19/01/2012

ON EST BIEN..12H09

LE PLACEMENT DES EMPRUNTS AU PORTUGAL , EN ESPAGNE ET EN FRANCE , SE PASSE TRES BIEN;LA CROISSANCE EN CHINE N'EST "QUE" DE 8.9% , ON NE DEMANDE RIEN DE PLUS... MARCHES + 0.6%

 

de MonFinancier  ...  :)

Le Morning Zapping
  ENLEVEZ NOUS ENCORE UN A !
On va finir par croire qu'un A en moins est une bonne nouvelle. Le CAC était hier au plus haut. Et aux Etats Unis les indices sont revenus à leur niveau de julllet 2011 avant la perte du triple A. Allez Standard and Poor's ! Venez! Enlevez nous encore un A! Même pas mal!! 
 EURO A 1.2850 CAC A 3300
Qui l'eut cru...A part nous... Trop tôt encore pour pavoiser ou prédire une sortie de crise mais trois jours avec les dégradations massives l'euro et le CAC font mieux que tenir. Mais rien n'est gagné. Restons prudent.


 LES ETATS UNIS EN FORME
Dopés par les indicateurs économiques et par des résultats d'entreprises conformes voire meilleurs que les anticipations, le S and P s'approche des 1300...

 LE PATHETIQUE SOMMET SOCIAL
Cette agitation anxiogène du gouvernement est épuisante. Ce sommet à quelques mois des élections était inutile, c'était prévisible. Pendant ce temps, Hollande prend modèle sur Dujardin et se dit qu'en étant muet on peut remporter le grand prix.

 
QUI VEUT PRETER 500 MILLIARDS AU FMI?
Si vous avez un peu d'argent de côté... Le FMI a jugé qu'il lui fallait une force de frappe de 1000 milliards de dollars pour aider efficacement les pays en difficulté. Il en manque 500 milliards. Les Anglais et les Américains, qui rêvent de voir l'Europe couler, ont dit qu'ils ne donneraient rien. J'ai une idée: la BCE devrait prêter de l'argent à la Grèce qui le prêterait au FMI qui le repreterait à la Grèce qui rembourserait ainsi la BCE. Pas bête non ?

 LA GRECE VA DEALER
On vous l'annonçait hier: la Grèce est proche d'un accord avec ses créanciers. Pas besoin d'être devin pour le prévoir: il n'y avait pas d'autre alternative que se mettre d'accord

 LA CHINE VA INONDER
le pays de yuans pour relancer la machine. Après une période de remontée sévère des taux d'intérêt et de contraintes de réserve, la Chine va ouvrir les vannes pour relancer la machine.


 LA REINDUSTRIALISATION DE LA FRANCE
Le repreneur de Lejaby ferme la dernière usine Française. Pas le choix si il veut retrouver la rentabilité. Si François Bayrou est élu, les femmes ne porteront plus de culottes ni de soutien gorge. C'est peut être ça son vrai objectif quand il pousse le Made in France.

 MONTI EN TOURNEE
Mario Monti est l'homme qui monte en Europe. Il était hier en Angleterre. On va bientôt parler du couple italo allemand et plus du couple franco Français. Il faut dire qu'Angela Merkel adore Mario Monti.


 GOLDMAN SACHS FAIT MIEUX QUE PREVU
Son résultat est en baisse mais meilleur que les anticipations des analystes. Grâce, notamment, à un contrôle des dépenses. Le cours de Goldman est repassé au dessus des 100 dollars.


 COMMERZBANK BANQUE D'ETAT
C'est le pari que fait le Financial Times. La banque Allemande ne trouvera pas les capitaux propres nécessaires aux contraintes de ratio: l'Etat va donc nationaliser.

 LA BONNE NOUVELLE DU JOUR
Le prix de l'électricité va exploser! C'est la une du parisien. Plus 30% d'ici 2016... Commencez à diminuer votre consommation. Vive la bougie.

 DOWJONES..

A l'exception de statistiques défavorables sur l'emploi en Australie, les nouvelles sont généralement positives dans le monde, avec notamment le succès des adjudications d'emprunts d'Etat allemands et portugais, une progression de la confiance des professionnels du secteur de la construction aux Etats-Unis à son plus haut niveau depuis 2007 et les résultats du quatrième trimestre supérieurs au consensus de Goldman Sachs.

Les investisseurs sont également encouragés par des informations selon lesquelles le Fonds monétaire international (FMI) cherche à obtenir une augmentation d'au moins 500 milliards de dollars de ses ressources pour contribuer à lutter contre la crise de la dette en Europe.

Néanmoins, des inquiétudes persistent quant à la zone euro. Le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker a déclaré mercredi que la région était au bord de la récession et qu'il n'y avait pas d'alternative à une consolidation budgétaire.

Le même jour, le ministre allemand de l'Economie Philipp Rösler a toutefois affirmé que l'Allemagne devrait renouer avec la croissance au premier trimestre de 2012, écartant ainsi le risque d'une récession dans la première économie européenne.

