16/12/2011

BONJOUR ET BON WEEK END...10H15

de l'INVESTISSEUR..HIER

Vivre d'espoir et ....

C'est le deuxième mois d'affilée que le rythme de croissance économique en Chine se contracte. De quoi faire à nouveau frémir les investisseurs. Par ailleurs le président de la BCE et la directrice du FMI s'inquiétent de la raréfaction du crédit imminente vu que les banques devront mettre de l'ordre dans leur bilan. Et pourtant l'espoir renaît en bourse. L'Espagne a encore pu rapidement lever des fonds. Le taux long espagnol oscille entre 5,2 et 5,5%. Un nouveau sommet européen est prévu fin janvier et cette fois pour prendre des mesures stimulantes pour l'économie. L'indice Philly-Fed américain a aussi crée la bonne surprise en augmentant solidement. Les bonnes nouvelles l'ont donc emporté sur les mauvaises et l'Eurostoxx50 a pu se hisser 0,9% plus haut. Telefonica a abaissé pour la première fois en dix ans son dividende et est sanctionnée de 1,8%. Le Bel 20 clôture la séance sur un gain de 0,7%. Au sein de l'indice, Bekaert (+0,8%) relève la tête, de même que Dexia (+7,4%). Sur le marché élargi, Agfa-Gevaert doit abandonner (-4,3%). Galapagos (+4,5%) frôle la barre des 10 EUR. Aux Etats-Unis, le Dow Jones se hisse 0,4% vers 18 h tandis que le Nasdaq cède 0,1%. eBay (-3,8%) et Oracle (-3,5%) perdent du terrain. Covidien progresse de près de 5%. Caterpillar cote 1% plus haut.
DE DOW JONES..

Les statistiques américaines devraient soutenir les actions à l'ouverture

DJIA 11.868,81 points +0,38% Nasdaq 2.541,01 points +0,07% S&P 500 1.215,75 points +0,32% Nikkei 225 8.401,72 points +0,29% Cours de change à 06h50 Variation par rapport à la clôture à New York USD/JPY 77,87 +0,03% EUR/USD 1,3028 +0,10% EUR/JPY 101,46 +0,12% 

ACTIONS

Les marchés européens devraient tenter une timide hausse à l'ouverture, après la parution de statistiques meilleures que prévu aux Etats-Unis, les investisseurs semblant avoir repris suffisamment confiance à la veille du week-end malgré l'annonce jeudi du déclassement des notes de crédit de grandes banques.

Cantor Index prévoit que le FTSE ouvrira en progression de 36 points, à 5.437 points, tandis que le DAX gagnerait 31 points à 5.761 points. Le CAC est quant à lui vu en hausse de 11 points, à 3.010 points.

L'agence de notation Fitch a abaissé la note de six grandes banques internationales jeudi, jugeant leurs modèles d'activité particulièrement sensibles aux défis d'ordre économique et réglementaire que doivent affronter les marchés financiers. L'agence concurrente Standard & Poor's a quant à elle annoncé jeudi avoir abaissé les notes de 10 établissements bancaires espagnols en raison d'un changement de critères, ajoutant qu'elle continuait d'envisager de les dégrader à nouveau à court terme.

La France et la zone euro dans son ensemble sont entrées dans leur premier trimestre de récession, alors que les perturbations des marchés financiers liées à la crise de la dette souveraine ont érodé la confiance et pénalisé le financement de l'économie, a indiqué l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) dans sa note de conjoncture de décembre, parue jeudi.

"Dans notre scénario, il faudra du temps pour que s'évacue le choc dans la zone euro, car il affecte le financement de l'économie et la demande intérieure", a déclaré Sandrine Duchêne, chef du département de la conjoncture de l'Insee, lors d'une conférence de presse.

Les contrats à terme américains sont en hausse vendredi. Après trois séances consécutives de baisse, Wall Street a clôturé dans le vert jeudi, les investisseurs ayant été encouragés par la parution de statistiques montrant des signes d'amélioration sur le marché du travail aux Etats-Unis, avec un nombre de nouvelles demandes d'allocation chômage qui est tombé la semine dernière à son plus bas niveau depuis mai 2008. Les principaux indices se sont cependant écartés de leurs points hauts après les propos de la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, qui a estimé que la crise de la dette en Europe s'aggravait. Les secteurs défensifs comme les services collectifs, les soins de santé et les biens de consommation essentiels ont affiché les meilleures performances.

Les marchés d'actions asiatiques ont gagné du terrain vendredi, tirés vers le haut par les statistiques économiques meilleures que prévu publiées aux Etats-Unis. La prudence continue cependant de régner sur le marché, après la forte baisse des prix des matières premières provoquée cette semaine par les craintes d'une chute de la demande en 2012, en raison de l'aggravation de la crise en Europe. A la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei a terminé en hausse de 0,3%.

 

OBLIGATIONS

Les obligations d'Etat allemandes et britanniques pourraient s'orienter en baisse vendredi, car les investisseurs abordent le week-end avec sous les yeux quelques signes positifs sur le front de la crise de la dette.

Jeudi, l'émission obligataire de l'Espagne a eu des résultats encourageants, avec des coûts d'emprunt inférieurs aux précédentes émissions, tandis que le montant levé a atteint le double de celui prévu.

