24/01/2012

Bonjour...petit recul à 9h20...

DJIA             12.708,82 points -0,09%
Nasdaq            2.784,17 points -0,09%
S&P 500           1.316,00 points +0,05%
 
Nikkei 225        8.785,33 points +0,22%
 
 
Cours de change à 06h50
Variation par rapport à la clôture à New York
 
USD/JPY       77,05   +0,03%
EUR/USD      1,3010   -0,04%
EUR/JPY      100,24   -0,01%
 
ACTIONS

Les marchés d'actions européens devraient ouvrir en baisse mardi, dans un climat de prudence alors que se poursuivent les discussions sur la restructuration de la dette grecque et sur la mise en place du Mécanisme européen de stabilité.

Selon IG Markets, le CAC 40 devrait abandonner 18 points à l'ouverture, à 3.320 points, tandis que le FTSE 100 perdrait 17 points à 5.765 points. Le DAX 30 reculerait quant à lui de 31 points, à 6.405 points.

Les ministres des Finances de la zone euro, emmenés par l'Allemagne, et le Fonds monétaire international ont insisté lundi pour que les créanciers du secteur privé obtiennent un taux d'intérêt le plus bas possible pour les nouvelles obligations qu'ils doivent recevoir dans le cadre de la restructuration de la dette grecque. Les négociations entre la Grèce et ses créanciers privés vont maintenant se poursuivre, peut-être jusqu'en février.

Par ailleurs, les ministres ont discuté des modalités du Mécanisme européen de stabilité (MES), pour aider les pays en difficulté de la zone euro et empêcher une propagation de la crise qui a commencé en Grèce, et se sont mis d'accord lundi sur le texte d'un traité qui permettra l'entrée en vigueur du MES en juillet 2012. Ils ont également discuté du projet de pacte budgétaire pour les 17 pays de la zone euro, qu'ils espèrent voir signé en mars. Les discussions vont se poursuivre mardi entre les 27 ministres des Finances de l'Union européenne, en vue du sommet européen du 30 janvier.

Dans ce contexte, les investisseurs adoptent une attitude un peu plus positive vis-à-vis des actions. Les indices des marchés d'actions européens ont augmenté de 9% à 17% depuis la fin du troisième trimestre 2011, et de 3% à 9% sur un an.

Les contrats à terme de Wall Street s'inscrivent en baisse mardi. Les valeurs phares du marché ont terminé dans le rouge lundi, pour la première fois en cinq séances, alors que les investisseurs surveillent l'évolution de la situation en Europe.

Les valeurs asiatiques affichent pour leur part un tableau contrasté. Les groupes du secteur de l'énergie progressent à la suite de l'annonce par l'Union européenne d'un embargo sur les exportations de brut iranien.

 
 
OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient commencer la séance en demi-teinte mardi, alors que les marchés attendent la publication de nouvelles statistiques et les résultats des discussions en cours sur la résolution de la crise de la dette dans la zone euro.

Les indices PMI de la zone euro seront examinés de près par les investisseurs, qui voudront se renseigner sur l'ampleur de la contraction de l'activité économique. Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, a récemment déclaré qu'un début de stabilisation des indicateurs économiques avait permis le statu quo sur les taux d'intérêt lors de la dernière réunion de la BCE.

"Dans ces conditions, [...] les indices PMI seront très probablement déterminants pour les taux de la BCE ces prochains mois", soulignent les économistes de Nordea dans une note de recherche.

Le PMI manufacturier est attendu en hausse à 47,2 en janvier, contre 46,9 le mois précédent, d'après le consensus des prévisions. Un nombre inférieur à 50 est synonyme d'une contraction de l'activité.

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a énuméré lundi différentes propositions pour lutter contre la crise de la dette, comme augmenter la taille du fonds de secours de la zone euro, abaisser les taux de la BCE et créer des obligations communes à la zone euro. Elle a averti que les perspectives de croissance mondiale se détérioraient.

Christine Lagarde a indiqué qu'à moins que les responsables de la zone euro ne mettent rapidement sur pied un fonds de sauvetage d'urgence plus important, deux des principales économies de la zone euro, l'Italie et l'Espagne, risquaient la faillite, avec un bond de leurs coûts de financement. L'insolvabilité de ces deux pays "aurait des conséquences désastreuses pour la stabilité systémique", a-t-elle poursuivi.

