23/08/2012

BONJOUR LES AMIS....10H04..MARCHES AIMABLES.

MONFINANCIER...

ON CONNAIT LA MUSIQUE...

Le spectre d'une récession mondiale, le risque de contagion de la crise souveraine à l'Espagne puis à l'Italie auquel s'ajoute l'angoisse d'une sortie de la Grèce de la zone euro sont autant de nuages qui ont rattrapé les marchés qui ont consolidé la veille, après s'être envolés de 15% en ligne droite en l'espace de quatre

FAITES TOURNER LA PLANCHE A BILLET
Comme d'habitude, plus le spectre d'une récession est grand, plus les marchés sont persuadés que la FED va intervenir à travers un Quantitative easing pour relancer l'économie. Hier, les marchés américains qui manquaient de souffle ont trouvé un catalyseur à la hausse avec le compte rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale, qui laisse présager un nouveau coup de pouce à l'économie.

 

LA FED DRAGUE WALL STREET
Pour les marchés américains, qui flirtent avec leurs plus hauts annuels, rien, n'est perdu. Avec un peu de chance, les prochaines statistiques qui prennent le pouls de l'économie seront catastrophiques, ce qui ce qui convaincra les membres les plus récalcitrants à actionner la planche à billet, une mesure non conventionnelle dont raffolent les marchés.

 

LE FAUCON SORT DU BOIS
Les faucons, c'est-à-dire les partisans d'une politique monétaire orthodoxe, sont une espèce en voie de disparition. Pour ce membre de la BOE qui nous livre ses confessions dans un entretien aux Echos, baisser les taux d'intérêt directeurs ou augmenter le programme de rachat d'actifs auraient des effets pervers sur l'économie car elle augmenterait l'inflation et n'aurait qu'un effet marginal sur la relance de l'économie. Une insulte pour Wall Street.

 

LE COME BACK DE LA GRECE
Athènes a besoin « d'un peu d'air ». En clair, le premier ministre grec Antonis Samaras souhaiterait obtenir un sursis de deux ans, renvoyant à 2016 le retour à l'équilibre des comptes publics jusque-là prévu pour 2014. Pour le premier ministre, Athènes n'a pas besoin d'argent supplémentaire, ce qu'il lui faut c'est plus de temps pour remettre l'économie en route après 5 années de récession et ainsi accroître les revenus de l'Etat.

 

UNE TRAGEDIE GRECQUE QUI TOURNE AU MELODRAMATIQUE
On commence à connaitre le disque. A chaque fois qu'une tranche d'aide doit être débloquée, ça tourne à la comédie mélodramatique car Athènes joue sa survie au sein de la zone euro. Le président de l 'eurogroupe Jean Claude Juncker qui vient d'arriver à Athènes les a prévenu : c'est sa "dernière chance" d'éviter la faillite.

 

WAIT AND SEE
Angela Merkel et François Hollande se retrouvent ce soir pour faire le point sur la crise de la zone euro et évoquer l'épineuse question grecque. Pour l'instant, c'est tout vu : l'Allemagne refuse toute renégociation du plan d'aide avant la publication du rapport de la "Troïka" qui évaluera en septembre l'avancement des réformes mises en oeuvre par la Grèce. Athènes doit en effet absolument trouver 11,5 milliards d'économies supplémentaires, sans quoi elle risque la faillite car elle n'obtiendra pas sa prochaine tranche d'aide de 31,5 milliards.

 

LE DEFICIT COMMERCIAL DU JAPON A PRATIQUEMENT DOUBLE
L'archipel vient de publier un déficit record de sa balance commerciale, qui a pratiquement doublé en culminant désormais à 6,5 milliards de dollars. Le Japon qui subit l'érosion de la demande européenne et chinoise, a vu ses exportations chuter de 8,1% en glissement annuel, c'est leur plus forte baisse depuis six mois.

 

PENDANT CE TEMPS-LA EN FRANCE
Le Figaro passe au vitriol le programme « dispendieux » du gouvernement pour la rentrée alors que Le Parisien se demande si Hollande va tenir ses promesses : Fin du cumul des mandats, taxation des hauts revenus, création de 150 000 emplois d'avenir pour les jeunes, toutes les mesures sont passées au crible.

