficile d'imaginer que la tendance s'inversera aujourd'hui."   
    Une information de presse selon laquelle le Mécanisme européen de stabilité (MES) pourrait 
bénéficier d'un effet de levier similaire à celui de son prédécesseur, le FESF, et de bénéficier 
d'une capacité d'intervention de 2.000 milliards d'euros, limite les pertes.  ID:nL5E8KN2TK  
    Les valeurs cycliques et financières, grandes bénéficiaires de la récente hausse des cours, 
sont les plus affectées par les prises de profits, alors que les défensives s'en tirent mieux. 
    Toutefois Crédit agricole  CAGR.PA  (-1,66%) figure parmi les plus fortes baisses du CAC à 
la suite d'une information de presse selon laquelle elle devrait injecter entre 600 et 700 
millions d'euros de plus dans sa filiale Emporiki avant de pouvoir la vendre.  ID:nL5E8KO14E  
    L'euro perd un peu de terrain, comme l'ensemble des actifs à risque, et se traite autour de 
1,2965 dollar, tandis que le baril de pétrole recule de 0,88% à moins de 110,50 dollar. 
    A contrario, les futures sur Bunds allemands regagnent du terrain, alors que le ministre 
espagnol de l'Economie Luis de Guindos a réaffirmé samedi que Madrid ne prendrait aucune 
décision précipitée en ce qui concerne une aide extérieure.  ID:nL5E8KM2TL  
    Dans ce contexte, les rendements espagnols et italiens se retendent légèrement. 
    Moody's devrait par ailleurs terminer sa revue de la note de crédit de l'Espagne d'ici à la 
fin de la semaine et pourrait la ramener en territoire spéculatif ("junk"). 
      
 MARCHES EUROPÉENS 
 Les indices à 07:30 GMT 
 Indices                     Dernier  Var. Points  Var. %      YTD 
 Eurofirst 300  .FTEU3       1116,55     -2,91     -0,26%    +11,50% 
 Eurostoxx 50  .STOXX50E     2562,96    -14,12     -0,55%    +10,64% 
 CAC 40  .FCHI               3508,05    -22,67     -0,64%    +11,02% 
 Dax 30  .GDAXI              7433,91    -17,71     -0,24%    +26,03% 
 FTSE  .FTSE                 5841,22    -11,40     -0,19%     +4,83% 
 SMI  .SSMI                  6602,91     -2,91     -0,04%    +11,23% 

 

 

09:55 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/09/2012

L'ETE EST PASSEE....

et notre Labrador CURTIS , nous a quitté hier , à 12 ans , dans mes bras....

En pleurs

la Bourse va bien ce matin....de MonFinancier

 

L'EUROPE AVANCE LENTEMENT MAIS SÛREMENT

La demande d'aide Espagnole est imminente. Une fois cette étape franchie, l'Europe devrait régler le sort de la Grèce et ce n'est pas gagné car la Grèce a besoin de plus d'argent que prévu et personne ne veut payer. Mais l'Europe doit faire vite car elle doit se focaliser sur la priorité: la relance d'une économie qui chute lourdement au mois de Septembre.

 

DEMANDE D'AIDE IMMINENTE DE L'ESPAGNE
Ce ne serait plus, selon le Financial Times, qu'une question d'heures. L'Espagne négocie les dernières conditions de sa "reddition" mais elle est inévitable. Hier elle est parvenue à se refinancer dans de meilleures conditions sur les marchés car les investisseurs pariaient sur cette demande officielle d'aide.

 

ON VA REPARLER DE LA GRECE
La Grèce a besoin de plus d'argent que prévu. Beaucoup plus d'argent. Et personne n'a envie de payer. Mais personne ne veut d'une sortie de la Grèce de la zone euro à court terme. Les sortir oui mais tranquillement. Dans deux ans. Il va donc falloir trouver une solution pour gagner du temps.

 

AU SECOURS, C'EST LA RECESSION
Chiffre catastrophique hier sur l'activité dans la zone euro pour le mois de Septembre. On parle d'une baisse de la croissance de 0.6%... Nettement plus mauvais qu'anticipé.

 

UN MIRACLE ??
François Hollande semble avoir pris conscience de l'importance des PME. Il a confirmé que la déduction fiscale ISF pour les investissements PME serait maintenue mais il parle même d'une Plan d'Epargne en Actions orienté PME. Ce serait vraiment une excellente nouvelle. Le seul problème c'est que les PME ont besoin de patrons actionnaires et qu'on ne peut pas aider les PME d'un côté et taper sur les patrons et les actionnaires de l'autre...

 

SOMMET FRANCO ALLEMAND POUR EADS
Merkel et Hollande se retrouvent demain. Ils vont principalement parler de la fusion EADS- BAE Systems.

 

NE MANQUEZ PAS CE SOIR
Retrouvez nous ce soir sur BFM Business pour un grand rendez vous patrimonial du week end. "C'est votre argent". Tous les vendredis à 19h et 22h. Radio et Télé. La première émission financière détendue et décalée du PAF.

 

LES ALLEMANDS NE FONT PAS ASSEZ L'AMOUR
C'est peut être le seul domaine où nous sommes vraiment meilleurs qu'eux. Le taux de fécondité déjà très bas a encore chuté. 1.36 alors que le taux de renouvellement d'une population est de 2.1. Il n'y aura bientôt plus beaucoup d'allemands. Je suis apparemment le seul à trouver Angela Merkel sexy.

 

AMUSANT
La Tribune revient en kiosque avec une une amusante: "Malheureux comme un riche en France".

 

LA BLAGUE DU JOUR
La déclaration de Carlos Tavares DG délégué de Renault: "Nous allons faire hésiter les clients de Volkswagen!"

 

A LIRE
pour comprendre l'enjeu de l'affrontement entre la Chine et le Japon, le numéro sorti aujourd'hui de The Economist. Si il n'y avait qu'un journal à lire, ce serait The Economist....

 

ONLY IN FRANCE
L'I Phone 5 sort aujourd'hui partout dans le monde. Partout? Peut être pas... Les salariés d'Apple France sont appelés à une journée de grève aujourd'hui. Le combat pour la compétitivité du pays bat son plein...

A CE SOIR 19h ou 22H sur BFM Business

Bonne journée, Claude.

11:25 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/09/2012

bonsoir...

de l'Investisseur...

 

APERÇU DES MARCHÉS

 

Maigres chiffres en provenance d'Asie

Les nouvelles majeures de ce jeudi portent sur l'offre faite par Liberty Global, l'actionnaire majoritaire de Telenet sur sa filliale à 35 EUR p.a. Le cours de Telenet se réajuste même au delà du prix annoncé (+13,2%), jusqu'à 35,2 EUR ! Le signe que les investissseurs spéculent sur un prix plus élevé, mais nous estimons la probabilité de surenchère faible. Lisez ici notre analyse. Grâce au bond de Telenet, l'indice Bel 20 résiste bien dans le vert et progresse de 0,3%. AB InBev et Umicore s'apprécient de près de 1%. Des valeurs financières comme KBC (-2,6%) et Ageas (-1,3%) sont sous pression. De même, des actions actives en Asie comme Nyrstar et Bekaert se replient de plus de 1%. En Chine, c'est la onzième fois que la confiance des chefs d'entreprise est en baisse. De plus au Japon,  les exportations semblent aussi en repli. En Europe, Daimler a lancé une mise en garde sur bénéfice, ce qui n'est pas de bon augure pour les ventes automobiles futures en Europe et en Chine. Peugeot (-3,3%) a vendu sa part de 75% dans le transporteur Gefco, mais à un prix décevant. Le holding RHJ International a clôturé 8,7% plus haut après qu'une de ses filiales ait acquis BHF-Bank,un gros poisson. La biotech Ablynx a souffert de prises de bénéfice et bascule de 10%. Dans des volumes élevés, Hamon dévisse encore de 5,5%. Apparemment, un important vendeur sévit en ce moment. A Wall Street, on observe un léger repli des indices prédominants vers 18h belges.  Adobe Systems gagne 1,9%, récompensé pour ses chiffres plus élevés.

19:02 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/09/2012

BONJOUR....10H55

de MONFINANCIER..

 

LES ETATS UNIS FONT PLUS PEUR QUE L'EUROPE

Enfin!! Selon une étude de Bank of America, les investisseurs sont maintenant plus inquiets de la situation aux Etats Unis que de la crise Européenne. Il était temps. même si cela ne dure que quelques semaines ou quelques mois, il serait temps que les investisseurs se rendent compte que la déficit et la dette des Etats Unis ne sont plus sous contrôle depuis longtemps.

 

MITT ROMNEY UN PEU TROP DIRECT
En politique, il n'est pas toujours bon de dire ce qu'on pense.. Des vidéos circulent dans lesquelles Mitt Romney déclare que 47% des Américains vivent au crochet de l'Etat et qu'il va leur mettre un coup de pied au cul pour qu'ils se remettent au travail... Le thème de l'assistanat n'a pas de frontière...

 

L'ISF
Selon les Echos, on va revenir à l'ancien barême de l'ISF. Au dessus de 1.3 millions d'euros. 0.55% à 1.80% et plafonnement à 80% des revenus. Cela aurait pu être pire... La bonne nouvelle c'est que la déduction fiscale pour les investissements dans les PME reste à 50% et que l'outil de travail reste exonéré, mais étroitement contrôlé... Annulez votre billet pour Bruxelles pour l'instant...

 

L'ESPAGNE COMMENCE A NOUS FATIGUER
L'Espagne n'a toujours pas demandé l'aide Européenne malgré la promesse de l'Union Européenne et du FMI de ne pas lui demander d'efforts d'austérité supplémentaires et la promesse de la BCE de faire baisser les taux Espagnols dès que l'aide est demandée officiellement. Le fameux orgueil ibère...

 

LE PETROLE EN PLEINE AGITATION
Depuis quelques jours le pétrole est sujet à une volatilité extrêmement forte. Les Saoudiens ont déclaré qu'ils voulaient le faire baisser en dessous de 100 dollars, mais d'un autre côté les craintes d'une attaque sur l'Iran restent vives. Lisez notre edito

 

LE DUFLOT VA REMPLACER LE SCELLIER
On parle d'un nouveau dispositif fiscal pour investir dans l'immobilier mais orientées vers des logements dans des zones très spécifiques avec des loyers plafonnés et inférieurs de 20% au marché. C'est un cauchemar de penser que le nom de Duflot pourrait rester même une fois que son passage dans un gouvernement sera depuis longtemps, fort heureusement, oublié.

