22/08/2011

BONJOUR.

DJIA 10.817,65 points -1,57% Nasdaq 2.341,84 points -1,62% S&P 500 1.123,53 points -1,50% Nikkei 225 8.703,96 points -0,18% (en séance) Cours de change à 06h50 Variation par rapport à la clôture à New York USD/JPY 76,71 -0,07% EUR/USD 1,4367 -0,10% EUR/JPY 110,22 -0,01% 

ACTIONS

Les places boursières européennes devraient une nouvelle fois ouvrir en baisse lundi, alors que la nervosité des investisseurs se reflète dans la volatilité persistante des marchés.

Cantor Index prévoit que le FTSE ouvrira en repli de 29 points à 5.011 points lundi, tandis que le DAX perdrait 45 points, à 5.435 points, et le CAC, 21 points, à 2.995 points.

Selon les analystes, les investisseurs s'inquiètent à la fois de la faiblesse de la croissance des grandes économies mondiales et de la crise de la dette dans la zone euro.

Dans une lettre dimanche, le ministre des Finances grec Evangelos Venizelos a appelé les dirigeants européens à envoyer "des messages clairs et positifs" aux marchés internationaux et aux pays européens sur l'accord qui prévoit que la Finlande reçoive des garanties en échange de sa participation au nouveau plan de sauvetage de la Grèce, qui crée la polémique parmi les membres de la zone euro.

Par ailleurs, un haut responsable européen a rejoint l'opposition franco-allemande à l'émission d'une euro-obligation commune aux 17 pays de la zone euro.

Le gouvernement néerlandais a la volonté de discuter d'une augmentation de la taille du Fonds européen de stabilité financière mais s'oppose à l'émission d'euro-obligations et demandera des garanties en échange de l'apport d'une aide à la Grèce si c'est le cas pour la Finlande, a déclaré dans un entretien paru lundi le ministre des Finances néerlandais Jan Kees de Jager.

Les contrats à terme américains se replient lundi, alors que Wall Street a déjà clôturé dans le rouge vendredi, les investisseurs craignant toujours une éventuelle récession mondiale et s'inquiétant de la santé du système bancaire européen.

En Asie, les marchés ont récupéré leurs pertes initiales pour afficher une performance contrastée lundi. Les valeurs minières et énergétiques montrent une certaine vigueur dans la région.

 

OBLIGATIONS

Les emprunts d'Etat allemands et britanniques pourraient débuter la séance de lundi sur une note mitigée alors que les investisseurs revoient leur stratégie pour tenir compte des récents gains des marchés obligataires, considérés comme des refuges.

Nomura conseille d'acheter des obligations de la banque fédérale allemande KfW ou des Pays-Bas plutôt que des Bunds. Les rendements des principaux marchés devraient s'approcher d'un niveau auquel les investisseurs préfèrent trouver des investissements ayant soit une qualité de crédit soit une liquidité légèrement inférieures mais présentant un meilleur rendement.

Les prix des bons du Trésor américain reculent lundi après avoir légèrement fléchi vendredi. Le rendement des titres à long terme a augmenté vendredi par rapport aux points bas historiques atteints précédemment, tandis que les actions chutaient et que les opérateurs revoyaient leurs positions et leurs perspectives pour l'économie mondiale.

"A moins d'une nouvelle chute des actions mondiales ou d'une nouvelle détérioration de la situation en Europe, le marché obligataire va avoir du mal à échapper à une correction", estiment David Ader et Ian Lyngen, stratégistes obligataires chez CRT Capital Group.

 

CHANGES

Le franc suisse reste ferme lundi face à l'euro et au dollar américain, alors que l'économie suisse a du mal à gérer la vigueur de la devise helvétique.

La Banque nationale suisse "rechigne à faire le prochain pas en arrimant sa devise ou en lui fixant une fourchette de fluctuations", observe Marc Chandler, directeur des changes au niveau mondial chez Brown Brothers Harriman à New York.

L'année dernière, la BNS a tenté d'intervenir et a perdu beaucoup d'argent. Selon les analystes, c'est cela qui retient la banque centrale de prendre des mesures drastiques.

Le yen s'affaiblit face au dollar, à l'euro et à d'autres grandes devises lundi, sous l'effet de spéculations sur une éventuelle nouvelle intervention des autorités japonaises sur les marchés des changes et sur fond de hausse des marchés d'actions asiatiques, qui érode la demande pour la valeur refuge qu'est le yen.

Si l'attention va se diriger sur le discours que prononcera le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, à l'occasion de la conférence annuelle de la banque centrale à Jackson Hole, dans le Wyoming, vendredi, Crédit Agricole estime qu'il existe de gros obstacles à la mise en oeuvre d'un troisième programme d'assouplissement quantitatif, ou QE3, et que de nouvelles mesures pour stimuler l'économie sont plus probables.

 

PETROLE

Les cours du pétrole évoluent de façon contrastée lundi après l'arrivée des rebelles à Tripoli, la capitale libyenne, tandis que le sort de Mouammar Khadafi semble incertain.

vers 7h20, le contrat de référence de New York, sur le brut léger doux pour livraison en septembre, perdait 21 cents par rapport à sa clôture de vendredi, à 82,05 dollars le baril. A 6h00, le baril de brut de mer du Nord pour livraison en octobre perdait 1,59 dollar, à 107,03 dollars.

Les rebelles libyens sont entrés dans Tripoli dans la nuit de dimanche à lundi, et occupent désormais la symbolique Place Verte, tandis que le fils du Colonel Khadafi, Seif al-Islam, a été arrêté.

Le 22/08/2011 à 08:35 - Mis à jour le 22/08/2011 à 08:40

Le marché parisien attendu hésitant, les inquiétudes subsistent

 

Le CAC 40 (PX1 3016.99 -1.92%) est attendu à l'équilibre, en dépit de la persistance des craintes liées à la conjoncture mondiale, au système bancaire européen et à la crise de la dette souveraine. Vendredi, le Dow Jones a perdu 1,57%, à 10.818 points, et le Nasdaq 1,62%, à 2.342 points. Le titre HP (Hewlett Packard) a plongé de 20%, les investisseurs sanctionnant la révision en baisse des perspectives (pour la troisième fois depuis début janvier), l'annonce du rachat du britannique Autonomy et de la scission de l'activité PC (dont le groupe est le leader mondial du secteur).

Les cours du pétrole sont à surveiller, l'entrée des rebelles libyens à Tripoli étant susceptible de peser sur une tendance déjà plombée par la dégradation des statistiques économiques. Le prix de l'once d'or a inscrit un nouveau record historique, à 1.886 dollars. Aucune statistique majeure n'est attendue aujourd'hui.

© Capital.fr

08:59 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.