05/12/2011

CA COMMENCE BIEN..9H18..+2%

Les actions devraient tenter une nouvelle hausse, mais la zone euro est en ligne de mire

DJIA 12.019,42 points -0,01%
Nasdaq 2.626,93 points +0,03%
S&P 500 1.244,28 points -0,02%

Nikkei 225 8.695,98 points +0,60%



Cours de change à 06h50
Variation par rapport à la clôture à New York

USD/JPY 77,98 -0,07%
EUR/USD 1,3405 -0,15%
EUR/JPY 104,52 -0,25%

ACTIONS

Les marchés d'actions européens pourraient opérer une timide hausse lundi à l'ouverture, mais les investisseurs restent extrêmement prudents et rechignent à prendre des positions importantes avant une série d'importantes rencontres entre les dirigeants européens cette semaine.

Cantor Index prévoit que le FTSE ouvrira en hausse de 3 points, à 5.555 points, tandis que le DAX prendrait 14 points, à 6.094 points, et le CAC, 10 points, à 3.175 points.

"La crise de la zone euro reste au centre de l'attention sur les marchés financiers et les investisseurs continuent de croire que le sommet européen permettra d'avancer vers une résolution de la crise de la dette souveraine et des problèmes bancaires", note l'analyste Neil MacKinnon, chez VTB Capital. Il avertit toutefois que, comme observé à de nombreuses reprises, les dirigeants européens ont tendance à faire monter les attentes avant de décevoir.

De son côté, ING souligne que les dirigeants de la zone euro devront présenter un plan crédible conjuguant une solution drastique pour résoudre les problèmes à court terme et un saut quantique pour que la gouvernance économique règlent les problèmes fondamentaux.

Les contrats à terme américains progressent lundi. Wall Street a clôturé quasiment à l'équilibre vendredi, mais a enregistré une forte progression sur l'ensemble de la semaine à la faveur des efforts redoublés des dirigeants européens pour régler les problèmes de dette de la zone euro.

Les marchés asiatiques présentent un tableau contrasté lundi, dans un climat de prudence avant le sommet européen de jeudi et vendredi.



OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient commencer la séance sur une note mitigée alors que les investisseurs attendent de nouveaux évènements dans la zone euro lundi.

Le scepticisme règne toujours envers le Fonds européen de stabilité financière (FESF) car, selon les analystes, il est loin d'avoir attiré suffisamment de capitaux pour permettre à lui seul de faire face aux problèmes de dette des pays membres. Les marchés attendent de la Banque centrale européenne (BCE) qu'elle adopte une attitude plus agressive face à la crise, mais il faudra d'abord que les dirigeants européens parviennent à s'entendre sur de nouvelles règles budgétaires lors du prochain sommet de l'Union européenne jeudi et vendredi.

Si tant est que le Fonds monétaire international (FMI) vienne au secours de l'Europe, les opérateurs se demandent ce que la BCE sera prête à faire, selon Ray Attrill, analyste senior pour les changes chez BNP Paribas. "Si les [pays] européens mettent sur pied un plan budgétaire, alors la BCE sera encline à soutenir les marchés obligataires", ajoute-t-il.

Les prix des emprunts d'Etat américains reculent lundi. Les inquiétudes au sujet de la crise de la dette souveraine de la zone euro ont refait surface vendredi, entraînant une fuite vers la sécurité qui a fait grimper les prix des obligations du Trésor pour la première fois de la semaine.

Les investisseurs ont été effrayés par les rumeurs autour d'un possible déclassement de l'Espagne, selon des opérateurs. Les marchés se demandent en outre si la réunion du Conseil européen en fin de semaine permettra de déboucher sur une solution définitive, c'est-à-dire un moyen d'empêcher la crise de la dette de dégénérer en une nouvelle crise financière qui fasse plonger l'économie mondiale.