 

UN SCOOP
Les négociations entre EADS et BAE Systems sont compliquées...

 

IL FAUT SUIVRE BOLLORE
Son track record est impressionnant. Et maintenant c'est dans Vivendi qu'il rentre en force avec la validation de la vente de Direct 8, entre autres, par le CSA. C'est lui qui va mener la danse pour le découpage de Vivendi. Je mise sur lui.

 

L'AUTRE SCOOP
Ce sera un match Fillon-Copé...Quelle surprise. Mais, franchement, on s'en fout.

VIVE LA FRANCE
En pleine crise financière et crise européenne, la Banque de France...est en grève...

 

LE PÉTROLE ENTRE L'ÉCONOMIE ET LA GÉO POLITIQUE

Le pétrole a été le marché le plus volatil des deux derniers jours. Après une progression de plus de 30% en 3 mois, il baisse depuis deux jours. C'est un marché passionnant car ses cours fluctuent en fonction de l'économie, de la géo politique et également du progrès des méthodes d'exploration alternative

Beaucoup d'agitation autour du marché du pétrole depuis deux jours
Après avoir progressé de plus de 30% en trois mois, le pétrole s'est replié depuis deux jours. De près de 5%. Ce qui est passionnant sur ce marché c'est qu'on est à la croisée de l'économie et de la géo politique. Avec une économie mondiale en ralentissement et une demande Chinoise en baisse, le pétrole devrait aujourd'hui valoir 20 à 30 dollars de moins que son prix actuel. Mais les tensions au Moyen Orient et les craintes d'une attaque imminente d'Israël sur l'Iran ont crée une prime spéculative.

Les Saoudiens semblent vouloir maintenir le pétrole en dessous de 100 dollars sur le brent
Et il vaut ce matin encore 112 dollars. Ils sont prêts à augmenter leur production pour faire baisser le cours du pétrole. Et c'est paradoxal. Les pays producteurs devraient se réjouir de voir le pétrole monter mais ils craignent, et ils ont raison, que la hausse de l'essence provoque, et c'est le cas, une baisse du pouvoir d'achat aux Etats-Unis et en Europe et donc une baisse de la consommation et donc à terme une baisse accélérée des cours du pétrole. Ils préfèrent prendre les devants. Ils ont aussi une autre crainte et celle-ci aussi est justifiée. Avec un cours de pétrole élevée, la motivation de pays comme les Etats-Unis est de devenir indépendant énergétiquement. Avec le gaz de schiste par exemple.

Entre l'économie et les tensions politiques, qu'est ce qui va prendre le dessus ?
Si Israël attaque l'Iran, nous aurons une envolée des cours du pétrole. Violente. Mais de courte durée. L'Arabie Saoudite inondera le marché de pétrole et les Etats-Unis et l'Europe libéreront une partie de leurs stocks stratégiques. Attendez vous donc à une extrême volatilité sur le marché dans les semaines qui viennent. Mais que les automobilistes ne se réjouissent pas trop vite, que le pétrole monte ou baisse, le prix de l'essence à la pompe montera toujours.

 

Rebond des Bourses européennes dans les premiers échanges :

 

LA BOURSE DE PARIS OUVRE DANS LE VERT

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont rebondi mercredi dans les premiers échanges, l'annonce surprise d'un nouvel assouplissement de la politique monétaire japonaise, après celles de l'Europe et des Etats-Unis, ayant momentanément apaisé les craintes concernant la croissance mondiale et relégué au second rang les inquiétudes liées à la situation de l'Espagne.

À Paris, le CAC 40 reprend 0,65% à 3.535,62 points vers 9h45. À Francfort, le Dax gagne 0,46% et à Londres, le FTSE 0,4%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 progresse de 0,64%. Le CAC 40 affiche un gain de près de 10% depuis le 1er janvier.

La Banque du Japon (BoJ) a de nouveau assoupli sa politique monétaire en annonçant une augmentation de ses achats de titres deux fois supérieure au montant habituel, une décision prise face au ralentissement de l'économie nippone, que les tensions des derniers jours avec la Chine risquent d'amplifier.

Cette annonce a interrompu deux séances de prises de profits sur les actions européennes après les pics de 14 mois atteints la semaine dernière, en raison d'interrogations sur la volonté de Madrid de demander une aide internationale, qui déclencherait la mise en oeuvre des mesures de soutien de la BCE.

"Il y a eu des inquiétudes par rapport à la croissance économique de la Chine et son impact plus large. Le fait que la banque centrale japonaise tente de jouer son rôle est sans aucun doute un élément favorable", commente Keith Bowman, analyste de marché chez Hargreaves Lansdown.

"Les investisseurs essaient de conserver une orientation globale défensive, mais en même temps ils essaient de se donner une certaine exposition aux secteurs cycliques, au cas où une reprise économique plus soutenue se produirait", ajoute-t-il.

Les secteurs cycliques et financiers sont en tête des hausses, notamment l'automobile qui gagne 1,5% et les produits de base qui prennent 1,4%.

Aux valeurs, Inditex gagne 2,4% après l'annonce d'un bénéfice semestriel en hausse de 32% pour le leader mondial de l'habillement.

Vivendi s'adjuge 2,85% après une information de presse selon laquelle le groupe américain DirecTV envisage une offre d'achat sur GVT, sa filiale mobile.

Sur le marché obligataire en revanche, les futures sur Bund allemand perdent du terrain au profit des actifs plus risqués en perspective d'un soutien à la croissance, bien que l'apparente réticence de l'Espagne à demander un plan de sauvetage du pays limite les pertes sur ce marché.

L'euro, également pris entre les incertitudes sur l'Espagne et les plans de stimulation de l'économie annoncés par la Banque centrale européenne, la Réserve fédérale américaine et la BoJ, se maintient sous ses plus hauts de quatre mois touchés lundi, autour de 1,3068 dollar, alors que le yen est tombé à un plus bas d'un mois après l'annonce de la Banque du Japon.

Le baril de Brent remonte après la décision de la banque centrale japonaise, qui pourrait favoriser la demande du troisième plus gros importateur mondial de pétrole. Cette décision a renversé une tendance nettement baissière qui prévalait depuis lundi en raison des craintes concernant la croissance mondiale et de signes indiquant que l'Arabie saoudite augmentait sa production de pétrole.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand

 

 

 

 

10:57 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/09/2012

BONJOUR....PAUSE...10H

de MONFINANCIER..

REBOND PUISSANT OU RETOURNEMENT DES MARCHÉS?

C'est la grande question qui se pose aujourd'hui sur les marchés, la question à quelques milliards de dollars ou d'euros puisque l'euro n'en finit pas de rebondir. Le rebond spectaculaire des indices boursiers depuis la fin du mois de juillet et de tous les actifs à risque est à la croisée des chemins: Stop ou encore?

 

L'EURO AU DESSUS DES 1.31
C'est peut être le rebond le plus spectaculaire Autour de 1.20 le 24 Juillet, le voici au dessus des 1.31 sans véritable pause. Avec des investisseurs et des banques centrales qui n'en ont pas assez dans leurs coffres et qui courent après la hausse. Encore la preuve que le consensus a toujours tort.

 

BELLE FIN DE SEMAINE POUR LE CAC
avec une hausse de plus de 2.2% sur la journée de vendredi et de près de 2% sur la semaine. Et ce sont toujours les valeurs bancaires qui sont à la fête avec un rebond massif depuis l'été.

 

PAUVRE TUNISIE
Les Etats Unis ont décidé de rappeler tout leur personnel et conseillent à leurs ressortissants de ne plus aller en Tunisie. L'économie tunisienne qui est déjà au tapis depuis le "printemps" arabe n'avait vraiment pas besoin de ça.

 

ON N'A PAS FINI D'EN PARLER
et c'est un peu normal. La fusion EADS- BAE systems n'aboutira peut être pas mais on va en parler tous les jours ou presque. C'est peu de dire que c'est une affaire d'Etat. BAE Systems travaille, entre autres, pour la défense Américaine et les Américains n'ont pas envie de voir les gouvernements Français et Allemands, actionnaires d'EADS disposer d'informations confidentielles...

 

BONNE NOUVELLE POUR JADE
En cas de réussite du projet de fusion EADS-BAE, Lagardère sortirait du capital d'EADS. J'en connais qui vont être contents..

 

LE LIVRET A
Le plafond sera donc relevé au 1er Octobre. Cela va encore stériliser l'épargne des Français et retirer des ressources de financement pour les entreprises. Décision absurde à un moment où les Français ont déjà trop d'argent dans les livrets. Absurde.

 

MATCH FRANCE ALLEMAGNE
Excellent dossier simple et efficace dans le Parisien/Aujourd'hui Economie sur la comparaison des deux modèles. Mais la conclusion est un peu surprenante: pas de vainqueur, ni vaincu...

 

LES RICHES VONT POUVOIR SOUFFLER UN PEU
Après les riches, ce sont les retraités qui sont dans le collimateur . Ils seraient privilégiés et ils vont subir d'ici quelques mois une salve d'impôts et de taxes. Mieux vaut ne pas être riche retraité...

 

CES DEUX PAYS SE DETESTENT
Beaucoup de manifestations "spontanées" en Chine contre le Japon pour des vagues problèmes de souveraineté sur des ïles en Mer de Chine...

 

LA FIN D'UN SUSPENSE INSUPPORTABLE
Xavier Bertrand ne sera pas candidat à la présidence de l'UMP mais il sera candidat en 2017...No comment.

 

LES BRICS SE FISSURENT
Les principaux pays émergents n'en finissent pas de réviser leur croissance à la baisse. Pour le Brésil ce sera seulement 2% en 2012 par exemple. Et tous se lancent dans une politique de relance, en Chine bien sur, au Brésil avec la baisse des taux et en Inde avec des réformes pour rétablir une confiance bien affectée.

