16/01/2012

on glissotte à l'ouverture...9h45.

Les actions attendues en baisse après le déclassement de 9 pays de la zone euro
 
DJIA             12.422,06 points -0,39%
Nasdaq            2.710,67 points -0,51%
S&P 500           1.289,09 points -0,49%
 
Nikkei 225        8.378,36 points
 
 
 
Cours de change à 05h50
Variation par rapport à la clôture à New York
 
USD/JPY       76,83   -0,16%
EUR/USD      1,2647   -0,24%
EUR/JPY       97,16   -0,55%
 
ACTIONS

Les valeurs européennes devraient ouvrir en baisse lundi, en réaction au déclassement vendredi soir par Standard & Poor's (S&P) de la note de la dette souveraine de la France et de huit autres pays de la zone euro.

IG Markets prévoit que le CAC 40 cédera 13 points à l'ouverture, à 3.183 points, tandis que le FTSE 100 abandonnerait 22 points, à 5.615 points. Le DAX 30 est attendu en recul de 25 points, à 6.118 points.

S&P a annoncé vendredi la dégradation de neuf pays de la zone euro, dont la France et l'Autriche, qui ont toutes deux perdu leur note "AAA", en raison des initiatives insuffisantes des dirigeants européens pour résoudre les tensions systémiques persistantes dans la région.

Si ces déclassements n'ont guère créé la surprise, ils rappellent que la crise de la dette souveraine est loin d'être réglée et sont susceptibles de mettre en péril la note "AAA" du Fonds européen de stabilité financière (FESF).

A la suite de l'abaissement de la note française d'un cran par S&P à "AA+", le Premier ministre François Fillon a déclaré samedi qu'il fallait entendre l'"alerte" de S&P, sans la dramatiser ni la sous-estimer. Il a ajouté qu'il n'était pas question d'un nouveau plan de rigueur.

Malgré l'impact négatif de ce déclassement, l'annonce de S&P vendredi a apaisé la crainte que la France puisse être dégradée de deux crans, ce qui signifie que la première banque du pays, BNP Paribas, pourrait échapper à un abaissement de sa note de crédit.

En Grèce, les banques pourraient subir de nouvelles pressions après des articles de presse indiquant qu'elles pourraient avoir besoin de 15 milliards d'euros de capitaux supplémentaires en raison d'une augmentation des provisions pour créances douteuses, selon la société de conseil Blackrock Solutions.

Les contrats à terme de Wall Street ont cédé du terrain vendredi, même s'ils ont progressé sur l'ensemble de la semaine, les craintes d'un déclassement imminent de plusieurs pays de la zone euro s'étant ajoutées aux résultats décevants de JP Morgan.

En Asie, les marchés d'actions se replient lundi, en raison d'une nette détérioration du moral des marchés après le déclassement par S&P de neuf pays de la zone euro vendredi soir, tandis que l'euro a atteint un nouveau point bas en 11 ans face au yen. A Tokyo, l'indice Nikkei a clôturé lundi en baisse de 1,4%, à 8.378,36 points.

 

OBLIGATIONS

Le déclassement de neuf pays membres de la zone euro, annoncé vendredi par l'agence de notation Standard & Poor's (S&P), signifie que la tendance haussière des Bunds et des gilts de mars devrait se poursuivre, selon Francis Bray, responsable de l'analyse technique pour l'Europe chez Dow Jones.

Après avoir franchi le record historique de 140 vendredi, le Bund de mars est parti pour atteindre les objectifs haussiers de 140,31 et 140,47, prévoit Francis Bray. Le gilt de mars devrait également gagner du terrain et tester son point haut à 117,39, après avoir terminé la séance de vendredi sur un outside day, ajoute-t-il.

Les Bunds et les gilts ont fortement grimpé vendredi, en perspective d'un déclassement imminent de plusieurs pays de la zone euro. Les prix des obligations d'Etat françaises et autrichiennes ont modestement reculé.

Selon Adam Carr, économiste d'ICAP, le facteur déterminant sur les marchés cette semaine sera la demande que susciteront les émissions de dette prévues en Europe, notamment en France, en Allemagne, au Portugal et en Espagne. Le premier test interviendra dès lundi avec l'émission en France de 7,4 milliards à 8,7 milliards d'euros de bons du Trésor à taux fixe (BTF).