 

CARBURANT : PAS DE BLOCAGE DES PRIX
Jean-Marc Ayrault a annoncé une baisse « modeste » et « provisoire » des taxes sur le carburant, renonçant de facto au blocage pur et simple des prix. En effet, alors que la France doit se serrer la ceinture compte tenu des engagements de réduction de déficit, les marges de manoeuvre sont limitées étant donné qu' une baisse de 1 centime d'euro des prix, représente un manque à gagner de 500 millions d'euros pour les caisses de l'Etat.

LE DOUBLEMENT DU PLAFOND DU LIVRET A ATTENDRA
Le doublement du plafond du placement préféré des Français promis par François Hollande pour financer davantage de logements sociaux ne sera pas doublé, comme François Hollande l'avait promis, mais augmenté de 25 % à la mi-septembre. Le montant maximal de dépôts dans un Livret A va donc passer dans les prochains jours à environ 19.000 euros tandis qu'un deuxième relèvement de 25 % du plafond interviendra en fin d'année 2012

La Bourse de Paris démarre en hausse grâce aux banques centrales :

 

Le palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris

La Bourse de Paris était en hausse jeudi en début de matinée (+0,84%), grâce à des espoirs de plus en plus tangibles d'assouplissement monétaire aux Etats-Unis et en Chine, sur fond d'apaisement en Europe, où une intervention de la BCE est aussi attendue.

A 09H30 (07H30 GMT), l'indice CAC 40 prenait 29,50 points pour s'inscrire à 3.492,67 points.

La cote parisienne profite également d'une correction technique après le repli de 1,47%, accusé la veille. Mais ce sont surtout les anticipations d'assouplissement monétaire aux Etats-Unis qui dominent et soutiennent le marché.

Lors de leur dernière réunion, les dirigeants de la Fed ont indiqué envisager d'augmenter "sous peu" leur soutien à l'économie américaine, en cas de persistance du ralentissement économique.

"Ces propos ont été plus positifs que prévu et la question est maintenant de savoir si l'annonce d'un nouvel assouplissement monétaire interviendra à la fin du mois d'août, ou plus tard en septembre", souligne le courtier IG Market.

"Les promesses de la Fed soutiennent les marchés, car le compte-rendu de la Fed confirme qu'une majorité des membres du Comité de politique monétaire est prête à voter des mesures supplémentaires de soutien à l'économie", renchérit Christian Parisot, économiste chez Aurel.

A ces anticipations sur les Etats-Unis s'ajoutent celles sur la Chine, qui devrait également réduire une nouvelle fois ses taux d'intérêt pour éviter un ralentissement économique trop marqué.

Enfin, en Europe, les tensions se relâchent grâce aux perspectives d'intervention de la Banque centrale européenne, prête à venir en aide aux pays fragiles, dont l'Espagne.

Les investisseurs suivront jeudi la rencontre entre la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande sur la Grèce qui donnera une idée de l'évolution du couple franco-allemand.

Les banques étaient en tête des hausses, toujours les premières à réagir positivement à des spéculations d'assouplissement monétaire qui permettent de relancer l'activité. La Société Générale prenait 2,28% à 21,73 euros, suivie par BNP Paribas (+2,27% à 35,81 euros) et par le Crédit Agricole (+ 2,07% à 4,43 euros).

Les valeurs minières profitaient également de perspectives de relance en Chine et progressaient, à l'instar de Aperam (+1,43% à 11,36 euros), Eramet (+1,56% à 91,15 euros) ArcelorMittal (+1,37% à 12,92 euros).

Air France gagnait 1,17% à 4,24 euros. Le groupe n'a pas réussi à s'accorder avec le motoriste Rolls-Royce sur la maintenance des moteurs de 25 Airbus A350 que le groupe franco-néerlandais a l'intention d'acheter, rapporte jeudi le Financial Times.

Technip prenait 1,12% à 87,41 euros. Le groupe para-pétrolier a signé un contrat pour la fourniture de conduites flexibles sous-marines auprès de Brunei Shell Petroleum.

 

 

10:07 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

je link sur google+ cette actualite car c'est simplement un web site étonnant

Écrit par : assurance auto | 29/08/2012

Les commentaires sont fermés.