A QUAND UN REMAKE DE LA 7EME COMPAGNIE
en hommage à Pierre Mondy

 

LES RÉPUBLICAINS S'ATTAQUENT AU PATRON DE LA BANQUE CENTRALE AMÉRICAINE

Depuis la décision de Ben Bernanke de faire à nouveau tourner massivement la planche à billets, Mitt Romney et les Républicains se déchaînent contre le patron de la FED. Ils lui reprochent de vouloir donner un coup de pouce à Obama en difficulté sur le sujet du chômage avec un nouveau QE qui, selon les Républicains, sera aussi inefficace que les précédents...Bonne Ambiance

Le patron de la Banque centrale Américaine, Ben Bernanke, se retrouve au coeur de la campagne électorale américaine
Si Ben Bernanke a fait l'unanimité ou presque sur les marchés qui ont applaudi son initiative de faire tourner, pour la troisième fois, la planche à billets de façon massive, il ne fait pas l'unanimité chez les politiques. Depuis sa décision, il affronte un véritable tir de barrage de la part des Républicains. Le président de la Banque Centrale Américaine doit agir en totale indépendance par rapport au pouvoir politique mais les Républicains pensent qu'il roule pour Obama. A quelques semaines des élections, alors qu'Obama se voit reprocher l'état de l'économie et en particulier le chômage, l'intervention massive de la FED et son objectif de combattre le chômage sont suspects pour les partisans de Mitt Romney.

Mitt Romney lui-même a attaqué Ben Bernanke
De façon assez brutale. Et c'est plutôt rare pour un candidat à la présidence. Pour Mitt Romney, ce que fait la FED sera inutile contre les précédents QE1 et QE2. Mais pas seulement inutile. Néfaste. Imprimer des billets de banques pour le candidat républicain maintient les taux artificiellement bas ce qui plombent les revenus des épargnants en placements de taux, provoque la chute de la devise nationale et accroit les risques d'inflation.

Est-ce que cela veut dire que si Romney est élu, Bernanke sautera ?
Bernanke a été nommé le 1er Février 2006. Le mandat de Ben Bernanke court jusqu'à la fin du mois de Janvier 2014. Il n'a donc aucune crainte jusque là. Ensuite les Républicains tenteront probablement de le remplacer mais ce n'est pas sûr. Tout va dépendre du succès de son QE3. SI l'économie repart, Bernanke sera un héros, si l'économie ne repart pas mais que l'inflation dérape on lui réservera le même sort qu'à son prédécesseur qui est considéré maintenant comme un des responsables de la crise Américaine après avoir été encensé.

 

 

indices à 10h06

 

BEL 20 * 2463.95 -7.65 -0.31 %  
AEX * 337.82 -0.46 -0.14 %  
CAC 40 * 3572.61 -8.97 -0.25 %  
Euronext 100 * 672.76 -1.35 -0.20 %  
Next 150 * 1451.41 1.01 0.07 %  
DAX 7401.19 -10.94 -0.15 %  
FTSE MIB 16515.29 -109.16 -0.66 %  
IBEX 35 8100.70 -53.80 -0.66 %  
SMI 6569.22 10.06 0.15 %  
SLI 995.25 0.77 0.08 %  
SPI 6093.51 2.76 0.05 %  
FTSE 100 5904.17 -11.38 -0.19 %  
Dow Jones * 13593.37 53.51 0.40 %  
Nasdaq 100 2855.23 0.00 0.00 %  
Nasdaq 3183.95 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1049.97 -4.21 -0.40 %  
OMX Helsinki 25 2146.63 -14.75 -0.68 %  
OMX Stockholm 30 1111.63 -3.35 -0.30 %  
OMX Copenhagen 20 489.37 0.89 0.18 %


Services0

 

 

  • Sauvegarder l'article
  • Envoyer l'article à un ami
  • Imprimer l'article

Les Bourses européennes ouvrent en léger recul :

 

LÉGER RECUL À L'OUVERTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont débuté la semaine en léger recul lundi, les investisseurs prenant une partie de leurs bénéfices après le rally qui a poussé vendredi les marchés à leur plus haut niveau depuis quatorze mois.

À Paris, le CAC 40 recule de 0,45% à 3.565,31 points à 7h35 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,14% et à Londres, le FTSE se replie de 0,19%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 est en baisse de 0,42%.

Passée l'euphorie, le nouveau programme de rachat d'obligations de la part de la Réserve fédérale américaine, comme le plan dévoilé auparavant par la Banque centrale européenne pour soutenir les pays en difficulté de la zone euro, n'ont pas levé toutes les incertitudes pesant sur la conjoncture mondiale.

"Les mesures de soutien de la Fed étaient clairement destinées à rétablir la confiance (dans l'économie), pas à faire monter les Bourses", note Michael McCarthy, stratège chez CMC Markets. "Les données techniques montrent que l'on est sur le fil du rasoir et que le risque à court terme est plutôt à la baisse."

Dans ce contexte, les investisseurs hésitent à prendre des positions qui les exposeraient à une correction brutale des marchés.

"On peut s'attendre à des prises de bénéfices. C'est logique et même plutôt sain après les gains énormes enregistrés ces dernières semaines", estime Philippe Gijsels, directeur de recherche chez BNP Paribas Fortis Global Markets.

"Les banques centrales semblent déterminées à inonder le monde de liquidités. L'histoire montre que quand des fondamentaux faibles percutent un mur de liquidités, c'est le mur qui gagne, au moins à court terme. Cela transforme tout repli raisonnable des actifs risqués en opportunité d'achat."

La Bourse de Tokyo est restée fermée ce lundi pour cause de jour férié au Japon.

La plupart des secteurs évoluent en baisse n'excédant pas 1%, les valeurs cycliques qui avaient flambé vendredi signant les plus forts reculs. Les valeurs défensives, comme le secteur de l'alimentation et la boisson (+0,37%), rebondissent en revanche légèrement après avoir été boudées pendant le rally des dernières séances.

EADS démarre la semaine sur une note positive (+1,48%) après les soubresauts qui ont entouré sa possible fusion avec BAE Systems (-0,61%) la semaine dernière.

Hennes & Mauritz (H&M), deuxième enseigne mondiale d'habillement, cède en revanche 2,02% après avoir fait état lundi d'une baisse de 4% en août des ventes en monnaies locales de ses magasins ouverts depuis au moins un an, alors que les analystes interrogés par Reuters tablaient sur une hausse de 1%.

Sur le marché obligataire, les Bunds rebondissent d'une dizaine de "ticks" à 138,82, les acteurs du marché jugeant que le mouvement à la vente qui a suivi la décision de la Réserve fédérale américaine de procéder à un nouvel assouplissement quantitatif (QE) a sans doute été excessif.

"Les Bunds se sont effondrés vendredi, la chute a été forte mais je crois qu'on doit faire une pause", dit un trader. "Les marchés sont très optimistes en ce moment."

Sur le marché des changes, l'euro se replie légèrement à 1,3120 dollar, mais reste ferme face à un billet vert plombé par le nouvel assouplissement quantitatif aux Etats-Unis.

Les cours du pétrole effacent aussi une partie de leurs gains de la nuit. Le Brent revient autour de 116,60 dollars le baril et le brut léger américain repasse sous 99 dollars.

Tangi Salaün pour le service français, édité par Marc Angrand

 

 

 

10:09 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/09/2012

la FED frappe fort à 2 mois des présidetielles!

Wall Street : la FED frappe fort à 2 mois des présidetielles!

 

(CercleFinance.com) - 'Ben Bernanke a donné à Wall Street ce que Wall Street espérait'... voilà l'un des titres illustrant la fin de la séance sur les medias anglo-saxons.
Ben Bernanke va en fait très au-delà des attentes avec un 'QE-3' (sous forme de rachat de créances hypothécaires) illimité dans le temps -ce qui ne s'était jamais vu même au Japon- et la promesse de taux zéro jusqu'à la mi-2015.
La FED va jouer à fond son rôle de 'bad bank' en rachetant des actifs de plus en plus douteux (les 'MBS') tandis que 'opération 'twist' est maintenue jusqu'à la fin de l'année, soit un ajout de 45Mds$ de liquidités tous les mois jusqu'à la fin décembre.

C'est la fête, les investisseurs qui jouent la hausse des marchés depuis 2 mois exultent, le Dow Jones pulvérise les 13.500 (+1,6% à 13.540) avec 100% de titres en hausse... et les sommets absolus ne sont plus qu'à 6 et 7%.

Ben Bernanke a passé outre les nombreux avertissements à peine voilés de la Chine à l'encontre de toute initiative qui pourrait déclencher une instabilité des prix, Pékin redoutant plus que tout l'inflation et les troubles sociaux qu'elle engendre.

Wall Street parie déjà ouvertement sur la flambée des matières premières: les société minières, les parapétrolières et les spécialistes des matériaux de base ont explosé à la hausse de +5% à +7% en moyenne jeudi soir, ce qui a largement contribué à l'envol de +1,63% du 'S&P' jusque vers 1.460Pts.

Le secteur financier a également bondi de +3% alors que le 'QE-3' a été mitonné sur mesure pour les banques qui vont voir 40Mds$ se déverser dans leurs comptes chaque mois: joli coup de chapeau de la part de Goldman Sachs +2%, Morgan Stanley +2,7%, Amex +3,1%, JPM +3,7%, Wells Fargo +4,1%, Bank of America +4,8%.

Les constructeurs de logements individuels ont également été plébiscités avec Pulte Homes +9,2%, Beazer Homes +8,7%, Lennar +6,2%, DR Horton +4,9%.

Et comme si Wall Street savait déjà que tout cet argent n'ira pas irriguer l'économie réelle ni soutenir la consommation, les rares valeurs qui n'ont pas bénéficié du rallye haussier sont des titres du secteur de la distribution comme Best Buy -1,4%, JC Penney -1,3%.

L'autre surprise du jour, c'est que la décision de déclencher un 'QE-3' -qui prend effet dès ce vendredi- a été voté à l'unanimité des membres de la FED -moins 1 voix, celle de Jeffrey Lacker-.

De nombreux membres de la FED s'étaient pourtant exprimés à ce sujet cet été, mettant en doute son impact réel sur la croissance et l'emploi ('l'efficacité des 'QE' n'a jamais été démontrée').

En revanche, pour faire flamber les matières premières, c'est un moyen très efficace (le baril teste les 98$, l'once d'or s'envole de +2% à 1.770$).
Et pour plomber le Dollar (ainsi que le commerce extérieur de l'Europe)c'est imparable: l'Euro qui a déjà pris 5% en 1 mois dans l'anticipation d'une telle initiative culmine maintenant vers 1,2920$ et les 1,300 semblent à portée de tir avant ce week-end.

Wall Street voulait de l'argent frais, ce sera bel et bien le cas: la FED va en déverser 85Mds$ par mois jusqu'à la fin de l'année... mais personne ne se demande pourquoi l'économie américaine à un tel besoin d'une injection de liquidités aussi massive, ni en quoi cela va relancer le crédit immobilier puisque les taux taux sont déjà au plus bas et que les américains ne veulent plus s'endetter.

