19/09/2012

BONJOUR....10H55

de MONFINANCIER..

 

LES ETATS UNIS FONT PLUS PEUR QUE L'EUROPE

Enfin!! Selon une étude de Bank of America, les investisseurs sont maintenant plus inquiets de la situation aux Etats Unis que de la crise Européenne. Il était temps. même si cela ne dure que quelques semaines ou quelques mois, il serait temps que les investisseurs se rendent compte que la déficit et la dette des Etats Unis ne sont plus sous contrôle depuis longtemps.

 

MITT ROMNEY UN PEU TROP DIRECT
En politique, il n'est pas toujours bon de dire ce qu'on pense.. Des vidéos circulent dans lesquelles Mitt Romney déclare que 47% des Américains vivent au crochet de l'Etat et qu'il va leur mettre un coup de pied au cul pour qu'ils se remettent au travail... Le thème de l'assistanat n'a pas de frontière...

 

L'ISF
Selon les Echos, on va revenir à l'ancien barême de l'ISF. Au dessus de 1.3 millions d'euros. 0.55% à 1.80% et plafonnement à 80% des revenus. Cela aurait pu être pire... La bonne nouvelle c'est que la déduction fiscale pour les investissements dans les PME reste à 50% et que l'outil de travail reste exonéré, mais étroitement contrôlé... Annulez votre billet pour Bruxelles pour l'instant...

 

L'ESPAGNE COMMENCE A NOUS FATIGUER
L'Espagne n'a toujours pas demandé l'aide Européenne malgré la promesse de l'Union Européenne et du FMI de ne pas lui demander d'efforts d'austérité supplémentaires et la promesse de la BCE de faire baisser les taux Espagnols dès que l'aide est demandée officiellement. Le fameux orgueil ibère...

 

LE PETROLE EN PLEINE AGITATION
Depuis quelques jours le pétrole est sujet à une volatilité extrêmement forte. Les Saoudiens ont déclaré qu'ils voulaient le faire baisser en dessous de 100 dollars, mais d'un autre côté les craintes d'une attaque sur l'Iran restent vives. Lisez notre edito

 

LE DUFLOT VA REMPLACER LE SCELLIER
On parle d'un nouveau dispositif fiscal pour investir dans l'immobilier mais orientées vers des logements dans des zones très spécifiques avec des loyers plafonnés et inférieurs de 20% au marché. C'est un cauchemar de penser que le nom de Duflot pourrait rester même une fois que son passage dans un gouvernement sera depuis longtemps, fort heureusement, oublié.

 

UN SCOOP
Les négociations entre EADS et BAE Systems sont compliquées...

 

IL FAUT SUIVRE BOLLORE
Son track record est impressionnant. Et maintenant c'est dans Vivendi qu'il rentre en force avec la validation de la vente de Direct 8, entre autres, par le CSA. C'est lui qui va mener la danse pour le découpage de Vivendi. Je mise sur lui.

 

L'AUTRE SCOOP
Ce sera un match Fillon-Copé...Quelle surprise. Mais, franchement, on s'en fout.

VIVE LA FRANCE
En pleine crise financière et crise européenne, la Banque de France...est en grève...

 

LE PÉTROLE ENTRE L'ÉCONOMIE ET LA GÉO POLITIQUE

Le pétrole a été le marché le plus volatil des deux derniers jours. Après une progression de plus de 30% en 3 mois, il baisse depuis deux jours. C'est un marché passionnant car ses cours fluctuent en fonction de l'économie, de la géo politique et également du progrès des méthodes d'exploration alternative

Beaucoup d'agitation autour du marché du pétrole depuis deux jours
Après avoir progressé de plus de 30% en trois mois, le pétrole s'est replié depuis deux jours. De près de 5%. Ce qui est passionnant sur ce marché c'est qu'on est à la croisée de l'économie et de la géo politique. Avec une économie mondiale en ralentissement et une demande Chinoise en baisse, le pétrole devrait aujourd'hui valoir 20 à 30 dollars de moins que son prix actuel. Mais les tensions au Moyen Orient et les craintes d'une attaque imminente d'Israël sur l'Iran ont crée une prime spéculative.

