04/05/2012

BONJOUR ET BON WEEK END...

Recul attendu pour les actions avant les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis

 

DJIA             13.206,59 points -0,47% 
Nasdaq            3.024,30 points -1,16% 
S&P 500           1.391,57 points -0,77% 
 
Nikkei 225        9.380,25 points +0,31% (clôture du 2 mai) 
 
 
Cours de change à 06h50 
Variation par rapport à la clôture à New York 
 
USD/JPY       80,19   +0,02% 
EUR/USD      1,3150   -0,02% 
EUR/JPY      105,46   -0,01% 
  

 

A SUIVRE EN FRANCE

La séance de vendredi sera la dernière avant le deuxième tour de l'élection présidentielle. Les résultats annuels d'Alstom, les performances trimestrielles de BNP Paribas, Lafarge, Veolia, Legrand et Air France-KLM ainsi que les chiffres d'affaires du premier trimestre de Wendel et Steria seront dévoilés. Sanofi tiendra son assemblée générale.

Sur le plan des indicateurs, l'indice PMI du secteur des services en France pour le mois d'avril sera publié à 09h50. Il est attendu à 46,4 contre 50,1 en mars.

 

 
 

 

ACTIONS

Les valeurs européennes devraient ouvrir en baisse vendredi, en raison d'un regain de prudence des investisseurs avant la publication du rapport clé sur l'emploi non agricole aux Etats-Unis.

IG Markets prévoit pour l'ouverture que le CAC 40 abandonnera 17 points, à 3.206 points, tandis que le FTSE 100 céderait 21 points à 5.746 points. Le DAX 30 est attendu quant à lui en recul de 31 points, à 6.663 points.

"Alors que l'inquiétude monte quant à la robustesse de la croissance aux Etats-Unis, les chiffres de l'emploi apporteront de nouveaux indices pour jauger les perspectives de l'économie américaine et la position" de la Réserve fédérale, note Kintai Cheung, stratégiste chez Crédit Agricole.

"De nombreux événements politiques à risque sont attendus avec les élections en France et en Grèce ce dimanche, ce qui devrait inciter les investisseurs à adopter une attitude prudente", ajoute le stratégiste.

Les contrats à terme de Wall Street progressent légèrement vendredi. Les indices américains ont cédé du terrain jeudi, pour la seconde séance consécutive, plombés par la parution d'un indice ISM du secteur des services décevant à la veille des chiffres mensuels du département du Travail sur l'emploi non agricole.

Kenni Polcari, directeur général chez iCap Corporates, note que de plus en plus de monde spécule sur le fait que le rapport sur l'emploi de vendredi pourrait être décevant, ce qui constitue une incitation à prendre tout de suite des bénéfices, au cas où les chiffres seraient inférieurs aux attentes.

Les économistes tablent en moyenne sur 168.000 emplois créés le mois dernier, pour un taux de chômage stable à 8,2%.

Les Bourses asiatiques s'inscrivent en repli vendredi, tirées vers le bas par les valeurs liées aux matières premières et à l'export, sur fond de prudence avant le rapport américain sur l'emploi non agricole.

 

 
 

 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts devraient connaître un début de séance hésitant, avant la publication vendredi après-midi des chiffres de l'emploi non agricole aux Etat-Unis pour le mois d'avril. Certains observateurs s'attendent à ce que ces statistiques confirment un ralentissement de la reprise économique outre-Atlantique.

L'économie britannique va stagner cette année, avant de renouer avec une croissance soutenue en 2013, a déclaré vendredi le National Institute for Economic and Social Research au Royaume-Uni. L'organisme s'est de nouveau prononcé en faveur d'une augmentation temporaire des dépenses publiques dans le but de stimuler la demande.

Du côté de la zone euro, le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, n'a fait aucune allusion jeudi à de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire.

"La BCE a adopté un ton moins accommodant que s'y attendait le marché", observe Ron Leven, stratégiste devises chez Morgan Stanley à New York.

"Il y a encore de nombreux investisseurs qui considèrent l'Europe avec beaucoup d'inquiétude", indique de son côté Samarjit Shankar, responsable de la stratégie à BNY Mellon.

Le marché a cependant pu se réjouir jeudi de signes positifs en provenance de l'Espagne. Le pays a émis pour 2,52 milliards d'euros d'emprunts d'Etat lors de son adjudication, soit un montant un peu supérieur au maximum prévu.

Les prix des obligations du Trésor américain reculent vendredi. Ils ont à peine bougé jeudi, alors que l'attention des intervenants se tournait vers les statistiques sur l'emploi non agricole de vendredi.

Paul Montaquila, opérateur sur les marchés de taux à Bank of the West, note que le marché s'attend dans l'ensemble à ce que ces données se révèlent décevantes, après une série d'indicateurs "peu convaincants" au cours des dernières semaines.

Trois responsables de la Réserve fédérale ont déclaré jeudi s'attendre à une poursuite de la croissance aux Etats-Unis et à ce que l'inflation reste faible, mais ils ont fait part de prévisions divergentes en ce qui concerne l'évolution du marché de l'emploi.

 

 
 

 

CHANGES

L'euro, actuellement en légère hausse, devrait rester sous pression avant l'issue des élections en France et en Grèce ce week-end. "L'incertitude politique et la faiblesse de l'économie dans la zone euro devraient alimenter la dynamique baissière de l'euro face au dollar", observe Brown Brothers Harriman dans une note.

Le marché des changes sera suspendu ce vendredi à la publication du rapport sur l'emploi non agricole aux Etats-Unis, à 14h30.

Dans un contexte économique incertain, il faudra fort probablement que ces données soient supérieures aux attentes pour que les investisseurs écartent la possibilité de nouvelles mesures de relance par la Fed et soutiennent le dollar, estime Samarjit Shankar, responsable de la stratégie au niveau mondial chez BNY Mellon à Boston. Il ajoute qu'il ne devrait pas y avoir de fluctuation importante du dollar, sauf en cas de chiffres de l'emploi nettement meilleurs ou moins bons que prévu.

 

 
 

PETROLE

Les perspectives macroéconomiques plus favorables aux Etats-Unis sont de bon augure pour la demande de pétrole du pays, d'autant que les prix de l'essence reculent d'une année sur l'autre pour la première fois depuis octobre 2009, estime Barclays.

La banque note que la demande des ménages américains a augmenté au premier trimestre, que la croissance de la production manufacturière se maintient au deuxième trimestre, à en juger par l'indice ISM, et que les bilans des entreprises restent relativement sains.

Les opérateurs se préparent toutefois à ce qui s'annonce comme un rapport morose sur l'emploi américain en deuxième partie de séance. Les anticipations sont faibles après la publication de l'enquête ADP sur l'emploi dans le secteur privé, qui a montré que l'économie américaine avait créé moins de postes que prévu en avril.

A 05h00, le contrat de juin sur le Brent coté à Londres gagnait 15 cents, à 116,23 dollars le baril. Vers 07h20, le contrat de juin coté au Nymex avançait de 12 cents, à 102,67 dollars le baril.

08:56 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.