27/09/2011

BELLE JOURNEE...

ACTIONS

Les Bourses européennes devraient commencer la séance en hausse mardi. Un regain de volatilité est à prévoir tandis que la saga de la dette souveraine de la zone euro se poursuit. Les valeurs énergétiques et minières pourraient gagner du terrain, grâce à la progression des prix des matières premières. Le secteur financier pourrait également enregister un rebond.

Selon Cantor Index, le FTSE devrait ouvrir en hausse de 111 points, à 5.200 points, tandis que le DAX gagnerait 107 points à 5.438 points, et le CAC, 50 points à 2.910 points.

"Ces mouvements extrêmes sur les marchés d'actions mettent en relief les profondes incertitudes auxquelles nous sommes confrontés", explique Louise Cooper, analyste de BGC Partners.

"Compte tenu du peu de détails tangibles [concernant les options des dirigeants européens pour résoudre la crise de la dette], les marchés devraient rester agités", avertit Michael Hewson chez CMC Markets.

Un accès d'optimisme a permis aux marchés d'actions de gagner du terrain lundi, mais toute progression peut rapidement être effacée, souligne Michael Friis Jorgensen, analyste chez Alm. Brand Markets à Copenhague.

"Les gros problèmes sur lesquels les marchés se focalisent actuellement sont la croissance sur les marchés matures et l'évolution de la crise de la dette grecque", note-t-il. "Ces questions ne trouveront pas de réponses avant des semaines ou des mois, donc toute amélioration de la confiance risque d'être de très courte durée."

Les contrats à terme sur les valeurs américaines sont dans le vert mardi. Wall Street a bondi lundi, et l'indice Dow Jones des valeurs industrielles a enregistré sa plus forte hausse en pourcentage depuis plus d'un mois, grâce aux espoirs d'un renforcement du dispositif anti-crise en Europe. Les marchés américains ont clôturé près de leur plus haut niveau de la séance.

"Le marché était d'humeur à rebondir, [bien que ce ne soit] que des paroles", note Tony Norris, codirigeant du Wells Fargo Advantage International Bond Fund à Londres. "A moins qu'il y ait un peu plus d'action, le répit va être de très courte durée".

Les marchés asiatiques ont fortement progressé mardi, en réaction à l'évocation de nouvelles mesures pour soutenir les pays européens en difficulté financière.

 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient ouvrir en légère baisse mardi du fait de l'espoir grandissant d'une résolution de la crise de la dette souveraine dans la zone euro, tandis que les investors gardent un oeil sur la politique de la Banque centrale européenne.

"Certains facteurs favorables du week-end continuent d'avoir leur effet", observe Richard McGuire, stratégiste taux chez Rabobank. "Les investisseurs partent du principe qu'il n'y a pas de fumée sans feu", poursuit-il, en référence aux spéculations de lundi concernant de nouvelles mesures qui pourraient être prises dans la zone euro.

"La tendance générale est encore à l'aversion au risque, à moins que des initiatives interviennent rapidement, ce qui, bien sûr, ne sera pas le cas", a-t-il ajouté.

Les membres du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne émettent des signaux divergents sur la politique monétaire, certains laissant maintenant la porte ouverte à un abaissement des taux d'intérêt face au ralentissement de l'économie de la zone euro.

Le président de la banque centrale autrichienne, Ewald Nowotny, a ainsi laissé entendre que les taux d'intérêt pourraient être abaissés prochainement. "La BCE ne s'engage jamais à l'avance, et une baisse des taux ne peut être exclue", a-t-il déclaré à Markets News International. Erkki Liikanen, un autre membre du conseil des gouverneurs de la BCE, s'est lui montré lundi favorable à une réduction des taux d'intérêt.

Les obligations d'Etat américaines se replient mardi. Elles ont perdu du terrain lundi, en raison de l'espoir que les autorités mondiales mettent au point un plan pour résoudre la crise dans la zone euro.

La presse a notamment rapporté que les autorités envisageaient d'augmenter la taille du Fonds européen de stabilité financière à 2.000 milliards d'euros, contre 440 milliards d'euros actuellement.

Le principal événement macroéconomique de mardi sera la parution, à 16h00, de l'indice de confiance des ménages du Conference Board aux Etats-Unis pour le mois de septembre.

 

CHANGES

L'euro évolue peu mardi, alors que le marché attend des signes d'avancées dans la résolution de la crise de la dette souveraine de la zone euro.

Selon Omer Esiner, analyste marché en chef de Commonwealth Foreign Exchange, les propositions de renforcement du fonds de sauvetage européen ne sont qu'un emplâtre sur une jambe de bois, car on ne s'attaque pas à de nombreux facteurs clés à l'origine de l'insolvabilité de la Grèce et de la vulnérabilité de la zone euro.

L'euro s'est apprécié lundi, à la faveur des progrès signalés dans les efforts pour enrayer la propagation de la crise de la dette dans la zone euro. "On a déjà eu ce type de rebond temporaire de nombreuses fois auparavant, les marchés remontant prendre de l'air après avoir plongé pendant plusieurs jours, et il s'agit là probablement encore d'un court répit", estime Kazuhiro Takahashi, responsable de la recherche et de la stratégie d'investissement chez Daiwa Securities.

 

PETROLE

Les cours du pétrole brut montent, accompagnant la progression des Bourses asiatiques, alors que les investisseurs recherchent les bonnes affaires sur les marchés des matières premières et des actions, espérant qu'une solution aux problèmes de dette souveraine dans la zone euro se dessine bientôt.

Les investisseurs ont bien réagi à une information de presse indiquant que les autorités européennes travaillaient activement à l'élaboration d'un plan visant à utiliser les fonds du mécanisme de sauvetage de la zone euro pour soutenir les banques européennes en difficulté.

Les opérateurs restent toutefois prudents en raison des inquiétudes persistantes concernant l'économie de l'Europe et des Etats-Unis. "Aujourd'hui, tous les regards devraient se tourner vers l'indice de confiance des ménages du Conference Board pour septembre, qui devrait s'inscrire en hausse à 46, contre 44,5 en août", observe Stephen Schork, éditeur du Shorck Report.

A 06h00, le contrat sur le Brent pour livraison en novembre gagnait 1,47 dollar, à 105,41 dollars le baril. Vers 07h20, le contrat de novembre sur le brut du Nymex prenait 1,63 dollar, à 81,87 dollars le baril.

09:26 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.