Rétrospectivement, la stagnation des indices US depuis vendredi dernier au contact de leurs records annuels -dans un contexte de volatilité complètement jugulée- s'explique mieux: certains opérateurs étaient manifestement très 'surs de leur fait' et ne semblaient avoir aucun doute sur le contenu du communiqué final publié ce soir.

Le Nasdaq gagne +1,35% à 3.156Pts (au plus haut depuis 12 ans) alors qu'Apple (+2%) pulvérise un nouveau record absolu à 683$ et l'indice VIX replonge de -11% sur son plancher historique des 14.

Les investiseurs européens semblaient avoir fait le pari que Ben Bernanke ne prendrait pas le risque de donner un gros coup de pouce à la réélection de Barack Obama en lui offrant aussi gros ballon d'oxygène économique, au meilleur moment pour redorer son bilan économique, alors que le débat sur le 'fiscal cliff' reste la plus grande menace aux yeux d'une majorité d'américains (loin devant le chômage paradoxalement... lequel constitue l'alibi du 'QE-3').

De nombreux commentateurs anglo-saxons convenaient que la décision de la FED est probablement tout autant économique que politique: il y a 1 mois, les membres de la FED étaient divisés (à 2/3-1/3)sur le recours à la planche à billet, entre temps, Mitt Romney a déclaré qu'il ne reconduirait pas Ben Bernanke dans ses fonctions en cas de victoire... et c'est soudain l'unanimité en faveur du 'QE-3'.

Et c'est là que le choix de la 'durée illimitée' prend tout son sens: si Ben Bernanke n'était pas sur d'être maintenu par Obama (contrairement à ce qui se passerait en cas de succès de son adversaire Républicain), sa promesse ne serait crédible que jusqu'à mi-janvier 2013 (date de l'investiture du président élu mi-novembre).

Jamais la FED n'avait dérogé à une tradition de neutralité à 2 mois des élections présidentielles, pour ne pas être soupçonné d'avoir tenté de favoriser l'un des candidats: les temps changent... radicalement même.


Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.

Copyright (c) 2012 Cercle Finance.

00:13 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/09/2012

bonsoir 21h...après la FED...usa +1.3%

L'euro grimpe face au dollar après les nouvelles annonces de la Fed :

 

L'euro grimpait nettement face au dollar jeudi, à son plus haut niveau depuis quatre mois, après l'annonce de nouvelles mesures par la banque centrale américaine (Fed) visant à soutenir la relance du marché de l'emploi et de l'immobilier.

Vers 18H00 GMT (20H00 à Paris), l'euro valait 1,2966 dollar contre 1,2899 dollar mercredi vers 21H00 GMT. Il s'est hissé jusqu'à 1,2969 dollar vers 17H30 GMT, un niveau plus atteint depuis le 10 mai.

L'euro montait légèrement face à la monnaie nippone à 100,45 yens contre 100,40 yens mercredi soir.

Le dollar se repliait face au yen à 77,47 yens contre 77,84 yens mercredi soir. Il est tombé vers 16H30 GMT à 77,10 yens, son plus bas niveau depuis février.

L'évolution sur le marché des changes a été erratique dans les minutes qui ont suivi les déclarations de la Fed, le marché faisant preuve d'"hésitation" face à des mesures qui correspondent "plus ou moins à ce qui était attendu", a souligné Sébastien Galy, de la Société Générale.

L'institution a en effet annoncé qu'elle allait augmenter le montant de la perfusion financière sous laquelle elle maintient l'économie américaine, décidant de racheter à partir de vendredi de nouveaux titres adossés à des créances immobilières émis par les organismes de refinancement hypothécaires parapublics (Fannie Mae, Freddie Mac) à raison de 40 milliards de dollars par mois.

Toutefois, la Fed ne fixe pas de date de fin à ce nouveau programme, indiquant qu'elle le continuera si "la perspective du marché du travail ne s'améliore pas nettement".

Cette absence de limites "a surpris un peu tout le monde", a souligné Charles St-Arnaud, de Nomura.

Mais "c'était la meilleure solution pour donner un peu plus de vigueur à l'annnonce", a-t-il estimé, rappelant que les deux dernières phases d'assouplissement monétaire engagées par la Fed comportait des limites à la portée de son intervention.

La Réserve fédérale promet également de maintenir son taux directeur, quasi nul depuis plus de trois ans et demi, à un niveau "exceptionnellement bas" jusque mi-2015 au moins si nécessaire, alors que cet engagement conditionnel ne courait jusque-là que jusque fin 2014.

La faiblesse du dollar était renforcée face à l'euro par des facteurs contribuant à la solidité de la monnaie unique: l'accord de la Cour constitutionnelle allemande, qui a mercredi donné son feu vert aux nouveaux mécanismes de secours dans la zone euro, et la victoire des Libéraux pro-européens aux Pays-Bas.

La monnaie unique était également soutenue par les spéculations sur une éventuelle demande d'aide globale de l'Espagne, jugée de plus en plus probable en dépit des réticences du Premier ministre espagnol Mariano Rajoy, après l'annonce la semaine dernière d'un nouveau programme de rachat de dette publique de la BCE.

Vers 18H00 GMT, la livre britannique descendait légèrement face à l'euro à 80,34 pence, mais montait face au billet vert à 1,6135 dollar.

La devise helvétique accélérait son recul face à l'euro à 1,2144 franc suisse pour un euro mais avançait face au billet vert à 0,9365 franc pour un dollar.

La Banque nationale suisse (BNS, banque centrale) a rappelé jeudi qu'elle continuerait de défendre le taux de changes plancher de 1,20 franc suisse pour un euro introduit en septembre 2011 pour protéger les exportateurs helvétiques.

La monnaie chinoise a terminé à 6,3300 yuans pour un dollar, contre 6,3268 yuans mercredi.

21:04 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17h ..... survol.

de MonFinancier...

 

ON EST SAUVÉS!!

Il ne peut plus rien nous arriver. La crise est finie, c'est sûr. Et nous allons pouvoir à nouveau aller de l'avant, entreprendre, croître et retrouver des années glorieuses. Nous sommes sauvés: l'Iphone 5 est plus léger, plus fin et son écran est plus grand. On voit enfin le bout du tunnel.

 

QUELLE BELLE VILLE KARLSRUHE !
Ils étaient beaux tous ces juges allemands tous de rouge vêtus quand ils ont annoncé que le plan de sauvetage européen était constitutionnel. Ca m'a donné envie d'aller en vacances dans cette magnifique ville industrielle...

 

ON VA BATTRE BOEING!
Les Américains n'ont qu'à bien se tenir. Ceux qui croyaient que l'Europe était morte ont été surpris hier par la hausse de l'euro et par l'annonce de l'étude de la fusion entre le EADS, le franco allemand, et BAE Systems, le britannique. S'il aboutit ce projet serait une belle avancée pour l'industrie européenne.

 

UNE VRAIE BONNE NOUVELLE
Les Hollandais sont décidément un peuple étonnant. Alors que dans tous les pays, la crise et la nullité crasse des politiques poussent les électeurs vers les extrêmes, aux Pays Bas hier les élections ont largement favorisé les grands partis pro européens. Elle est comment la fiscalité en Hollande, je me demande si on ne devrait pas y aller après le séjour à Karlsruhe...

 

UNE RAISON DE PLUS POUR QUITTER LE MOYEN ORIENT
De plus en plus indépendants énergétiquement, les Etats Unis veulent être de moins en moins impliqués au Moyen Orient et la mort de l'ambassadeur Américain en Libye les conforte dans cette nouvelle orientation politique qui change la face du monde.

 

BARROSO VEUT PLUS D'EUROPE
Il a parlé mais personne ne l'a vraiment écouté car il s'exprimait alors qu'on attendait le verdict de la Cour de Karlsruhe. L'homme qui parle beaucoup mais n'a aucun pouvoir, José Barroso, veut plus de fédéralisme en Europe. Merci José pour cette idée révolutionnaire.

 

AU PLUS MAL DEPUIS 1995
Le chiffre publié hier est assez effrayant. Le revenu moyen américain est au plus bas depuis 1995. 17 ans balayés. Totalement.

 

A SUIVRE DE PRES
On ne peut pas encore parler de retour de l'inflation mais tout de même... L'inflation en Europe a dérapé cet été du fait de la hausse du prix du pétrole et le prix du pétrole ne semble pas vouloir baisser..

 

LE SCOOP DU JOUR
Un médicament sur deux serait inutile. ET les dérembourser permettrait d'économiser 10 milliards d'euros par an. On est mal, on est mal...

 

UNE BONNE NOUVELLE
dans le massacre fiscal qui attend tous les épargnants: les plus values sur les résidences secondaires n'entreraient pas dans l'assiette de l'impôt sur les plus values. On comprend mieux les priorités en France: taxer plus le travail, taxer l'investissement productif mais privilégier un bon repos bien mérité dans une résidence secondaire.

 

HARLEM DESIR
patron du PS...who cares ?

0.3% DE CROISSANCE EN 2013
C'est la moyenne des prévisions des économistes. Les plus pessimistes voient une récession, un seul sur 18 voit une croissance supérieure en 2013 (vive le cannabis...)

 toujours Monfinancier...

GOLD...

 

Dur, dur de vous livrer une méthodologie d'investissement sur le secteur du « jaune ».

Essayons, tout d'abord de dissocier les différentes composantes du métal précieux.

- Le besoin de matières premières lié en particulier à la croissance des pays émergents
- L'Or « bijou », notamment dans les pays à forte tradition comme l'inde
- Le placement, notamment associé à une valeur refuge entrainant désormais la spéculation

Peut-on estimer la valeur de chacune d'elle dans son prix ?

C'est très difficile, nous pouvons cependant penser, à la vue des fluctuations des derniers mois, que la part correspondant à la demande hors placement doit sans doute se situer dans une fourchette autour de 1300$. Si ce postulat est correct, la part du prix correspondant aux placements a oscillé entre 240$ et 540 $ sur 1 an.

Quand acheter?

Évidemment la réputation « refuge » de l'or a suscité de l'intérêt depuis 1 an. Le métal précieux a donc naturellement attiré les spéculateur ce qui a ajouté de la volatilité au cours naturel de l'or. Pour rappel, l'Or est un des rares placements qui ne distribue aucun fruit. Les obligations distribuent des coupons, l'immobilier des loyers, les actions des dividendes mais l'Or rien ! Il est donc indispensable de bien acheter pour réaliser de la plus-values , seule espoir de satisfaction.

