28/11/2011

BONNE DIRECTION??

ACTIONS

Les valeurs européennes devraient progresser en début de séance lundi, portées par l'espoir d'une action déterminante pour résoudre la crise de la dette dans la zone euro, même si la récession menace en arrière-plan, tandis que les investisseurs revisitent les valorisations.

IG Markets prévoit pour l'ouverture que le FTSE 100 avancera de 48 points, à 5.213 points, tandis que le DAX 30 s'adjugerait 90 points à 5.583 points. Le CAC 40 est attendu de son côté en hausse de 37 points, à 2.894 points.

Les problèmes de dette souveraine vont continuer de dominer l'actualité ce lundi.

L'agence de notation américaine Moody's Investors Service a averti ce matin que l'aggravation rapide de la crise de la dette et du crédit bancaire dans la zone euro menaçait les notes de solvabilité de tous les Etats européens.

Des informations de presse selon lesquelles le Fonds monétaire international serait en train de préparer une aide financière de 400 milliards à 600 milliards d'euros à destination de l'Italie ont été diffusées dimanche, ce qui a soutenu les places asiatiques lundi. L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a ainsi fini la séance en progression de 1,6%, après cinq séances consécutives de baisse. Ces allégations ont néanmoins été démenties lundi matin par le FMI.

Les contrats à terme de Wall Street gagnent du terrain lundi. Les indices américains se sont repliés vendredi, et le Dow Jones des valeurs industrielles a enregistré sa plus mauvaise semaine de Thanksgiving depuis 1942.

Les inquiétudes accrues liées à la dette souveraine en Europe et le fait que la super-commission du Congrès américain n'a pu s'entendre sur des mesures de réduction du déficit fédéral ont été les principaux facteurs dictant l'orientation baissière du marché la semaine dernière. L'indice Dow Jones a perdu 7,6% sur les deux dernières semaines, et a fini à son plus bas niveau depuis le 7 octobre. Depuis le début de l'année, le DJIA s'inscrit en recul de 3%.

 

 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient ouvrir en baisse lundi, en raison d'un plus fort appétit pour le risque de la part des investisseurs, après la parution d'informations de presse encourageantes sur une possible résolution de la crise de la zone euro.

"Nous devrions avoir une semaine chargée, car les investisseurs ont de plus en plus d'espoirs de voir les dirigeants européens trouver une solution à la crise des dettes souveraines de la zone euro", indique Stan Shamu, stratégiste chez IG Markets à Melbourne.

"Plusieurs événements vont être suivis de près par les investisseurs, notamment une nouvelle série d'adjudications d'emprunts d'Etat en Italie, en France, en Belgique et en Espagne", ajoute-t-il.

Vendredi, la Belgique a été placée sous le feu des projecteurs lorsque Standard & Poor's Ratings Services a dégradé la note souveraine du pays.

Les rendements des obligations italiennes ont grimpé en flèche après une adjudication d'emprunts à court terme ayant rencontré peu de succès. Le taux de l'emprunt à dix ans s'est élevé à environ 7,3%, or c'est après avoir atteint le seuil de 7% que d'autres pays de la zone euro ont été contraints de solliciter une aide financière.

Par ailleurs, Fitch Ratings a relégué jeudi la note souveraine du Portugal en catégorie spéculative et a prévenu que de nouveaux abaissements seraient possibles.

La Banque centrale européenne devra rapidement retirer ses mesures de liquidités non conventionnelles une fois que l'économie de la zone euro sera engagée sur la voie de la reprise, pour éviter une hausse de l'inflation, a prévenu Jürgen Stark, membre du directoire de la BCE, dans un entretien publié dimanche.

Les emprunts du Trésor américain cèdent du terrain lundi, après une clôture en baisse des marchés vendredi au terme d'une séance marquée par de très faibles échanges et quelques prises de bénéfices.

Certains opérateurs soulignent toutefois que ce repli a été amplifié par la faiblesse des échanges. Malgré la baisse de vendredi, les prix des emprunts d'Etat ont fini la semaine sur une légère progression, et certains analystes s'attendent à ce qu'ils attirent de nouveaux acheteurs à la recherche d'actifs refuges dans les semaines qui viennent.