Les prix des obligations du Trésor américain sont en hausse mardi. Ils ont fléchi lundi, ce qui a fait grimper le rendement à 10 ans vers son plus haut niveau depuis près de sept semaines. Les espoirs d'un accord prochain entre la Grèce et ses créanciers privés ont réduit la demande pour la sécurité relative des emprunts d'Etat américains.

L'Europe semble progresser vers une résolution de la crise de la dette, ce qui incite les investisseurs à rechercher des rendements plus élevés ailleurs, explique Kevin Giddis, président des marchés obligataires chez Morgan Keegan.

 
 
CHANGES

Le dollar s'inscrit en hausse mardi face à l'euro et à la livre sterling, alors que les investisseurs marquent une pause avant la parution d'indicateurs économiques dans la zone euro et de nouvelles informations relatives à la crise des dettes souveraines.

L'euro est affecté par les inquiétudes persistantes au sujet de la dette, mises en lumière par un article du Wall Street Journal selon lequel les investisseurs, les économistes et les dirigeants politiques redoutent de plus en plus que le Portugal ait besoin d'un second plan de sauvetage, indique un cambiste japonais.

Il ajoute que l'euro pourrait glisser jusqu'à 1,2850 dollar pendant la séance, mais que ce mouvement de vente devrait être limité si aucun nouvel élément n'apparaît concernant la situation du Portugal.

 
 
PETROLE

Les cours du brut montent mardi matin, au lendemain de la décision de l'Union européenne d'imposer un embargo pétrolier contre l'Iran.

A 05h00, le contrat sur le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars gagnait 3 cents, à 110,16 dollars. Vers 07h20, le contrat new-yorkais de référence, sur le baril de brut WTI pour même échéance, gagnait 23 cents à 99,81 dollars.

"Le principal facteur haussier sur le marché doit être la situation en Iran", selon Tony Nunan, responsable de la gestion des risques pour l'énergie chez Mitsubishi à Tokyo.

L'orientation du marché à court terme va "dépendre de la réaction iranienne aux sanctions et de la capacité des autres producteurs de l'Opep à compenser, surtout l'Arabie Saoudite", a-t-il déclaré à l'AFP.

extraits de MonFinancier....

Le Morning Zapping
  1.30 SUR L'EURO ET 3350 SUR LE CAC: QUI L'EÛT CRU ?
Et ils sont où ? Et ils sont où ? Et ils sont ou ? Ceux qui prévoyaient la fin du monde et la fin de l'euro, en fin d'année ou après la perte du Triple A, Pas de triomphalisme excessif: rien n'est gagné. Le rebond est fragile et l'Europe est encore en crise, mais cette hausse est déjà un exploit. 
 LA FIN DE L'EURO
n'était pas pour la fin d'année comme l'annonçait Jacques Attali, ni pour après la perte du Trésor National d'Alain Minc. L'euro est encore là ce matin. Il s'est même payé le luxe de pointer sa tête au dessus des 1.30. Pas mal pour une monnaie disparue. C'est peut-être temporaire, mais c'est tout de même une satisfaction.

 LA GRÈCE ENCORE ET TOUJOURS
Les leaders Européens en ont ras le bol. Alors que la date limite pour un deal sur la dette Grecque avait été fixée à la mi-février, un ultimatum vient d'être lancé aux grecs et aux créanciers privés: mettez vous d'accord avant le pré sommet du 29 janvier ou ça va chauffer.

 QUAND LE DEAL GREC SERA SIGNE
il faudra sûrement faire un deal pour le Portugal qui ne présente aucun signe rassurant sur sa capacité à rembourser un jour sa dette.

 LA REINE CHRISTINE
a rencontré notre présidente Angela Merkel. Et nos deux patronnes se sont entretenues sur les moyens du nouveau fonds de stabilité. Christine a milité pour un fonds à moyens accrus pour avoir un pare-feu plus vaste.

 LES PROPOSITIONS D'HOLLANDE AU CRIBLE
de la presse Française. Pas de critiques trop violentes. On ne sait jamais...Il est en tête des sondages... Il faut ménager le futur président...

 ET L'ALLEMAGNE EST PRÊTE
à accroître les moyens du fonds si les contraintes budgétaires strictes sont appliquées dans tous les pays de la zone euro. Donc jamais.


 LA GUERRE DE FLORIDE
Le 31 janvier c'est un affrontement sans merci que vont se livrer les rivaux républicains, Gingrich et Romney à coups de dizaines de millions de dollars de publicités négatives. Romney veut démolir Gingrich qui l'a démoli en Caroline du Sud. Et Obama rigole...

