28/06/2012

bonjour...

 

picto monsieur cravate

LE COMPTE À REBOURS DU SOMMET EUROPÉEN

Ce n'est pas un sommet de la dernière chance comme les autres. Pour la première fois, sous la pression de l'Allemagne, ce sommet s'attaque aux fondements mêmes de la construction économique européenne et à ses faiblesses. Mais l'Allemagne parle long terme, alors que l'Espagne, l'Italie et la France parlent court terme. Et il va falloir concilier les deux objectifs de temps.

 

LA PARTIE LONG TERME DU SOMMET
On commence à avoir des informations sur les objectifs à long terme qui seront adoptés à ce sommet pour réformer en profondeur la construction économique européenne: supervisions des budgets nationaux, structures économiques et financières fédérales, union bancaire européenne, cantonnement des excès de dettes dans une structure mutualisée, et, si tout cela est adopté, un possible financement mutualisé. Voilà le programme de l'Europe pour les 5 prochaines années.

MAIS IL FAUT DES SOLUTIONS À COURT TERME
Les marchés n'attendront pas cinq ans, ni les référendums nécessaires à ces mesures, ni les crises politiques que ces plans à long terme vont provoquer. Les marchés veulent une solution rapide ou ils vendront tout lundi à l'ouverture. Dans la partie court terme, le point clé sera l'accord par l'Allemagne sur une utilisation des fonds européens pour des achats d'emprunts d'État, espagnols et italiens, par exemple sur les marchés ainsi que l'aide directe aux banques en difficulté. L' Allemagne peut accepter les solutions à court terme si elle obtient un engagement ferme sur les réformes de long terme.

LES ALLEMANDS SCEPTIQUES
S'il y avait un référendum sur la zone euro aujourd'hui en Allemagne, 43% des Allemands seraient pour un maintien dans la zone euro, 41 contre. Une marge étroite qui se réduit un peu plus chaque jour.

RENCONTRE MERKEL HOLLANDE
Hier soir à l'Élysée. Sourires crispés et poignées de mains où Angela a broyé la main de François. Elle l'a obligé à réciter la phrase suivante: "Nous voulons approfondir l'union économique monétaire et, demain, politique pour arriver à une intégration et plus de solidarité". Le voilà champion du fédéralisme lui qui nous annonçait qu'il allait exiger de l'Allemagne une révision immédiate des traités...Il se couche et c'est une bonne nouvelle.

L'ESPAGNE AU BORD DE LA CRISE DE NERFS
L'Espagne attend avec anxiété l'issue du sommet. Car si ce sommet échoue, l'Espagne saute. Hier le message des marchés était très clair: ils ont fait exploser à la hausse à nouveau les taux d'intérêt des emprunts d'Etat. Et non, je ne tomberai pas dans la facilité de faire des parallèles entre l'euro de foot et la zone euro, quoique...c'est très tentant.

LE REDRESSEMENT PRODUCTIF CONTINUE
PSA va fermer l'usine d'Aulnay. 3300 salariés.

LA QUESTION DU JOUR
posée par les Échos à Fleur Pellerin ministre des PME: L'imposition à 75% s'appliquera'elle aux plus values de cession? Réponse: Le lissage de la plus value de cession sur la durée de détention de l'entreprise me semble une piste pertinente.

OUVERTURE DU SALON PLANÈTE PME
aujourd'hui dans un climat d'inquiétude pour les entrepreneurs qui se sentent délaissés, harcelés et mal aimés. Palais des Congrès. Porte Maillot. Vive les PME! Vive les entrepreneurs!

362 MILLIONS D'EUROS D'AMENDE
pour la banque Barclays pour manipulation des taux interbancaires Libor et Euribor. D'autres banques vont suivre...

LE BLOCAGE DES LOYERS EST-IL UNE BONNE IDÉE?
C'est le dossier du jour du Parisien. Intéressant. On connaît cependant la réponse. Non. C'est une très mauvaise idée qui n'a jamais fonctionné. Dans aucun pays. Un peu comme les 35 heures....

 

EST CE QUE LE SOMMET EUROPÉEN VA SATISFAIRE LES MARCHÉS ?

Le compte à rebours a commencé. C'est l'avenir de l'euro et de la zone euro qui va se jouer dans les deux jours qui viennent. Et pour une fois les leaders européens ne se sont pas contentés de chercher des rafistolages d'urgence. L' Allemagne a imposé une vision et une révision de la construction Européenne à long terme. L'enjeu de ce sommet sera de concilier court terme et moyen terme

Est-ce que ce sommet Européen qui s'ouvre aujourd'hui va satisfaire les marchés ?
Ce sommet est très différent des précédents. Dans les précédents sommets, les leaders européens n'avaient qu'un objectif : trouver dans l'urgence une solution immédiate à un problème spécifique comme une aide à la Grèce, ou la mobilisation de fonds pour des aides aux pays en difficulté. Pour la première fois, nous avons un sommet dans lequel on s'attaque à la construction économique européenne elle-même, à ses fondements. Un sommet dans lequel on voit émerger des solutions à long terme pour tenter d'éviter à l'avenir la multiplication des crises à répétition. En partant d'une idée simple martelée par l'Allemagne : il ne peut pas y avoir de zone euro et d'euro sans une intégration économique plus forte, un fédéralisme économique et financier plus affirmé.

Une intégration qui reposerait sur quelles mesures précises:
Un contrôle des déficits nationaux par l'Union Européenne, une union bancaire européenne, des montages pour cantonner la partie des dettes des Etats supérieurs à 60% de leurs PIB dans une structure mutualisée et éventuellement, si tout cela est mis en place, des financements mutualisés, eurobonds ou eurobills. C'est une avancée spectaculaire, on parle enfin de solutions réelles à la crise et pas de rafistolages.

Mais c'est justement un peu le problème. Toutes ces mesures sont des mesures à long terme, elles vont mettre des années à être adoptées et les marchés sont focalisés sur le court terme..
C'est le coeur de l'enjeu de ce sommet. Et c'est toute la difficulté. Pour une fois, on a un plan à long terme, mais les investisseurs, eux, veulent des mesures immédiates et spectaculaires à court terme ou ils feront sauter l' Espagne, l'Italie et peut-être même l'euro. C'est là que tout va se jouer. On sait déjà qu'il y a le plan de croissance, mais pour le marché, c'est un hochet que donne l'Allemagne aux pays du sud et à la France, car ce plan est une goutte d'eau. Non, tout va se jouer à court terme sur le fait que l'Allemagne accepte que les fonds monétaires européens soient autorisés à acheter directement sur le marché des emprunts des états en difficulté et à aider les banques directement sans passer par les Etats. Ce sommet est un évènement majeur, car pour la première fois on entrevoit la direction que doit prendre l'Euirope mais on doit aussi prévoir des solutions d'urgence. Et je pense qu'on peut y parvenir

(de MonFinancier)


12:34 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.