29/12/2011

14h28...RIEN à DIRE...

 

LE MARCHÉ NAVIGUE ENTRE ACCALMIE ET PESSIMISME

La journée était placée sous le signe de l'accalmie, mais le pessimisme des investisseurs a rapidement repris le dessus. La séance avait pourtant bien commencé, avec une émission très attendue d'emprunt italien qui a réservé une bonne surprise aux opérateurs puisque le Trésor a placé pour 9 milliards d'euros de titres sur six mois à un taux deux fois plus faible que lors de la précédente opération. Mais l'accalmie aura été de courte durée, le 10 ans italien est repassé au dessus des 7% alors que la monnaie unique tombait sous les 1.30, un plus bas de 1 an.

LES YEUX RIVES SUR L'ITALIE
La prudence a rapidement repris le dessus avant un début d'année 2012 qui s'annonce difficile. Les investisseurs observent à la loupe l'Italie qui doit faire face à un mur de dette colossale. Elle devra emprunter plus de 200 milliards d'euros l'année prochaine. Dans ce contexte, le nouveau test obligataire que s'apprête à passer Rome sur des maturités plus longues aujourd'hui, ne manquera pas d'être scruté à la loupe par le marché.

MARCHE INTER-BANCAIRE ENCORE GRIPPE
Autre signe de mauvais augure, le record des dépôts déposé auprès de la Banque centrale européenne a atteint un nouveau record : 452 milliards d'euros, signe que le marché interbancaire européen est toujours gelé. Les banques préfèrent placer leur liquidité, assortie d'une rémunération de 0,25 % offerte par la BCE, plutôt que de prendre le risque de se prêter entre elles à des taux plus attractifs. En clair, la liquidité est bien présente, mais elle ne circule toujours pas dans le circuit financier.

LA GUERRE DES CHANGES, BIS
Les déboires de l'Europe occupent tellement les esprits qu'on en oublierait presque d'évoquer la situation des Etats-Unis. Face à la fragilité de la reprise économique américaine, l'arme des taux de change redevient un axe majeur des relations économiques. Comme les américains n'ont plus les moyens, ni politiques, ni économiques de mettre la pression sur la Chine, qui manipule le renminbi, le trésor américain a préféré s'attaquer à la politique monétaire conduite par Tokyo. C'est quand même plus facile.

TAXER LES SODAS EST CONSTITUTIONNEL
Le conseil des Sages a validé la création d'une taxe sur les sodas qui a suscité une levée de bouclier auprès des industriels, et le relèvement de la TVA à 7% dans le budget 2012. C'est surtout beaucoup d'agitation pour pas grand chose puisque la taxe sur les sodas devrait rapporter 280 millions d'euros, à mettre en perspective avec nos 1688 milliards de dette publique.


L'OR NOIR, TOUJOURS PLUS CHER
Avec un cours moyen du brut à 111$ à Londres, les français n'ont jamais payé aussi cher leur essence en 2011. Ils feraient mieux de s'y habituer car va continuer. Les cours de l'or noir résistent en effet très bien malgré les risques de récession. Les tensions géopolitiques au Proche-Orient, la menace de l'Iran de bloquer le détroit d'Ormuz par lequel transite près de 40% du brut, ou encore l'appétit croissant des pays émergents, maintiennent les prix sous pression.

Italie : "ouf" pour l'émission obligataire, Monti veut doper la croissance


Le chef du gouvernement italien Mario Monti montre le 29 décembre 2011 un graphique lors d'une conférence de presse © AFP  Gabriel Bouys
Le chef du gouvernement italien Mario Monti montre le 29 décembre 2011 un graphique lors d'une conférence de presse
© AFP  Gabriel Bouys

Après avoir remis de l'ordre dans les comptes italiens, le chef du gouvernement Mario Monti a promis jeudi des mesures de relance de l'économie début 2012 alors que l'Italie regagne très lentement la confiance des marchés pour refinancer son énorme dette.

M. Monti n'a pas annoncé de mesures spécifiques lors de sa conférence de presse de fin d'année, mais a promis un programme pour doper la croissance: "Après le plan (de rigueur) +Sauver l'Italie+, je n'aurais pas d'objections si vous décidiez d'appeler cette nouvelle phase +Croissance Italie".

L'Italie est menacée de récession, comme l'a confirmé jeudi la baisse de l'indice mesurant la confiance des entreprises pour décembre.

Le gouvernement prévoit une contraction de 0,4% du PIB l'an prochain et il est pressé de toutes parts pour insuffler de l'oxygène à un pays qui n'a jamais réussi à croître de plus de 1% par an ces 10 dernières années.

