20/07/2011

AVANT OUVERTURE....

Les chiffres macroéconomiques

Les investisseurs se contenteront des ventes de logements anciens pour juin aux Etats-Unis à 16h.

A 8h30, l'euro cote 1,4173 dollar.

Hier à Paris

Les marchés actions européens ont rebondi ce mardi sans toutefois effacer les lourdes pertes essuyées la veille. Lourdement sanctionné hier, le secteur bancaire a pleinement profité de cette chasse aux bonnes affaires. S'il est principalement technique, ce rebond s'explique également par la publication d'une série de résultats trimestriels américains jugés plutôt encourageants (IBM, Coca-Cola) et par les bons chiffres de l'immobilier US. Pour autant, les analystes restent prudents à deux jours du sommet européen de Bruxelles. Le CAC 40 a gagné 1,21% à 3694,95 points, l'Eurostoxx 50 : 1,34%.

Hier à Wall Street

Les marchés actions américains ont rebondi dans le sillage de leurs homologues européens et asiatiques. Les investisseurs ont racheté à bon compte, stimulés par des résultats d'entreprises jugés encourageants (IBM, Coca-Cola) et des indicateurs économiques favorables (reprise des mises en chantier en juin, poursuite de la hausse des permis de construire). La hausse s'est accélérée en fin de séance après un discours de Barack Obama indiquant qu'un accord autour du relèvement du plafond de la dette s'approchait. Le Dow Jones a gagné 1,63% à 12587,42 pts, le Nasdaq, 2,22% à 2826,52 pts.

Le 20/07/2011 à 08:30

Point avant l'ouverture

 

(AOF) - Les marchés actions européens pourraient prolonger leur rebond de la veille dans le sillage de la forte hausse enregistrée à Wall Street et à Tokyo (+1,17% pour le Nikkei mercredi). Les investisseurs devraient saluer les propos rassurants de Barack Obama concernant une résolution rapide de la crise politique liée au relèvement du plafond de la dette publique. Par ailleurs, les opérateurs semblent optimiste quant à l'issue du sommet extraordinaire sur la dette grecque prévu demain à Bruxelles. Enfin, Apple a publié des résultats très solides, ce qui devrait profiter au secteur technologique.

L'analyse technique du CAC 40

Du point de vue de l'analyse graphique, le bureau DayByDay note la formation d'une bougie blanche avec une mèche haute ayant permis le comblement du gap baissier ouvert lundi. Ce signe de force met fin, au moins temporairement, à la dynamique baissière. Une reprise est maintenant attendue en direction de 3743 points, niveau de l'accélération baissière. Ce mouvement est soutenu par un bon comportement des indices américains. Le bureau DayByDay prend un avis de court terme haussier.

 

WASHINGTON (Reuters) - Barack Obama a apporté mardi son soutien à un nouveau plan de réduction des déficits proposé par un groupe constitué de sénateurs démocrates et républicains visant à éviter aux Etats-Unis de faire défaut sur le remboursement de leur dette.

Le président des Etats-Unis a estimé que la proposition du groupe de sénateurs, surnommé "la bande des Six", était susceptible de fournir de nouvelles idées pour débloquer les négociations au Congrès concernant le relèvement du plafond de la dette des Etats-Unis avant le 2 août.

Selon le chef de la Maison blanche, la proposition des sénateurs correspond dans l'ensemble à sa position sur la réduction de la dette et des déficits.

Il a demandé au leader de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid, et au chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell, de commencer à en discuter sérieusement.

"J'espère qu'ils seront prêts demain à commencer à parler sérieusement et à vraiment se mettre au travail pour confectionner un plan qui puisse être prêt à temps pour la date butoir du 2 août", a déclaré Barack Obama.

La première réaction a été positive dans le camp républicain, a déclaré le sénateur républicain John McCain après une réunion à huis clos des sénateurs de l'opposition.

Mitch McConnell a dit pour sa part ne pas être prêt à donner un avis, en précisant qu'il entendait étudier les propositions du groupe.

Mitch McConnell est pour sa part à l'origine d'un "plan B" qui vise à éviter un abaissement immédiat de la note triple A des Etats-Unis. Ce plan est moins ambitieux que celui de la "bande des Six" puisqu'il vise des mesures d'économies de 1.500 milliards de dollars.

Ce plan n'empêchera pas forcément une perspective négative sur la note des Etats-Unis, a estimé l'agence Moody's.

Une perspective négative peut se traduire par un abaissement de note dans les 12 à 18 mois suivants.

Le président de la commission budgétaire du Sénat, Kent Conrad, un des six sénateurs de la "bande" qui travaillent depuis décembre sur la réduction du déficit, a rappelé que leur plan prévoyait 3.750 milliards de dollars d'économies sur dix ans avec 1.200 milliards de dollars de nouvelles recettes et 1.500 milliards de dollars d'allégements fiscaux qui pourraient être trouvés via une réforme de la fiscalité.

Le groupe a parlé de ses propositions avec une cinquantaine de sénateurs, soit la moitié du Sénat. "La réponse a été très favorable", a déclaré Kent Conrad à la presse.

La "bande des Six" a demandé aux autres sénateurs de prendre 24 heures pour étudier son plan et de lui faire part ensuite de leurs réactions.

Le plan prévoit notamment d'imposer une réduction immédiate du déficit de 500 milliards de dollars, de réduire les dépenses sur dix ans en les plafonnant et de faire fonctionner plus efficacement les programmes de protection sociale Medicare et Medicaid.

Prié de dire si ce plan pourrait faire partie des négociations liant la réduction du déficit au relèvement de la capacité d'emprunt des Etats-Unis d'ici le 2 août, Kent Conrad a déclaré : "Je suis sûr que c'est possible."

Matt Spetalnick et Steve Holland, Danielle Rouquié pour le service français, édité par Gwénaelle Barzic

© 2011 Reuters -

08:55 Écrit par swingteam-cc | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.