08/12/2011

EXXON...ME FAIT PEUR...

CHIFFRES EFFRAYANTS...

Exxon Mobil Corporation (XOM) engages in the exploration and production of crude oil and natural gas, and manufacture of petroleum products, as well as transportation and sale of crude oil, natural gas, and petroleum products. The company manufactures and markets commodity petrochemicals, including olefins, aromatics, polyethylene and polypropylene plastics, and other specialty products. As of December 31, 2010, it operated 35,691 gross and 30,494 net operated wells. The company has operations in the United States, Canada/South America, Europe, Africa, Asia, and Australia/Oceania.

ExxonMobil’s results for the third quarter of 2011 include earnings of $10.3 billion, up 41% from the third quarter of 2010, reflecting higher crude oil and natural gas realizations and improved refining margins. Earnings per share were $2.13, an increase of 48% from the third quarter of 2010.

Exxon Mobil Chief Executive, Rex Tillerson, noted that demand for energy is expected to jump some 30% over the next two decades as the global economy doubles in size. Most of that energy will continue to come from fossil fuels, forecasting agencies predict and they expect tighter supplies and higher prices. Next earnings release: Jan 30 before market open.

ET REVOILOU LES AGENCES DE NOTATION....QU4EST CE QU'ON ATTEND POUR LES METTRE SUR OFF ??

Standard & Poor's n'envisage pas de scénario d'éclatement de la zone euro :

 

Le chef économiste Europe de l'agence de notation Standard & Poor's Jean-Michel Six répond à la presse au siège parisien de l'agence le 8 décembre 2011 © AFP  Eric Piermont
Le chef économiste Europe de l'agence de notation Standard & Poor's Jean-Michel Six répond à la presse au siège parisien de l'agence le 8 décembre 2011
© AFP  Eric Piermont

Standard and Poor's (S&P), qui a menacé lundi d'abaisser la note de 15 pays de la zone euro, n'envisage pas de scénario d'éclatement de l'union monétaire, a assuré jeudi le chef économiste Europe de l'agence de notation, Jean-Michel Six.

"Ce n'est pas du tout un scénario que l'on considère aujourd'hui", a affirmé M. Six lors d'une conférence de presse, rappelant que les deux hypothèses macroéconomiques retenues pour l'Europe en 2012 étaient appuyées sur un maintien de la zone euro.

Ces deux scénarios tablent respectivement sur un rebond après une récession technique et sur une récession plus sévère, avec une répartition des probabilités de 60% pour la premier et 40% pour le second, a-t-il rappelé.

Pour M. Six, l'évolution de la situation macroéconomique dépendra fortement de l'issue du sommet européen qui débute jeudi soir.

Un document de Standard and Poor's lors d'une conférence dans les locaux parisiens de l'agence de notation le 8 décembre 2011 © AFP  Eric Piermont
Un document de Standard and Poor's lors d'une conférence dans les locaux parisiens de l'agence de notation le 8 décembre 2011
© AFP  Eric Piermont

"Nous n'avons pas d'avis particulier sur ce qui doit être décidé", a-t-il expliqué, mais "il est évident toutefois que le club zone euro doit fonctionner de facçon beaucoup plus efficace, de façon beaucoup plus homogène, solidaire." Cette solidarité "manque entre les différents Etats" et elle seule "permettrait à la Banque centrale européenne (BCE) d'intervenir véritablement", selon le chef économiste Europe de S&P.

L'institut francfortois est aujourd'hui "face à un dilemme", selon lui, conscient des menaces de récession qui pèsent sur la zone euro mais ne pouvant "pas s'engager de façon résolue sur les marchés de capitaux tant qu'elle n'aura pas l'assurance concrète et tangible des Etats qu'ils suivront les politiques qu'ils ont annoncé".

 

Copyright © 2011 AFP. 

13:04 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.