11/08/2011

BONJOUR LES COURAGEUX...9H20

de DOW JONES..

 

DJIA             10.719,94 points -4,62%
Nasdaq            2.381,05 points -4,09%
S&P 500           1.120,76 points -4,42%
 
Nikkei 225        8.973,32 points -0,72% (en séance)
 
Cours de change à 06h50
Variation par rapport à la clôture à New York
 
USD/JPY       76,63   -0,31%
EUR/USD      1,4214   +0,26%
EUR/JPY      108,92   -0,06%
 
ACTIONS
 
Les places boursières européennes devraient gagner un peu de terrain à l'ouverture jeudi, mais la prudence va certainement rester de mise dans le contexte actuel de forte volatilité du marché.
 
IG Markets prévoit que le FTSE ouvrira en hausse de 53 points à 5.060 points, tandis que le DAX prendrait 79 points à 5.692 points et le CAC, 32 points à 3.034 points.
 
Le plongeon du titre Société Générale mercredi en raison de spéculations mettant en doute la solidité financière de la banque française a conduit cette dernière à demander à l'Autorité des marchés financiers d'enquêter sur l'origine de ces rumeurs qui portent "gravement atteinte à l'intérêt de ses actionnaires".
 
Société Générale a souligné que ses résultats du premier semestre étaient solides, même après prise en compte du plan d'aide à la Grèce, et déclaré que sa performance en juillet et août soulignait sa capacité à générer de bons résultats à l'avenir.
 
L'action Société Générale a chuté de 15% mercredi, sur fond de recul de l'ensemble du secteur bancaire en Italie, en Espagne et en France.
 
De nombreux analystes relativisent le mouvement de vente de mercredi, indiquant qu'il semble être dû à de fausses rumeurs. "Nous pensons que ce mouvement de vente n'est pas justifié et qu'il reflète davantage la fragilité du marché", observent les analystes de Sanford Bernstein dans une note mercredi.
 
Capital Economics a par ailleurs abaissé son objectif de fin d'année pour le FTSE 100 à 5.000 points, contre 5.600 points auparavant, et son objectif pour le DAX à 5.500 points, contre 6.750 points.
 
Parmi les groupes européens publiant leurs résultats jeudi figurent Aegon (AGN.AE) aux Pays-Bas, Swisscom (SCMN.VX) en Suisse et RWE (RWE.XE) ainsi que Stada Arzneimittel (SAZ.XE) en Allemagne.
 
Les contrats à terme américains gagnent du terrain jeudi. Wall Street a dévissé mercredi, en raison des inquiétudes des investisseurs vis-à-vis de certaines banques européennes, et du sombre tableau de l'économie des Etats-Unis dressé par la Fed la veille. Le Dow Jones a plus qu'inversé les gains de mardi, et les trois principaux indices boursiers américains ont clôturé en baisse de plus de 4%.
 
"Le marché peut passer de l'euphorie à la déprime en un clin d'oeil", commente Chris Brown, directeur de portefeuille chez Pax World Balanced Fund. "Les gens sont préoccupés par la note de crédit de la France, et les banques subissent une pression extraordinaire".
 
Les valeurs asiatiques présentent un tableau contrasté jeudi, certaines opérant des reprises inattendues et d'autres réduisant leur recul.
 
Une hausse des contrats à terme sur le Dow Jones et le S&P 500 a éclipsé temporairement les craintes d'un ralentissement économique mondial et les inquiétudes quant à une éventuelle contagion des problèmes de dette dans la zone euro.
 
 
 
OBLIGATIONS
 
Le Bund de septembre devrait grimper pour aller tester le point haut d'août 2010 sur le graphique de continuation à 134,77, prévoit Francis Bray, analyste technique en chef pour l'Europe chez Dow Jones. Le renversement du faul signal haussier de mardi rend la tonalité sous-jacente positive, et devrait permettre à ceux qui jouent la hausse de parvenir à des points hauts records à 135, ajoute-t-il.
 
Le gilt de septembre a également un potentiel de hausse, vers 129,36 en particulier, où se trouvent deux objectifs d'extension de Fibonacci de 1,618 proches l'un de l'autre, selon F.Bray.
 
Sur le calendrier des adjudications, le Royaume-Uni va émettre 825 millions de livres de gilts indexés à maturité 2042 au taux de 0,625%. La France et le Portugal doivent donner les détails de leurs prochaines émissions. Sur le front des publications d'indicateurs, l'attention se tourne vers les Etats-Unis, avec les chiffres hebdomadaires des inscriptions au chômage et la balance commerciale. De son côté, la BCE publiera son bulletin mensuel.
 
Le coût de l'assurance de la dette française contre un risque de défaut a continué de grimper mercredi. Le CDS à cinq ans de la France a atteint le niveau record de 175 points de base.
 