 LE PETROLE EN HAUSSE
et au dessus de 110 dollars sur les sanctions contre l'Iran et sur les craintes de frappes israéliennes.

 LE QATAR A LA CONQUÊTE DE LA FRANCE
A lire. L'enquête des échos sur les relations particulières, très particulières entre la France et le Qatar...Intéressant, et un peu inquiétant.

 L'ITALIE A TROUVÉ 50 MILLIARDS D'EUROS
en débusquant 7500 fraudeurs au fisc qui n'avaient jamais été répertoriés. Selon une estimation du président de la Cour des Comptes Italienne,l'évasion fiscale représente... 18% du PIB!
 
L'édito du jour
HOLLANDE ET LA FRANCE DU LIVRET A
Doubler le plafond du livret A. Alors que les encours sur les livrets A atteignent déjà un niveau record. 217 milliards. Et près de 300 milliards si on ajoute les livrets de développement durable. Hollande veut une France du livret A mais qui financera la dette et les entreprises? Vivement qu'on ferme la Bourse, qu'on expulse les financiers vers Londres et qu'on annule la dette Française.

Le livret A a été le placement vedette des Français en 2011
Les chiffres sont tout simplement hallucinants. Les Français, une fois de plus, ont plébiscité le livret A. Ils ont déposé plus de 17 milliards d'euros en 2011 sur leurs 60 millions de livrets. 60 millions de livrets pour 65 millions d'habitants, qui dit mieux. Il a dépassé les 210milliards d'euros et s'approche des 300 milliards d'euros si on y ajoute l'ex codevi, le livret de développement durable. Rappelons que rien que l'encours des livrets A et les 1400 milliards d'euros d'assurance vie couvrent intégralement les 1700 milliards de dettes de la France. Le livret A c'est le petit livre rouge de la France.

Je n'ai pas été surpris que François Hollande propose de doubler le plafond du livret A?
Le livret A c'est le placement de la France égalitariste défendue par François Hollande. C'est cohérent. François Hollande veut une France livret A, une France sans risque mais sans relief. Il me semble qu'il a juste oublié qu'en dirigeant l'épargne vers le livret A il va avoir deux petits problèmes, mais ce sont des détails: qui va financer la dette Française? Si les Financiers qui détiennent 60% de la dette Française sont les ennemis de la France, et si les Français qui financent les autres 40% mettent leur argent dans le livret A, il va falloir trouver une idée brillante pour financier notre dette. Deuxième problème: qui va financer les entreprises? On avait un président du CAC 40, si Hollande est élu on aura le président du livret A.

Le maintien du taux du livret A à 2.25% le 1er Février va-t-il calmer les ardeurs?
Oui. Probablement. Et si la situation se détend un peu en Europe, et c'est possible, les Français iront à nouveau vers la seule dernière et vraie niche fiscale, l'assurance vie, et beaucoup plus marginalement, vers les actions, pour profiter des derniers mois de cotation avant que la Bourse de Paris ne soit fermée en mai et que tous les financiers soient expulsés dans des charters pour Londres. Le livret A est un excellent placement. il a un avantage supposé: le financement des logements sociaux. Il a un inconvénient majeur, il détourne l'argent du financement des entreprises. Mais peut-être qu'on va aussi déclarer la guerre aux entreprises qui font des profits.

 en toute logique.....

 

SP dégrade trois grandes banques françaises et le bras financier de l'Etat :

 

Logo de la société générale

L'agence de notation Standard and Poor's (SP) a abaissé d'un cran les notes de trois grands groupes bancaires français (Société Générale, Crédit Agricole, BPCE) et privé de son "triple A" la Caisse des dépôts, bras armé financier de l'Etat, selon un communiqué publié mardi.

Cette série de décisions est la conséquence directe de la dégradation de la note souveraine de la France, a expliqué SP.

La France a perdu le 13 janvier sa note "AAA", la meilleure possible sur l'échelle des agences d'évaluation financière.

SP a en revanche épargné BNP Paribas, après avoir songé à l'abaisser. La première banque hexagonale et deuxième de la zone euro voit finalement sa note de long terme confirmée à "AA-".

Cette note est la quatrième meilleure possible dans l'échelle de classification de SP, ce qui fait de BNP Paribas l'une des banques européennes les mieux notées (et l'une des rares à conserver un "double A").

 

Copyright © 2011 AFP



09:30 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.