26/09/2011

petits ajustemnts..17h19 + Dexia... :(

Dexia n'a pas fini de purger ses actifs toxiques

lundi 26 septembre 2011 à 10h09

La banque franco-belge Dexia pourrait être obligée de céder quelque 20 milliards d'euros d'actifs toxiques avec une perte de 2 milliards à la clé, selon Les Echos. Autre solution envisagée: un rapprochement avec la CDC et la Banque postale.

© Reuters

La banque franco-belge Dexia, passée à deux doigts de la faillite en 2008 et qui supporte depuis de lourds actifs toxiques, pourrait accroître son programme de cession de ces derniers, logés dans les obligations, de 20 milliards d'euros, selon Les Echos de lundi.

Le journal cite une source proche de la banque qui affirme que cette dernière, qui a déjà cédé près de 80 milliards d'euros d'actifs depuis la crise, a besoin de porter ce chiffre à 100 milliards. "Les taux d'intérêts étant très bas, il faut mettre d'avantage d'actifs en collatéral (garantie fournie par le débiteur à son créancier) et ce besoin (en financement) atteint 100 milliards d'euros", selon cette source.

Le journal affirme que la banque pourrait supporter une perte de deux milliards d'euros sur la cession de ces actifs dont la valeur fluctue, tout en maintenant son taux de fonds propres durs (Tier-1) au dessus de 9%.

Les Echos citent une source proche de la banque qui affirme que "même en prenant l'hypothèse d'une perte de 10%" sur la valeur des actifs cédés, la provision de 1,8 milliard d'euros passé au deuxième trimestre à cet effet, "permet à Dexia de céder 18 milliards d'euros" d'actifs toxiques. Les banques françaises sont sous le feu des marchés en raison des craintes sur leur exposition à la crise de la dette souveraine qui frappe la zone euro.

Les Echos estiment qu'une autre piste est envisagée par la banque pour alléger son bilan. Rebondissant sur une information du Figaro de samedi selon laquelle Dexia pourrait se rapprocher de la Caisse des dépôts et de la Banque Postale pour créer une banque publique des collectivités locales. L'opération permettrait à Dexia de se défaire, en les extériorisant, de quelque 80 milliards d'euros de crédits aux collectivités locales. (si je comprends bien, ils voudraient refiler leur m... à d'autres..CC..)

Trends.be avec L'Expansion.com

Wall Street sans direction, attend du concret en Europe :


Panneau indiquant Wall Street devant la Bourse de New York © AFP/Archives  Stan Honda
Panneau indiquant Wall Street devant la Bourse de New York
© AFP/Archives  Stan Honda

La Bourse de New York évoluait sans direction lundi en milieu de matinée dans un marché prudent après le recul spectaculaire de la semaine dernière, attendant des actions concrètes en Europe: le Dow Jones grignotait 0,26% et le Nasdaq lâchait 1,24%.

Vers 14H35 GMT, le Dow Jones Industrial Average gagnait 27,51 points à 10.798,99 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, reculait de 30,70 points à 2.501,48 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500, sur lequel les analystes basent leurs réflexions en raison de sa composition étoffée, abandonnait 0,29% (3,31 points) à 1.148,37 points.

Wall Street avait conclu vendredi sur une hausse sa pire semaine en trois ans: le Dow Jones avait pris 0,35%, le Nasdaq 1,12% et le S&P 500 0,61%.

Les marchés américains "essaient de récupérer les lourdes pertes de la semaine dernière, aidés par une hausse soutenue des Bourses européennes dont les valeurs financières progressent en raison de spéculations sur les éventuelles mesures supplémentaires que les dirigeants politiques vont mettre en place pour combattre la crise de la dette" dans la zone euro, ont noté les analystes du cabinet Charles Schwab.

"La vigueur des vagues d'achat" aidera à voir si les marchés ont bien atteint un creux et vont rebondir, ou s'ils doivent encore accroître leur recul, a souligné Scott Marcouiller, de Wells Fargo Advisor.