Le seul conseil que je peux vous donner pour vous positionner est d'ordre empirique. En effet, dès que le stress s'empare des marchés habituels et que les performances des actions est mauvaise sur une année antérieure, le thème de l'Or (comme celui du diamant, du vin, des devises étrangères...) revient dans la lumière. Après quelques mois d'hésitations, l'investisseur stressé et perturbé par les unes des hebdomadaire se penche le sujet. C'est souvent le pire des moments pour se positionner comme en octobre 2011. Eviter d'acheter quand le stress est déjà dans les cours.

A quel prix ?

Encore une fois c'est difficile, nous observons dernièrement que le stress a diminué sur les marchés et pourtant l'Or semble parti pour retrouver ses plus hauts niveaux de 2011. Je ne serai d'ailleurs pas surpris que le rallye se poursuive à court terme. En théorie, il serai pourtant plus prudent de vous conseiller de se positionner en dessous des 1600 pts.

L'Or selon moi est devenu un investissement paradoxal. Nous faisons appel à lui avec l'objectif de se tranquilliser alors que sa valorisation revêt à la fois une extrême volatilité et une grande difficulté d'anticipation.

 

 

LES AMÉRICAINS À LA DIÈTE

L'Europe va mal. C'est certain. Et même si on résoud à court terme les problèmes de financement de la dette, il faudra du temps pour relancer la croissance. Mais les chiffres qui viennent des Etats Unis sont parfois également inquiétants. Hier un chiffre assez frappant a fait son entrée fracassante dans la campagne électorale...

Alors qu'on attend la décision de la banque centrale Américaine aujourd'hui, on continue à avoir des chiffres plus que mitigés sur l'économie Américaine
Il est assez compliqué d'y voir clair en ce moment sur l'économie Américaine. Il y a une certitude. Elle n'a toujours pas rebondi. Et c'est là première fois depuis la crise de 1929 que plus de 4 ans après le début de la crise, les emplois perdus pendant la crise n'ont pas été récupérés. Loin de là même. Il manque toujours plus de 6 millions d'emplois au compteur et on ne perçoit toujours pas d'amélioration réelle. D'un autre côté, il devient évident que l'immobilier a arrêté sa chute libre. Il rebondit dans de nombreux états mais au plan national c'est toujours l'encéphalogramme plat.

Et tout cela pèse sur les revenus de ménages Américains
Le chiffre qui a été publié hier est vraiment frappant. Le revenu moyen des Américains est au plus bas depuis 1995. 1995 . On est revenu 17 ans en arrière. 17 ans de croissance du revenu balayée par l'explosion de la bulle boursière en 2000, le 11 septembre et la crise des subprimes. Et ce chiffre a tout de suite été utilisé par la campagne républicaine puisque la chute s'est accélérée sous la présidence d'Obama, une baisse de 4.1% depuis 2009.

Et pourtant Barack Obama reste en tête dans les sondages
Si les sondages ont raison, Obama sera réélu. Et ce sera la première fois qu'un président Américain est réélu malgré un chômage aussi élevé et des revenus aussi bas. Mais il a la chance d'avoir en face de lui un candidat qui n'est toujours pas parvenu à séduire les américains. L'économie Américaine est vraiment à la croisée des chemins et la FED le sait. Elle est toujours en convalescence mais on sent qu'il suffirait d'un petit coup de pouce pour qu'elle se relève et qu'elle se mette à courir. Les prochaines semaines seront décisives.

 

 

21:03 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/09/2012

bonsoir....19h...

de l'INVESTISSEUR....

 

APERÇU DES MARCHÉS

 

UCB gagne 4%

Mercredi, les bourses européennes réagissent assez positivement au fiat allemand accordé pour la création du fonds de monétaire européen de sauvetage (MES). Les marchés estiment de plus en plus que la Zone euro est en passe d'être sauvée. Les taux des pays PIGS se détendent. Au Portugal et en Irlande, les taux d'intérêt se détendent même de 20 pts de base (0,2%). En Italie, le taux à 10 ans bascule même sous les 5% tandis qu'en Espagne, il oscille autour de 5,5% (- 7 pts de base). Les banques et les assureurs grimpent de 1%. Crédit Agricole et Commerzbank gagnent respectivement 5,8% et 7,2%. Le secteur auto est dans le vert à hauteur de 1,4%, aidé surtout par Peugeot (+6,5%). Parmi les intérimaires françaises, Groupe Crit (-3,1%) et Synergie (+0,8%) ont vu leur rentabilité s'affaiblir au 1er semestre. Le Bel 20 s'adjuge 0,9% de mieux à 2.439 pts, soutenu par la vedette Bekaert (+5,8%) et par UCB (+4,1%). Sa maison-mère Tubize n'augmente pour sa part que de 2,8%, ce qui creuse encore sa décote davantage jusqu'à 46,1% !. Comme hier, sur le marché élargi, ce sont les biotechs qui se distinguent : Galapagos (+6,2%) atteint même un nouveau record absolu. Et Ablynx (+6,1%) poursuit sur sa lancée. A Wall Street, les indices-phares adoptent plutôt une attitude attentiste. Vers 17h45, le gain est de 0,2%. Reste à savoir quelles mesures de stimulation Ben Bernanke annoncera demain. Facebook se redresse de 5% après le mea culpa du patron Mark Zuckerberg. Apple (stable à 660 USD) présentera ce soir nouvel 'iPhone5'. L'euro s'apprécie légèrement à 1,29 USD. L'or (1.733 USD/once) reste assez stable; le pétrole se renchérit à Londres de 0,3%, à 115,8 USD/baril.

19:16 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/09/2012

ME REVOILA....

de MonFinancier...

 

picto monsieur cravate

J'AIME PAS LES RICHES

C'est cette phrase prononcée par François Hollande qui a ouvert la voie à cette nouvelle chasse aux sorcières et aux polémiques comme celles du titre de Libé. Plutôt que d'alimenter cette polémique je vous invite à regarder un sketch de Fernand Raynaud sur le sectarisme .

 

 

 

ON ATTEND LA FED
C'est ça les marchés. On attend toujours quelque chose. On a attendu deux mois Mario Draghi. Maintenant qu'on a eu Mario Draghi, on attend la FED jeudi, et jeudi après la FED on attendra autre chose... C'est comme ça que ça marche les marchés...

RUEE SUR L'ITALIE ET L'ESPAGNE
En une du Wall Street Journal, article sur les fonds américains qui se ruent sur les dettes espagnoles et italiennes. Les mêmes qui les vendaient il y a quelques semaines ... C'est comme ça que ça marche les marchés...

LE FMI DISTRIBUE LES BONS POINTS ...
...et les mauvais.
Elève Irlande vous avez fait du bon boulot, continuez, Elève Italie vous êtes sur la bonne voie, ne relâchez pas vos efforts, Elève Espagne c'est bien mais décidez vous à prendre des cours supplémentaires.

J MOINS UN
Quelle journée demain. Cour Constitutionnelle Allemande, élections aux Pays Bas et Iphone 5.

ET ON EST REPARTIS DANS UN DEBAT AUSTERITE CONTRE RELANCE
On a le droit depuis l'annonce de Hollande aux habituels hurlements de ceux qui pensent que la rigueur et l'austérité plombent la croissance et qu'il faut faire de la relance. Comme en 1981... Ce n'est pas fromage ou dessert, c'est fromage et dessert, austérité avec baisse des dépenses publiques et relance avec incitations pour les entreprises.

POUR AVOIR ACCES A NOS ANTICIPATIONS MISES A JOUR
Abonnez vous gratuitement pendant un mois pour avoir accès à nos anticipations mises à jour et savoir ce qu'il va se passer sur les marchés dans les semaines qui viennent.

ON NE TOUCHE A RIEN
Même si la TVA réduite pour les restaurateurs n'a pas créé d'emplois, coûte quelques milliards aux contribuables et a été dénoncée par la gauche, le gouvernement la maintient. Je ne vais pas faire la blague "le changement, ce n'est pas maintenant' car il y en a ras le bol des blagues avec c'est maintenant.

LA VRAIE QUESTION DU JOUR
En une du Parisien/ Où l'Etat peut il économiser 10 Milliards? Réponse: il ne le fera pas. Cette annonce de 10 milliards sert à faire passer les 20 milliards de hausses d'impôts.

LE CHIFFRE DU JOUR
20% des Français sont dans le rouge à la fin du mois.

AOUT EN ACTIONS
La hausse ne fait pas les affaires des marchés boursiers. Euronext a annoncé hier que les volumes en Aout sur les actions avaient été de 50% inférieurs à ceux de l'été meurtrier de 2011.

LA RUÉE VERS LES DETTES ESPAGNOLES ET ITALIENNES

Il y a quelques semaines, c'était sauve qui peut. Les investisseurs, et surtout les fonds anglo saxons se débarrassaient des emprunts d'état Italiens mais surtout Espagnols à n'importe quel prix. C'était la fin de l'Espagne, de l'Italie, de l'Europe et de la planète. Depuis quelques jours c'est la bagarre pour "trouver du papier". Un rendement au dessus de 5% dans un monde à taux zéro ...

Les dettes Espagnoles et Italiennes continuent à attirer les investisseurs
C'est même la ruée depuis quelques jours. Cela avait commencé cet été avec l'anticipation d'annonces favorables de la part de Mario Draghi et cela s'est accéléré depuis son discours la semaine passée. Il y a quelques semaines il fallait se débarrasser à tout prix des emprunts d'état italiens et surtout Espagnols, et les taux à 10 ans de ces deux pays s'étaient envolés, et aujourd'hui les fonds internationaux à la recherche de rendement dans un monde à taux zéro se battent pour acheter de la dette de ces deux pays.

Effet magique de l'annonce de Mario Draghi
Ce qui est intéressant c'est cela. Finalement la BCE n'a qu'à dire qu'elle est prête à intervenir pour que les taux espagnols et italiens baissent et qu'elle n'ait plus, du coup, à intervenir. C'est exactement le même scénario aux Etats-Unis. Cela fait des mois que la FED parle d'un QE3, une injection massive de liquidités, sans rien faire et les investisseurs continuent à prêter massivement au Trésor Américain. C'est la magie de la parole de quelqu'un qui est suffisamment crédible pour rassurer les marchés sans avoir à agir.

