18/08/2011

PC BANKING...LIRE.MARCHES HORRIBLES à -5%

PC banking piraté : la faute aux utilisateurs ?

jeudi 18 août 2011 à 11h59

Depuis une dizaine de jours, un logiciel malveillant sévit sur internet et vide les comptes en banques des utilisateurs des systèmes de PC bankings des grandes banques belges.

 

Plusieurs clients de Dexia et ING, un nombre restreint selon les banques, auraient vu leur compte se vider à 90 % lors d’une transaction bancaire.

Les banques BNP Paribas Fortis et la KBC parlent, quant à elles, de quelques signalements de clients qui avaient repéré quelque chose d'inhabituel au cours de leurs transactions mais réfutent la moindre perte financière. 

Quelques dizaines d'utilisateurs ont subi un préjudice pour un total des dommages qui se chiffre à quelques milliers d'euros, selon la Fédération belge du secteur financier (Febelfin). "Le nombre de fraudes reste limité, compte tenu de la quantité d'opérations de banque par internet: en 2010, on dénombrait ainsi quelque 500 millions d'opérations, effectuées par presque 7 millions d'utilisateurs", souligne toutefois la Fédération.

En effet, selon Olivier Bogaert, commissaire à la police judiciaire de Bruxelles en charge des nouvelles technologies, ce sont les utilisateurs eux-mêmes qui ont commis une erreur et non les banques. "Ce logiciel malveillant fonctionne comme beaucoup d’autres", explique Olvier Bogaert, "il demande à l’utilisateur de télécharger un plugin via les réseaux sociaux. Une fois installé, le logiciel se réveille lorsque le PC banking est actif. Une fenêtre pop up surgit et demande une signature électronique via le digipass. L’utilisateur envoie alors aux pirates une signature à jour avec laquelle ils pourront transférer l’argent des comptes".

Ce sont donc les utilisateurs non avisés ou imprudents qui sont les premières victimes de ce malware. Pour éviter d’être infecté, les mises à jour sont essentielles, explique Olvier Bogaert. "Les gens reviennent de vacances et vont sur internet sans faire les mises à jour nécessaires. Or il est très important de mettre à jour immédiatement les anti-virus, mais également de mettre à jour les logiciels installés sur les ordinateurs pour supprimer les failles sécuritaires", ajoute-t-il.

Les PC banking belges assez sécurisés ?

Selon Oliver Bogaert, les systèmes de sécurité belges qui utilisent des digipass et qui obligent l’utilisateur à avoir sa carte de banque avec lui sont beaucoup plus sûrs que les systèmes de certains pays qui nécessitent seulement un nom d’utilisateur et un mot de passe et qui peuvent être très facilement piratés.

Il préconise donc un renforcement de la prévention auprès des utilisateurs "qui ne sont pas nés avec internet et qui n’ont donc pas toujours les bons réflexes et peuvent être imprudents."

Les banques pourraient également être amenées à modifier leur système de sécurité en diminuant le temps de latence et en augmentant le nombre de codes.

Les institutions financières belges examminent actuellement toutes les fraudes au cas par cas. Si l'utilisateur est resté vigilant et s'il a suivi ces conseils et effectué ses opérations de paiement en toute bonne foi, "il sera indemnisé pour le préjudice subi", a annoncé Fevelfin. 

La Fédération rappelle encore que si les institutions financières prennent de très nombreuses dispositions pour garantir la sécurité de leurs systèmes de PC banking, la sécurité "ne peut toutefois être garantie que moyennant la collaboration de l'utilisateur lui-même".

"La banque doit indemniser le client"

Test-Achats, l’organisation de défense des consommateurs, s'insurge contre l'idée que l'utilisateur d'aujourd'hui est censé être un spécialiste en informatique qui est capable de reconnaître d'éventuelles tentatives de fraude. "Nous n'admettons également pas que les banques accusent de relative négligence un consommateur qui n'a pas mis à jour son anti-virus et refusent dès lors toute indemnisation", selon l'organisation de consommateurs. "Chaque consommateur doit faire preuve de la prudence nécessaire mais il ne doit en aucun cas supporter le risque technologique lors de l'utilisation du PC Banking."