Le calendrier des indicateurs économiques est en revanche peu chargé.

La note de crédit du Fonds européen de stabilité financière (FESF) sera en ligne de mire. Si elle était abaissée, cela pourrait faire remonter les taux des obligations du FESF, et entraîner une hausse des coûts d'emprunt du fonds. L'agence Standard & Poor's doit achever cette semaine son examen de la note du FESF.

Les prix des obligations du Trésor américain ont gagné du terrain vendredi. Les rumeurs de déclassements dans la zone euro ont fait descendre les taux à leur plus bas niveaux depuis plusieurs semaines.

 
 
CHANGES

L'euro se replie vers des points bas à long terme et les devises asiatiques reculent lundi, le déclassement de plusieurs pays européens par Standard & Poor's (S&P) vendredi soir pesant sur la monnaie unique et les devises des pays émergents.

Le fait que cette dégradation ait été très largement anticipée n'a pas permis à l'euro d'échapper à une baisse. La monnaie unique a atteint un nouveau point bas en 11 ans face au yen, devise refuge, à 97,03 yens, et se situe non loin des niveaux enregistrés après l'annonce de S&P.

L'adjudication d'emprunts d'Etat français sera à surveiller de près ce lundi. Si les résultats de l'opération se révèlent médiocres, l'euro pourrait subir de nouveaux mouvements de vente face au dollar, avertit Motonari Ogawa, opérateur senior chez Barclays Capital. "Je pense que les résultats de l'adjudication auront un impact négatif sur l'euro", ajoute-t-il.

Et comme les marchés américains resteront fermés pour cause de jour férié aux Etats-Unis lundi, un tout petit nombre d'ordres pourrait entraîner des fluctuations importantes, ajoute-t-il.

 
 
PETROLE

Les cours des contrats américains de référence sur le pétrole brut se sont maintenus sous la barre des 100 dollars le baril pendant les échanges matinaux lundi en Asie, ce que laissait attendre le fléchissement de l'euro après le déclassement vendredi par l'agence de notation Standard & Poor's (S&P) de neuf pays membres de la zone euro.

Le baril de brut WTI pour livraison en février s'appréciait de 17 cents, à 98,87 dollars, et le baril de Brent de mer du Nord pour livraison en mars gagnait 42 cents, à 110,77 dollars, lors des échanges électroniques matinaux.

Le risque d'une baisse de l'approvisionnement en pétrole issu du golfe Persique et du Nigeria soutient les cours du pétrole . "Les investisseurs ne voulaient pas risquer des positions courtes avant un week-end prolongé aux Etats-Unis", en raison de la journée de Martin Luther King, explique ANZ Research dans une note.
 
   de MonFinancier...

Le Morning Zapping
  LE SACRE DE L'ALLEMAGNE PAR STANDARD AND POOR'S
La perte du Tripla A Français était attendue. On vous annonçait dans la newsletter du 4 janvier qu'elle aurait lieu avant le 18 Janvier. Ce n'est pas une bonne nouvelle, mais elle était largement anticipée. La vraie mauvaise nouvelle c'est la notation de l'Italie: BBB+, surtout, et de l'Espagne. Malgré des mesures courageuses prises dans ces deux pays. 
 LE TRIPLE A FRANCAIS
On ne parle que de cela depuis vendredi. Normal. Mais ce n'est pas une surprise, et surtout c'est plutôt une bonne nouvelle puisque nous avons été dégradés d'un cran seulement, alors qu'on devrait être dégradé de deux crans, voire plus.

 
LA VRAIE MAUVAISE NOUVELLE
C'est l'Italie qui bascule dans les B. Et ça, c'est très dangereux pour l'Europe.Il va falloir suivre de près le marché des emprunts italiens, et, accessoirement, des emprunts espagnols. Si l'Italie est attaquée, la zone euro est en danger.

 LE FOSSE SE CREUSE
Entre l'Allemagne et son front du Nord et l'Europe du Sud que nous allons, lentement, mais sûrement, rejoindre...


 RAS-LE-BOL DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE
Jusqu'à quand la BCE va t'elle jouer avec des allumettes à côté d'un baril de poudre? Toutes les banques centrales soutiennent leurs pays, nous avons la seule banque centrale qui refuse de le faire. Va t'il falloir attendre un krach pour le faire? La dégradation massive par S&P va peut être accélérer l'intervention.

