26/03/2012

Bonjour...9h11 un peu mieux.

 

DJIA             13.080,73 points +0,27% 
Nasdaq            3.067,92 points +0,15% 
S&P 500           1.397,11 points +0,31% 
 
Nikkei 225       10.049,37 points +0,38% (cours à 07h25) 
 
 
 
Cours de change à 06h50 
Variation par rapport à la clôture à New York 
 
USD/JPY       82,68   +0,32% 
EUR/USD      1,3259   -0,10% 
EUR/JPY      109,62   +0,23% 
 

 

ACTIONS

Les marchés d'actions européens devraient ouvrir en hausse lundi, dans le sillage des contrats à terme de Wall Street. Les investisseurs devraient surveiller les décisions des dirigeants de la zone euro sur le renforcement des pare-feux financiers de la région.

Selon Cantor Index, le CAC 40 devrait gagner 18 points à l'ouverture, à 3.498 points, le FTSE 100 prendrait 22 points, à 5.877 points, et le DAX avancerait de 40 points, à 7.035 points.

"L'attention se portera sans doute cette semaine sur le renforcement des pare-feux de la zone euro, l'Allemagne ayant fini par assouplir sa position sur la question", note Stan Shamu, stratégiste chez IG Markets. "Nous devrions également assister à quelques rééquilibrages et habillages de bilan de fin de trimestre qui pourraient bénéficier aux actifs risqués, même si les volumes devraient rester légers."

Le taux d'inflation est actuellement en hausse, en raison de l'envolée des prix du pétrole et d'une certaine augmentation des prix de l'alimentation due aux conditions climatiques, mais il n'y a pas de problème général d'inflation en Allemagne, ni dans la zone euro, a souligné par ailleurs Peter Praet, économiste en chef de la Banque centrale européenne (BCE), dans un entretien publié dimanche par le Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung.

La BCE s'attend à un ralentissement de la hausse des prix l'an prochain, et ses anticipations d'inflation de long terme restent stables, à un peu moins de 2%, en ligne avec la stabilité des prix, a-t-il ajouté.

En Allemagne, le parti social-démocrate, principal parti d'opposition, a vivement critiqué les signes de compromis de la chancelière Angela Merkel, qui semble prête à accepter un renforcement de la capacité de prêt des fonds de secours de la zone euro.

Aux Etats-Unis, plusieurs résultats d'entreprises seront attendus cette semaine, dont ceux de Walgreen (WAG) et Best Buy (BBY). Le marché surveillera également Annie's Inc., qui doit s'introduire en Bourse.

Les contrats à terme de Wall Street s'inscrivent en hausse lundi, poursuivant leur progression de vendredi. Les indices Dow Jones Industrial Average et S&P 500 ont néanmoins accusé la semaine dernière leur recul hebdomadaire le plus marqué depuis le début de l'année, les investisseurs ayant reporté leur attention sur le ralentissement de la croissance économique chinoise.

Les valeurs asiatiques évoluent en légère hausse lundi, sur fond de prudence, après la légère avancée de Wall Street vendredi. Leur progression reste toutefois limitée par les performances inégales des exportateurs à Séoul et à Tokyo.

 

 
 

 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient ouvrir en baisse lundi avant la publication de statistiques économiques en Allemagne et de nouveaux événements dans la zone euro.

L'indicateur IFO du climat des affaires en Allemagne devrait avoir peu évolué en mars par rapport à février dans la mesure où l'environnement global reste favorable sans s'être particulièrement amélioré.

"Le climat général des affaires en Allemagne devrait rester extrêmement positif, mais inchangé en mars par rapport au mois précédent", estiment les économistes de BNP Paribas. Le consensus des estimations établi par Dow Jones Newswires intègre un très léger recul.

Dans deux entretiens publiés lundi, Benoît Coeuré et Jörg Asmussen, membres du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), ont déclaré qu'il était trop tôt pour que la BCE retire ses mesures non conventionnelles comme ces opérations de refinancement à trois ans, mais qu'il fallait qu'elle pense à préparer leur retrait.

Les obligations du Trésor américain cèdent du terrain lundi. Les marchés se sont redressés vendredi après le mouvement de vente subi récemment.

Le rebond du marché montre qu'il était prématuré de miser sur les prémices d'un scénario baissier. Le risque principal réside dans des perspectives économiques encore confuses et dans les incertitudes entourant la crise de la dette souveraine de la zone euro.

La recherche de sécurité est relativement importante et ce mouvement continue de tirer les taux des marchés obligataires vers le bas, note Kevin Giddis, responsable des marchés de taux chez Morgan Keegan. "Personne ne sait avec certitude si cette tendance va durer, mais je pense que le marché des emprunts du Trésor va rester partagé entre les conditions économiques nationales et les risques géopolitiques jusqu'à la publication du rapport sur l'emploi non agricole aux Etats-Unis le 6 avril prochain", ajoute-t-il.

 

 
 

 

CHANGES

L'euro est stable face au dollar américain lundi pendant la séance asiatique, alors que les investisseurs attendent la publication de données économiques clés en Allemagne ainsi que les résultats des adjudications d'emprunts d'Etat prévues en Italie et en Espagne.

"L'Allemagne occupera le devant de la scène cette semaine, avec l'indice IFO du climat des affaires, les statistiques sur les prix à la consommation, le chômage et les ventes de détail. Les acteurs du marché seront également attentifs aux adjudications d'emprunts d'Etat en Italie et en Espagne", explique Christopher Gore, analyste changes chez Go Markets.

"Les données relativement faibles [parues vendredi aux Etats-Unis] sur les ventes de logements neufs [...] ont légèrement inquiété le marché quant à la pérennité de la reprise", indique toutefois Shahab Jalinoos, stratégiste change chez UBS.

La chancelière allemande, Angela Merkel, a par ailleurs prévenu lundi, lors d'un entretien accordé à la télévision britannique, qu'il serait "catastrophique" d'autoriser la Grèce à sortir de la zone euro en raison de ses problèmes de dette.

"Nous avons pris la décision de faire partie d'une union monétaire. Ce n'est pas seulement une décision monétaire, c'est une décision politique", a-t-elle rappelé lors cet entretien accordé en allemand à la BBC.

 

 
 

PETROLE

Le contrat sur le pétrole brut du Nymex devrait se consolider dans un premier temps lundi après avoir atteint vendredi son plus haut niveau en trois séances, à 108,25 dollars le baril, pour finalement clôturer en hausse de 1,52 dollar, à 106,87 dollars le baril, non loin du milieu de sa fourchette de la journée comprise entre 105,16 et 108,25 dollars le baril, selon l'analyse technique de Dow Jones Newswires.

A 6h00, le contrat de mai sur le Brent coté à l'ICE de Londres abandonnait 28 cents, à 124,85 dollars le baril. Vers 7h20, le contrat de mai sur le brut léger doux du Nymex perdait 32 cents, à 106,55 dollars le baril


09:12 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.