L'Italie, troisième économie européenne, a réussi à émettre pour 7 milliards d'euros de titres de dette, mais les taux à plus long terme sont restés très élevés. L'emprunt de référence à 10 ans (échéance 2022) a en effet reculé par rapport à un record de 7,56% le 29 novembre, mais à 6,98% il reste près du seuil des 7%.

M. Monti a estimé que cette opération et une émission mercredi caractérisée par une forte baisse des taux à court terme (six mois) "se sont bien passées, c'est plutôt encourageant". Il a jugé que la crise de la dette est surtout "un problème européen", réclamant "une réponse solidaire, commune et convaincue" de l'UE pour y mettre fin.

L'émission de jeudi a eu lieu alors que l'euro était attaqué sur le marché des changes, tombant sous les 1,30 dollar à son plus bas niveau depuis un an, en raison d'un regain d'inquiétudes pour la crise des dettes souveraines alors que les Etats européens auront à emprunter des sommes considérables début 2012.

Pour Alessandro Plateroti du quotidien économique Il Sole 24 Ore, "les investisseurs (banques, fonds d'investissements, assureurs) perçoivent l'Italie comme plus solide à court terme grâce au plan de réformes et aux mesures de rigueur du gouvernement Monti, mais sont plus prudents sur notre sérieux à long terme".

Après s'être détendus ces dernières semaines, les taux à 10 ans italiens dépassaient de nouveau les 7% jeudi sur le marché secondaire, un niveau jugé insoutenable sur la durée pour l'Italie qui devra refinancer 450 milliards d'euros de dette en 2012, un cinquième de son endettement colossal de 1.900 milliards (120% du PIB).

"L'année prochaine il y a un gros gros programme, et les conditions ne sont pas forcément très bonnes pour émettre tout ça, avec un ralentissement de l'activité et des recettes fiscales moins bonnes", a relevé René Defossez, stratégiste chez Natixis.

Dès son arrivée à la mi-novembre en remplacement de Silvio Berlusconi, dont le gouvernement a été balayé par les scandales et la crise de la zone euro, le gouvernement Monti a entrepris de rassurer les marchés en remettant de l'ordre dans les comptes publics.

Il a fait adopter juste avant Noël le troisième plan de rigueur italien en moins de six mois, qui prévoit une réduction du déficit budgétaire pour 20 milliards d'euros, à travers notamment une forte hausse de la fiscalité sur l'immobilier et un durcissement des régimes de retraite.

Mais les grands partis politiques italiens, qui s'inquiètent de l'impact récessif de ce plan, ont réclamé des mesures d'urgence pour doper la croissance.

Le gouvernement planche notamment sur un vaste programme de libéralisations qui pourrait toucher les transports, la distribution d'essence, mais aussi les secteurs très corporatistes des taxis et pharmacies, ainsi que sur une forte simplification des procédures administratives.

Devant la presse, M. Monti a confirmé vouloir s'attaquer aux libéralisations dès janvier, disant réfléchir aussi à une réforme du marché du travail pour y introduire "davantage de flexibilité" afin notamment de faciliter l'embauche de "précaires" et la mobilité.

L'Etat pourrait aussi réduire d'un seul coup la dette de 100 à 150 milliards d'euros en vendant des biens immobiliers de prestige et des participations dans des firmes publiques.

INDICES à 14H34..

BEL 20 * 2046.86 3.27 0.16 %  
AEX * 307.60 0.84 0.27 %  
CAC 40 * 3073.20 2.12 0.07 %  
Euronext 100 * 580.61 0.62 0.11 %  
Next 150 * 1251.22 -0.52 -0.04 %  
DAX 5792.59 21.32 0.37 %  
FTSE MIB 14782.85 -13.70 -0.09 %  
IBEX 35 8357.60 -0.80 -0.01 %  
SMI 5882.99 -12.26 -0.21 %  
SLI 868.59 -1.20 -0.14 %  
SPI 5294.64 -10.26 -0.19 %  
FTSE 100 5521.80 14.40 0.26 %  
Dow Jones * 12151.41 0.00 0.00 %  
Nasdaq 100 2267.08 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2589.98 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 882.73 3.64 0.41 %  
OMX Helsinki 25 1902.75 3.21 0.17 %  
OMX Stockholm 30 971.21 1.85 0.19 %  
OMX Copenhagen 20 385.34 0.44 0.11 %

 

14:34 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.