10/10/2011

espoir...

de l'Investisseur ce soir...

APERÇU DES MARCHÉS

L'espoir renaît

Lundi, tous avaient le regard rivé sur Dexia qui a fait l'objet d'un accord ce WE pour démanteler le groupe. Vers 14h30, sa cotation a repris. Au départ, le cours a fortement dévissé, lâchant à certain moment 30% pour se reprendre ensuite et limiter la perte à 4,7%. La plupart des actions bancaires ont clôturé plus haut. Merkel et Sarkozy ont promis ce WE de trouver au plus tard fin de ce mois un plan général et coordonné pour les banques. Les bourses européennes ont considéré ces décisions sages et se sont mises à monter, en moyenne de 2%. Les plus grandes hausses sont à mettre au compte de CGG Veritas (+6,7%), USG People (+6,3%), Bekaert (+6,5%) et Dockwise (+4,9%). CSM a joué la fausse note avec un repli d'un bon 20%. A Bruxelles, Arseus a cédé 1,4%. L'euro a progressé de 2% face au dollar. A Wall Street, les indices grimpent de 2% vers 18h belges. Ici aussi les valeurs bancaires s'en tirent bien. Bonne nouvelle, le taux belge à dix ans a progressé de seulement 9 pts de base et c'était d'ailleurs aussi le cas en Allemagne, de sorte que l'écart n'a pas changé. Le cours du pétrole se renchérit de 3% et l'or de 2%.

Cette semaine, nous portons notre attention aux obligations de Dexia et à l'(in) sécurité des produits d'épargne et d'investissement. Lisez aussi L'Investisseur en ligne.

Le fonds souverain chinois à la rescousse des Bourses :

 

par Aileen Wang et Jason Subler

PEKIN/SHANGHAI (Reuters) - Une filiale du fonds souverain chinois a commencé lundi à acheter des actions de grandes banques du pays, le signe le plus clair à ce jour de la volonté de Pékin de soutenir ses marchés boursiers.

L'indice de référence de la Bourse de Shanghai a cédé près de 17% depuis le début de l'année en raison notamment des craintes d'un resserrement monétaire et d'un ralentissement de l'économie chinoise.

Les achats d'actions entamés lundi sont les premiers entrepris par Central Huijin Investment depuis la crise financière de 2008-2009 et constituent la première démarche de soutien à la Bourse officiellement reconnue par les autorités.

Huijin est une filiale du fonds souverain China Investment Corp, riche de 400 milliards de dollars et déjà premier actionnaire des quatre premières banques du pays. Il a commencé lundi à racheter des actions dans ces dernières, a rapporté l'agence de presse officielle Xinhua après la fermeture des marchés locaux.

"En fait, le gouvernement agit pour afficher sa confiance car il estime que les valorisations actuelles sont un peu en dessous du niveau raisonnable", a commenté Victor Wang, analyste bancaire chinois de Macquarie Securities.

Agricultural Bank of China et Industrial and Commercial Bank of China ont précisé par la suite que Huijin avait acheté 39,1 millions et 14,6 millions respectivement de leurs actions cotées à Shanghai.

HONG KONG FINIT EN NETTE HAUSSE

Huijin a l'intention de continuer à accroître ses participations d'ici un an, ont précisé les deux groupes aux autorités boursières de Hong Kong.

L'indice Hang Seng de Hong Kong, où les marchés boursiers ferment plus tard que ceux de Shanghai et de Shenzhen, a nettement progressé dans les derniers échanges après l'annonce des investissements d'Huijin.

Les autorités de Pékin avaient déjà eu recours à Huijin pour soutenir les cours des banques en septembre 2008. A l'époque, la Bourse de Shanghai avait rebondi de 9,5% au lendemain de l'annonce de ces achats, un terrain qu'elle avait abandonné au cours des semaines suivantes.

Le mois dernier, la presse chinoise avait rapporté que le fonds de pension public avait reçu l'autorisation d'investir pour environ 10 milliards de yuans (1,6 milliard de dollars) sur le marché boursier local. Et en août, des médias officiels avaient annoncé que les assureurs chinois, pour la plupart contrôlés par l'Etat, avaient investi plusieurs milliards sur le marché boursier.

Certains analystes estiment que le gouvernement pourrait aussi freiner les introductions en Bourse, comme il l'a déjà fait dans la passé en période de marasme boursier.

Paris et les Bourses européennes clôturent en nette hausse :

 

LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en nette hausse lundi, confortant leurs gains des trois dernières séances après la promesse de Paris et Berlin d'apporter d'ici début novembre un plan de sortie de crise pour la zone euro, qui passera notamment par une recapitalisation des banques européennes.

A Paris, l'indice CAC 40 a progressé de 2,13% à 3.161,47 points. Le FTSEurofirst 300 s'est adjugé 1,72%, tandis que Londres a gagné 1,80% et Francfort 3,02%.

L'action Dexia, dont la cotation a repris à 12h30 GMT, a fini en baisse de 4,73% à 0,805 euro après un plongeon initial. L'action était repassée dans le vert, inscrivant un plus haut de séance à 0,92 euro contre un plus bas à 0,60 euro. La Belgique, la France et le Luxembourg ont donné dans la nuit le coup d'envoi au plan de démantèlement de la banque franco-belge.

Le plan de sauvetage de la banque Dexia n'a aucun impact pour le moment sur la note souveraine de la France, la meilleure possible, avec une perspective stable, a déclaré lundi l'agence de notation Moody's.

L'indice européen du secteur bancaire a gagné 1,97% après avoir cédé jusqu'à 1,1% dans la matinée, signe de la prudence des investisseurs face au plan franco-allemand. Depuis le début de l'année, l'indice a fondu de près de 31%.

La France et l'Allemagne ont commencé à travailler sur un plan de sortie de crise pour la zone euro, mais il ne faut pas s'attendre à un "remède miracle", a dit lundi un porte-parole du gouvernement allemand.

La monnaie unique progresse autour de 1,36 dollar à un plus haut de plus d'une semaine, soutenue par les annonces de Berlin et Paris.

Service économique

 

18:45 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

C'est le début de la fin.

Écrit par : Comment maigrir | 11/10/2011

Les commentaires sont fermés.