23/04/2012

BONJOUR...NICOLAS,FRANCOIS,MARINE....

 

A SUIVRE EN FRANCE

Au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle, qui a vu le candidat socialiste François Hollande et le président sortant Nicolas Sarkozy accéder au deuxième tour, l'Agence France Trésor cherchera à allouer 6,4 à 7,6 milliards d'euros de bons du Trésor à taux fixe et à intérêt précompté (BTF).

Les investisseurs attendront par ailleurs les chiffres de la conjoncture dans l'industrie et les services ainsi que le climat des affaires en avril.

Du côté des entreprises, Michelin, Burelle, Dynaction et Vranken Pommery publieront leur chiffre d'affaires du premier trimestre, tandis que STMicroelectronics et Trigano annonceront leurs résultats pour la même période. GDF Suez tiendra son assemblée générale.

 

 
 

 

ACTIONS

Les investisseurs semblent de nouveau enclins à la prudence en ce début de semaine et les marchés d'actions européens devraient ouvrir en baisse lundi sur fond d'incertitudes politiques et économiques dans la zone euro.

IG Markets prévoit que le CAC 40 ouvrira en repli de 17 points, à 3.172 points, tandis que le FTSE 100 perdrait 19 points, à 5.753 points, et que le DAX 30 abandonnerait 29 points, à 6.721 points.

"Les marchés sont fragiles en 2012 et tant que la zone euro connaîtra des problèmes aussi fondamentaux, les investisseurs seront nerveux et l'actualité macroéconomique pourra facilement faire dérailler les actions", explique Henrik Drusebjerg, stratégiste senior chez Nordea Bank.

La politique française sera au centre de l'attention après le premier tour de l'élection présidentielle dimanche. Le président sortant, Nicolas Sarkozy, est arrivé deuxième derrière le candidat socialiste, François Hollande, qui s'est engagé à renégocier le pacte budgétaire européen pour mettre l'accent sur la croissance plutôt que sur l'austérité. Le deuxième tour de l'élection aura lieu le 6 mai.

"Cela peut vraiment faire bouger les marchés d'actions", observe Henrik Drusebjerg. "On craint que la France ne mette en oeuvre ni autant de réformes ni des réformes aussi fortes qu'espéré si François Hollande l'emporte, ce qui contredit l'idée de la création d'une Europe plus forte et plus compétitive", explique le stratégiste.

Les contrats à terme sur les indices d'actions américains sont orientés à la baisse lundi. Les valeurs américaines ont clôturé en demi-teinte vendredi à Wall Street. Les résultats meilleurs que prévu de plusieurs grandes entreprises, dont Microsoft et General Electric, ont soutenu le Dow Jones Industrial Average, mais le repli d'Apple a pesé sur le Nasdaq. Le géant technologique américain doit publier ses résultats du premier trimestre mardi. 3M, Boeing et Procter & Gamble doivent également publier leurs résultats cette semaine.

Les marchés d'actions asiatiques perdent du terrain lundi, alors que les investisseurs attendent les réunions des comités de politique monétaire de la Banque du Japon et de la Réserve fédérale américaine, qui pourraient l'un et l'autre annoncer de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire.

 

 
 

 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient peu évoluer en début de séance tandis que les investisseurs réévaluent leur positionnement.

"Bien que le marché soit en situation de surachat, il n'y a pas encore de vente tactique manifeste d'un point de vue technique. Si les Bunds accusent un mouvement de vente, ces dégagements relèvent davantage de prises de bénéfices que d'un retournement du climat de marché", observe Peter Chatwell, chez Crédit Agricole.

Côté statistiques, le marché surveillera principalement les chiffres de l'indice PMI préliminaire de la zone euro d'avril, qui devraient révéler une contraction pour le troisième mois consécutif, mais légèrement moins rapide qu'en mars, dans la région. Les économistes de BNP Paribas notent que les données laissent à penser que le premier trimestre aura été un point bas pour la région, le mois d'avril suggérant une possible inversion de la tendance baissière.

Les obligations du Trésor américain sont quasiment inchangées lundi. Les marchés ont cédé du terrain vendredi pour la première fois en trois séances, mais le taux de l'emprunt de référence à dix ans s'est maintenu en deçà de 2% sur fond d'incertitudes persistantes quant à la dette souveraine de la zone euro.

Les obligations ont été notamment affectées par l'engagement des pays du G20 à renforcer de plus de 430 milliards de dollars les ressources du Fonds monétaire international pour l'aider à faire face à la crise de la dette en Europe. Si cette année est la bienvenue pour la zone euro, les analystes estiment que le montant des financements est loin d'être suffisant si des économies comme l'Espagne et l'Italie avaient un besoin simultané de recourir à un plan de sauvetage.

 

 
 

 

CHANGES

L'euro s'apprécie face au dollar américain lundi, bien que les incertitudes politiques en Europe pèsent sur l'appétit des investisseurs pour la monnaie unique après le premier tour de l'élection présidentielle française et l'échec des négociations sur la réduction du déficit public des Pays-Bas.

L'euro reste toutefois soutenu face au billet vert, les investisseurs rechignant à se positionner avant la réunion du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) cette semaine.

L'attention se portera également cette semaine sur la réunion de politique monétaire de la Banque du Japon.

Ces deux rendez-vous pourraient apporter un soutien au dollar au détriment du yen. Les banquiers centraux japonais devraient en effet assouplir leur politique monétaire, tandis que la Fed ne devrait pas annoncer de nouvelles mesures de soutien à l'économie américaine.

 

 
 

PETROLE

Les contrats pétroliers s'inscrivaient en léger repli lundi pendant les échanges en Asie. "Sur les marchés, les intervenants semblent rester en retrait sur fond d'incertitudes récentes à l'égard de l'Espagne et d'une certaine stabilisation des échanges", observe ANZ.

A 5h00, le contrat de juin sur le Brent coté à l'ICE de Londres abandonnait 5 cents, à 118,71 dollars le baril. Vers 7h20, le contrat de juin sur le brut léger doux du Nymex cédait 9 cents, à 103,79 dollars le baril.

     

09:31 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.