17/09/2012

BONJOUR....PAUSE...10H

de MONFINANCIER..

REBOND PUISSANT OU RETOURNEMENT DES MARCHÉS?

C'est la grande question qui se pose aujourd'hui sur les marchés, la question à quelques milliards de dollars ou d'euros puisque l'euro n'en finit pas de rebondir. Le rebond spectaculaire des indices boursiers depuis la fin du mois de juillet et de tous les actifs à risque est à la croisée des chemins: Stop ou encore?

 

L'EURO AU DESSUS DES 1.31
C'est peut être le rebond le plus spectaculaire Autour de 1.20 le 24 Juillet, le voici au dessus des 1.31 sans véritable pause. Avec des investisseurs et des banques centrales qui n'en ont pas assez dans leurs coffres et qui courent après la hausse. Encore la preuve que le consensus a toujours tort.

 

BELLE FIN DE SEMAINE POUR LE CAC
avec une hausse de plus de 2.2% sur la journée de vendredi et de près de 2% sur la semaine. Et ce sont toujours les valeurs bancaires qui sont à la fête avec un rebond massif depuis l'été.

 

PAUVRE TUNISIE
Les Etats Unis ont décidé de rappeler tout leur personnel et conseillent à leurs ressortissants de ne plus aller en Tunisie. L'économie tunisienne qui est déjà au tapis depuis le "printemps" arabe n'avait vraiment pas besoin de ça.

 

ON N'A PAS FINI D'EN PARLER
et c'est un peu normal. La fusion EADS- BAE systems n'aboutira peut être pas mais on va en parler tous les jours ou presque. C'est peu de dire que c'est une affaire d'Etat. BAE Systems travaille, entre autres, pour la défense Américaine et les Américains n'ont pas envie de voir les gouvernements Français et Allemands, actionnaires d'EADS disposer d'informations confidentielles...

 

BONNE NOUVELLE POUR JADE
En cas de réussite du projet de fusion EADS-BAE, Lagardère sortirait du capital d'EADS. J'en connais qui vont être contents..

 

LE LIVRET A
Le plafond sera donc relevé au 1er Octobre. Cela va encore stériliser l'épargne des Français et retirer des ressources de financement pour les entreprises. Décision absurde à un moment où les Français ont déjà trop d'argent dans les livrets. Absurde.

 

MATCH FRANCE ALLEMAGNE
Excellent dossier simple et efficace dans le Parisien/Aujourd'hui Economie sur la comparaison des deux modèles. Mais la conclusion est un peu surprenante: pas de vainqueur, ni vaincu...

 

LES RICHES VONT POUVOIR SOUFFLER UN PEU
Après les riches, ce sont les retraités qui sont dans le collimateur . Ils seraient privilégiés et ils vont subir d'ici quelques mois une salve d'impôts et de taxes. Mieux vaut ne pas être riche retraité...

 

CES DEUX PAYS SE DETESTENT
Beaucoup de manifestations "spontanées" en Chine contre le Japon pour des vagues problèmes de souveraineté sur des ïles en Mer de Chine...

 

LA FIN D'UN SUSPENSE INSUPPORTABLE
Xavier Bertrand ne sera pas candidat à la présidence de l'UMP mais il sera candidat en 2017...No comment.

 

LES BRICS SE FISSURENT
Les principaux pays émergents n'en finissent pas de réviser leur croissance à la baisse. Pour le Brésil ce sera seulement 2% en 2012 par exemple. Et tous se lancent dans une politique de relance, en Chine bien sur, au Brésil avec la baisse des taux et en Inde avec des réformes pour rétablir une confiance bien affectée.

A QUAND UN REMAKE DE LA 7EME COMPAGNIE
en hommage à Pierre Mondy

 

LES RÉPUBLICAINS S'ATTAQUENT AU PATRON DE LA BANQUE CENTRALE AMÉRICAINE

Depuis la décision de Ben Bernanke de faire à nouveau tourner massivement la planche à billets, Mitt Romney et les Républicains se déchaînent contre le patron de la FED. Ils lui reprochent de vouloir donner un coup de pouce à Obama en difficulté sur le sujet du chômage avec un nouveau QE qui, selon les Républicains, sera aussi inefficace que les précédents...Bonne Ambiance

Le patron de la Banque centrale Américaine, Ben Bernanke, se retrouve au coeur de la campagne électorale américaine
Si Ben Bernanke a fait l'unanimité ou presque sur les marchés qui ont applaudi son initiative de faire tourner, pour la troisième fois, la planche à billets de façon massive, il ne fait pas l'unanimité chez les politiques. Depuis sa décision, il affronte un véritable tir de barrage de la part des Républicains. Le président de la Banque Centrale Américaine doit agir en totale indépendance par rapport au pouvoir politique mais les Républicains pensent qu'il roule pour Obama. A quelques semaines des élections, alors qu'Obama se voit reprocher l'état de l'économie et en particulier le chômage, l'intervention massive de la FED et son objectif de combattre le chômage sont suspects pour les partisans de Mitt Romney.

Mitt Romney lui-même a attaqué Ben Bernanke
De façon assez brutale. Et c'est plutôt rare pour un candidat à la présidence. Pour Mitt Romney, ce que fait la FED sera inutile contre les précédents QE1 et QE2. Mais pas seulement inutile. Néfaste. Imprimer des billets de banques pour le candidat républicain maintient les taux artificiellement bas ce qui plombent les revenus des épargnants en placements de taux, provoque la chute de la devise nationale et accroit les risques d'inflation.