 

 

CHANGES

Le rebond de l'euro s'essouffle lundi matin après le démenti opposé par le Fonds monétaire international aux informations de presse diffusées dimanche, selon lesquelles le FMI préparerait un prêt de 400 milliards à 600 milliards d'euros à destination de l'Italie.

Ces allégations ont en effet soutenu la monnaie unique, qui profite également d'informations disant que les Etats membres de la zone euro sont en train d'établir un nouveau plan en vue d'accélérer l'intégration de leurs politiques budgétaires.

Ce plan, qui reste à finaliser, conférerait de nouveaux pouvoirs aux autorités européennes pour ce qui est d'appliquer la discipline budgétaire au sein des pays membres de la zone euro.

 

 

PETROLE

Les prix du pétrole brut sont en forte hausse lundi en Asie, soutenus par des informations de presse indiquant que le Fonds monétaire international pourrait apporter une aide financière à l'Italie, tandis que la France et l'Allemagne envisagent des mesures plus radicales pour consolider la zone euro, indiquent les analystes.

A 06h00, le contrat de janvier sur le Brent de la mer du Nord progressait de 1,20 dollar à 107,60 dollars le baril, tandis que vers 07h20, celui sur le brut léger coté au Nymex avançait de 1,65 dollar à 98,42 dollars le baril. Les informations selon lesquelles le FMI envisage un plan de sauvetage de 600 milliards d'euros pour l'Italie "pourraient être l'un des facteurs" de la poussée des cours du brut, estime Ker Chung Yang, analyste matières premières chez Phillip Futures à Singapour.

Berlin et Paris envisagent un pacte de stabilité exclusif

Source : Reuters
27/11/2011 à 10:30 / Mis à jour le 27/11/2011 à 12:59
Partagez

 

© REA

 

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy envisagent la mise en place d'un pacte de stabilité et de croissance limité à quelques pays de la zone euro, rapporte le Welt am Sonntag ce dimanche.

Ce nouveau pacte permettrait d'éviter d'attendre une réforme des traités susceptible de traîner en longueur, précise le journal citant des sources gouvernementales allemandes.

La chancelière allemande et le président français pourraient dévoiler dès la semaine à venir cette proposition dans le cadre d'un plan de lutte contre la crise de la dette.

"S'appuyant sur ces mesures", poursuit le journal, "il devrait y avoir une majorité au sein de la Banque centrale européenne pour une intervention plus forte sur les marchés de capitaux."

"Si les politiques se mettent d'accord sur une démarche globale, la BCE viendra à la rescousse", déclare un banquier central cité par le Welt am Sonntag.

Le pacte exclusif pourrait être mis en place dès le début de l'an prochain, ajoute le journal dominical.

Le pacte de stabilité et de croissance actuel impose aux dix-sept pays de la zone euro de limiter leur déficit budgétaire à 3% du produit intérieur brut et la dette publique à 60% du PIB.

Erik Kirschbaum, Jean-Stéphane Brosse pour le service français

© 2011 Reuters -

INDICES à 10H35..

BEL 20 * 1986.41 65.50 3.41 %  
AEX * 281.42 7.05 2.57 %  
CAC 40 * 2954.83 97.86 3.43 %  
Euronext 100 * 554.15 16.26 3.02 %  
Next 150 * 1198.03 35.49 3.05 %  
DAX 5648.36 155.49 2.83 %  
FTSE MIB 14380.64 443.24 3.18 %  
IBEX 35 7981.40 217.90 2.81 %  
SMI 5490.89 95.28 1.77 %  
SLI 823.45 18.26 2.27 %  
SPI 4971.19 83.35 1.71 %  
FTSE 100 5255.53 90.88 1.76 %  
Dow Jones * 11231.78 -25.77 -0.23 %  
Nasdaq 100 2150.88 0.00 0.00 %  
Nasdaq 2441.51 0.00 0.00 %  
OMX Nordic 40 823.96 23.04 2.88 %  
OMX Helsinki 25 1875.24 73.92 4.10 %  
OMX Stockholm 30 915.17 25.94 2.92 %  
OMX Copenhagen 20 368.30 4.89 1.35 %  

 

 

10:36 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.