La Grèce reste par ailleurs l'objet de préoccupations, alors que les négociations avec les créanciers privés sur la restructuration de sa dette ont repris mercredi après quelques jours de suspension.

Les contrats à terme américains progressent légèrement jeudi. Les indices de Wall Street ont atteint leurs plus hauts niveaux depuis plusieurs mois mercredi. L'indice S&P 500 a notamment fini au-dessus des 1.300 points pour la première fois depuis juillet, après la publication d'un rapport très encourageant sur le moral des constructeurs aux Etats-Unis.

Les valeurs financières ont signé parmi les plus fortes hausses, soutenues par les résultats de Goldman Sachs et les statistiques sur la construction. BofA publie ses chiffres jeudi.

En Asie, les marchés d'actions ont globalement évolué sur une note positive jeudi, après des nouvelles favorables en Europe et aux Etats-Unis. Cependant, la Bourse de Sydney s'est moins bien comportée que les autres marchés de la région et le dollar australien a baissé après une détérioration inattendue de l'emploi dans le pays en décembre. A Tokyo, l'indice Nikkei a terminé en hausse de 1%, à 8.639,68 points.

CHANGES

L'euro se redresse jeudi après un bref repli, une actualité positive en Europe prenant le pas sur les chiffres médiocres de l'emploi australien.

Le dollar australien a baissé et la Bourse de Sydney s'est écartée de ses points hauts après l'annonce d'une détérioration de l'emploi dans le pays en décembre.

En Australie, 29.300 emplois ont été détruits en décembre, alors que les marchés attendaient 6.000 créations d'emplois. Le taux de chômage est toutefois ressorti inférieur aux estimations, à 5,2%, restant stable par rapport à novembre. Les analystes estiment que les marchés pourraient avoir réagi de façon excessive à ces chiffres.

 
 
PETROLE

Les prix des contrats à terme sur le pétrole gagnaient du terrain jeudi matin en Asie, tirés vers le haut par l'intention du Fonds monétaire international (FMI) d'accroître ses ressources pour pouvoir intervenir dans la résolution de la crise, indiquent des analystes.

La publication par l'American Petroleum Institute de données mettant en évidence une baisse des réserves de pétrole brut des Etats-Unis soutient également les prix, en dépit de la révision à la baisse par l'Agence internationale de l'Energie de son estimation de la croissance de la demande mondiale en 2012.

A 6h00, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord pour livraison en mars gagnait 59 cents, à 111,25 dollars. Vers 7h20, le contrat new-yorkais de référence sur le brut WTI pour livraison en février gagnait 89 cents, à 101,48 dollars le baril.

MONFINANCIER

L'édito du jour
UN A EN MOINS ET UN CAC AU PLUS HAUT
Soyons honnêtes. Même ceux qui comme nous pensaient que la perte du Triple A Français et les autres dégradations de notes par Standard and Poor"s étaient déjà intégrés dans les cours, n'imaginaient pas qu'on aurait un plus haut sur le CAC, un euro à 1.2850 et des indices américains au plus haut depuis Juillet, avant la crise de l'été.

Revenons sur la performance des marchés cette semaine: on craignait une déroute après les dégradations de Standard and Poor"s et on a eu une belle progression
MF: Rien n'est gagné. Nous ne sommes pas à l'abri de nouvelles secousses, mais on sent une volonté du marché de se focaliser plus sur les bonnes nouvelles que sur les mauvaises.

Et les bonnes nouvelles viennent des Etats-Unis et de Chine
Peut-être qu'on va enfin oublier l'Europe pendant quelques semaines. Il faut dire que cela fait prés d'un an que le moindre évènement en Europe, la moindre mauvaise nouvelle, la moindre déclaration alarmante d'un officiel allemand ou d'un membre de la Banque Centrale Européenne faisait plonger les marchés et l'euro. Il y a peut-être un effet lassitude. Et également un effet excès de pessimisme. Le jour où les investisseurs ont prêté à l'Etat Allemand de l'argent à trois mois à un taux négatif, ils se sont peut-être rendus compte qu'ils étaient allés un peu dans leur scénario apocalyptique. En même temps la croissance Américaine donne des signes positifs chaque jour et la Chine elle se retrouve dans l'obligation de relancer sa machine avec une politique monétaire plus laxiste.

On ne peut quand même pas parler de sortie de crise
On est loin d'une sortie de crise. Mais les marchés ont besoin de respiration. Ils ont besoin de reprendre leur souffle. Ils vont aussi évaluer la situation réelle de l'Europe. Elle n'est pas bonne, mais l'euro est toujours là et il tient et la Grèce, qui a été le déclencheur de la crise, va parvenir à un accord avec ses créanciers. Ce sera au moins une opportunité de prendre le temps de réfléchir et de sortir un peu l'argent de sous les matelas. Car la réalité c'est qu'il y a beaucoup de liquidités, à commencer par les 500 milliards d'euros que les banques européennes planquent à la BCE. Et cet argent, il faudra bien l'investir quelque part.
 




12:20 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.