"La dette en circulation de l'Espagne est inférieure à celle de l'Italie, mais la conjoncture espagnole est sans doute plus mauvaise compte tenu d'une énorme bulle immobilière qui pourrait encore pénaliser le secteur bancaire et les ménages. Cependant, il semble que les investisseurs se concentrent surtout sur le niveau plus faible de la dette à l'heure actuelle", a déclaré Louise Cooper, stratégiste chez BGC Partners, dans un commentaire envoyé par e-mail.

Il serait "aberrant sur le plan économique" que la Banque centrale européenne fasse marcher la planche à billets pour acheter des obligations d'Etat, dans le but de mettre fin à la crise de la dette dans la zone euro, a affirmé jeudi Yves Mersch, membre du conseil des gouverneurs de la BCE. Il a ajouté lors d'une émission sur une chaîne allemande qu'imprimer de l'argent et laisser l'inflation augmenter serait "absurde" car les citoyens de la zone euro dépensent moins et économisent davantage qu'aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, où les banques centrales achètent de gros volumes d'obligations d'Etat avec de l'argent liquide. Yves Mersch est également président de la Banque centrale du Luxembourg.

Les obligations d'Etat américaines évoluent peu vendredi, à l'issue d'une semaine qui a connu des adjudications encourageantes et une nouvelle émission record jeudi.

 

CHANGES

L'euro se redresse un peu face au dollar, mais reste pénalisé par les inquiétudes au sujet de la survie de la zone euro. La monnaie unique pourrait être soutenue par des ajustements de positions à l'approche du week-end, après son recul des derniers jours face au dollar, à moins que de mauvaises nouvelles soient annoncées en Europe, selon Kengo Suzuki, stratégiste changes de Mizuho Securities. L'euro devrait se maintenir dans une fourchette de 1,2950 à 1,3150 dollar, prévoit-il.

Les investisseurs restent cependant globalement pessimistes en ce qui concerne les problèmes de dette souveraine de la zone euro, et se préparent à l'éventualité du déclassement de la note de crédit d'un ou plusieurs pays membres de l'union monétaire.

Selon Shaun Osborne, stratégiste devises en chef de TD Securities, tout le monde s'attend à ce que la France ou l'Allemagne perdent leur triple A, mais personne ne sait ce que cela signifierait pour les marchés ou pour la zone euro.

Le franc suisse a bondi de 1% face au dollar et à l'euro jeudi, la banque centrale suisse s'étant refusée à relever son objectif de cours de change pour l'euro face à la devise helvétique, alors que les investisseurs s'attendaient à ce qu'elle prenne des mesures plus vigoureuses pour contrer la vigueur du franc.

 

PETROLE

Les contrats à terme sur le pétrole évoluent de manière contrastée vendredi matin, sur fond d'inquiétudes des investisseurs au sujet des perspectives économiques en Chine et en Europe, indiquent des analystes.

Vers 06h00, le contrat à terme de janvier sur le Brent cédait 65 cents à 103,60 dollars le baril. Vers 07h20, celui sur le brut léger doux coté au New York Mercantile Exchange montait de 13 cents à 94 dollars le baril.

Malgré une adjudication d'emprunts d'Etat réussie jeudi en Espagne, qui a fait grimper les marchés d'actions européens et l'euro, le marché continue de douter de la capacité de la zone euro à mettre un terme à la crise de la dette souveraine.

La Chine a de son côté enregistré un nouveau recul de l'activité de son secteur manufacturier au mois de décembre, et a vu les investissements directs étrangers dans le pays fléchir pour la première fois en 28 mois.

Un chercheur du gouvernement chinois a indiqué que la croissance des exportations du pays devrait être divisée par deux l'an prochain par rapport à 2011, ce qui ferait tomber le taux de croissance économique de la Chine en dessous de 9% pour la première fois depuis plus de 10 ans.

BEKAERT SIGNE UNE JOINT-VENTURE AVEC LE CHINOIS Xinyu Iron Steel.....POUR PRODUIRE DES FILS SPECIAUX ,EN COMPLEMENT DES FILS POUR PNEUS CARCASSE RADIALE ET FILS A DECOUPER LES PANNEAUX SOLAIRES..D APRES L'INVESTISSEUR , L'ACTION SERAIT EN DESSOUS DE SA VALEUR COMPTABLE...

Le renforcement de ses activités de fil d'acier en Chine vient compléter ses autres activités en Chine.  Bekaert est déjà  actif en Chine en production de  fil à découper pour les panneaux solaires et en renforcement de pneus. De nouveaux créneaux y sont les bienvenus. Bekaert redevient peu à peu digne d'achat et cote désormais sous sa valeur comptable.
Après plus d'un an de discussion, le tréfileur courtraisien a finalement abouti à un accord avec l'entreprise d'état chinoise Xinyu Iron & Steel pour créer une joint-venture (50/50)  d'un chiffre d'affaires de  60 mio. EURpour produire des fils à ressort et des conducteurs de haute tension. Au départ Bekaert exigeait 75% dans la joint-venture. Bekaert déboursera 12,9 mio. EUR.

10:29 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.