Le président Nicolas Sarkozy a interrompu ses vacances pour convoquer mercredi une réunion de travail avec certains ministres et le gouverneur de la Banque de France, mais la promesse de nouvelles mesures de rigueur budgétaire n'a pas suffi à rétablir le calme sur les marchés. L'Elysée a indiqué que les décisions définitives seraient prises le 24 août. Le président a affirmé que les objectifs de réduction du déficit étaient "intangibles".
 
Les contrats à terme sur la dette américaine sont en baisse. Mercredi, les prix des titres du Trésor ont grimpé, et leurs taux sont descendus à des niveaux records, la sécurité relative de la dette américaine ayant de nouveau attiré les investisseurs. L'émission de nouveaux titres à 10 ans a suscité une très forte demande.
 
Michael Mata, gérant de portefeuille du fonds obligataire d'ING, s'est déclaré surpris que l'émission ait eu un tel succès, et estime que cela traduit une réévaluation des perspectives de croissance aux Etats-Unis et dans le monde.
 
 
 
CHANGES
 
L'euro rebondit par rapport aux points bas qu'il a atteints pendant la séance asiatique, alors que certaines Bourses d'Asie ont opéré un redressement inattendu.
 
Les opérateurs sont particulièrement attentifs au taux de change du yuan par rapport au dollar, après que la banque centrale chinoise a fixé la valeur de sa devise à un niveau plus élevé que prévu pour la troisième fois depuis le début de la semaine, ce qui fait penser que Pékin a décidé de faire jouer au yuan un plus grand rôle dans la maîtrise de l'inflation.
 
Nombre d'intervenants surveillent également l'évolution du dollar par rapport au yen.
 
Le billet vert pourrait tomber en dessous de son point bas de l'après-guerre à 76,25 yens si les autorités japonaises n'interviennent pas de nouveau sur le marché, ou si la Banque du Japon prend de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire, indique Masafumi Yamamoto, responsable de la stratégie changes chez Barclays Capital.
 
Yoshihiko Noda, le ministre des Finances japonais, a déclaré jeudi qu'il continuait de surveiller les marchés financiers. "Je pense que les mouvements unilatéraux se poursuivent, a-t-il déclaré à la presse peu avant l'ouverture de la Bourse de Tokyo. "Je vais continuer de surveiller très attentivement le marché aujourd'hui", a ajouté le ministre.
 
L'euro a réussi a réduire son recul mercredi en fin de séance aux Etats-Unis, tandis que les banques françaises, dont le cours de Bourse a plongé hier en raison de nouvelles inquiétudes au sujet de leur exposition à la dette grecque, ont déclaré que les obligations d'Etat grecques qu'elles détiennent n'avaient pas une échéance à très long terme, ou bien ont cherché à rassurer en ce qui concerne leur degré d'exposition à la Grèce.
 
 
 
PETROLE
 
Les contrats à terme sur le pétrole brut récupèrent jeudi une partie du terrain perdu en début de séance en Asie.
 
Vers 07h20, le contrat sur le brut WTI pour livraison en septembre coté au Nymex affichait une baisse de 0,30 dollar à 82,59 dollars le baril sur Globex. Le contrat n'est pas parvenu à franchir la résistance aux alentours de 83 dollars, mais il se maintient néanmoins largement au-dessus de son plus bas niveau de la séance atteint à 81,14 dollars.
 
A 06h30, le contrat de septembre sur le Brent de l'ICE de Londres perdait 39 cents à 106,29 dollars le baril.
 
Les prix du brut se redressent surtout grâce à une chasse aux bonnes affaires après leur forte baisse, estime Takumi Otsuka, chez Mizuho Securities.
 
  • AFP le 11/08/2011 à 09:16

La Bourse de Paris ouvre en hausse de 2,96% au lendemain d'une séance noire :



Un trader parisien, le 5 août 2011
© AFP  Miguel Medina

La Bourse de Paris a ouvert en hausse de 2,96% jeudi, tentant de rebondir au lendemain d'une séance noire qui a vu dégringoler le secteur bancaire sur fond de rumeurs de faillite de la Société Générale et d'abaissement de la note de la France par l'agence de notation Fitch.

Le CAC 40 s'adjugeait 87,52 points à 3.090,51 points.

Le titre de la banque Société Générale a ouvert sur un bond de 8,9% à 24,16 euros jeudi, alors qu'il avait été brièvement suspendu à l'ouverture, après s'être écroulé la veille sur fond de rumeurs de faillite (-14,74%).

Les autres valeurs bancaires ont ouvert en forte hausse, BNP Paribas prenant plus de 1%, Crédit Agricole 3% et Natixis 4% vers 09H05 (07H05 GMT).

09:20 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.