23/08/2011

ENCORE DU MIEUX...9H25

Paris entame bien la séance :



(AOF) - La Bourse de Paris prolonge le rebond initié lundi. A 9h05, le CAC 40 gagne 1,20% à 3 087 points. Toutes les valeurs sont dans le vert. Wall Street a terminé en légère hausse hier tandis que la Bourse de Tokyo vient de clôturer en nette progression (+1,22% pour le Nikkei). Les opérateurs restent attentifs à l'évolution de la situation en Libye. Comme hier, les titres des valeurs européennes de l'énergie profitent de la chute du régime Kadhafi. Total gagne 2,45%, Technip 2,44%.


Mais ce sont les valeurs bancaires, massacrées depuis plusieurs semaines, qui se démarquent le plus favorablement (+2,77% pour Crédit Agricole, +2,72% pour Natixis, +2,49% pour Société Générale).

ACTIONS

Les marchés d'actions européens pourraient gagner du terrain mardi en réaction à la progression de Wall Street cette nuit, mais le sentiment du marché reste incertain, il est donc possible que la séance soit de nouveau volatile.

D'après Cantor Index, le FTSE devrait ouvrir en hausse de 23 points, à 5.118 points, tandis que le DAX progresserait de 2 points, à 5.475 points, et le CAC de 9 points, à 3.060 points.

Selon certains opérateurs, il faudra voir si la progression des marchés lundi peut se poursuivre alors que les perspectives de l'économie internationale et la dette des pays de la zone euro continuent d'inquiéter les investisseurs, notamment depuis que la chancelière allemande Angela Merkel a confirmé que son pays s'opposait à la création d'obligations communes aux membres de la zone euro.

Les marchés seront attentifs mardi à la publication de l'indice de confiance des investisseurs allemands, avant la publication d'un rapport sur la croissance aux Etats-Unis et une réunion des banques centrales mondiales vendredi.

"On peut s'attendre à de la volatilité cette semaine car les investisseurs prennent des positions en vue de la réunion des gouverneurs des banques centrales internationales à Jackson Hole, dans le Wyoming, à la fin de la semaine", souligne Joshua Raymond, stratégiste en chef pour les marchés chez City Index.

Les investisseurs espèrent que le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke dévoilera, lors de son discours à Jackson Hole vendredi, de nouvelles mesures pour stimuler l'économie américaine, en perte de vitesse.

Les contrats à terme sur les indices d'actions américains progressent mardi. Lundi, Wall Street a enregistré de légers gains au terme d'une séance en dents de scie, caractérisée par des achats à bon compte après quatre semaines consécutives de baisse.

Les places boursières asiatiques s'inscrivent en hausse mardi, soutenues par l'avancée des marchés américains. Les valeurs japonaises bénéficient également de la stabilité du yen face au dollar.

 

OBLIGATIONS

Bunds et gilts pourraient présenter un tableau contrasté mardi, l'absence de nouvelles fraîches sur les problèmes budgétaires de la zone euro et des Etats-Unis se traduisant par une faible activité sur le marché.

Eu égard à la faiblesse des volumes, les pertes accusées lundi peuvent être rapidement effacées, d'autant que les investisseurs restent préoccupés par la crise de la dette de la zone euro. Les opérateurs feront également de la place dans leurs portefeuilles pour l'émission en Allemagne de 6 milliards d'euros de Bunds à dix ans mercredi, tandis que toute progression des bons du Trésor américain devrait être limitée avant l'adjudication de 99 milliards de dollars d'emprunts d'Etat.

Selon le stratégiste Esbjorn Lundevall, chez SEB, l'indicateur économique avancé de l'institut de conjoncture allemand ZEW pourrait attirer l'attention mardi. "Il est possible que l'indicateur ZEW réserve une très mauvaise surprise", observe-t-il.

Les indices PMI attendus mardi pourraient également montrer un ralentissement de l'activité des entreprises dans la zone euro.

Les prix des obligations d'Etat américaines baissent mardi après une performance négative lundi. Certains analystes ont averti que les investisseurs qui espèrent un nouveau programme de rachat d'obligations d'Etat aux Etats-Unis pour soutenir l'économie seront déçus.

