20/12/2011

BONJOUR LES AMIS.......

DJIA             11.766,26 points -0,84%
Nasdaq            2.523,14 points -1,26%
S&P 500           1.205,35 points -1,17%

Nikkei 225        8.336,48 points +0,49%




Cours de change à 06h50
Variation par rapport à la clôture à New York

USD/JPY       77,97   -0,10%
EUR/USD      1,3007   +0,08%
EUR/JPY      101,43   -0,01%

ACTIONS

Les valeurs européennes devraient céder du terrain mardi à l'ouverture, les investisseurs restant nerveux vis-à-vis de la crise de la dette de la zone euro tandis que les politiques cherchent une solution durable sur fond de détérioration des perspectives économiques.

IG Markets prévoit que le FTSE 100 cédera 13 points à l'ouverture, à 5.352 points, tandis que le DAX 30 abandonnerait 14 points, à 5.657 points. Le CAC 40 est attendu en baisse de 6 points, à 2.968 points.

Le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi a affirmé que les perspectives économiques de la région étaient soumises à une incertitude élevée et que les risques d'une dégradation substantielle persistaient. Si ces propos n'apportent rien de vraiment nouveau, "aucun soutien n'a été exprimé en faveur des Etats souverains et de leurs marchés de la dette. Aussi le marché a-t-il montré une certaine déception", constate Joshua Raymond, stratégiste en chef pour les marchés chez City Index.

Les contrats à terme de Wall Street progressent mardi. Les marchés d'actions américains ont reculé lundi, tirés vers le bas par les valeurs bancaires qui ont été pénalisées par des informations inquiétantes en provenance d'Europe et l'anticipation d'un durcissement des règles de fonds propres.

Les banques ont été affectées par un article du Wall Street Journal disant que la Réserve fédérale devrait adopter les règles de capitaux plus strictes proposées par le Comité de Bâle, qui exige que les grands établissements financiers détiennent des fonds propres supplémentaires.

Sur le front des fusions d'entreprises, l'opérateur américain de télécommunications AT&T (T) a retiré lundi son offre d'achat de 39 milliards de dollars sur son concurrent T-Mobile USA, mettant ainsi un terme à neuf mois de confrontation avec les régulateurs sur fond de critiques de groupes rivaux.

En Asie, les marchés d'actions s'inscrivent en légère hausse mardi, en réaction à l'apaisement des inquiétudes pour la stabilité de la péninsule coréenne après le décès du leader nord-coréen Kim Jong-il. Cette progression est toutefois limitée par la poursuite de la crise de la zone euro. A Tokyo, l'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a terminé mardi en hausse de 0,5%, à 8.336,48 points.

 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient débuter la séance de mardi sur une note stable, tandis que les investisseurs évaluent les derniers efforts pour venir à bout de la crise de la dette souveraine de la zone euro avant la publication d'importantes statistiques économiques.

Les ministres des Finances de la zone euro ont convenu lundi de prêter 150 milliards d'euros supplémentaires au Fonds monétaire international (FMI). Alors que l'Union européenne s'était engagée lors du sommet européen du 9 décembre à apporter 200 milliards d'euros au FMI, le Royaume-Uni a par ailleurs témoigné sa volonté de ne pas contribuer à ces prêts.

En outre, les responsables européens n'ont pas réussi à s'entendre sur un relèvement du plafond de prêt des mécanismes temporaire et permanent de sauvetage de la zone euro, selon une source proche du dossier.

La crise de la dette devrait par ailleurs avoir pesé sur l'indice IFO du climat des affaires en Allemagne en décembre. L'indice s'était contre toute attente amélioré en novembre.

Les prix des obligations d'Etat américaines sont orientés à la baisse mardi. Ils ont gagné du terrain lundi, grâce au pessimisme ambiant au sujet de la crise de la dette de la zone euro. Les volumes de transactions sont cependant restés faibles sur le marché obligataire à l'approche des fêtes de fin d'année.

Le Trésor américain doit procéder cette semaine à ses deux dernières émissions obligataires de l'année. Il adjugera pour 35 milliards de dollars de titres à cinq ans mardi et pour 29 milliards de dollars de titres à sept ans mercredi.

 

CHANGES

L'euro est stable mardi sur fond de méfiance des opérateurs envers la situation en Europe.

Compte tenu de la menace de possibles abaissements de notes souveraines, la monnaie unique n'a été soutenue que modérément lundi par des informations disant que les ministres des Finances de la zone euro s'étaient mis d'accord pour fournir au Fonds monétaire international (FMI) 150 milliards d'euros de nouveaux prêts pour éviter que les problèmes de dette de la région ne dégénèrent en crise financière généralisée.

Lundi, l'humeur des marchés a été affectée par les propos du président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, qui a fourni des perspectives prudentes pour l'économie de la zone euro, qui devrait basculer en récession en début d'année prochaine. Il a également réaffirmé son opposition à des rachats massifs d'emprunts d'Etat par la banque centrale.

 

PETROLE

Les contrats à terme sur le pétrole brut ont gagné du terrain mardi pendant les échanges en Asie, soutenus par les craintes géopolitiques suscitées par la mort du leader nord-coréen Kim Jong-il, observent des analystes.

A 6h00, le contrat de février sur le baril de Brent de mer du Nord prenait 43 cents, à 104,07 dollars. Vers 7h20, le contrat de janvier sur le brut WTI du Nymex gagnait 60 cents, à 94,48 dollars le baril.

