10/07/2012

COMMENTAIRES DE MONFINANCIER...10H13.

 

LE MARCHÉ EN PROIE AU DOUTE

C'est fini. Le sommet Européen n'a servi à rien. On est exactement aux mêmes niveaux qu'avant l'accord Européen et l'euro est même plus bas: C'est ce qu'on entend sur les marchés depuis hier. Nous ne sommes pas d'accord. Il est normal que les marchés testent les défenses de l'Europe et sa détermination à appliquer l'accord Européen.

 

L'ESPAGNE A NOUVEAU SOUS PRESSION
Les taux Espagnols sont proches de leurs niveaux les plus hauts et les investisseurs pensent que l'Europe ne pourra pas défendre la barrière des 7% durablement. Si la hausse des taux Espagnols s'accélère, la Banque Centrale Européenne interviendra.

L'AIDE A L'ESPAGNE
se met en place. Des fonds pour les banques Espagnoles vont être débloqués sans attendre la mise en place des organes de supervision et l'éventuelle Union Bancaire Européenne. D'autre part l'Espagne va bénéficier d'un délai pour atteindre ses objectifs de réduction de déficit budgétaire ce qui va lui permettre de respirer un peu.

LES ÉPARGNANTS FRANÇAIS INQUIETS
Les investisseurs institutionnels Français continuent à subir la panique des épargnants Français et les taux Français d'emprunt de l'Etat ont été légèrement négatifs à 3 et 6 mois. Certains y voient un signe de confiance dans la politique du gouvernement alors que ce n'est que le symptôme d'un malaise et d'un manque de confiance dans l'avenir.

LES PME EN DÉROUTE
Explosion des faillites d'entreprises de petite et moyenne taille au deuxième trimestre. Selon les Echos, plus de 72,500 emplois sont directement menacés. C'est une situation dramatique qui ne s'améliorera pas si on continue à massacrer les entrepreneurs.

LA BCE VA DEVOIR AGIR
Mario Draghi se dit prêt à baisser encore les taux si la situation se détériore en Europe mais cela ne suffira pas. Il va falloir qu'il se décide, vite, à intervenir en achetant de la dette Espagnole et Italienne sur le marchés. Vite.

LE RALENTISSEMENT BRÉSILIEN
Excellent dossier de fond dans le FT sur le Brésil et la fin du "miracle" et de la "brasilobéatitude des investisseurs étrangers". Le Brésil est à la croisée des chemins et son économie est encore trop dépendante des matières premières mais également du surendettement des ménages et des entreprises.

LA PRODUCTION DE PÉTROLE EN IRAN
au plus bas depuis 20 ans. Les sanctions commencent à être efficaces. Rappelons que le pétrole est la source de revenu principale et de loin de l'Iran.

LA FÊTE DES IMPÔTS CONTINUE
Le gouvernement travaille sur le relèvement de la CSG.

VOLKSWAGEN RACHETE VIRGIN...
Selon le Figaro, Volkswagen s'installerait sur les Champs Elysées à la place du magasin Virgin. Suite au rachat de l'immeuble par le Qatar...

L'ALLEMAGNE AUX COMMANDES
C'est le président actuel Klaus Regling qui dirige le FESF qui prendra la présidence du Mécanisme Européen de Stabilité.

L'ALLEMAGNE AUX COMMANDES
Jean Claude Juncker prolonge sa présidence de l'Eurogroupe jusqu'en janvier pour permettre à l'actuel ministre des finances Allemand Wolfgang Schauble de finir son travail avant de prendre la tête de l'Eurogroupe et devenir de fait le ministre de l'Economie Européen.

 

L'EFFET DU SOMMET EUROPÉEN EST IL TERMINÉ?

Quelques jours à peine après, le sommet Européen, les marchés attaquent à nouveau l'Europe, l'Espagne et l'Italie en particulier et l'euro est en baisse. Beaucoup pensent que le sommet Européen a fait long feu, qu'il n'a abouti à aucune solution concrète et efficace et que l'Europe est repartie pour une nouvelle crise. Nous ne sommes pas de cet avis.

Taux espagnols et Italiens en hausse, euro en baisse, est ce que les effets du sommet Européen sont déjà terminés ?
C'est le sentiment sur le marché depuis quelques jours. Avec des taux Espagnols qui sont repassés au-dessus de 7%, les taux Italiens qui suivent, les emprunts d'Etat Allemands qui servent à nouveau de valeur refuge et l'euro qui chute, on se retrouve presque là où on était avant le sommet Européen. Et l'impression que le répit provoqué par le sommet Européen a fait long feu. Je n'y crois pas. Tout d'abord, il est normal que les marchés testent la volonté des pays européens de faire respecter l'accord obtenu lors du sommet. C'est dans la nature des choses. Si les Européens décident qu'ils font défendre l'Espagne et l'Italie, les marchés attaquent l'Espagne et l'Italie pour les provoquer et les obliger à prouver leur détermination

La question c'est justement comment l'Europe peut elle défendre l'accord qu'elle a annoncé ?
Cet accord comportait un volet court terme. Avec une aide immédiate aux banques Espagnoles. Et cette aide aux banques va être débloquée par parties dès la fin du mois sans attendre la mise en place de l'union bancaire Européenne qui demandera des mois voire des années. Avec une marge de manoeuvre pour l'Espagne et peut-être pour l'Italie pour atteindre leurs objectifs de réduction de déficit budgétaire, un délai d'un ou deux ans. Et enfin par des achats d'emprunts d'Etat sur les marchés par le Mécanisme Européen de Stabilité

Mais il faudra des mois avant que le MES puisse intervenir
Il faudra du temps et il faudra surmonter des difficultés comme l'attente de l'avis du Conseil Constitutionnel en Allemagne par exemple mais n'oublions pas un acteur de poids. La Banque Centrale Européenne. Elle a le pouvoir et les moyens d'intervenir directement sur le marché pour faire baisser les taux espagnols et italiens même si Mario Draghi s'est déclaré réticent à le faire. Il n'a pas le choix. Le sommet Européen n'a pas été inutile. On ne peut absolument pas dire que c'est un échec. L'Europe peut être sous pression quelques jours mais elle a les moyens de résister à cette attaque.

10:15 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.