Est-ce qu'on est donc sauvés sur les taux Espagnols et Italiens?
Sauvés définitivement non. Tout d'abord il va falloir que Rajoy se bouge un peu et demande l'aide Européenne car je vous rappelle que c'est la condition pour que la BCE puisse intervenir. Et ensuite il va falloir que l'Europe qui a passé un cap important en matière de crise financière se mette à réfléchir à la façon de relancer son économie et cette réflexion n'a pas commencé. Mais aujourd'hui il est amusant de penser que le sentiment des investisseurs s'est retourné sur l'Espagne et l'Italie juste sur des mots, sans qu'aucune action n'ait été encore prise. Sur les marchés tout n'est que psychologie

 

09:15 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

BONJOUR LES AMIS...

ACTIONS

Les investisseurs semblent enclins à la prudence mardi à l'approche de nombreux événements, dont la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) et la décision de la Cour constitutionnelle allemande sur le Mécanisme européen de stabilité (MES).

IG Markets prévoit que le CAC 40 ouvrira en baisse de 25 points, à 3.481 points, tandis que le FTSE 100 perdrait 34 points, à 5.739 points, et le DAX, 47 points, à 7.167 points.

Les experts du ministère allemand de l'Economie sont prudemment optimistes quant à la stabilité de l'économie du pays au cours de ce semestre, contredisant ainsi la crainte d'une récession, rapporte le Financial Times Deutschland en citant une analyse du ministère. Bien qu'un risque persiste, les indicateurs économiques actuels laissent attendre une performance économique stable au second semestre, indique le journal.

Le secrétaire d'Etat britannique au Commerce, Vince Cable, exposera sa vision de long terme de l'industrie britannique mardi, y compris la création d'une nouvelle institution soutenue par l'Etat et destinée à aider les entreprises à investir.

Les contrats à terme sur les indices d'actions américains sont orientés à la baisse mardi. Wall Street a déjà enregistré une performance négative lundi, les investisseurs ayant décidé de marquer une pause après les fortes hausses enregistrées la semaine dernière et avant la réunion de politique monétaire de la Fed.

Le marché a subi un mouvement de vente tardif en réaction à une série de gros titres sur la crise de la dette souveraine espagnole et au repli de 3,8% de l'action Intel.

Les marchés asiatiques reculent dans un climat de prudence mardi avant la réunion de politique monétaire de la Fed et la décision de la justice allemande.

 
 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient ouvrir dans une fourchette étroite mardi, les investisseurs s'abstenant de prendre des positions marquées avant d'obtenir des éléments en rapport avec la zone euro et les Etats-Unis susceptibles de les orienter.

Le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, a déclaré lundi que le nouveau programme de la Banque centrale européenne (BCE) contribuait à renforcer la confiance dans la zone euro et rendait moins pressante la nécessité pour son pays de demander un nouveau plan de sauvetage.

La BCE "a envoyé un message disant que l'euro était appelé à perdurer et qu'aucun pays ne serait autorisé à s'effondrer", a indiqué Mariano Rajoy dans un entretien accordé à la chaîne TVE. "Ce seul message a fait nettement baisser les coûts d'emprunt pour bon nombre de pays de l'Union européenne, y compris le nôtre."

"Nous allons examiner à présent si c'est une bonne idée" de demander un sauvetage, "s'il est nécessaire de le faire maintenant".

Les obligations du Trésor américain évoluent peu mardi. Les marchés se sont redressés lundi après avoir subi des mouvements de vente consécutifs à une série d'adjudications d'emprunts d'entreprise et avant les placements de dette à venir.

Cherchant à tirer parti de faibles coûts d'emprunt, les entreprises ont procédé à la vente d'obligations pour environ 13,6 milliards de dollars, marquant l'une des séances les plus actives de l'année en termes de levées de fonds sur le marché obligataire.

Morgan Stanley évalue à 95% la probabilité que la Réserve fédérale prendra des mesures jeudi, sous la forme soit d'une simple extension des prévisions de taux d'intérêt soit d'un programme de rachat d'obligations.

 
 

CHANGES

L'euro s'apprécie légèrement mardi, tandis que les investisseurs surveillent l'évolution de la situation dans la zone euro et attendent la prochaine réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed).

L'attention en Europe est essentiellement centrée sur la décision que doit rendre la Cour constitutionnelle allemande mercredi sur la légalité du MES.

Selon les observateurs, la Cour devrait approuver le fonds de sauvetage permanent de la zone euro, mais en assortissant son feu vert de conditions appelant à une étroite surveillance parlementaire.

Les Néerlandais doivent également se rendre aux urnes mercredi.

Selon Kathleen Brooks, directeur de la recherche chez Forex.com, "si la Cour constitutionnelle [allemande] décide que le MES est légal, comme nous le prévoyons, et si les Libéraux l'emportent aux Pays-Bas, l'euro pourrait passer au-dessus de la barre de 1,2885 dollar", qui correspond à sa moyenne mobile à 200 jours.

Le comité de politique monétaire de la Fed doit par ailleurs se réunir cette semaine et annoncera ses décisions jeudi.

"La force dominante au niveau des changes au cours ces cinq prochains jours et pour commencer la semaine sera l'impact de la décision du comité de politique monétaire de la Fed sur le dollar", observent les stratégistes de Crédit Agricole.

 
 

PETROLE

Les contrats pétroliers devraient demeurer autour des niveaux actuels malgré la faiblesse de la demande aux Etats-Unis et en Chine, les opérateurs restant en retrait avant la décision de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine jeudi, estime Hiroyuki Kikukawa, analyste chez Nihon Unicom.

"Il y a l'espoir que non seulement les Etats-Unis mais également la Chine vont recourir à une certaine forme d'assouplissement monétaire", explique Hiroyuki Kikukawa.

La morosité de l'économie américaine a réduit la demande de pétrole dans le premier pays consommateur d'or noir au monde.

La semaine dernière, le département de l'Energie a publié des statistiques hebdomadaires montrant une baisse de 0,9% de la demande aux Etats-Unis. La demande faiblit également en Chine, deuxième consommateur de pétrole au monde, où la croissance économique marque le pas.

Les deux contrats à terme de référence s'inscrivaient en léger recul mardi pendant les échanges en Asie, dans le sillage de la faiblesse des Bourses régionales. A 5h00, le contrat d'octobre sur le Brent coté à l'ICE de Londres perdait 24 cents, à 114,57 dollars le baril. Vers 7h20, le contrat d'octobre sur le brut léger doux du Nymex abandonnait 30 cents, à 96,24 dollars le baril.

08:58 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/09/2012

bonsoir....Nyrstar revit...

de l'Investisseur...

 

APERÇU DES MARCHÉS

 

'Thrombo' à niveau record

Après la belle performance boursière de la semaine dernière, les bourses adoptent ce lundi une attitude attentiste. Cette semaine promet d'être encore tendue. La semaine dernière, la BCE avait annoncé des mesures de stimulation que les bourses ont fort bien accueillies. Ce mercredi, la Cour constitutionnelle allemande devra statuer si le mécanisme européen de solidarité, le MES, est bien conforme à la législation allemande. Et ce même jour, il faudra voir combien de sièges obtiennent les partis anti-européens aux Pays-Bas suite aux élections parlementaires. Quant aux Etats-Unis, c'est ce jeudi que la FED annoncera ou non des mesures de relance. Lundi à la clôture, les indices européens oscillaient dans le rouge entre -0,2 et -0,6%. Certains secteurs ont pourtant fini en hausse. Comme les matières premières (+0,7%) qui profitent de la dernière surenchère faite par le suisse Glencore sur le producteur minier Xstrata. Nyrstar, détenue en partie par Glencore,  grimpe de près de 13,1%. Si l'OPA de Glencore sur Xstrata échouait, Nyrstar pourrait devenir la prochaine proie de Glencore. Au sein de l'indice bruxellois, AB InBev (-2,8%) se retrouve en queue de peloton. Sur le marché élargi, le gain de 2,9% chez Thrombogenics hisse l'action à un nouveau sommet proche des 30 EUR. L'annonce chez Fountain d'un plan stratégique est différée à début octobre, ce qui n'empêche par l'action de monter de 3,9%. A Wall Street, l'indécision est visible. Vers 18h belges, l'indice Dow Jones est en hausse légère, soutenu par HP (+1,3%) qui compte supprimer 2.000 postes supplémentaires. Le Nasdaq cède lui 0,3%. Symantec recule de 0,2% tandis que Intel se replie de 3%. Ce repli fait suite à la mise en garde sur chiffre d'affaires faite par le groupe de puces vendredi. Sur le marché des changes, l'euro reste quasi inchangé, à 1,279 USD.

19:28 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/09/2012

BONJOUR TOUT LE MONDE...

 

DJIA             13.047,48 points +0,09%
Nasdaq            3.069,27 points -0,19%
S&P 500           1.403,44 points -0,11%

Nikkei 225        8.667,72 points -0,14% (à 07h25)

Cours de change à 06h50
Variation par rapport à la clôture à New York

USD/JPY       78,43   +0,05%
EUR/USD      1,2607   +0,05%
EUR/JPY       98,86   +0,09% 
 
 

 

A SUIVRE EN FRANCE

A l'agenda macroéconomique figurent les chiffres du chômage au sens du Bureau international du travail (BIT). Le taux de chômage est ressorti en hausse de 0,1 point au deuxième trimestre, à 10,2%. En fin de matinée, l'attention des investisseurs sera retenue par une adjudication de titres de dette à long terme (OAT).

Du côté des entreprises, Innate Pharma, Mr Bricolage, Foncière Inea et Sogeclair présenteront leurs résultats semestriels, Neopost publiera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre, BCI Navigation tiendra une assemblée générale extraordinaire et Scor réunira ses investisseurs.

 

 
 

 

ACTIONS

Les valeurs européennes devraient ouvrir dans le vert jeudi, avant l'annonce de la décision de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), les investisseurs nourrissant l'espoir que la BCE adopte de nouvelles mesures déterminantes pour soutenir les pays de la zone euro en difficulté.

IG Markets prévoit que le CAC 40 s'adjugera 9 points à l'ouverture, à 3.415 points, tandis que le FTSE 100 progresserait de 18 points à 5.676 points. Le DAX 30 est attendu quant à lui en hausse de 26 points, à 6.991 points.

"Il y a beaucoup d'attentes concernant l'annonce de la BCE, et nous verrons à la fin de la journée si la réaction des marchés témoigne d'une certaine satisfaction", note Jay Wong, gérant de portefeuilles chez Payden & Rygel.

Les banquiers centraux de la zone euro, qui doivent se réunir ce jeudi, examineront un projet de racheter des emprunts d'Etat ayant une maturité allant jusqu'à trois ans, avec la possibilité d'échéances plus longues, ont indiqué des sources proches du dossier.