Les Saoudiens semblent vouloir maintenir le pétrole en dessous de 100 dollars sur le brent
Et il vaut ce matin encore 112 dollars. Ils sont prêts à augmenter leur production pour faire baisser le cours du pétrole. Et c'est paradoxal. Les pays producteurs devraient se réjouir de voir le pétrole monter mais ils craignent, et ils ont raison, que la hausse de l'essence provoque, et c'est le cas, une baisse du pouvoir d'achat aux Etats-Unis et en Europe et donc une baisse de la consommation et donc à terme une baisse accélérée des cours du pétrole. Ils préfèrent prendre les devants. Ils ont aussi une autre crainte et celle-ci aussi est justifiée. Avec un cours de pétrole élevée, la motivation de pays comme les Etats-Unis est de devenir indépendant énergétiquement. Avec le gaz de schiste par exemple.

Entre l'économie et les tensions politiques, qu'est ce qui va prendre le dessus ?
Si Israël attaque l'Iran, nous aurons une envolée des cours du pétrole. Violente. Mais de courte durée. L'Arabie Saoudite inondera le marché de pétrole et les Etats-Unis et l'Europe libéreront une partie de leurs stocks stratégiques. Attendez vous donc à une extrême volatilité sur le marché dans les semaines qui viennent. Mais que les automobilistes ne se réjouissent pas trop vite, que le pétrole monte ou baisse, le prix de l'essence à la pompe montera toujours.

 

Rebond des Bourses européennes dans les premiers échanges :

 

LA BOURSE DE PARIS OUVRE DANS LE VERT

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont rebondi mercredi dans les premiers échanges, l'annonce surprise d'un nouvel assouplissement de la politique monétaire japonaise, après celles de l'Europe et des Etats-Unis, ayant momentanément apaisé les craintes concernant la croissance mondiale et relégué au second rang les inquiétudes liées à la situation de l'Espagne.

À Paris, le CAC 40 reprend 0,65% à 3.535,62 points vers 9h45. À Francfort, le Dax gagne 0,46% et à Londres, le FTSE 0,4%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 progresse de 0,64%. Le CAC 40 affiche un gain de près de 10% depuis le 1er janvier.

La Banque du Japon (BoJ) a de nouveau assoupli sa politique monétaire en annonçant une augmentation de ses achats de titres deux fois supérieure au montant habituel, une décision prise face au ralentissement de l'économie nippone, que les tensions des derniers jours avec la Chine risquent d'amplifier.

Cette annonce a interrompu deux séances de prises de profits sur les actions européennes après les pics de 14 mois atteints la semaine dernière, en raison d'interrogations sur la volonté de Madrid de demander une aide internationale, qui déclencherait la mise en oeuvre des mesures de soutien de la BCE.

"Il y a eu des inquiétudes par rapport à la croissance économique de la Chine et son impact plus large. Le fait que la banque centrale japonaise tente de jouer son rôle est sans aucun doute un élément favorable", commente Keith Bowman, analyste de marché chez Hargreaves Lansdown.

"Les investisseurs essaient de conserver une orientation globale défensive, mais en même temps ils essaient de se donner une certaine exposition aux secteurs cycliques, au cas où une reprise économique plus soutenue se produirait", ajoute-t-il.

Les secteurs cycliques et financiers sont en tête des hausses, notamment l'automobile qui gagne 1,5% et les produits de base qui prennent 1,4%.

Aux valeurs, Inditex gagne 2,4% après l'annonce d'un bénéfice semestriel en hausse de 32% pour le leader mondial de l'habillement.

Vivendi s'adjuge 2,85% après une information de presse selon laquelle le groupe américain DirecTV envisage une offre d'achat sur GVT, sa filiale mobile.

Sur le marché obligataire en revanche, les futures sur Bund allemand perdent du terrain au profit des actifs plus risqués en perspective d'un soutien à la croissance, bien que l'apparente réticence de l'Espagne à demander un plan de sauvetage du pays limite les pertes sur ce marché.

L'euro, également pris entre les incertitudes sur l'Espagne et les plans de stimulation de l'économie annoncés par la Banque centrale européenne, la Réserve fédérale américaine et la BoJ, se maintient sous ses plus hauts de quatre mois touchés lundi, autour de 1,3068 dollar, alors que le yen est tombé à un plus bas d'un mois après l'annonce de la Banque du Japon.

Le baril de Brent remonte après la décision de la banque centrale japonaise, qui pourrait favoriser la demande du troisième plus gros importateur mondial de pétrole. Cette décision a renversé une tendance nettement baissière qui prévalait depuis lundi en raison des craintes concernant la croissance mondiale et de signes indiquant que l'Arabie saoudite augmentait sa production de pétrole.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand

 

 

 

 

10:57 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.