L'attention se tourne vers la conférence annuelle des banquiers centraux qui se tiendra à Jackson Hole, dans le Wyoming, à partir du 26 août. C'est à cette occasion que le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke avait pour la première fois évoqué la possibilité d'un second programme de rachat d'obligations en août 2010.

Cependant, les analystes soulignent qu'il existe aujourd'hui davantage d'obstacles à un nouveau cycle d'assouplissement monétaire, notamment l'accélération de l'inflation et l'opposition de trois membres du comité de politique monétaire de la Fed.

Le marché devrait avoir du mal à trouver une orientation avant la conférence.

 

CHANGES

L'euro et la livre sterling s'affaiblissent légèrement face au dollar, qui stagne par rapport au yen, tandis que l'attention des investisseurs se tourne vers les indicateurs économiques en l'absence de nouvelles fraîches sur la dette des pays membres de la zone euro.

Si l'indicateur ZEW du climat des affaires en Allemagne au mois d'août, qui sera publié à 11h00, se révèle plus solide que prévu, l'euro pourrait tester le seuil de 1,4450 dollar. En cas de franchissement de ce niveau, l'euro pourrait se hisser jusqu'à la résistance qui se situe à 1,4500 dollar, indique Junichi Ishikawa, analyste devises chez IG Markets Securities.

Même si l'indicateur ZEW n'est pas à la hauteur des attentes, la paire euro-dollar devrait profiter d'un support à 1,4250 dollar environ, alors que l'attention se tourne vers le sommet de la Réserve fédérale américaine, qui débutera vendredi à Jackson Hole, dans le Wyoming, précise Junichi Ishikawa.

 

PETROLE

Les cours pétroliers évoluent en dents de scie mardi pendant la séance asiatique, alors que les opérateurs suivent de près l'évolution de la crise en Libye, où les rebelles crient victoire mais où les fils de Mouammar Kadhafi clament que le dirigeant libyen reste au pouvoir.

A 06h00, le contrat d'octobre sur le Brent de mer du Nord perdait 2 cents, à 108,34 dollars le baril, après avoir cédé jusqu'à 18 cents en début de séance.

Vers 07h20, le contrat d'octobre sur le brut du Nymex gagnait 65 cents, à 85,07 dollars le baril.

"Le Brent se replie en raison de l'espoir que la production de pétrole libyen reprenne bientôt alors qu'approche la fin de la guerre civile dans le pays", observe Ker Chung Yang, analyste chez Phillip Futures à Singapour.

Les rebelles libyens, qui ont pris le contrôle de la majeure partie de Tripoli, ont déclaré que l'"ère Kadhafi" était révolue, mais le fils du Colonel, Seif al-Islam, a affirmé à la presse que Tripoli restait "sous le contrôle" du régime..

Parallèlement, les analystes estiment qu'il pourrait falloir deux ans avant que la Libye retrouve ses niveaux de production pétrolière d'avant la révolution et que le moindre différend autour de la succession de M.Kadhafi pourrait également retarder la reconstruction de l'économie.

L'absence d'institutions fortes est un autre facteur susceptible d'entraver le retour à une production de brut normale dans le pays, observent-ils.

"Je ne pense pas qu'ils puissent redémarrer la production immédiatement. Cela pourrait se faire d'ici trois ou quatre mois mais il pourrait leur falloir deux ans avant de retrouver les niveaux de production d'avant", a estimé Shukri Ghanem, l'ancien ministre libyen du Pétrole en exil, au spécialiste de l'actualité sur le pétrole Platts lundi.

Avant que la révolte n'éclate en février, la Libye produisait 1,6 million de barils par jour et exportait 1,3 million de barils par jour, un pétrole brut que les raffineurs européens ont eu du mal à remplacer.


 LibelléDernierVar.
EUR/USD 1.4404 0.32%
Euribor 1 an 2.070 0%
Gold Index 1884.60 -0.65%
Pétrole (New York) 85.51 1.29%

09:27 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.