Ce plan ne fixerait pas de limites quant au montant d'obligations achetées, ont ajouté ces sources, ce qui donnerait à la BCE une latitude maximale pour stabiliser les marchés.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a averti mercredi la BCE qu'elle ne devait pas oublier que sa mission première était de maîtriser l'inflation, et non de renflouer les Etats sous pression.

Les contrats à terme de Wall Street s'inscrivent en hausse jeudi.

Les indices américains ont fini la séance de mercredi sur une note contrastée, l'impact négatif des statistiques sur le secteur manufacturier de la zone euro et l'avertissement sur résultats de FedEx ayant été contrebalancés par l'espoir d'un assouplissement monétaire. Les valeurs des matières premières et des télécoms ont progressé, tandis que les titres des services aux collectivités et de l'industrie ont subi des mouvements de vente.

Les investisseurs ont mis en balance leurs inquiétudes au sujet de la conjoncture avec la possibilité que la Réserve fédérale dévoile de nouveaux rachats d'actifs lors de sa prochaine réunion des 12 et 13 septembre, afin de soutenir l'économie américaine.

En Asie, les marchés s'inscrivent en hausse jeudi avant la réunion de la Banque centrale européenne, dont beaucoup espèrent qu'elle sera marquée par un redémarrage du programme de rachats de titres de dette souveraine de l'institution de Francfort.

 

 
 

 

OBLIGATIONS

Les obligations d'Etat allemandes et britanniques devraient ouvrir en baisse jeudi, alors que les investisseurs s'attendent à ce que la Banque centrale européenne (BCE) annonce une action d'envergure jeudi après-midi.

Signe que les opérateurs jugent très probable une action de la BCE et ne souhaitent pas accroître encore leurs positions dans des actifs refuges, l'Etat allemand n'a pas réussi à emprunter la somme souhaitée lors d'une adjudication mercredi.

L'Allemagne cherchait à lever 5 milliards d'euros via des obligations d'Etat à dix ans, mais n'a reçu que 3,93 milliards d'euros d'offres de la part des investisseurs et n'en a accepté que pour 3,61 milliards d'euros.

Ces espoirs ont également amélioré la demande pour les titres de dette italienne et espagnole. Le taux des obligations espagnoles à dix ans a diminué de 0,17 point de pourcentage, à 6,391%, tandis que celui du titre italien à dix ans a baissé de 0,14 point à 5,434%.

"Les économistes n'attendent pas grand-chose de la réunion de la BCE, et je pense qu'il n'y aura pas d'annonces d'objectifs spécifiques" concernant un programme de rachats d'obligations, estime Jean-Baptiste Pethe, économiste à Exane BNP Paribas.

"Mais le marché a sans doute des attentes plus fortes et [les investisseurs] souhaiteraient connaître les détails [d'une éventuelle action de la BCE] en termes de quantité et d'échéance" des titres qui seraient rachetés, ajoute-t-il.

"Nous nous attendons à ce que la BCE utilise des mots très forts pour atténuer la déception", ajoute l'économiste.

Les prix des emprunts du Trésor américain sont en recul jeudi. La demande pour les titres du Trésor a diminué mercredi, alors que les investisseurs se sont tournés vers des actifs plus risqués, ce qui témoigne d'un certain optimisme quant à la capacité des dirigeants de la zone euro à prendre prochainement des mesures audacieuses pour endiguer la crise économique et financière.

Le risque de voir leurs espoirs déçus a toutefois poussé les investisseurs à ne pas vendre massivement des titres du Trésor américain mercredi et à conserver des actifs refuges.

 

 
 

 

CHANGES

L'euro gagne du terrain jeudi, après s'être déjà apprécié mercredi par rapport aux autres grandes devises, soutenu par des informations de presse selon lesquelles la Banque centrale européenne (BCE) pourrait annoncer jeudi, à l'issue de sa réunion de politique monétaire, un plan d'achats illimités d'emprunts d'Etat d'une maturité de trois ans maximum.

La BCE retirerait des montants équivalents du marché monétaire par divers moyens, afin de "neutraliser" ses opérations d'achat d'obligations d'Etat.

La mise en oeuvre d'un tel programme par la BCE aiderait à réduire les coûts d'emprunt des pays en difficulté de la zone euro, en particulier l'Italie et l'Espagne. Certains aspects du projet restent cependant à préciser.

"Nous ne savons pas grand-chose sur le type de titres de dette que la BCE compte acheter, ni dans quelle mesure tout cela sera précisé [jeudi]. Mais si la BCE fournit bien tous les éclaircissements, cela sera positif pour l'euro", indique Vassili Serebriakov, stratégiste changes à Wells Fargo. D'après lui, la monnaie unique pourrait dans ce cas atteindre un point haut à 1,2638 dollar, et même monter jusqu'à 1,2750 dollar.

Michael Woolfolk, stratégiste devises à Bank of New York Mellon, estime quant à lui que "la BCE risque de décevoir, car son programme de rachats d'obligations va être assorti de conditions, ce qui ne devrait pas plaire beaucoup à des pays comme l'Espagne".

 

 
 

PETROLE

Les contrats à terme sur le pétrole brut sont en hausse jeudi en Asie, alors que les investisseurs espèrent voir la Banque centrale européenne (BCE) annoncer de nouvelles mesures pour enrayer la crise frappant la zone euro.

A 05h00, le contrat d'octobre sur le Brent de la mer du Nord progressait de 44 cents à 113,53 dollars, tandis que vers 07h20, le contrat sur le brut léger coté à New York gagnait 47 cents à 95,83 dollars le baril.

Certains analystes préviennent toutefois que les annonces de la Banque centrale européenne pourraient ne pas répondre aux attentes des investisseurs.

"Les marchés seront satisfaits seulement si la BCE promet de racheter de manière illimitée des obligations d'Etat des pays en difficulté, mais nous ne pensons pas qu'une annonce de ce type sera faite aujourd'hui", écrivent dans une note les analystes d'IG Markets Singapore.

DE MONFINANCIER..

 

POURQUOI LA FRANCE SE CASSE LA FIGURE?

 

Je fais un peu de provoc. Mais il est vrai que le rapport sur la compétitivité de Davos nous donne encore un bonnet d'âne. Même si on peut mettre en doute un rapport venant d'un forum qui se tient en Suisse qui met la Suisse au premier rang..Regardez notre édito . Le sujet est passionnant même si on tombe vite dans la caricature ou le débat partisan.

 

POURQUOI NOKIA SE CASSE LA FIGURE?
C'était quand même spectaculaire. On nous expliquait depuis des semaines que les nouveaux modèles de Smartphone Nokia seraient sa chance de rebond éventuel. Et à peine les modèles présentés, le cours s'est effondré de 15%. Bon, en gros si Nokia n'est pas racheté rapidement, c'est mort. Comme pour Blackberry. Mon Nokia va devenir collector.

 

POURQUOI L'ESSENCE A LA POMPE SE CASSE LA FIGURE ?
Non...C'était une blague...

 

ON EN SAIT PLUS SUR LA FISCALITE DES ENTREPRISES EN 2013
Le gouvernement revient sur la suppression de la déductibilité des charges d'emprunt pour les entreprises, elle sera juste rabotée, les allègements de charges sur les bas salaires seraient maintenus et les contrats de génération seront réservés aux entreprises de moins de 300 personnes. Plutôt une bonne tendance...

 

LA GOLF 7 SERA ALLEMANDE
En cette période de débat sur Peugeot, les délocalisations, la mondialisation, intéressant de constater que la Golf 7, le best seller absolu de l'automobile allemande sera principalement assemblé en Allemagne.

 

LES CHINOIS N'ONT PAS DE BOL
Après Angela Merkel, c'est au tour d'Hillary Clinton de venir passer quelques jours en Chine. Ils regrettent les anciennes ministres de Berlusconi.

 

ON EST SAUVES
On a frôlé la catastrophe! Mais on peut respirer. Les semelles rouges de Louboutin sont à Louboutin et uniquement à Louboutin. Quelle délivrance...

 

LE NOUVEAU TICKET DEMOCRATE
Comme Obama a un peu moins la cote compte tenu de sa performance plus que médiocre en matière d'économie, c'est un nouveau ticket qui fait campagne, Bill Clinton-Michelle Obama. Et ces deux là sont très très populaires. C'est vrai qu'on a plus envie de passer une soirée avec Bill Clinton qu'avec Mitt Romney, et pas seulement si on est stagiaire.

 

LE PARTICULIER MET A L'HONNEUR LE CONTRAT MONFINANCIER LIBERTÉ VIE
Je vous l'ai déjà dit. Cette fois c'est Le Particulier qui l'écrit dans son numéro de Septembre 2012. Le contrat d'assurance vie Mon Financier Liberté Vie, c'est le meilleur choix ! La gratuité à vie des frais sur versements, arbitrages et options de gestion. 540 supports désormais éligibles. L'offre financière la plus complète du marché. Un outil de sélection pertinent à forte valeur ajoutée et si besoin, un accompagnement humain diplômé et qualifié. Tout ça n'existe nulle part ailleurs ! Qu'est-ce que vous attendez ?

 

 

 

 

09:14 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/09/2012

bonjour....

de Monfinancier...

 

TROP C'EST TROP ?

Personne, il n'y avait absolument personne sur les marchés hier tant les volumes étaient dérisoires. Wall Street était fermé pour cause de jour férié, et certains en ont profité pour eux aussi poser un jour...Mais ce n'est pas la seule raison, les opérateurs n'osent plus prendre position avant la TRES ATTENDUE réunion de la BCE jeudi. Peut être trop ?

 

SILENCE ON NE BOUGE PLUS
L'euro se stabilise autour des 1,26 dollar, n'osant pas prendre une direction claire avant jeudi, les marchés attendent au tournant la BCE après la fameuse déclaration de Mario Draghi sur son soutien à l'euro.

 

ANGELA AIME L'EUROPE
Rien de tel qu'une fête populaire bavaroise pour déclarer sa flamme à l'Europe. Une déclaration d'amour vise à rassurer des allemands « eurosceptiques », une défiance qui ne cesse de monter même au sein de son propre parti.

 

LE SCELLIER EST MORT...
...vive le Scellier bis (en attendant son nom définitif). Le dispositif fiscal pour l'investissement locatif dont la mort est programmée la fin de l'année aura un dauphin a confirmé hier la ministre du Logement, Cécile Duflot. Pour ceux qui lorgneraient sur une nouvelle réduction d'impôt, c'est raté. Trop cher pour l'Etat, à l'heure où la chasse aux économies est de rigueur...