D'après Test-Achats, la banque est toujours responsable, en raison de la loi sur les transferts électroniques d'argent, pour la non-exécution ou manque d'exécution de transactions et pour les transactions qui sont exécutées sans l'autorisation du propriétaire. "La banque doit indemniser le client pour chaque transaction qui est exécutée à tort", selon Test-Achats.

Le Vif.be, avec Belga

 

Peu avant l'ouverture de Wall Street jeudi, la Bourse de Londres accélérait sa chute et perdait plus de 3%, tout comme les places boursières suisse (-3,03%) et grecque (-3,03%).

La Bourse de Paris chutait quant à elle de plus de 4% vers 15h20, tirée vers le bas par les valeurs bancaires, tandis qu'à Francfort, le Dax flirtait avec les -5%. A Francfort, un opérateur de marché rendait responsable de la baisse des commentaires négatifs sur la conjoncture mondiale de la part de grandes banques, mais évoquait aussi la piste d'une faute de frappe d'un courtier, une rumeur évoquée notamment par le site internet du magazine Der Spiegel.

Quant au Bel 20, il perdait près de 4,5% peu avant 15h30, à 2.153 points, tous ses éléments étant dans le rouge. La plus forte baisse revenait à Dexia, qui perdait presque 11%, suivie par Nyrstar (-9,6%) et Umicore (-8,3%).

Trends.be avec Belga

INDICES à 17H16...

BEL 20 * 2,142.00 -112.71 -5.00 %  
AEX 25 * 277.96 -14.69 -5.02 %  
CAC 40 * 3,063.03 -191.31 -5.88 %  
Euronext 100 * 608.05 0.00 0.00 %  
Next 150 * 1,434.24 0.00 0.00 %  
DAX 30 5646.08 -302.86 -5.09 %  
MIB 30 15,096.54 -854.21 -5.36 %  
IBEX 35 8302.50 -425.70 -4.88 %  
SMI 5,194.87 -226.34 -4.18 %  
SLI 775.38 -38.06 -4.68 %  
SPI 4,726.42 -205.27 -4.16 %  
FTSE™ 100 5107.71 -223.89 -4.20 %  
Dow Jones * 10941.16 -469.05 -4.11 %  
Nasdaq 100 2085.87 -95.75 -4.39 %  
Nasdaq 2400.52 -110.96 -4.42 %  
OMX Nordic 40 819.86 -52.16 -5.98 %  
OMX Helsinki 25 1,878.37 -117.20 -5.87 %  
OMX Stockholm 30 902.14 -55.39 -5.78 %  
OMX Copenhagen 20 352.67 -17.35 -4.69 %
  • AFP le 18/08/2011 à 17:12

EN DIRECT - Vent de panique sur les bourses :



Un trader à Paris le 18 août 2011
© AFP  Eric Piermont

17HY10 - Le Dax attaqué - La Bourse de Francfort s'enfonce toujours plus, l'indice Dax dépassant par moments les -6%,. Des ventes massives de contrats à terme sont évoquées sur le marché. "Une banque française a dit que peut-être une erreur de manipulation était en cause, mais sans donner de détails", a indiqué à l'AFP Markus Huber, opérateur chez ETX Capital, en utilisant le terme de jargon boursier "fat finger".

17H08 - Athènes à la peine - L'indice de la Bourse d'Athènes (Athex), qui reflète l'économie la plus fragile de la zone euro, clôture en baisse de 3,38%, à l'issue d'un recul amorcé dès l'ouverture et qui s'est accéléré dans l'après-midi. Les valeurs bancaires sont les plus touchées, avec un recul de 4,69%.

17H05 - Dexia perd plus de 12% - A Bruxelles, la bourse chute de plus de 4%. Parmi les plus fortes baisses, le titre de la banque franco-belge Dexia lâche 12,03% à 1,60 euro. Dans le secteur financier, l'assureur Ageas (ex-Fortis) perd 10,22% à 1,11 euro et le bancassureur KBC 6,47% à 19,28 euros.

