30/01/2012

de tout...10h45

de MonFinancier..

   SARKOZY VEUT TRANSFORMER LA FRANCE EN ALLEMAGNE EN TROIS MOIS

Trois mois pour adopter le modèle Allemand. C'est un peu court. Et c'est une tentative un peu désespérée. Il fallait le faire en 2007, ou même en 2008 . Mais pas en 2012. L'intention est bonne mais elle vient un peu tard. Toutes les mesures annoncées hier pourraient aller dans le bon sens si elles n'étaient pas adoptées dans la précipitation alors que tous les ministres préparent leurs cartons. 
 UN DISCOURS EN ALLEMAND
C'était Nicolas Sarkozy qui parlait, mais c'était la voix d'Angela Merkel qu'on entendait. Dans un effort désespéré, le président tente de convertir la France au modèle Allemand. Dommage. Il fallait le faire avant.


 LES MESURES DE DERNIÈRE MINUTE
Il y a avait un petit côté mesures de la dernière chance dans le discours de Sarko hier. Et pourtant la plupart des mesures sont assez cohérentes, voire utiles. Hausse de la TVA à 21.2% pour financer la baisse des charges des entreprises, coup de pouce au logement, aide à l'apprentissage et à l'intégration des jeunes dans l'entreprise... On va presque le regretter.

 MERKEL FERA CAMPAGNE EN FRANCE
Pour remercier Nicolas de sa conversion accélérée à la rigueur Allemande, Angela fera les premiers meetings de campagne de Nicolas. Pas sûr que cela plaise beaucoup aux électeurs Français...


 LES GRECS SOUS TUTELLE ALLEMANDE
On allait avoir un accord ce week-end avec une réduction de la dette Grecque de 70% quand les Allemands ont rajouté un petit détail, une condition de dernière minute: ok pour un deal mais avec mise sous tutelle de la Grèce. Les Grecs ont toussé. Le deal est bloqué. Et pourtant la Grèce devra accepter. On ne va pas prêter 130 milliards d'euros à fonds perdus.

 LA DÉCEPTION AMÉRICAINE
On attendait une croissance de 3% ou plus au dernier trimestre de l'année 2011. Elle n'a été que de 2.7% et donc de 1.7% pour l'année contre 3% en 2010. Pour les Etats Unis en sortie de crise, c'est une croissance médiocre. On a dû mal à y voir clair sur la situation Américaine. Mais la croissance devrait quand même accélérer. On attend, comme d'habitude, les chiffres de l'emploi de vendredi.


 22.85% DE TAUX DE CHÔMAGE
C'est le taux de chômage en Espagne. Pour la première fois, on dépasse les 5 millions de chômeurs. Et la tendance ne montre aucun signe d'inversion. ET la jeunesse est laminée avec 50% de taux de chômage. 50%! Effrayant.

 TRISTE FIN POUR LA TRIBUNE
Ce sera le dernier numéro quotidien de la Tribune aujourd'hui. C'est triste. On attend le nom du repreneur aujourd'hui. Dans tous les cas, il n'y aura plus de quotidien papier.

 LE JAPON SOUS PRESSION
Le Japon va être dégradé. Il faut dire que le Japon a un des trois taux d'endettement les plus élevés au monde. Sa seule chance: son épargne. 95% de la dette Japonaise est détenue par les Japonais.

 FACEBOOK EN BOURSE
Combien vaudra Facebook à son introduction? 75 milliards ou 100 milliards? Mais surtout combien vaudra Facebook le lendemain de son introduction et ...un an après. Mystère.


 LES MARCHES SONT-ELLES BÊTES ET MÉCHANTS?
C'est la question que pose le très bobo Philosophie Magazine. Et la réponse de François Hollande en guerre avec la finance a répondu oui. Lire l'édito dans la newsletter.

 DEMAIN LA FLORIDE
Et Mitt Romney est donné largement gagnant face à Newt Gingrich mais le combat va continuer jusqu'au super Tuesday.

 ON VA GELER CETTE SEMAINE
Affreux...
  LA GRÈCE MISE SOUS TUTUELLE

La solution de la crise Grecque est imminente. Mais pour l'Allemagne, elle doit être symbolique. C'est de la Grèce qu'est venue la crise de la dette Européenne, règlement de la crise Grecque doit être un signal fort, un symbole, un avertissement pour les marchés et pour les autres pays en difficulté. Et pour l'Allemagne, si la Grèce veut de l'aide, elle doit être mise sous tutelle.

Petite baisse des marchés et de l'euro ce matin sur des doutes sur l'Europe
Une fois de plus, nous entrons dans une semaine qui sera cruciale pour l'Europe. Il y a bien sûr le sommet Européen. Mais l'attention se portera surtout sur la Grèce. La Grèce à l'origine de la crise de la dette Européenne, et donc la Grèce dont le règlement du problème sera un signal fort pour les investisseurs et pour les autres pays Européens en difficulté. Le but est d'aider la Grèce car on n'a pas le choix à court terme, mais c'est aussi de faire peur aux autres pays en difficulté, à commence par le Portugal, pour qu'ils adoptent les mesures de sauvetage nécessaires.

La proposition allemande de mise sous tutelle de la Grèce a déclenché un tollé en Grèce
C'était le but. L'Allemagne veut faire peur. Aux Grecs et autres pays qui hésiteraient à aller dans la voie de l'austérité. Si les traités avaient prévu une sortie possible, l'Allemagne aurait éjecté la Grèce dès maintenant. Mais ce n'est pas prévu. Et il faudra donc attendre deux ans pour que la Grèce soit expulsée de la zone Euro. Mais pendant ces deux ans, l'Allemagne veut surveiller l'argent qu'elle va prêter. Elle ne veut prêter de l'argent à fonds perdus. Et elle ne veut surtout pas que l'exemple Grec fasse tache d'huile.

