04/09/2012

bonjour....

de Monfinancier...

 

TROP C'EST TROP ?

Personne, il n'y avait absolument personne sur les marchés hier tant les volumes étaient dérisoires. Wall Street était fermé pour cause de jour férié, et certains en ont profité pour eux aussi poser un jour...Mais ce n'est pas la seule raison, les opérateurs n'osent plus prendre position avant la TRES ATTENDUE réunion de la BCE jeudi. Peut être trop ?

 

SILENCE ON NE BOUGE PLUS
L'euro se stabilise autour des 1,26 dollar, n'osant pas prendre une direction claire avant jeudi, les marchés attendent au tournant la BCE après la fameuse déclaration de Mario Draghi sur son soutien à l'euro.

 

ANGELA AIME L'EUROPE
Rien de tel qu'une fête populaire bavaroise pour déclarer sa flamme à l'Europe. Une déclaration d'amour vise à rassurer des allemands « eurosceptiques », une défiance qui ne cesse de monter même au sein de son propre parti.

 

LE SCELLIER EST MORT...
...vive le Scellier bis (en attendant son nom définitif). Le dispositif fiscal pour l'investissement locatif dont la mort est programmée la fin de l'année aura un dauphin a confirmé hier la ministre du Logement, Cécile Duflot. Pour ceux qui lorgneraient sur une nouvelle réduction d'impôt, c'est raté. Trop cher pour l'Etat, à l'heure où la chasse aux économies est de rigueur...

 

UN EXCELLENT COUPLE RENDEMENT / RISQUE
Pour tous ceux qui souhaitent dynamiser leur épargne via l'assurance vie en limitant au maximum les risques. Je vous invite à consulter attentivement le produit structuré Adequity Référence Rendement 5. Et oui, c'est aussi la rentrée pour les meilleures opportunités chez MonFinancier !

 

DOCTEUR OBAMA
Obama est le seul, l'unique homme à pouvoir redonner de l'élan à une économie américaine qui bat de l'aile. Et il n'a pas manqué de le marteler hier lors de la convention nationale démocrate qui s'est tenue à Washington. Romney a dû bien rigoler...

 

4,5 MILLIARDS
C'est la coquette somme qu'a injecté l'Espagne pour sauver Bankia, soit le même montant que la perte nette accusée par la banque au premier semestre.

 

6 CENTIMES
Les chiffres officiels des prix du carburant, qui tombent chaque semaine, étaient particulièrement attendus ce lundi. Et finalement, oui les prix à la pompe ont baissé de 6 centimes en une semaine. Facile, le prix du baril s'est stabilisé ces derniers jours.

 

TOTAL RÉINVESTIT EN BIRMANIE
...après un gel de quatorze ans. Le groupe pétrolier français estime désormais que la situation politique actuelle est propice à son développement dans le pays. C'est chose faite avec une prise de participation de 40% d'un bloc d'exploration offshore.

 

BRUCE WILLIS VS APPLE
Ce n'est pas le titre d'un nouveau film avec Bruce Willis en vedette. Le super-héros veut léguer à ses filles sa collection de musique sur Itunes. Or, c'est impossible. Pour Apple, détenir un mp3 ne confère pas un droit de propriété sur ce fichier. Après Samsung, c'est un donc nouveau procès qui s'annonce pour la marque à la pomme.

LE MALHEUR DES UNS...
Les industriels de l'agroalimentaire et les distributeurs ne rivalisent pas d'imagination pour s'adapter « au retour de la pauvreté ». Plus de paquet de lessive qui coute la moitié du budget d'un espagnol pour ses courses, soit 17 euros. Non non non, place désormais à la mini bougie à 3 euros. 

 

Les Bourses européennes ouvrent en léger recul :

 

LA BOURSE DE PARIS OUVRE EN LÉGÈRE BAISSE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en léger recul mardi après deux séances consécutives de forte hausse, les investisseurs ne voulant pas trop se laisser aller à l'optimisme avant de connaître les conclusions de la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne jeudi.

À Paris, le CAC 40 cédait 0,14% à 3.448,80 points vers 9h45. À Francfort, le Dax perdait 0,23% et à Londres, le FTSE reculait de 0,41%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 gagnait en revanche 0,08%.

Mario Draghi a conforté les espoirs des marchés de voir une éclaircie sur le front de la crise de la dette, en déclarant lundi que les achats par la BCE d'obligations souveraines de trois ans d'échéance maximale ne constitueraient pas une aide à l'Etat et n'enfreindraient donc pas le droit communautaire.

La prudence reste toutefois de mise, les investisseurs s'interrogeant sur les moyens que les banques centrales sont prêtes à mettre en oeuvre pour faire face à la fois à la crise de la dette et au ralentissement économique mondial, alors que l'agence de notation Moody's vient d'assortir la note "Aaa" de l'Union européenne d'une perspective négative.

"Le mois va être difficile. Il y a manifestement un écart entre les attentes des marchés et les intentions des banques centrales, mais il reste à mesurer l'ampleur de la divergence", souligne Tetsuro Ii, directeur général de Commons Asset Management. Outre le conseil des gouverneurs de la BCE jeudi, la Réserve fédérale américaine doit se réunir les 12 et 13 septembre.

Pour les analystes, le rally estival et le rebond des derniers jours restent d'autant plus fragiles qu'ils ont eu lieu dans un marché peu actif. "Le rally du marché s'est effectué avec des volumes faibles et il y a toujours un risque de fort mouvement à la vente si la BCE déçoit cette semaine", estime Toby Campbell-Gray chez Tavira Securities.

En attendant, l'espoir de voir la BCE dévoiler jeudi les modalités de son plan d'achat de dette continue de pousser les rendements des obligations espagnoles et italiennes à la baisse, d'environ 12 points de base pour le papier à deux ans, à respectivement 3,39% et 2,59%, dans des proportions plus limitées pour les échéances plus longues.

Les futures sur Bund, qui cédaient une trentaine de "ticks" à 143,27 vers 7h30 GMT après avoir pourtant ouvert en hausse, reculent également et pourraient selon les analystes tester le seuil de soutien technique de 143,15.

La BCE soutient également l'euro, qui accroît encore sa valeur par rapport au billet vert, à 1,2612 dollar, proche du plus haut de deux mois qu'il avait brièvement touché vendredi à 1,2637 sur la plateforme d'échanges EBS.

"Je ne m'attends pas à une grosse baisse du taux de change euro/dollar pour le moment compte tenu des attentes qui entourent la réunion de la Fed", laquelle pourrait initier un nouvel assouplissement monétaire aux Etats-Unis, note Mitul Kotecha, directeur changes chez Crédit Agricole à Hong-Kong.

Les cours du pétrole sont également soutenus par les espoirs de mesures de soutien de la part des banques centrales et progressent légèrement, le Brent de mer du Nord proche de 116 dollars le baril, et le WTI texan juste en-dessous de 97 dollars.

Tangi Salaün pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

10:49 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.