12/03/2012

Bonjour les amis;bonne semaine!!

Le déficit commercial chinois pèse sur la tendance

DJIA             12.922,02 points +0,11% 
Nasdaq            2.988,34 points +0,60% 
S&P 500           1.370,87 points +0,36% 
 
Nikkei 225        9.889,86 points -0,40% 
 
 
 
Cours de change à 05h50 
Variation par rapport à la clôture à New York 
 
USD/JPY       82,25   -0,32% 
EUR/USD      1,3083   -0,17% 
EUR/JPY      107,59   -0,42% 


de DOWJONES...

ACTIONS

Les marchés d'actions européens devraient ouvrir en baisse lundi dans un climat de prudence, les investisseurs tournant leur attention vers les perspectives économiques mondiales maintenant que l'offre d'échange de dette de la Grèce est terminée.

IG Markets prévoit que le CAC 40 ouvrira en repli de 3 points, à 3.484 points, tandis que le FTSE perdrait 8 points, à 5.879 points, et le DAX, 1 point, à 6.879 points.

L'Association internationale des swaps et dérivés (ISDA) a décidé vendredi que la restructuration de la dette de la Grèce constituait un "événement de crédit". Cela devrait déclencher les contrats CDS (credit default swaps), d'une valeur totale estimée à 3,2 milliards de dollars, liés à la dette souveraine grecque. Cette décision était largement anticipée, en raison notamment de l'activation par le gouvernement grec de clauses d'action collective permettant de finaliser l'échange de dette.

Les contrats à terme de Wall Street se replient lundi. Les valeurs américaines ont terminé la séance de vendredi en légère hausse, bien que l'optimisme suscité par le rapport sur l'emploi salarié hors secteur agricole aux Etats-Unis ait été sapé par la décision de l'ISDA.

Les marchés asiatiques se sont pour la plupart inscrit en baisse lundi, la publication de statistiques médiocres en Chine et les inquiétudes quant à la restructuration de la dette grecque ayant dissipé l'optimiste apparu après la parution d'un solide rapport sur l'emploi aux Etats-Unis.

La Chine a annoncé ce week-end un déficit commercial de 31,48 milliards de dollars pour le mois de février, après un excédent de 27,28 milliards de dollars en janvier. Le pays est habituellement un exportateur net de biens et ce déficit inattendu fait craindre au marché un ralentissement de la croissance de la première économie asiatique.

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient ouvrir en ordre dispersé ou en légère hausse lundi, alors que les investisseurs examinent les perspectives économiques à la lumière de l'offre d'échange de dette de la Grèce.

De timides signes suggérant une stabilisation de l'activité économique dans la zone euro apparaissent et la région pourrait renouer avec la croissance économique l'an prochain après une "très légère" récession cette année, a indiqué Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), au Nikkei.

Si la "normalisation des marchés financiers de la zone euro" se poursuit, la zone euro pourrait renouer avec la croissance dès le second semestre 2012, a expliqué Benoît Coeuré lors d'un entretien paru lundi.

La BCE va évaluer attentivement l'impact de ses injections de prêts à trois ans dans le système bancaire de la zone euro, a-t-il souligné.

De plus en plus certaine que la crise de la dette souveraine de la zone euro est en train de se résorber, l'Allemagne commence à faire pression sur la BCE pour que celle-ci absorbe les liquidités excédentaires observées sur les marchés européens.

Les prix des emprunts du Trésor américain s'inscrivent en hausse lundi. Vendredi, les prix des obligations américaines ont d'abord reculé, en réaction à la parution d'un rapport encourageant sur l'emploi aux Etats-Unis. La Grèce est quant à elle parvenue à faire accepter son programme d'échange de titres aux créanciers privés, évitant ainsi le risque d'un défaut désordonné. Néanmoins, les rendements obligataires ont par la suite attiré les acheteurs qui se méfient toujours des perspectives économiques américaines, d'autres statistiques ayant signalé un creusement du déficit commercial du pays qui devrait peser sur la production économique au premier trimestre.

CHANGES

Le dollar reste soutenu lundi matin par la parution d'un rapport encourageant sur l'emploi salarié aux Etats-Unis vendredi. Après ces chiffres, le marché a réduit ses attentes en matière d'assouplissement monétaire outre-Atlantique. L'euro pâtit de son côté de la décision de l'association internationale des swaps et dérivés (ISDA) de déclencher les contrats CDS (credit default swaps) de la Grèce.

"Les statistiques américaines vont renforcer les signes de reprise économique et l'appétit pour le risque, ce qui pourrait desservir le dollar", observe Crédit Agricole dans une note.

PETROLE

Les prix du pétrole ont évolué en baisse lundi en Asie, pénalisés par les inquiétudes liées au ralentissement de la croissance de la Chine, premier consommateur mondial d'énergie, indiquent les analystes.

A 5h00, le contrat d'avril sur le Brent de mer du Nord reculait de 55 cents, à 125,43 dollars le baril. Vers 7h20, le contrat d'avril sur le West Texas Intermediate coté à New York cédait 84 cents, à 106,56 dollars le baril.

Les inquiétudes concernant la demande énergétique de la Chine ont été alimentées par des données publiées samedi, montrant que la deuxième économie mondiale a accusé un déficit commercial de 31,48 milliards de dollars en février. La Chine est habituellement un exportateur net de biens.