17H04 - Pas de récession! - Aucune nouvelle récession n'est en vue dans la zone euro ni à l'échelle mondiale malgré un ralentissement généralisé de la croissance économique, martèle depuis Oslo le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy.

17H02 - Madrid en piqué - La Bourse de Madrid perd 6,41%, dans des échanges ultravolatils.

16H59 - Refuge sur le franc suisse - La devise helvétique continue de se renforcer face aux autres monnaies, endossant son rôle de valeur refuge face à l'effondrement des Bourses mondiales. Le franc suisse s'échange à 1,1263 pour un euro, soit une hausse de 1,19%.

16H57 - Record des taux allemands - Les taux à 10 ans des obligations d'Etat allemandes ont atteint un plus bas historique, s'approchant un peu plus du seuil des 2%, les investisseurs fuyant la chute des marchés boursiers et privilégiant les obligations notées triple A.

16H55 - Mauvais indicateurs US - Les ventes de logements anciens aux Etats-Unis ont rechuté lourdement en juillet, de 3,5% par rapport à juin, alors que les analystes estimaient qu'elle avaient progressé. Autre chiffre mal reçu par les marchés: l'indice de l'activité manufacturière de la région de Philadelphie (Nord-Est des Etats-Unis) s'est effondré de près de 34 points par rapport à juillet pour s'établir à -30,7, son niveau le plus faible depuis le mois de mars 2009.

16H52 - Moscou suit - Les deux Bourses de Moscou chutent de plus de 4% à l'approche de la clôture

16H50 - Le Footsie dévisse - L'indice phare de la Bourse de Londres a brièvement plongé de plus de 5%, "entraîné par les inquiétudes sur un ralentissement de l'économie mondiale, de mauvais indicateurs économiques et une incertitude sur les capacités d'éviter un retour dans la récession" en zone euro et aux Etats-Unis, explique à l'AFP Atif Latif, un des responsables de la société de courtage londonienne Guardian Stockbrokers.

16H46 - Record pour les taux US - Le rendement des titres de dette publique des Etats-Unis à 10 ans passe sous le seuil des 2% pour la première fois, alors que les investisseurs paniqués se ruent vers le marché obligataire, jugé plus sûr en pleine tourmente boursière.

16H44 - Les nordiques s'effondrent - Les Bourses nordiques s'enfoncent elles aussi dans le rouge. Stockholm perd 6,4%, Helsinki 6,7%, Oslo 5,9% et Copenhague 4,9%.

16H41 - Croissance américaine? - L'institut américain de conjoncture Conference Board fait état d'un indice composite des indicateurs économiques en hausse pour juillet. Cet indice a progressé de 0,5% par rapport à juin, où il avait progressé de 0,3%, précise l'institut pour qui, "malgré l'instabilité qui gagne, les indicateurs avancés présagent toujours d'une progression lente de l'activité économique jusqu'à la fin de l'année".

16H38 - Les bancaires dévissent - A Paris, les valeurs bancaires sont fortement attaquées, Société Générale en tête, les investisseurs craignant que le géant bancaire français ne souffre de problèmes de liquidités. Société Générale perd 12,09%, Crédit Agricole 9,0% et BNP Paribas 8,24%

16H35 - L'Europe plonge dans le rouge - Sur le Vieux continent, les places financières annoncent des décrochages les unes après les autres: Madrid perd plus de 6%, la Bourse suisse affiche -5,21% et Bruxelles -5%

16H25 - Catastrophique - A Wall Street, c'est l'annonce d'un indicateur américain catastrophique sur l'activité industrielle, dans un marché sapé depuis l'ouverture par les inquiétudes sur la croissance mondiale, qui précipite la chute: le Dow Jones perd 3,81% et le Nasdaq 4,52%.

16H23 - Milan s'effondre - Vers 16H20, la bourse perd plus de 6%. La panique se propage sur les places européennes.

EN DIRECT - Un vent de panique souffle sur les principales places boursières, dont certaines, comme à Paris perdent autour de 6%. A Wall Street, le Dow Jones perdait plus de 4% vers 14H00 GMT.


17:19 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.