24/12/2011

HORAIRES DE FIN D 'ANNEE

Lundi 26 décembre: toutes les bourses seront fermées.

Mardi 27 décembre: les marchés seront ouverts comme d’habitude. Sauf les marchés de Londres et du Canada qui seront fermés.

Vendredi 30 décembre: les marchés seront ouverts comme d’habitude à l'exception de la bourse de Londres qui restera ouverte jusqu’à 13h30.

Lundi 2 janvier : Marchés ouverts , sauf Zurich ,Londres , Virt-x (allem. ) Jobourg .New York , d'après moi , demi-journée.

Wall Street espère poursuivre son sursaut de fin d'année :

 

La Bourse de New York © Getty Images/AFP/Archives  Spencer Platt
La Bourse de New York
© Getty Images/AFP/Archives  Spencer Platt

La Bourse de New York espère que la trêve de ces derniers jours sur le front de la crise européenne va durer entre Noël et le jour de l'An, pour pouvoir s'appuyer sur des indicateurs économiques plutôt encourageants aux Etats-Unis et finir l'année sur une note positive.

"La tonalité du marché est très positive", résume Hugh Johnson, de Hugh Johnson Advisors, pour qui la place new-yorkaise a "l'élan" nécessaire pour poursuivre sur sa lancée.

Sur la semaine écoulée, le Dow Jones, indice des 30 valeurs vedettes de Wall Street, a signé un rebond de 3,60%, terminant vendredi à 12.294,00 points.

Le Nasdaq, à dominante technologique, a pris 2,48% à 2.618,64 points et l'indice élargi Standard & Poor's 500 3,74% à 1.265,33 points.

Conséquence de cette remontée: le Dow Jones et le S&P 500 affichent désormais une évolution positive sur l'année, à contre-courant de la quasi totalité des grands indices boursiers de la planète.

"Cela redonne confiance, quand on voit par où on est passé cette année", entre crise de la dette en Europe et le blocage sur le budget aux Etats-Unis, estime Gregori Volokhine, de Meeschaert Capital Markets.

"On a l'impression que les choses ne vont pas si mal (aux Etats-Unis) comparé à d'autres pays", ajoute-t-il.

Après un début décembre de déprime, les investisseurs se sont accrochés à une actualité européenne plus calme en Europe, avec des bons indicateurs économiques en Allemagne et des emprunts réussis notamment en Espagne.

Surtout, la Banque centrale européenne (BCE) a frappé fort en procédant mercredi à un prêt massif inédit aux banques sur trois ans. Si certains analystes se sont inquiétés du fait que plus de 500 établissements aient eu recours à l'opération, le marché a retenu la bouffée d'air frais apporté au secteur financier, les banques signant d'impressionnants rebonds tout au long de la semaine à Wall Street.

"Il y a des signes qui montrent que la situation commence à se stabiliser en Europe. La deuxième chose, c'est que les statistiques économiques, surtout ceux qui donnent une idée de l'évolution à venir, sont bonnes et nous disent qu'une récession n'est pas en vue", observe Hugh Johnson, de Hugh Johnson Advisors.

Les investisseurs ont particulièrement apprécié de voir les inscriptions hebdomadaires au chômage tomber à leur plus bas niveau depuis avril 2008, ainsi qu'une série d'indicateurs montrant un net rebond du marché immobilier, empêtré dans la crise depuis plus de quatre ans.

La semaine prochaine, raccourcie par un jour férié lundi pour Noël, sera moins chargée en statistiques américaines: mardi l'indice de confiance des consommateurs du Conference Board, jeudi les demandes hebdomadaires d'allocations chômage, l'indice d'activité dans la région de Chicago et les chiffres des promesses de ventes de logements.

Les échanges devraient également être animés par les traditionnels ajustements de portefeuilles de fin d'année de la part des gestionnaires d'actifs.

La dernière semaine de l'année "a tendance à être très active, il y a beaucoup à faire", rappelle M. Johnson.

Le marché américain reste en outre vulnérable à l'actualité européenne.

"Si les agences de notation abaissent les notes de pays importants cela ne sera pas bien reçu. En l'absence de ce genre de mauvaise nouvelle, le marché devrait être bien orienté, mais emmené par des titres relativement défensifs", c'est-à-dire les plus sûrs car les moins sensibles à la conjoncture économique, avance Gregori Volokhine.

 

Copyright © 2011 AFP.

14:12 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.