Plusieurs idées ont été évoquées sur les marchés financiers. La zone euro pourrait renforcer l'union budgétaire et la BCE, augmenter ses achats d'obligations. Ou le FMI pourrait accroître sa participation aux efforts pour juguler la crise de la dette. Un porte-parole du FMI a déclaré vendredi que les prêts au FMI pourraient venir de l'Europe et des banques centrales.



CHANGES

L'euro s'inscrit en légère baisse lundi face au dollar américain, alors que l'approbation de mesures budgétaires en Italie alimente l'espoir que les dirigeants européens parviennent à contenir la crise de la dette souveraine au cours des différentes réunions prévues cette semaine.

L'euro devrait s'orienter essentiellement cette semaine en fonction du sommet de l'Union européenne à Bruxelles jeudi et vendredi, au cours duquel les chefs d'Etat et de gouvernement de la région discuteront de ce qu'ils peuvent faire pour éviter que la crise se propage, explique Chris Gore, analyste devises chez GO Markets.

"Toutefois, l'adage 'chat échaudé craint l'eau froide' sera de mise pour de nombreux participants du marché, qui ont cru par le passé que les efforts des dirigeants européens pourraient enrayer la crise", ajoute-t-il.

Le nouveau gouvernement italien a dévoilé ce weekend des mesures d'austérité qui pourraient constituer, comment l'espèrent les dirigeants européens et les marchés, la première partie d'un accord plus vaste au niveau européen et marquer un tournant dans la lutte pour sauver l'euro.

Le président du Conseil italien Mario Monti, qui passait son premier test depuis qu'il a pris ses fonctions il y a deux semaines, a exposé un plan triennal prévoyant 30 milliards d'euros d'augmentations d'impôts, de réductions des dépenses, de réformes des retraites et de mesures de soutien à la croissance.

Le plan, qui représente 1,9% du produit intérieur brut de 1.600 milliards d'euros de l'Italie, devrait être suivi par des propositions franco-allemandes lundi pour la création d'un nouveau régime budgétaire dans la zone euro. Les dirigeants européens pourraient adopter ces proposition lors du sommet européen des 8 et 9 décembre.

Alors que le marché spéculait sur une éventuelle intervention du Fonds monétaire international (FMI) pour contenir la crise de la zone euro, l'euro s'est apprécié vendredi en réaction à des informations de presse indiquant que la Banque centrale européenne pourrait prêter jusqu'à 270 milliards de dollars au fonds.



PETROLE

Les prix des contrats à terme sur le pétrole brut ont gagné du terrain lundi matin, sur fond d'espoir que l'on avance vers une résolution de la crise de la dette en Europe à l'approche du sommet de l'Union européenne jeudi et vendredi.

A 6h00, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord pour livraison en janvier gagnait 48 cents, ou 0,4%, à 110,42 dollars. Vers 7h20, le contrat sur le brut WTI du New York Mercantile Exchange pour livraison en janvier augmentait de 46 cents, à 101,42 dollars.

Les prix du brut ont terminé en hausse vendredi, avec une progression de 4,3% sur l'ensemble de la semaine.

La chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy doivent se rencontrer lundi à Paris pour discuter de leurs propositions conjointes, et les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne se réuniront jeudi et vendredi pour un Conseil européen.

Le gouvernement italien a approuvé dimanche, avant ces deux réunions, un plan de rigueur destiné à assainir les finances du pays.

Le nouveau gouvernement italien présidé par Mario Monti a adopté dimanche un plan d'austérité dont les mesures d'économie s'élèvent à 20 milliards d'euros pour consolider les finances publiques sur la période 2012-2014, indique un communiqué.

Ce plan d'austérité comprend des mesures d'un montant de 10 milliards d'euros supplémentaires pour financer la relance de la croissance et le soutien à l'emploi.

Parmi ces mesures figurent un report de l'âge de départ à la retraite à 66 ans en 2018 et une hausse de deux points de la TVA à compter de septembre 2012.

En revanche, le plan ne prévoit pas de hausse de l'impôt sur le revenu.

Pierre Sérisier pour le service français

© 2011 Reuters

09:20 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.