Mais la proposition Allemande c'est tout de même une vraie ingérence dans les affaires de la Grèce
Quand une entreprise est en faillite, on nomme un administrateur. Quand un pays dit à l'époque sous-développée était en faillite et demandait de l'aide, le pays passait sous tutelle du FMI et, on l'a oublié aujourd'hui, on avait des manifestations violentes anti FMI dans tous les pays sous perfusion. On est dans la même situation ici. La Grèce est non seulement en faillite, mais elle n'a pas mis en place l'infrastructure fiscale ou budgétaire nécessaire à un retour à la normale. L'issue de la crise Grecque, une issue qui devient de plus en plus urgente, dépasse le problème de la Grèce, les Allemands veulent en faire un signal fort pour les marchés, pour les autres pays en difficulté et pour ses propres électeurs....
 

La Grèce - toujours - et une nouvelle salve de résultats

DJ CETTE SEMAINE: La Grèce - toujours - et une nouvelle salve de résultats

 

PARIS (Dow Jones)--Le marché aura, une fois encore, les yeux rivés sur Athènes cette semaine. L´accord sur la restructuration de la dette, qui devait être scellé ce week-end, n´a pas encore été signé.

Le ministre allemand des Finances a en outre averti que la zone euro pourrait refuser d´accorder à la Grèce un nouveau plan de sauvetage, ce qui pourrait pousser Athènes au défaut, à moins que le pays ne parvienne à convaincre l´Europe qu´il peut réformer son économie.

En France, les annonces de Nicolas Sarkozy de dimanche soir sont décortiquées par les analystes, notamment celles relatives à la hausse de la TVA et à la taxation des transactions financières.

Sur le front des entreprises, une nouvelle salve de résultats sera également au programme, avec, entre autres, le géant du luxe LVMH, les américains Amazon, Dow Chemical or Merck, le suisse Nestlé et le constructeur automobile italien Fiat.

- Lundi: Les entreprises françaises occuperont le devant de la scène, avec les chiffres d´affaires trimestriels de Norbert Dentressangle, Alten et Eurotunnel. Les investisseurs suivront également les émissions obligataires italienne et française, les chiffres de l´inflation en Allemagne et le sommet européen à Bruxelles. Aux Etats-Unis, les revenus et dépenses des ménages seront attendus.

- Mardi: après la consommation des ménages et les prix à la production en France, le marché examinera les chiffres du chômage en Allemagne et dans la zone euro. En seconde partie de séance, l´attention se tournera vers les Etats-Unis, avec l´indice de confiance des ménages, l´indice Redbook des ventes de détail et les résultats d´Amazon, ARM, Exxon Mobil, Pfizer, Eli Lilly, Mattel, McGraw-Hill et UPS.

- Mercredi: la journée débutera par les indices PMI manufacturiers de la France, de l´Allemagne, du Royaume-Uni et de la zone euro et se poursuivra avec des émissions obligataires allemande et portugaise. Les résultats d´Unibail-Rodamco, Fiat, Infineon et Roche seront suivis de près. Aux Etats-Unis, le rapport ADP sur l´emploi sera publié avant l´ouverture de Wall Street. Les résultats à suivre seront ceux d´AOL, Hershey, Chrysler, Manpower, Nasdaq OMX et Whirlpool.

- Jeudi: de part et d´autre de l´Atlantique, les résultats d´entreprises seront le principal sujet de la journée: chiffre d´affaires d´Ipsen, NRJ, Vicat, Maurel & Prom et Téléperformance et résultats de LVMH, AstraZeneca, BBVA, Infineon, Unilever et Deutsche Bank. Le programme sera le même aux Etats-Unis, avec Blackstone, Mastercard, Dow Chemical et Viacom. Les inscriptions hebdomadaires au chômage outre-Atlantique seront examinées avec une attention particulière à la veille du rapport sur l´emploi non agricole.

- Vendredi: tous les regards seront tournées vers les Etats-Unis, où sera publié le très attendu rapport sur l´emploi hors agriculture. Avant cela, les résultats de Nestlé et l´indice PMI services en Allemagne, au Royaume-Uni, en France et dans la zone euro retiendront l´attention.

-Marion Issard, Dow Jones Newswires;

LES INDICES à 10H47..

BEL 20 * 2207.61 -29.98 -1.34 %  
AEX * 316.07 -3.29 -1.03 %  
CAC 40 * 3280.79 -37.97 -1.14 %  
Euronext 100 * 610.02 -6.84 -1.11 %  
Next 150 * 1377.40 -15.32 -1.10 %  
DAX 6448.97 -63.01 -0.97 %  
FTSE MIB 15807.07 -139.80 -0.88 %  
IBEX 35 8545.30 -112.00 -1.29 %  
SMI 5990.19 -43.33 -0.72 %  
SLI 909.47 -11.33 -1.23 %  
SPI 5420.74 -43.14 -0.79 %  
FTSE 100 5690.33 -43.12 -0.75 %  
Dow Jones * 12660.46 -74.17 -0.58 %  
Nasdaq 100 2461.77 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2816.55 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 937.87 -10.88 -1.15 %  
OMX Helsinki 25 2076.22 -41.07 -1.94 %  
OMX Stockholm 30 1030.35 -11.05 -1.06 %  
OMX Copenhagen 20 401.58 -3.39 -0.84 %



10:48 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.