05/09/2011

BAISSE ATTENDUE...9H06;;USA CLOSED TODAY...

ACTIONS

Les places boursières européennes devraient ouvrir en baisse lundi, en raison de l'aversion au risque apparue après la publication du rapport sur l'emploi salarié hors secteur agricole aux Etats-Unis vendredi et des inquiétudes à l'égard de la crise de la dette souveraine en Europe. Les échanges devraient toutefois être assez peu nourris compte tenu de la fermeture des marchés américains pour cause de fête du Travail.

IG Markets prévoit que le FTSE ouvrira en repli de 70 points, à 5.222 points, tandis que le DAX perdrait 60 points, à 5.478 points. Le CAC est attendu en baisse de 55 points, à 3.094 points.

L'attention des marchés d'actions se portera, comme d'habitude, sur "le moindre détail concernant la santé de l'économie mondiale et de la dette souveraine de la zone euro", observe Mattias Gredmark, stratégiste chez SEB.

Dirigeants politiques et économistes réunis au lac de Côme ce week-end ont appelé le gouvernement italien à s'assurer d'une approbation rapide de ses mesures d'austérité. L'appel le plus fort est venu du président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet, qui a déclaré qu'il n'incombait pas qu'à la BCE de résoudre les problèmes de dette de la région.

Le Premier ministre français François Fillon s'est quant à lui déclaré ouvert à des amendements aux mesures annoncées récemment pour garantir l'atteinte des objectifs de déficit de la France.

Les débats parlementaires commencent cette semaine sur les mesures supplémentaires annoncées par F.Fillon pour générer 1 milliard d'euros d'économies cette année et 11 milliards d'euros l'année prochaine.

Les contrats à terme sur les indices d'actions américains évoluent dans le rouge lundi. Wall Street a clôturé en forte baisse vendredi, en réaction à la morosité des chiffres de l'emploi outre-Atlantique, qui a ravivé la crainte d'une récession.

Les valeurs asiatiques se replient fortement lundi, tirées vers le bas par les valeurs cycliques et celles sensibles à l'évolution de l'économie.

 

OBLIGATIONS

Les prix des obligations d'Etat européennes devraient progresser lundi. Seules deux émissions d'emprunts d'Etat sont prévues cette semaine dans la zone euro, en Slovaquie et en Autriche, alors que le calendrier des adjudications est chargé en septembre, avec 70 à 90 milliards d'euros d'émissions brutes obligataires attendues.

La semaine dernière, la demande s'est accrue pour les obligations allemandes et britanniques, en raison des craintes que l'Italie ne parvienne pas à atteindre ses objectifs de réduction du déficit d'ici 2013 et que le nouveau plan d'aide à la Grèce échoue. Le rendement du Bund à dix ans a chuté à un nouveau record de 1,964% et celui du gilt de même maturité s'est rapproché du point bas historique qu'il avait atteint en août.

Les prix des obligations du Trésor américain évoluent de manière contrastée lundi. Ils ont grimpé vendredi après la publication aux Etats-Unis de chiffres de l'emploi perçus comme décevants. Le rendement des titres à dix ans est brièvement passé sous la barre de 2% pour la deuxième fois en moins de trois semaines. Le taux de l'obligation à 30 ans est descendu à son plus bas niveau depuis janvier 2009.

"Nous pouvons très facilement envisager un déclin du rendement à dix ans à 1,75% dans un délai relativement court avec un nouvel effondrement de l'écart de rendement deux ans/dix ans à 150 points de base", note Christopher Sullivan, directeur des investissements chez United Nations Federal Credit Union.

 

CHANGES

L'euro poursuit sa baisse lundi en Asie, alors que la crise de la dette grecque revient sur le devant de la scène. Les résultats des élections locales ayant eu lieu ce week-end en Allemagne montrent en effet que le parti de la chancelière allemande Angela Merkel n'est plus aussi soutenu qu'auparavant.

Cette situation accentue les pressions pesant sur A.Merkel, qui est déjà la cible de critiques en Allemagne pour sa gestion de la crise de la dette de la zone euro et le ralentissement de l'économie en Allemagne.

Les résultats de ces élections devraient peser sur l'euro dans la mesure où cette perte d'influence régionale intervient au moment où le parti d'A.Merkel se prépare à un vote très attendu du Parlement allemand sur le mécanisme de sauvetage temporaire de la zone euro.

Cette nouvelle survient également après l'annonce, vendredi, de la suspension des discussions entre le gouvernement grec et les représentants du Fonds monétaire international, de la Banque centrale européenne et de la Commission européenne sur l'apport de nouveaux fonds au pays.

L'euro est également pénalisé par un regain d'aversion au risque après les chiffres moroses parus sur l'emploi salarié hors secteur agricole aux Etats-Unis vendredi et la diminutions des attentes de relèvement des taux d'intérêt de la BCE, observent des intervenants du marché.

La monnaie unique pourrait tomber à 1,4000 dollar en séance, selon certains intervenants du marché, mais devrait trouver un support à ce niveau-là, qui est proche de sa moyenne mobile à 200 jours face au billet vert, maintenant à 1,4011 dollar.

09:07 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.