Les Bourses suivaient toujours avec attention l'évolution de la crise de la dette souveraine en Europe, toujours inquiètes des conséquences internationales qu'aurait un défaut de la Grèce.

Et de manière générale, soulignaient les analystes, les marchés doutaient de la capacité des Etats et institutions internationales à s'entendre à temps pour endiguer le péril de la dette et de la récession.

Les investisseurs n'ont pas "été convaincus" du fait que les dirigeants du G20, réunis ce week-end à Washington, "soient capables de maintenir l'ordre" sur les marchés mondiaux, a remarqué Patrick O'Hare, du site d'analyse financière Briefing.com.

"En bref, le marché veut voir pour y croire, il veut des actions plus que des mots", a-t-il résumé.

En attendant, les Bourses européennes progressaient en raison de rumeurs voulant que la Banque centrale européenne réduise bientôt ses taux d'intérêts, ajoutées aux discussions à la tête de l'Europe d'un renforcement des instruments du Fonds de secours (FESF).

Egalement, la perspective d'un renflouement de certaines banques hexagonales par le gouvernement français, évoquée par la presse mais démentie par plusieurs sources, était accueillie positivement alors que la semaine dernière une telle hypothèse était vue comme un très mauvais présage par les marchés.

"Toutefois, aucune de ces éventuelles mesures des dirigeants de la zone euro n'a été confirmée à ce stade", ont insisté les analystes du cabinet Charles Schwab.

Du côté des valeurs, le constructeur aéronautique américain Boeing gagnait 1,61% à 60,47 dollars: l'avionneur de Seattle va remettre lundi à la compagnie aérienne japonaise All Nippon Airways (ANA) le premier exemplaire de son nouveau long-courrier 787 "Dreamliner", après trois ans de retard.

Le loueur de vidéos sur internet Netflix prenait 1,83% à 131,73 dollars. Il a conclu un accord avec le studio d'animation DreamWorks pour la diffusion de ses films et émissions spéciales, selon le New York Times.

L'action Berkshire Hathaway de classe A grimpait de 4,52% à 104.850 dollars et celle de classe B de 5,06% à 69,73 dollars. La holding financière dirigée par le milliardaire Warren Buffett a annoncé lundi qu'elle lançait un programme de rachat de ses propres actions, justifié par le cours actuel selon elle insuffisant.

Le marché obligataire était en baisse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans progressait à 1,856% contre 1,808% vendredi soir et celui à 30 ans à 2,941% contre 2,871%.

INDICES à 17H21...

BEL 20 * 2055.23 33.86 1.68 %  
AEX * 269.46 4.74 1.79 %  
CAC 40 * 2857.31 47.20 1.68 %  
Euronext 100 * 540.53 7.57 1.42 %  
Next 150 * 1268.13 4.96 0.39 %  
DAX 5322.95 126.39 2.43 %  
FTSE MIB 14030.74 365.83 2.68 %  
IBEX 35 8160.20 163.30 2.04 %  
SMI 5390.12 91.29 1.72 %  
SLI 802.62 15.39 1.95 %  
SPI 4885.64 72.81 1.51 %  
FTSE 100 5066.52 -0.29 -0.01 %  
Dow Jones * 10897.53 126.05 1.17 %  
Nasdaq 100 2196.00 -10.86 -0.49 %  
Nasdaq 2473.98 -9.25 -0.37 %  
OMX Nordic 40 783.20 7.60 0.98 %  
OMX Helsinki 25 1786.69 15.07 0.85 %  
OMX Stockholm 30 868.95 6.60 0.77 %  
OMX Copenhagen 20 341.62 2.90 0.85 %


ET L'OR RECULE ENCORE...MONSEIGNOR....

Pétrole (New York) 78.80 -1.31%
  EUR/USD 1.3504 0.10%
  Euribor 1 an 2.057 -0.15%
  Gold Index 1 605.50 -2.25%

17:22 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.