"On observe un recul des prix du pétrole, principalement en réaction à l'important déficit commercial accusé par la Chine en février et par les craintes liées au ralentissement de la croissance économique du pays", explique Victor Shum, associé du cabinet de consultants Purvin and Gertz à Singapour.

 

extrait de MonFinancier...

 

LES AMÉRICAINS TRAVAILLENT
Les créations d'emplois ont continué à augmenter. Et cela a satisfait les investisseurs. Même si le taux de chômage est resté stable à 8.3%. Rappelons tout de même que depuis la crise, 6 millions d'emplois n'ont pas été recrées.

LES CHINOIS N'EXPORTENT PLUS
C'est tout simplement du jamais vu!! La Chine. Ce champion de l'exportation. La Chine a enregistré un...déficit commercial... 31 milliards de dollars. En cause bien sûr la hausse du pétrole, mais la Chine montre là sa dépendance à la croissance européenne et Américaine.

CELA NE L'EMPÊCHE PAS
de jouer les gros bras et de menacer l'Europe d'acheter des Boeing et pas des Airbus si on l'oblige à payer la taxe sur le CO2. Y aura t'il un homme politique européen suffisamment courageux un jour pour leur dire d'arrêter de nous menacer alors qu'ils ne respectent aucune règle ???

100% DE HAUSSE
En trois ans. Jour pour jour. Le Standard and Poor's 500 a doublé. Le 9 mars 2009, il valait 676. Et le Dow Jones est à moins de 10% de son record absolu de hausse d'octobre 2007.

RIEN À DÉCLARER
On va bientôt embaucher des douaniers. Car si Sarko est réélu, on remet des postes frontières partout et on sort de Schengen pour que l'Europe ne soit plus une passoire. Hollande veut favoriser l'émigration de ceux qui ne rêvent pas d'être fonctionnaires et Sarko veut fermer les frontières. En gros on est coincé.

LA GRÈCE, ET MAINTENANT?
Drôle d'ambiance après cet accord dit historique sur la Grèce. On sent un vrai flottement, un vrai doute, et personne ne croit vraiment qu'on gardera la Grèce dans la zone Euro.

LES CDS SUR LA GRÈCE
Ces contrats d'assurance contre la faillite vont être déclenchés, car un comité d'experts a conclu que le deal Grec était un vrai défaut. Les banques qui ont vendu des CDS sur la Grèce devront payer 3.2 milliards d'euros.

NON AUX VACANCES
Il y a eu un référendum en Suisse pour savoir si on devait passer de 4 semaines de vacances à 6 semaines de vacances pour tous. 67% des Suisses ont voté contre. Imaginez le même référendum en France...

NON A LA BCE
Chacun son truc. Les Allemands eux disent non aussi à l'argent facile Et ils recommencent à mettre la pression sur la Banque Centrale Européenne pour qu'elle arrête de mettre de l'argent dans le système, car cela pourrait provoquer une hausse de l'inflation.

VENDREDI 18 HEURES
La course aux 500 signatures sera close et on saura définitivement quels seront les candidats entre lesquels nous pourrons choisir...Si on peut parler d'un choix...

LA BOURSE AMÉRICAINE A DOUBLÉ EN 3 ANS

Trois ans jour pour jour après un record de baisse à 676, le Standard and Poor's 500 a doublé. 100% de hausse en trois ans. Un rebond spectaculaire. Et un indice Dow Jones qui est à moins de 10% de son record absolu d'Octobre 2007. Spectaculaire.

Mars 2009 Mars 2012 en 3 ans l'indice des valeurs Américaines, le Standard and Poor's a doublé
On vient de fêter les trois ans du niveau le plus bas du Standard and Poor's après le déclenchement de la crise. C'était le 9 Mars 2009. Le S&P 500 clôturait à 676. Un record de baisse vieux de 12 ans. Le pessimisme des investisseurs avait atteint un sommet absolu et personne ne voyait le monde émerger de la crise financière. 3 ans après, jour pour jour, le S&P 500 a doublé et le Dow Jones lui est à moins de 10% du niveau qu'il avait atteint en pleine euphorie le 9 Octobre 2007. Paradoxe étonnant tout de même de voir les actions du pays d'où la crise mondiale est venue avec les subprimes revenir proches de leurs niveaux historiques .

Est-ce que ce sont les signes encourageants sur l'économie américaine qui alimentent cet optimisme?
Certainement. La reprise de l'emploi, même, et il faut le rappeler, si elle est beaucoup plus faible et beaucoup plus lente que lors des sorties de crise précédéntes et l'arrêt de la baisse de l'immobilier favorisent ce rebond spectaculaire. Mais la raison majeure de cette hausse massive depuis trois ans, c'est la politique de la Banque Centrale Américaine. Les injections massives et continues de liquidités dans le circuit, l'utilisation permanente de la planche à billets, a favorisé la hausse des actions et continue à le faire.

Les Etats-Unis ont aussi été un refuge du fait de la crise Européenne
On le voit d'ailleurs encore, ce matin même, avec la hausse du dollar qui s'est enclenchée après un deal Grec qui ne résout rien à moyen et long terme. Les investisseurs se sont rués, en partie à cause de la crise Européenne vers les actions Américaines mais également vers les emprunts d'Etat Américain. Les taux à long terme américains sont toujours historiquement bas malgré la perte du Triple A et malgré la reprise économique. 100% de hausse en 3 ans pour le S&P 500, c'est spectaculaire. Les investisseurs se posent maintenant la question vérité: Est-ce que cela va continuer ?

09:26 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.