25/05/2012

bonne journée et bon week end...

DJ BULLETIN DU MATIN: 25 mai 2012


La santé de l'économie mondiale vient à son tour préoccuper les marchés

Eurostoxx 50 2.156,52 points +1,05%
CAC 40 3.038,25 points +1,16%
DAX 30 6.315,89 points +0,48%
FTSE 100 5.350,05 points +1,59%
SMI 5.852,44 points +0,59%
AEX 292,08 points +1,01%
BEL 20 2.113,60 points +1,15%
IBEX 35 6.534,40 points +1,46%

DJIA 12.529,75 points +0,27%
Nasdaq 2.839,38 points -0,38%
S&P 500 1.320,68 points +0,14%

Nikkei 225 (à 07h25)


Cours de change à 06h50
Variation par rapport à la clôture à New York

USD/JPY 79,76 +0,21%
EUR/USD 1,2531 -0,02%
EUR/JPY 99,94 +0,17%



A SUIVRE EN FRANCE

Les investisseurs prendront connaissance vendredi de l'indice de confiance des ménages pour le mois de mai.

Puis ils se tourneront vers les assemblées générales de Legrand, Euler Hermes, Saft, CFAO, Radial, Acteos, PSB Industries, CFCAL Banque, Guerbet, Cameleon Software, VM Matériaux, Archos, Terreis, FFP et Les Nouveaux Constructeurs.



ACTIONS

Les marchés d'actions européens devraient ouvrir dans le rouge vendredi, alors que les investisseurs restent prudents dans un contexte d'inquiétudes accrues sur la croissance économique de la zone euro.

D'après IG Markets, le CAC devrait céder 6 points à l'ouverture, à 3.032 points, le FTSE devrait abandonner 13 points, à 5.337 points, et le DAX reculerait de 27 points, à 6.289 points.

"Les marchés européens s'orientent vers une ouverture en légère baisse car ils intègrent les inquiétudes liées à la croissance en Chine et les incertitudes relatives à la Grèce", affirme Stan Shaum, stratégiste chez IG Markets. "La séance en Asie a été affectée par des articles suggérant que les grandes banques chinoises pourraient ne pas atteindre leurs objectifs annuels de prêts pour la première fois depuis sept ans en raison d'une faible demande", ajoute-t-il.

Les contrats à terme américains perdent du terrain vendredi. Wall Street a clôturé en hausse jeudi, grâce aux déclarations du président du Conseil italien, qui ont redonné confiance dans la possibilité que la Grèce reste dans la zone euro.

Après des échanges agités, en raison de sondages donnant le parti de gauche anti-austérité, Syriza, vainqueur des prochaines élections législatives en Grèce, les valeurs américaines se sont redressées lorsque Mario Monti a déclaré anticiper le maintien de la Grèce en zone euro.

Les marchés d'actions asiatiques présentent un tableau contrasté vendredi, malgré le soutien que les déclarations de Mario Monti ont apporté aux marchés occidentaux.


OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient ouvrir de manière contrastée vendredi, alors que les investisseurs mettent en balance les prix élevés de ces emprunts d'Etat avec les risques que présente encore la zone euro.

Le gouvernement espagnol a annoncé que le chiffre du déficit public de 2011 n'était pas définitif et devrait de nouveau être révisé quand l'examen des comptes des régions et municipalités espagnoles serait achevé, rapporte le quotidien El Pais.

Certains investisseurs vendent des emprunts d'Etat allemands parce qu'ils ont atteint un niveau de prix trop élevé et cherchent maintenant à avoir des rendements plus intéressants, expliquent des opérateurs.

Mais il ne faut pas baisser la garde pendant les phases de regain d'appétit pour le risque, avertit Société Générale. "Mieux vaut viser le long terme: le processus de prise de décision dans la zone euro présente encore des dysfonctionnements et les marchés sont otages de l'incertitude en Grèce" ajoute la banque.

La consolidation budgétaire est une condition préalable à la croissance économique et le débat dans la zone euro devrait porter sur l'austérité et la croissance, non sur l'austérité ou la croissance, a déclaré Joerg Asmussen, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE).

Les obligations d'Etat américaines évoluent peu vendredi, après avoir perdu du terrain jeudi sous l'effet de prises de bénéfices après la progression récente du marché.

Les inquiétudes concernant la zone euro restent toutefois bien présentes, comme le montre l'adjudication de 29 milliards de dollars d'obligations du Trésor américain à sept ans à un taux historiquement bas de 1,203%. Le point bas précédent était 1,347%, un taux atteint lors d'une émission en avril. Ces résultats interviennent après l'émission de 35 milliards de dollars de titres à cinq ans mercredi, également à un taux historiquement bas de 0,748%.

L'attrait des obligations d'Etat américaines en tant que valeurs refuges continue de permettre aux Etats-Unis de se financer à bas coût.



CHANGES

L'euro, qui a perdu du terrain ces derniers temps face au dollar, pourrait marquer une pause vendredi en l'absence d'actualité majeure et en raison d'ajustements de positions à l'approche du week-end, affirme Sumino Kamei, analyste senior chez Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ.

"Cependant, le potentiel de hausse pourrait être limité en raison des inquiétudes accrues au sujet d'un ralentissement économique en Europe", ajoute-t-elle.

Les participants du marché sont nerveux au vu des incertitudes affectant la zone euro. Comme il reste encore quatre semaines avant les élections en Grèce, les investisseurs se demandent si ce pays deviendra le premier à quitter la zone euro. Ces craintes ont fait pression ces derniers jours sur la monnaie unique, qui a atteint son plus bas niveau depuis 22 mois, à 1,2527 dollar.

"Les incertitudes politiques sont très élevées et les fondamentaux économiques restent médiocres", affirme Aroop Chatterjee, responsable de la stratégie quantitative pour le marché des changes chez Barclays. Les investisseurs "tiennent compte des perspectives de détérioration de la croissance pour les principaux pays", ajoute-t-il.


PETROLE

Les contrats à terme sur le pétrole brut évoluaient en ordre dispersé vendredi en Asie, mais le contrat sur le brut du Nymex se maintenait au-dessus de 90 dollars le baril.

Les discussions entre les pays occidentaux et l'Iran n'ont pas permis de véritablement avancer sur le programme nucléaire de Téhéran, mais les parties ont convenu de se rencontrer les 18 et 19 juin à Moscou pour un troisième tour de négociations.

Le marché est également prudent en raison des incertitudes entourant la zone euro. "Si nous voyons actuellement plusieurs facteurs baissiers pour le marché pétrolier, nous continuons de considérer l'accélération de la baisse de l'euro cette semaine et les incertitudes économiques et politiques en Grèce comme les principaux éléments pesant sur les cours", indique la société de conseil Ritterbusch & Associates dans une note.

Le cabinet estime que de "nouveaux points bas semblent se profiler pour le marché pétrolier, du moins jusqu'à ce que l'euro soit en mesure de montrer des signes de soutien durable".

A 5h00, le contrat de juillet sur le Brent coté à Londres gagnait 42 cents, à 106,97 dollars le baril. Vers 7h20, le contrat de juillet sur le brut léger doux coté à New York perdait 11 cents, à 90,55 dollars.

     

09:02 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.