 

UN EXCELLENT COUPLE RENDEMENT / RISQUE
Pour tous ceux qui souhaitent dynamiser leur épargne via l'assurance vie en limitant au maximum les risques. Je vous invite à consulter attentivement le produit structuré Adequity Référence Rendement 5. Et oui, c'est aussi la rentrée pour les meilleures opportunités chez MonFinancier !

 

DOCTEUR OBAMA
Obama est le seul, l'unique homme à pouvoir redonner de l'élan à une économie américaine qui bat de l'aile. Et il n'a pas manqué de le marteler hier lors de la convention nationale démocrate qui s'est tenue à Washington. Romney a dû bien rigoler...

 

4,5 MILLIARDS
C'est la coquette somme qu'a injecté l'Espagne pour sauver Bankia, soit le même montant que la perte nette accusée par la banque au premier semestre.

 

6 CENTIMES
Les chiffres officiels des prix du carburant, qui tombent chaque semaine, étaient particulièrement attendus ce lundi. Et finalement, oui les prix à la pompe ont baissé de 6 centimes en une semaine. Facile, le prix du baril s'est stabilisé ces derniers jours.

 

TOTAL RÉINVESTIT EN BIRMANIE
...après un gel de quatorze ans. Le groupe pétrolier français estime désormais que la situation politique actuelle est propice à son développement dans le pays. C'est chose faite avec une prise de participation de 40% d'un bloc d'exploration offshore.

 

BRUCE WILLIS VS APPLE
Ce n'est pas le titre d'un nouveau film avec Bruce Willis en vedette. Le super-héros veut léguer à ses filles sa collection de musique sur Itunes. Or, c'est impossible. Pour Apple, détenir un mp3 ne confère pas un droit de propriété sur ce fichier. Après Samsung, c'est un donc nouveau procès qui s'annonce pour la marque à la pomme.

LE MALHEUR DES UNS...
Les industriels de l'agroalimentaire et les distributeurs ne rivalisent pas d'imagination pour s'adapter « au retour de la pauvreté ». Plus de paquet de lessive qui coute la moitié du budget d'un espagnol pour ses courses, soit 17 euros. Non non non, place désormais à la mini bougie à 3 euros. 

 

Les Bourses européennes ouvrent en léger recul :

 

LA BOURSE DE PARIS OUVRE EN LÉGÈRE BAISSE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en léger recul mardi après deux séances consécutives de forte hausse, les investisseurs ne voulant pas trop se laisser aller à l'optimisme avant de connaître les conclusions de la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne jeudi.

À Paris, le CAC 40 cédait 0,14% à 3.448,80 points vers 9h45. À Francfort, le Dax perdait 0,23% et à Londres, le FTSE reculait de 0,41%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 gagnait en revanche 0,08%.

Mario Draghi a conforté les espoirs des marchés de voir une éclaircie sur le front de la crise de la dette, en déclarant lundi que les achats par la BCE d'obligations souveraines de trois ans d'échéance maximale ne constitueraient pas une aide à l'Etat et n'enfreindraient donc pas le droit communautaire.

La prudence reste toutefois de mise, les investisseurs s'interrogeant sur les moyens que les banques centrales sont prêtes à mettre en oeuvre pour faire face à la fois à la crise de la dette et au ralentissement économique mondial, alors que l'agence de notation Moody's vient d'assortir la note "Aaa" de l'Union européenne d'une perspective négative.

"Le mois va être difficile. Il y a manifestement un écart entre les attentes des marchés et les intentions des banques centrales, mais il reste à mesurer l'ampleur de la divergence", souligne Tetsuro Ii, directeur général de Commons Asset Management. Outre le conseil des gouverneurs de la BCE jeudi, la Réserve fédérale américaine doit se réunir les 12 et 13 septembre.

Pour les analystes, le rally estival et le rebond des derniers jours restent d'autant plus fragiles qu'ils ont eu lieu dans un marché peu actif. "Le rally du marché s'est effectué avec des volumes faibles et il y a toujours un risque de fort mouvement à la vente si la BCE déçoit cette semaine", estime Toby Campbell-Gray chez Tavira Securities.

En attendant, l'espoir de voir la BCE dévoiler jeudi les modalités de son plan d'achat de dette continue de pousser les rendements des obligations espagnoles et italiennes à la baisse, d'environ 12 points de base pour le papier à deux ans, à respectivement 3,39% et 2,59%, dans des proportions plus limitées pour les échéances plus longues.

Les futures sur Bund, qui cédaient une trentaine de "ticks" à 143,27 vers 7h30 GMT après avoir pourtant ouvert en hausse, reculent également et pourraient selon les analystes tester le seuil de soutien technique de 143,15.

La BCE soutient également l'euro, qui accroît encore sa valeur par rapport au billet vert, à 1,2612 dollar, proche du plus haut de deux mois qu'il avait brièvement touché vendredi à 1,2637 sur la plateforme d'échanges EBS.

"Je ne m'attends pas à une grosse baisse du taux de change euro/dollar pour le moment compte tenu des attentes qui entourent la réunion de la Fed", laquelle pourrait initier un nouvel assouplissement monétaire aux Etats-Unis, note Mitul Kotecha, directeur changes chez Crédit Agricole à Hong-Kong.

Les cours du pétrole sont également soutenus par les espoirs de mesures de soutien de la part des banques centrales et progressent légèrement, le Brent de mer du Nord proche de 116 dollars le baril, et le WTI texan juste en-dessous de 97 dollars.

Tangi Salaün pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

10:49 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/09/2012

BELLE FIN DE JOURNEE...

 

C'EST LA RENTRÉE POUR LA BCE
Après un été calme, les grandes manoeuvres reprennent pour la BCE autour de la crise de la zone euro. Des semaines décisives qui commenceront réellement par la réunion mensuelle de la Banque Centrale jeudi et dont le point d'orgue sera le sommet de l'Union européenne des 18 et 19 octobre où les chefs d'Etat devront trancher sur l'avenir de la Grèce et de l'Espagne

 

LES MARCHES VEULENT CROIRE EN BEN
Pour la Fed, la rentrée a déjà débuté vendredi par le discours prononcé par Ben Bernanke à Jackson Hole. Un discours insistant sur les difficultés du marché du travail américain, qui pour certains analystes, laisse présager une intervention prochaine, et qui explique la bonne tenue des marchés vendredi.

 

C'EST LA RENTREE POUR LE GOUVERNEMENT
Le conseil des ministres prépare actuellement le projet de loi de Finances. Mais les mauvaises nouvelles de la rentrée, notamment le franchissement de la barre des 3 millions de chômeurs, compliquent la donne. Le gouvernement pourrait être amené à revoir sa copie, notamment au niveau du gel du barème de l'impôt sur le revenu, très critiqué par François Hollande l'année dernière, mais qui pourrait être à nouveau appliqué cette année

 

PREMIER CONTRÔLE DE RENTRÉE
Autre dossier chaud pour l'Etat, le sauvetage ce week-end du Crédit Immobilier de France, en grande difficulté depuis que Moody's avait abaissé sa note mardi. L'Etat a donc volé au secours du prêteur immobilier en apportant sa garantie à hauteur de 20 milliards d'euros. Cette garantie ne devrait rien coûter au contribuable, tant qu'elle suffit à rassurer les emprunteurs et les marchés...

 

TROP TARD POUR PARTIR ?
Où aller si vous voulez quitter la France ? C'est la question posée par le parisien Economie qui fait un point sur l'Exit tax et la fiscalité chez nos voisins européens. Un article fait avec l'aide de Monfinancier. MonFinancier, c'est le spécialiste de la fiscalité à l'étranger avec déjà des dossiers sur la Suisse , le Royaume Uni, l! e s Etats-Unis et le Canada.

 

ENFIN UNE BONNE MESURE EN ESPAGNE
La troisième réforme du secteur bancaire espagnol en un an sera peut être la bonne. Le gouvernement de Rajoy se dote d'un réel outil de résolution de la crise bancaire avec l'instauration d'une société de gestion des actifs (SGA), une sorte de bad bank. On avance en Europe.

 

C'EST LA RENTRÉE POUR OBAMA
Aujourd'hui commence l'investiture de Barack Obama à la présidence. Le candidat démocrate reste le favori des sondages mais il perd un peu son avance face à Romney. Son plan : refaire rêver les américains. Ça tombe bien, c'est ce qu'il sait faire de mieux.

 

AMAZON ATTAQUE APPLE DANS LE DOS
Pendant qu'Apple est en pleine guerre des iphones avec Samsung et Google, Amazon va attaquer dans le dos en lançant une nouvelle tablette. Le distributeur en ligne américain, qui a récemment annoncé avoir raflé 22% du marché des tablettes informatiques aux Etats-Unis, veut briser la prééminence de l'Ipad grâce à une nouvelle stratégie : un prix cassé si l'utilisateur accepte de visionner une publicité au moment où il allume sa tablette. L'empire Apple va devoir contre-attaquer.

LEGO : LA CRISE, C'EST POUR LES GRANDES PERSONNES
Ce n'est pas la crise pour tout le monde. Le fabricant de jouet Lego, dans un marché qui pourtant est en baisse de 4% au premier semestre, a vu ses ventes augmenter de 24% grâce aux très bonnes performances de sa gamme pour filles. Et le groupe va augmenter ses effectifs de 9%...

INDICES EN CLOTURE EUROPE, 17H38;;;

BEL 20 * 2366.47 20.78 0.89 %  
AEX * 331.89 2.61 0.79 %  
CAC 40 * 3453.71 40.64 1.19 %  
Euronext 100 * 658.31 7.70 1.18 %  
Next 150 * 1374.47 4.15 0.30 %  
DAX 7000.95 30.16 0.43 %  
FTSE MIB 15253.64 153.16 1.01 %  
IBEX 35 7413.90 -6.60 -0.09 %  
SMI 6437.75 49.74 0.78 %  
SLI 954.64 7.53 0.80 %  
SPI 5948.76 45.03 0.76 %  
FTSE 100 5751.44 39.96 0.70 %  
Dow Jones * 13090.84 90.13 0.69 %  
Nasdaq 100 2772.24 0.00 0.00 %  
Nasdaq 3066.96 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1023.22 0.74 0.07 %  
OMX Helsinki 25 2021.18 26.28 1.32 %  
OMX Stockholm 30 1048.43 4.50 0.43 %  
OMX Copenhagen 20 494.23 4.07 0.83 %

 

 

17:40 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |