05/08/2011

PAS BRILLANT..16H23

  • Envoyer l'article à un ami
  • Imprimer l'article
  • |
  • AFP le 05/08/2011 à 16:12

La Bourse de Paris incapable de rebondir malgré l'emploi américain (-0,44%) :



La bourse de Paris
© AFP/Archives  Eric Piermont

La Bourse de Paris tentait de chasser ses idées noires sans grand succès vendredi après-midi, perdant 0,44%, dans le sillage de Wall Street, peu rassuré in fine par des chiffres de l'emploi américains pourtant meilleurs que prévu en juillet.

A 15H54, le CAC 40 lâchait 14,75 points à 3.305,60 points, dans une séance très volatile qui l'a vu rebondir après l'emploi au-delà de 2%, après avoir perdu 3% à l'ouverture. Le volume d'échanges était déjà très important, à 4,946 milliards d'euros.

Le marché parisien ne parvenait pas à retrouver des forces, après déjà neuf séances de baisse consécutive, déprimé par la dégradation de la conjoncture économique.

Cette série était inédite depuis 2002 pour le CAC 40, alors qu'il n'a jamais reculé 10 fois de suite à la clôture depuis sa création en 1987.

Les investisseurs suivaient la tendance de Wall Street qui fléchissait dans les premiers échanges, le Dow Jones cédant 0,35% et le Nasdaq 1,45%.

Les investisseurs se sont rassurés quelques courtes minutes avec le bond des créations d'emplois aux Etats-Unis en juillet, à 117.000 contre 46.000 le mois précédent, tandis que le taux de chômage est descendu de 0,1 point à 9,1%.

Ces chiffres se sont révélés meilleurs que prévu par les analystes, qui tablaient sur 85.000 créations d'emploi, et sont d'autant plus encourageants que le secteur privé a connu 154.000 embauches nettes à lui seul sur le mois.

Pourtant, l'optimisme a été de courte durée. "Les créations d'emploi restent faibles et tous les risques n'ont pas disparu", temporise Christian Parisot, économiste chez Aurel BGC.

"Ce chiffre permet d'espérer un +rebond technique+ des indices bousiers, pas la fin de la correction. La probabilité d'une récession aux Etats-Unis a seulement diminué mais elle n'a pas disparu de l'esprit des investisseurs", ajoute-t-il.

Wall Street saluait également la publication, mais avec prudence. Le Dow Jones gagnait 0,45% et le Nasdaq 0,98% à l'ouverture.

Toutes les inquiétudes n'ont pas disparu, malgré la bonne nouvelle sur l'emploi, un des indicateurs les plus suivis par les marchés.

Les analystes se montrent en effet pessimistes quant à un rebond rapide et durable des marchés, en l'absence de plusieurs nouvelles susceptibles de les rassurer.

"La baisse risque de se poursuivre jusqu?à ce que des éléments susceptibles de raffermir la confiance se matérialisent. Nous ne les attendons pas avant septembre au mieux", font valoir dans une note François Duhen et Benoît Rodriguez, du Crédit Mutuel-CIC Securities.

Même les mesures prises par la Banque centrale européenne (BCE) pour soulager les marchés obligataires, dont la reprise des rachats de titres de dette, n'ont pas convaincu entièrement.

Les investisseurs craignent toujours que la crise de la dette en zone euro --notamment en Grèce-- fasse tache d'huile vers de grands pays comme l'Italie et l'Espagne, faute de mesures de nature à apaiser durablement les tensions.

16:23 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.