 
LA GRÈCE
refait parler d'elle. Les négociations seraient rompues. On a l'impression d'assister à une négociation dans un souk. On sait très bien que les banques et la Grèce vont devoir se mettre d'accord sur la décote à 60%. Cette pantalonnade doit cesser et on doit avoir un accord au plus vite.

 LA VRAIE QUESTION SUR LE TRIPLE A FRANÇAIS
C'est pour moi LA véritable énigme. Qui a bien pu conseiller à Sarkozy de mener cette campagne médiatique perdue d'avance sur le Triple A. Les Français ne savaient même pas ce que c'était, Sarkozy non plus d'ailleurs, et il en a fait un combat pour le Trésor de la France. Qui lui a soufflé cette idée? On le saura sûrement dans quelques semaines. Cela rappelle un peu la dissolution en 97 conseillée par Villepin. Alors qui a eu cette bonne idée? Je parie sur Alain Minc...


 SARKOZY SAUVE PAR UN NAUFRAGE
Si le terrible accident du Costa Concordia n'avait pas eu lieu, le Triple A aurait fait l'ouverture de tous les journaux du week end....

 L'AUTRE VRAIE MAUVAISE NOUVELLE
Maguy est morte. Rosy Varte nous a quittés. On ne l'oubliera jamais.
L'édito du jour
ON S'EST TROMPÉ DE MAUVAISE NOUVELLE...
Depuis vendredi soir, on tourne en boucle sur la perte du Triple A Français. Une perte attendue. Nous vous annoncions dans la newsletter du 4 janvier qu'elle aurait lieu avant le 18 janvier. Une perte moins brutale que la perte de deux crans qu'on attendait. La mauvaise nouvelle ce n'est pas la perte du Triple A Français c'est la dégradation brutale de la note Italienne à BBB+....

Standard and Poor's vient de secouer l'Europe et de la mettre au pied du mur. Revenons sur les éléments essentiels de cette dégradation.
- IL Y A UNE BONNE SURPRISE
On attendait une dégradation de tous les pays de la zone euro, y compris l'Allemagne, et une dégradation de la France de deux crans. On a eu une dégradation d'un cran et trois pays de la Zone euro, l'Allemagne, les Pays Bas et le Luxembourg conservent leur triple A.

- IL Y A UNE TRÈS MAUVAISE SURPRISE
L'agence de notation poignarde l'Espagne et surtout l'Italie. Deux pays qui ont pourtant adopté toutes les mesures qu'on leur a demandé d'adopter. L'Italie bascule dans les B et ça c'est une très mauvaise nouvelle.

- LE TRIPLE A FRANCAIS
était perdu depuis longtemps. Notre différentiel de taux par rapport à l'Allemagne le prouvait depuis des mois.

- PLUS DE COUPLE FRANCO-ALLEMAND
Il n'existait déjà que dans les fantasmes Français mais là la mascarade est terminée. La France glisse dans le camp des cancres et l'Allemagne est officiellement seule maître à bord.

- LA BCE SOUS PRESSION
C'est maintenant ou jamais. La Banque Centrale Européenne en refusant de faire ce que font toutes les autres banques centrales prendre le risque de faire exploser la zone euro. Elle va devoir soutenir massivement les marchés de dettes européennes ou prendre la responsabilité de voir la zone euro éclater.

- L'EUROPE ALLEMANDE
Standard and Poor's a désigné officiellement l'Allemagne comme patronne de la zone euro. Espérons que l'Allemagne saura faire face à cette responsabilité.
  
 
 
A Contre courant (Article paru dans la tribune)
LE CONSENSUS A TOUJOURS TORT
Ne lisez pas les prédictions et les prévisions pour l'année 2012. Elles ne sont pas négatives, sombres, cataclysmiques, apocalyptiques, elles sont tout cela à la fois. Il faut dire que « chat échaudé craint l'eau froide ». L'année dernière, l'équipe des «Experts CAC 40 » avait prévu dans sa grande majorité une hausse de 10 à 20% avec finalement un CAC qui a chuté de 17% et a même frôlé le krach en cours d'année.

