31/08/2011

BONJOUR LES AMIS..9H14 ,ENCORE UN PEU MIEUX,MAIS CALME.

DJIA 11.559,95 points +0,18% Nasdaq 2.576,11 points +0,55% S&P 500 1.212,92 points +0,23% Nikkei 225 8.956,46 points +0,03% (en séance) Cours de change à 06h50 Variation par rapport à la clôture à New York USD/JPY 76,57 -0,22% EUR/USD 1,4435 -0,05% EUR/JPY 110,55 -0,26% 

ACTIONS

Les marchés d'actions européens devraient évoluer de manière contrastée mercredi en début de séance, alors que les investisseurs attendent la parution de nouveaux indicateurs pour évaluer la santé économique de la région.

Selon Cantor Index, le FTSE pourrait céder 5 points à l'ouverture, à 5.263 points, le DAX perdrait 3 points à 5.641 points, tandis que le CAC progresserait de 9 points à 3.169 points.

"Le niveau actuel de l'indice de confiance économique [...] indique probablement que le redressement de la zone euro s'est interrompu", note Peter Vanden Houte, économiste chez ING.

Les contrats à terme de Wall Street affichent un tableau inégal mercredi, après une clôture en hausse des marchés américains mardi, à la faveur des minutes de la Réserve fédérale.

La Fed a notamment débattu lors de sa réunion du 9 août des outils restant à sa disposition pour relancer l'économie, et certains membres ont évoqué un possible troisième plan d'assouplissement quantitatif ou QE3.

"Tout ce qui fait penser à un possible QE3 est jugé comme positif", souligne Steve Sosnick, gérant chez Timber Hill/Interactive Brokers Group.

Par ailleurs, "nombre d'investisseurs et d'opérateurs en général préfèrent ne pas prendre de positions importantes avant la parution du rapport sur l'emploi", note Paul Nolte, chez Dearborn Partners. Le rapport sur l'emploi non agricole aux Etats-Unis pour le mois d'août paraîtra vendredi.

Les marchés asiatiques évoluent en ordre dispersé mercredi, après deux séances de hausse, pénalisés par des indices de confiance moroses aux Etats-Unis et en Europe.

Les données sur la production industrielle au Japon et en Corée du Sud sont ressorties inférieures aux attentes en juillet, suggérant que le secteur manufacturier en Asie perd de l'élan en raison de l'affaiblissement de la demande américaine et européenne.

 

OBLIGATIONS

Les Bunds et les gilts pourraient démarrer la séance sur une note contrastée, se disputant l'attention des investisseurs alors que des données macroéconomiques négatives ont été publiées dans la zone euro comme au Royaume-Uni.

Les statistiques sur les prix à la consommation dans la zone euro, attendues mercredi à 11h00, devraient faire apparaître un taux d'inflation bien supérieur à l'objectif à moyen terme de la Banque centrale européenne. Mais à la moindre surprise, ceux qui investissent dans les Bunds pourraient reconsidérer leurs positions.

"C'est une question de rattrapage pour ce qui concerne les gilts. Leur sous-performance [par rapport aux Bunds] pourrait être également due à des ajustements avant l'adjudication de gilts de jeudi", explique un stratégiste.

La confiance des ménages au Royaume-Uni s'est à nouveau affaiblie en août pour atteindre son plus bas niveau en quatre mois, ce qui fait craindre un retour du pays en récession, note GfK NOP.

Les obligations du Trésor américain s'inscrivent en hausse mercredi. Les emprunts d'Etat à maturité longue ont été très prisés jeudi des investisseurs en quête de sécurité, du fait des inquiétudes suscitées par les perspectives économiques mondiales.

L'emprunt à 30 ans a tiré le marché des obligations du Trésor vers le haut, soutenu par la dégradation de la confiance des ménages aux Etats-Unis et en zone euro, de même que par les minutes de la réunion de la Fed du 9 août, qui ont montré que les banquiers centraux avaient constaté une augmentation des risques pour l'économie.

Cette progression a également été favorisée par l'évocation par certains membres de la Fed de diverses options pour relancer l'économie, dont la possibilité d'une troisième vague d'assouplissement quantitatif.

 

CHANGES

L'euro subit quelques pressions par rapport au yen, au franc suisse et à la livre sterling, après la parution mardi d'un indice de confiance des ménages dans la zone euro peu encourageant, qui est venu rappeler aux investisseurs que la crise des dettes souveraines continuait à peser sur l'économie de la région.

Alors que les intervenants du marché tentent de déterminer de quelle manière les dirigeants européens vont parvenir à juguler la crise, l'indice de confiance économique de la zone euro publié par la Commission européenne est ressorti inférieur aux attentes, à 98,3 en août contre 103 en juillet, soit son plus bas niveau depuis plus d'un an.

Cette déception, venue s'ajouter à une adjudication d'emprunts d'Etat décevante en Italie qui a ravivé les craintes que la crise puisse gagner la troisième économie européenne, a contribué à entraîner l'euro sous la barre de 1,44 dollar. La monnaie unique se situe toutefois à un niveau supérieur de 4,4% à celui qu'elle affichait à la mi-juillet, lorsque les craintes d'un défaut de la Grèce l'avaient fait plonger à son plus bas niveau depuis mars.

 

PETROLE

Les contrats à terme sur le pétrole évoluent sur une note contrastée mercredi, l'impact de la hausse des stocks de brut aux Etats-Unis annoncée par l'American Petroleum Institute étant contrebalancé par les craintes au sujet de la situation dans la région de la mer Rouge, indiquent des analystes.

A 06h00, le contrat d'octobre sur le Brent coté à l'ICE de Londres s'adjugeait 8 cents, à 114,10 dollars le baril. Vers 07h00, le contrat d'octobre sur le brut léger doux du Nymex perdait 29 cents, à 88,61 dollars le baril.

Les marchés pétroliers sont freinés par le rapport de l'API, qui a signalé un bond des réserves de brut aux Etats-Unis, observe Nick Trevethan, stratégiste matières premières chez ANZ Research.

"Le rapport de l'API, qui a été publié hier, met en évidence une augmentation signification des stocks américains, ce qui va logiquement exercer certaines pressions sur le marché", ajoute-t-il à l'AFP.


09:14 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.