"Les investisseurs redoutent que [la mort de Kim Jong-il] n'entraîne des troubles géopolitiques", observe Ker Chung Yang, analyste matières premières chez Phillip Futures à Singapour.

"Comme prévu, les investisseurs réagissent prudemment à court terme, préoccupés par l'instabilité politique potentielle en Corée du Nord", soulignent les analystes de Barclays Capital dans une note. "L'attention se porte maintenant sur la transition au pouvoir et sur la pérennité du nouveau gouvernement", observent-t-ils.

NEWSLETTER  "MonFinancier"..

Le Morning Zapping

MONSIEUR MOINS 2% POUR CENT

Non seulement la Banque Centrale Européenne ne fait rien mais le corbeau de service, Mario Sinistro Draghi, s'exprime tous les jours pour faire baisser le marché de deux pour cent. Si la BCE ne fait rien, pourrait-il au moins se taire ?

ON ÉTAIT BIEN PARTI
Les indices boursiers rebondissaient de plus de 1% quand le croque-mort de la BCE s'est exprimé pour répéter qu'il ne ferait rien et que même si l'Europe sombrait la BCE ne bougerait pas. Y'a t'il quelqu'un qui peut lui demander de se taire ?

BRAVO AUX SYNDICATS FRANÇAIS
On se demande pourquoi la France n'est pas l'Allemagne. Peut-être parce qu'on a la chance d'avoir des syndicats qui ne comprennent rien à rien... Nous n'avons pas le consensus social allemand. Les grèves dans les aéroports pour les départs en vacances illustrent le fait qu'on peut oublier de converger un jour économiquement avec l'Allemagne. On rêve parfois d'envoyer certains de nos syndicats se faire voir ...chez les Grecs.

KIM JONG-EUN LE SUCCESSEUR
Effrayant quand on voit la photo de ce type de se dire qu'il a la bombe nucléaire... Mais quand on sait que le Pakistan l'a aussi, on est rassurés.

LE CADEAU DE NOËL
que s'est fait le prince Alwaleed Bin Talal... Il a investi 300 millions de dollars dans Twitter ce qui lui a donné droit à à peine 3% du capital.

L'EUROPE A PRÊTÉ DE L'ARGENT
au FMI. 150 milliards d'euros au lieu des 200 prévus initialement, car les Anglais ont encore fait la tête et se sont abstenus. Ne me demandez pas comment l'Europe surendettée peut prêter de l'argent au FMI qui va le lui reprêter... Je n'ai toujours pas compris.

RAJOY DISTRIBUE LE PROGRAMME
Le premier ministre espagnol a annoncé les festivités pour 2012: austérité, austérité et austérité...

DSK SE VENGE
Il a annoncé que la zone euro était à quelques semaines du naufrage. C'est en Chine qu'il doit aller maintenant pour mener ses activités sans se faire repérer. Il en a profité pour mitrailler tous les leaders européens en les traitant d'incapables. Une vraie partie de plaisir (c'est une image).

SAAB C'EST FINI
Dommage.

APPLE VISE LA TELE
Ce serait la prochaine grande révolution préparée par Steve Jobs avant sa disparition. A suivre...

L'édito du jour

LES NOUVEAUX TAUX EUROPÉENS

Il va falloir s'habituer à un nouvel environnement de taux d'intérêt en Europe. Il est normal, même si la crise de la dette devait être momentanément résolu, que les taux Italiens et Espagnols restent plus élevés que les taux Français qui resteront plus élevés que les taux Allemands....

Nouvelle tension sur les taux italiens qui se sont rapprochés hier des 7%
C'était peut-être pour punir indirectement Mario Draghi d'avoir fait encore une fois un discours négatif qui a fait baisser les indices boursiers de 2%. C'est devenu une habitude. Non seulement la BCE ne veut pas soutenir les marchés alors que tout le monde la supplie de le faire, mais Mario Draghi prend un malin plaisir à s'exprimer pour démolir le peu d'espoir qui subsiste. Il a réussi en quelques semaines à se faire détester plus que Jean Claude Trichet en quelques années. Mais revenons aux taux italiens et aux taux européens en général. Pour rétablir une vérité. Même si la crise européenne était réglée, il faut s'attendre à ce qu'on ait des taux différents entre tous les pays, on n'aura pas tous les pays avec des taux d'intérêt identiques à l'Allemagne, ni proches des taux allemands.

Il faut donc s'habituer aux taux actuels.
A quelques demis pour cent prés. Compte tenu des différences de dettes, de déficit, de croissance, de balances commerciales et de notations, les taux à 10 ans européens devraient être les suivants: 2.5% pour l'Allemagne contre moins de 2% aujourd'hui, 3.5% voire 4% pour la France, 5% pour l'Espagne et 6% pour l'Italie. Voilà ce qui serait normal. Il faut donc arrêter de croire que tous les taux vont retomber à 2%. Même à ces niveaux-là, tous les pays emprunteraient encore à des taux historiquement bas. 6% pour l'Italie, ce n'est pas la fin du monde.

A partir de 7% on dit que l'Italie serait en difficulté: c'est ce que j'ai lu et entendu. Je n'ai toujours pas compris d'où sortait ce taux magique de 7% à partir duquel l'Italie plongerait dans le chaos. Cela fait partie des affirmations qui circulent sur le marché et qu'on prend tous comme argent comptant. Non. Si les taux italiens rebaissaient un peu, et si les autres taux restaient à leurs niveaux actuels, on serait dans un environnement de taux plutôt normal pour l'Europe. Il va falloir s'y habituer.

09:44 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.