04/07/2012

de MonFinancier....

 

C'EST PARTI POUR LES IMPOTS

La Cour des Comptes l'a dit. Le gouvernement le sait. Il faut réduire le déficit. Vite. Il y a deux façon de le réduire : s'attaquer aux dépenses ou augmenter les impôts. Le gouvernement a choisi les impôts et cela va faire mal, très mal. Au nom de l'égalitarisme, entreprises et classes moyennes supérieures vont être sous pression.

 

LE DISCOURS DE JEAN MARC AYRAULT: LE BON COTE
On a parlé réduction de la dette, respect des engagements de la France en matière de déficit, rigueur et austérité (sans prononcer les mots).

LES MAUVAIS COTES
Impôts. Impôts. Impôts. C'était le leitmotiv d'un discours soporifique d'un premier ministre sérieux, mais sans aucun charisme. Taxe sur les dividendes, hausse des droits de succession, taxation accrue de stock options, taxes sur les banques (bien fait...) et sur les compagnies pétrolières, taxation des heures supplémentaires, et hausse de l'ISF sans oublier une surtaxe exceptionnelle de l'IS: vous en redemandez ?....

LA HAUSSE DU CAC CONTINUE
Avec une troisième journée de hausse . Près de 1%. Dans l'attente et l'espoir d'une baisse des taux de la Banque Centrale Européenne et des stop loss sur les positions massives accumulées depuis des mois à la vente.

LE COME BACK
L'Irlande a fait un incroyable boulot de redressement depuis sa demande d'aide à l'Europe. Et les marchés applaudissent. Les taux à deux ans sont descendus à 5%, ils étaient au plus haut à près de 25% en juillet 2011.Du coup l'Irlande va à nouveau emprunter sur les marchés. Sur du court terme, trois mois, pour l'instant, mais elle pourra bientôt emprunter sur des maturités plus longues. Good job!

LE GRAND NETTOYAGE CHEZ BARCLAYS
Tout le management de Barclays y compris Bob Diamond, son patron emblématique, a été viré. Et ce n'est pas terminé. Le scandale du Libor devrait secouer d'autres banques dans les mois qui viennent.

ENCORE UN SOMMET EUROPÉEN?
Mario Monti a aimé le dernier sommet. Il en redemande. Il veut une nouvelle réunion pour faire sauter les derniers verrous et notamment les blocages des Pays Bas ou encore de la Finlande qui s'oppose au rachat de dette sur le marché par le Mécanisme Européen de Solidarité.

LA FLAMBÉE DU PÉTROLE
Après des semaines de chute, le pétrole a connu une hausse spectaculaire de près de 15% en quelques jours. Nous avons conseillé aux abonnés qui avaient suivi notre conseil d'achat il y a une semaine d'alléger partiellement leurs positions. La hausse a été provoquée par les tensions avec l'Iran et une grève en Norvège dans le secteur pétrolier.

LE DOSSIER DU JOUR
En une du Parisien; quel impact a la crise sur nos vies de couple. C'est sur la sexualité que la crise aurait les effets les plus dévastateurs.

ET CA NE VA PAS S'ARRANGER
Les plans sociaux qui doivent être annoncés dans les semaines qui viennent concerneraient plus de 75,000 personnes. Si le gouvernement continue à décourager les entrepreneurs, ces chiffres continueront à gonfler.

LE CAUCHEMAR
Il y a plus de 17,000 centenaires en France. Et ils seront plus de 200,000 dans 40 ans. Le remake de la nuit des morts vivants.

 

LE ROYAUME UNI VOUS ACCUEILLE T'IL À BRAS OUVERTS ?

Lors du dernier G20, David Cameron, le premier ministre britannique, avait fait une sortie remarquée en se disant prêt à accueillir les entreprises françaises dont les dirigeants fuiraient la taxation à 75% de leurs revenus et de leur salaire. Si la fiscalité au Royaume Uni sera forcément plus douce pour ces derniers, elle ne concerne qu'une partie marginale des particuliers français. Qu'en est-il des autres ?

Le système fiscal britannique
La plupart des britanniques paient l'impôt sur le revenu avec le système PAYE (Pay As You Earn). C'est le système appliqué à tout salarié. Il s'agit d'un mécanisme de retenue à la source sur les salaires dont l'originalité est de prendre directement en compte toutes les déductions auxquelles peut prétendre le salarié. Le montant cumulé des retenues en fin d'année correspond exactement à l'impôt dû et dans la plupart des cas aucune régularisation n'est nécessaire. Quand vous débutez dans un emploi, la loi britannique oblige votre employeur à déclarer la date de votre embauche et le montant de votre salaire aux autorités fiscales (Inland Revenue). Dès lors, vous recevrez un numéro de sécurité sociale (National Insurance number) qui servira de référence dans toutes vos démarches administratives auprès du Trésor public (state tax authorities), de la sécurité sociale (social security), et des bureaux d'allocations (benefit offic es), etc.

10:04 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

c'est sûrement un site bon. Alors je link ca sur sur mon reseau social prefere

Écrit par : assurance automobile | 29/08/2012

Les commentaires sont fermés.