Est-ce que cela veut dire que si Romney est élu, Bernanke sautera ?
Bernanke a été nommé le 1er Février 2006. Le mandat de Ben Bernanke court jusqu'à la fin du mois de Janvier 2014. Il n'a donc aucune crainte jusque là. Ensuite les Républicains tenteront probablement de le remplacer mais ce n'est pas sûr. Tout va dépendre du succès de son QE3. SI l'économie repart, Bernanke sera un héros, si l'économie ne repart pas mais que l'inflation dérape on lui réservera le même sort qu'à son prédécesseur qui est considéré maintenant comme un des responsables de la crise Américaine après avoir été encensé.

 

 

indices à 10h06

 

BEL 20 * 2463.95 -7.65 -0.31 %  
AEX * 337.82 -0.46 -0.14 %  
CAC 40 * 3572.61 -8.97 -0.25 %  
Euronext 100 * 672.76 -1.35 -0.20 %  
Next 150 * 1451.41 1.01 0.07 %  
DAX 7401.19 -10.94 -0.15 %  
FTSE MIB 16515.29 -109.16 -0.66 %  
IBEX 35 8100.70 -53.80 -0.66 %  
SMI 6569.22 10.06 0.15 %  
SLI 995.25 0.77 0.08 %  
SPI 6093.51 2.76 0.05 %  
FTSE 100 5904.17 -11.38 -0.19 %  
Dow Jones * 13593.37 53.51 0.40 %  
Nasdaq 100 2855.23 0.00 0.00 %  
Nasdaq 3183.95 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 1049.97 -4.21 -0.40 %  
OMX Helsinki 25 2146.63 -14.75 -0.68 %  
OMX Stockholm 30 1111.63 -3.35 -0.30 %  
OMX Copenhagen 20 489.37 0.89 0.18 %


Services0

 

 

  • Sauvegarder l'article
  • Envoyer l'article à un ami
  • Imprimer l'article

Les Bourses européennes ouvrent en léger recul :

 

LÉGER RECUL À L'OUVERTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont débuté la semaine en léger recul lundi, les investisseurs prenant une partie de leurs bénéfices après le rally qui a poussé vendredi les marchés à leur plus haut niveau depuis quatorze mois.

À Paris, le CAC 40 recule de 0,45% à 3.565,31 points à 7h35 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,14% et à Londres, le FTSE se replie de 0,19%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 est en baisse de 0,42%.

Passée l'euphorie, le nouveau programme de rachat d'obligations de la part de la Réserve fédérale américaine, comme le plan dévoilé auparavant par la Banque centrale européenne pour soutenir les pays en difficulté de la zone euro, n'ont pas levé toutes les incertitudes pesant sur la conjoncture mondiale.

"Les mesures de soutien de la Fed étaient clairement destinées à rétablir la confiance (dans l'économie), pas à faire monter les Bourses", note Michael McCarthy, stratège chez CMC Markets. "Les données techniques montrent que l'on est sur le fil du rasoir et que le risque à court terme est plutôt à la baisse."

Dans ce contexte, les investisseurs hésitent à prendre des positions qui les exposeraient à une correction brutale des marchés.

"On peut s'attendre à des prises de bénéfices. C'est logique et même plutôt sain après les gains énormes enregistrés ces dernières semaines", estime Philippe Gijsels, directeur de recherche chez BNP Paribas Fortis Global Markets.

"Les banques centrales semblent déterminées à inonder le monde de liquidités. L'histoire montre que quand des fondamentaux faibles percutent un mur de liquidités, c'est le mur qui gagne, au moins à court terme. Cela transforme tout repli raisonnable des actifs risqués en opportunité d'achat."

La Bourse de Tokyo est restée fermée ce lundi pour cause de jour férié au Japon.

La plupart des secteurs évoluent en baisse n'excédant pas 1%, les valeurs cycliques qui avaient flambé vendredi signant les plus forts reculs. Les valeurs défensives, comme le secteur de l'alimentation et la boisson (+0,37%), rebondissent en revanche légèrement après avoir été boudées pendant le rally des dernières séances.

EADS démarre la semaine sur une note positive (+1,48%) après les soubresauts qui ont entouré sa possible fusion avec BAE Systems (-0,61%) la semaine dernière.

Hennes & Mauritz (H&M), deuxième enseigne mondiale d'habillement, cède en revanche 2,02% après avoir fait état lundi d'une baisse de 4% en août des ventes en monnaies locales de ses magasins ouverts depuis au moins un an, alors que les analystes interrogés par Reuters tablaient sur une hausse de 1%.

Sur le marché obligataire, les Bunds rebondissent d'une dizaine de "ticks" à 138,82, les acteurs du marché jugeant que le mouvement à la vente qui a suivi la décision de la Réserve fédérale américaine de procéder à un nouvel assouplissement quantitatif (QE) a sans doute été excessif.

"Les Bunds se sont effondrés vendredi, la chute a été forte mais je crois qu'on doit faire une pause", dit un trader. "Les marchés sont très optimistes en ce moment."

Sur le marché des changes, l'euro se replie légèrement à 1,3120 dollar, mais reste ferme face à un billet vert plombé par le nouvel assouplissement quantitatif aux Etats-Unis.

Les cours du pétrole effacent aussi une partie de leurs gains de la nuit. Le Brent revient autour de 116,60 dollars le baril et le brut léger américain repasse sous 99 dollars.

Tangi Salaün pour le service français, édité par Marc Angrand

 

 

 

10:09 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.