Du coup, barre à droite toute : le CAC va s'écrouler, l'euro va disparaître, la zone euro va disparaître, le monde va entrer en récession, tous les pays qui pratiquent l'austérité ; hors de la Suisse, la Norvège et les emprunts d'Etat Allemand, point de salut.
Les investisseurs, notamment les particuliers, étaient inquiets ; ils sont maintenant terrorisés. On a même réussi l'exploit de pousser les investisseurs à prêter à l'Etat Allemand à trois mois à UN TAUX NÉGATIF ! Ce n'était jamais arrivé de toute l'histoire de l'Allemagne.
Je ne suis pas un rêveur.
Ni un optimiste béat.
La dégradation de la France n'est pas une bonne nouvelle mais elle était très attendue. On peut survivre sans un triple A...
Je pense que la crise de la dette européenne n'est pas terminée, que le croissance mondiale est confrontée à des challenges sans précédent, en Chine, aux Etats-Unis, au Japon et dans les pays émergents, que le gouvernement Français n'a fait que le début du nettoyage nécessaire des finances publiques. Mais tout de même ! Trop c'est trop non ? Placer de l'argent à des taux négatifs, empiler des centaines de milliards d'euros sur des comptes courants, des comptes à terme ou des livrets A. Avoir peur même de l'assurance vie en fonds euros. Il ne reste plus qu'à stocker de l'eau, du riz, des pâtes, des conserves et se planquer dans un bunker pour être prêt pour l'apocalypse du calendrier Maya.
Alors, c'est simple.
Le consensus a tort.
Il a toujours tort.
Les mauvaises nouvelles sont dans les cours actuels.
Il y aura de la volatilité, des à-coups, des plongeons.
Mais je ne crois pas à la fin du monde.
Personne ne veut d'actions européennes ? Je pense qu'il faut commencer à en acheter. A petites doses homéopathiques. En privilégiant les éternelles valeurs de rendements et la liste des valeurs du CAC qui servent des taux d'intérêt de 7 à 10% est longue.
Personne ne croit à l'euro ? Je pense qu'il faut commencer à en acheter un peu. Il peut baisser certes, de 5%, mais il a, si on se rend compte que l'Allemagne ne peut pas vivre sans les pays de la zone euro, un potentiel de hausse de 10 à 15%.
Tout le monde veut des emprunts d'Etat Américains. Je pense qu'il faut au contraire commencer à les vendre. Prêter aux Etats-Unis à 10 ans à 1.90% c'est aussi absurde que de prêter en 2007 de l'argent à des américains qui n'avaient pas de travail pour qu'ils s'achètent un bien immobilier et on sait comment cela s'est terminé.
On prête de l'argent à des taux négatifs ou très bas à l'Etat Allemand ? Je préfère prêter de l'argent à Mario Monti à 8%.
Voilà c'est dit. Et écrit.
Cet excès de pessimisme me fatigue. Cette surenchère de l'apocalypse est le fait de ceux qui nous promettaient la lune en 2007.
C'est mon pari pour les trois mois qui viennent. La secousse que vont provoquer les dégradations Européennes offriront l'opportunité de miser sur ce scénario...

     

 

 

INDICES à 9H46..

BEL 20 * 2113.86 -11.48 -0.54 %  
AEX * 310.00 0.72 0.23 %  
CAC 40 * 3187.10 -9.39 -0.29 %  
Euronext 100 * 595.59 -0.97 -0.16 %  
Next 150 * 1308.56 -2.25 -0.17 %  
DAX 6155.90 12.82 0.21 %  
FTSE MIB 15042.05 30.96 0.21 %  
IBEX 35 8418.30 -32.30 -0.38 %  
SMI 6016.79 20.45 0.34 %  
SLI 897.16 2.04 0.23 %  
SPI 5423.26 11.88 0.22 %  
FTSE 100 5652.21 15.57 0.28 %  
Dow Jones * 12422.06 -48.96 -0.39 %  
Nasdaq 100 2371.98 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2710.67 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 926.79 0.76 0.08 %  
OMX Helsinki 25 2014.13 7.00 0.35 %  
OMX Stockholm 30 1007.59 -1.40 -0.14 %  
OMX Copenhagen 20 401.95 0.76 0.19 %  


 

 

09:47 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.